De nouvelles fiches sont ajoutées régulièrement, n'hésitez pas à revenir souvent sur le site.






Pierre-Etienne GAUTIER,
Psychanalyste Jungien Indépendant


Fiches récentes



UNE FEMME LIBRE ASSASSINEE



"Une femme magnifique, libre, assassinée hier"

La douzième victime des terroristes, la dernière dont le nom a été communiqué officiellement, était aussi la seule femme. Elsa Cayat, 54 ans était psychiatre et psychanalyste, son cabinet était situé avenue Mozart dans le XVIème arrondissement de Paris.
Elle tenait dans Charlie hebdo la chronique « Divan » deux fois par mois où elle abordait des sujets aussi divers que « Genèse de la Shoah » ou « Autorité parentale ». Sa dernière chronique dans le numéro paru hier intitulée « Noël, ça fait vraiment chier. » partait d’une réflexion que lui avait fait l’un de ses patients pendant les fêtes. Elle a également publié plusieurs ouvrages sur le désir et la sexualité, dont un livre sur le couple intitulé Un homme + une femme = quoi ? (Granchet) et le dernier Le désir et la putain, les enjeux cachés de la sexualité masculine publié chez Albin Michel en 2007, sorte de guide sexuel qui abordait des questions telles que « Les mots sont-ils des objets sexuels ? L’argent est-il aphrodisiaque ? ».
«Je sais que les assassins ont demandé à leurs victimes de se lever et de décliner leur identité. Comme elle était juive, je ne peux m’empêcher de penser qu’elle a été tuée pour cette raison, et j’en éprouve des relents d’horreur. » a confié sa cousine la productrice de cinéma Sophie Bramly dans Le Parisien.
«C’était une femme extraordinaire», confie Valérie, sa patiente depuis 7 ans, qui nous a permis de reproduire le message qu’elle a publié sur Facebook en hommage «à une femme magnifique, libre, assassinée hier avec 12 autres» :
«Psychiatre, psychanalyste, chroniqueuse à Charlie, Elsa Cayat m’avait immédiatement attirée par son regard pétillant d’intelligence et de profondeur.
Elle était la liberté de penser, de se conduire, de croire en soi et s’engager pour changer le monde. Dans son grand bureau foutoirdesque, croulant sous les livres annotés et les papiers froissés, la clope au bec et un petit noir à la main, toujours perchée sur ses talons vertigineux, elle m’aspirait pour des séances sans concessions qui démarraient invariablement par « Alooooooors, racontez moi… »
Je ne pourrais plus rien lui raconter car des fanatiques l’ont tuée.
Je pense à son mari, sa fille adolescente, son gros chien qui allait et venait, ses patients qu’elle laisse sans miroir, sa famille, ses amis.
Je lui dis merci pour le bien qu’elle m’a fait et qu’elle me manque déjà terriblement, comme tous ces esprits libres victimes hier de la barbarie.»
À lire aussi : Charlie Hebdo : notre émotion, notre soutien
lien : http://madame.lefigaro.fr/societe/charlie-hebdo-070115-93659

© http://madame.lefigaro.fr/societe/elsa-cayat-la-psy-de-charlie-hebdo-assassinee-080115-93663



Revenir à l'accueil

Psychaanalyse - 2011 Tous droits réservés - © Psychaanalyse.com -
AvertissementDéontologiePolitique éditorialementions légales