De nouvelles fiches sont ajoutées régulièrement, n'hésitez pas à revenir souvent sur le site.






Pierre-Etienne GAUTIER,
Psychanalyste Jungien Indépendant


Fiches récentes



MEMOIRE ET DEMENCE



Mémoire ce signe qui vous rend à risque de démence

Une équipe de chercheurs canadiens a montré pour la première fois que les différents types de mémoires pour se rappeler le passé seraient associés à un fonctionnement différent du cerveau selon les personnes et à un risque plus important de souffrir de démence pour certaines d'entre elles.

Votre type de mémoire pourrait bien vous jouer des tours plus tard. Des chercheurs du Rotman Research Institute (Canada) expliquent dans une étude parue dans la revue Cortex que la démence précoce guetterait davantage les personnes avec une mémoire aux souvenirs richement détaillés (mémoire épisodique) par rapport aux personnes à la mémoire des faits sans détails (mémoire sémantique). De fait, ces traits de mémoire qui varient selon les personnes correspondraient à un différent mode de fonctionnement du cerveau.

Les chercheurs ont demandé à 66 adultes en bonne santé de remplir un questionnaire en ligne. On leur a demandé de décrire la façon dont ils se souviennent des évènements et des faits autobiographiques. Les réponses ont montré des extrêmes entre ceux possédant une mémoire autobiographique très supérieure, et ceux qui à l'inverse étaient déficients dans ce domaine. Une fois ce questionnaire rempli, les participants ont passé un IRM pour que les chercheurs puissent observer les lobes temporaux, connus pour être impliqués dans la fonction de la mémoire.

Plus la mémoire est précise, plus elle est vulnérable

Il s'est avéré que cette partie ne se connecte pas avec les mêmes régions du cerveau selon le profil des participants. Les lobes temporaux de ceux qui possédaient une très bonne mémoire autobiographique se connectaient aux régions arrière du cerveau, impliquées dans le processus visuel. A l'inverse, ceux qui tendent à se rappeler le passé de manière factuelle faisaient fonctionner leurs lobes temporaux avec les zones avant du cerveau, impliquées dans l'organisation et le raisonnement.
Les résultats soulèvent des questions intéressantes quant au vieillissement et à la santé du cerveau : certains traits de mémoire pourraient-ils être protecteurs contre la manifestation du déclin cognitif ? "Avec le vieillissement et la démence précoce, l'une des premières choses que les gens remarquent est la difficulté de se souvenir des évènements en détail", a déclaré l'auteur principal de l'étude, le Dr Brian Levine. "Pourtant, personne n'a regardé comment cela se rapporte à des traits de mémoire".
Ce dernier ajoute : "Les gens qui sont habitués à la récupération de souvenirs richement détaillés peuvent être très sensibles aux changements de mémoire subtils à mesure qu'ils vieillissent, tandis que ceux qui comptent sur une approche factuelle peuvent se révéler plus résistant à ces changements". Cette étude ouvre la porte sur une nouvelle hypothèse dans le traitement de la démence, basé principalement sur les traits de mémoire d'une personne mais aussi sur la performance du patient sur d'autres capacités cognitives.

Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.medisite.fr/a-la-une-memoire-ce-signe-qui-vous-rend-a-risque-de-demence.984033.2035.html?xtor=EPR-26-976159[Medisite-A-la-Une]-20151216

L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : medisite.fr



Revenir à l'accueil

Psychaanalyse - 2011 Tous droits réservés - © Psychaanalyse.com -
AvertissementDéontologiePolitique éditorialementions légales