De nouvelles fiches sont ajoutées régulièrement, n'hésitez pas à revenir souvent sur le site.






Pierre-Etienne GAUTIER,
Psychanalyste Jungien Indépendant


Fiches récentes



TABAGISME ACTIF STOP!



Le tabagisme, principalement la cigarette, est une des causes majeures de la survenue des accidents vasculaires. Avec l’hypercholestérolémie et l’hypertension artérielle, il est responsable des lésions d’athérosclérose des gros troncs artériels, dans toutes leurs localisations.
L’arrêt du tabac est donc impératif en cas d’accidents vasculaires de tous les types et de toutes les localisations. Le bénéfice est toujours présent et souvent rapide, tant en prévention primaire que secondaire. Malgré la présence du risque et la connaissance de sa gravité, plus de 50 % de ces sujets continuent paradoxalement à fumer ; la raison en est maintenant connue : le tabagisme est un comportement, renforcé par une dépendance dont la nicotine est responsable, en raison de ses propriétés psychoactives. La notion de dépendance explique tous les obstacles rencontrés dans la lutte contre le tabagisme, tant à l’échelon individuel que général.
Pour les fumeurs victimes de complications vasculaires, les difficultés sont souvent importantes en raison d’une motivation à l’arrêt paradoxalement faible, de l’intensité de la dépendance tabagique et de la fréquence de l’association des troubles anxieux et dépressifs.

L’aide à l’arrêt du tabac comporte toujours plusieurs étapes :
- évaluer et renforcer la motivation du fumeur, sans laquelle rien n’est possible (Hypnose),
- mettre en place l’arrêt après avoir évalué les dépendances, recherché l’usage d’autres substances psychoactives et dépisté des comorbidités anxieuses et dépressives (analyse),
- prévenir les rechutes, très fréquentes mais évitables si les stratégies nécessaires sont utilisées.

Quatre types de traitement ont fait la preuve de leur activité :
- l’hypnothérapie,
- les psychothérapies (analyse) dont les thérapies comportementales et cognitives (TCC)
- les substituts nicotiniques (timbre, gomme et autres dérivés oraux),
- les psychotropes soit à action générale sur le syndrome de sevrage (le bupropion), soit à action spécifique : les antidépresseurs, principalement les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (IRS), en cas de troubles anxieux et dépressifs.



Revenir à l'accueil

Psychaanalyse - 2011 Tous droits réservés - © Psychaanalyse.com -
AvertissementDéontologiePolitique éditorialementions légales