Actualités et Archives Toutes les actualités Psycha Analyse de 2012 à aujourd'hui

Actualités De la plus ancienne à la plus récente
Cette rubrique informative n'engage pas la responsabilité de psychaanalyse.com quant aux teneurs et qualités des contenus n'engageant que leurs auteurs.
  1. 16/12
    2012
  2. 26/12
    2012
  3. 12/04
    2013
  4. 21/10
    2013
  5. 13/11
    2013
  6. 05/01
    2014
  7. 06/01
    2014
  8. 25/01
    2014
  9. 27/01
    2014
  10. 01/02
    2014
  11. 02/02
    2014
  12. 11/02
    2014
  13. 12/02
    2014
  14. 15/02
    2014
  15. 11/03
    2014
  16. 12/03
    2014
  17. 13/03
    2014
  18. 26/03
    2014
  19. 08/04
    2014
  20. 13/04
    2014
  21. 14/04
    2014
  22. 21/04
    2014
  23. 01/05
    2014
  24. 08/07
    2014
  25. 09/07
    2014
  26. 10/07
    2014
  27. 19/08
    2014
  28. 20/08
    2014
  29. 21/08
    2014
  30. 22/08
    2014
  31. 08/09
    2014
  32. 20/09
    2014
  33. 27/09
    2014
  34. 30/09
    2014
  35. 20/10
    2014
  36. 21/10
    2014
  37. 22/10
    2014
  38. 26/10
    2014
  39. 02/11
    2014
  40. 09/11
    2014
  41. 10/11
    2014
  42. 11/11
    2014
  43. 20/11
    2014
  44. 26/11
    2014
  45. 27/11
    2014
  46. 05/12
    2014
  47. 12/12
    2014
  48. 13/12
    2014
  49. 20/12
    2014
  50. 23/12
    2014
  51. 04/01
    2015
  52. 06/01
    2015
  53. 07/01
    2015
  54. 08/01
    2015
  55. 09/01
    2015
  56. 11/01
    2015
  57. 12/01
    2015
  58. 13/01
    2015
  59. 20/01
    2015
  60. 22/01
    2015
  61. 28/01
    2015
  62. 30/01
    2015
  63. 11/02
    2015
  64. 20/02
    2015
  65. 23/02
    2015
  66. 20/03
    2015
  67. 01/04
    2015
  68. 02/04
    2015
  69. 03/04
    2015
  70. 11/04
    2015
  71. 16/04
    2015
  72. 22/04
    2015
  73. 23/04
    2015
  74. 24/04
    2015
  75. 08/05
    2015
  76. 09/05
    2015
  77. 26/05
    2015
  78. 02/06
    2015
  79. 03/06
    2015
  80. 04/06
    2015
  81. 05/06
    2015
  82. 09/06
    2015
  83. 15/06
    2015
  84. 16/06
    2015
  85. 18/06
    2015
  86. 19/06
    2015
  87. 06/07
    2015
  88. 15/07
    2015
  89. 18/07
    2015
  90. 07/08
    2015
  91. 08/08
    2015
  92. 11/08
    2015
  93. 12/08
    2015
  94. 15/08
    2015
  95. 24/08
    2015
  96. 25/08
    2015
  97. 01/09
    2015
  98. 02/09
    2015
  99. 05/09
    2015
  100. 15/09
    2015
  101. 22/09
    2015
  102. 24/09
    2015
  103. 25/09
    2015
  104. 29/09
    2015
  105. 01/10
    2015
  106. 02/10
    2015
  107. 06/10
    2015
  108. 12/10
    2015
  109. 13/10
    2015
  110. 15/10
    2015
  111. 25/10
    2015
  112. 26/10
    2015
  113. 04/11
    2015
  114. 05/11
    2015
  115. 06/11
    2015
  116. 11/11
    2015
  117. 17/11
    2015
  118. 18/11
    2015
  119. 19/11
    2015
  120. 20/11
    2015
  121. 21/11
    2015
  122. 25/11
    2015
  123. 26/11
    2015
  124. 27/11
    2015
  125. 28/11
    2015
  126. 29/11
    2015
  127. 30/11
    2015
  128. 05/12
    2015
  129. 06/12
    2015
  130. 07/12
    2015
  131. 08/12
    2015
  132. 12/12
    2015
  133. 13/12
    2015
  134. 16/12
    2015
  135. 17/12
    2015
  136. 28/12
    2015
  137. 06/01
    2016
  138. 07/01
    2016
  139. 08/01
    2016
  140. 12/01
    2016
  141. 13/01
    2016
  142. 14/01
    2016
  143. 21/01
    2016
  144. 23/01
    2016
  145. 25/01
    2016
  146. 26/01
    2016
  147. 27/01
    2016
  148. 28/01
    2016
  149. 29/01
    2016
  150. 05/02
    2016
  151. 06/02
    2016
  152. 07/02
    2016
  153. 13/02
    2016
  154. 14/02
    2016
  155. 16/02
    2016
  156. 27/02
    2016
  157. 03/03
    2016
  158. 10/03
    2016
  159. 11/03
    2016
  160. 17/03
    2016
  161. 23/03
    2016
  162. 24/03
    2016
  163. 25/03
    2016
  164. 26/03
    2016
  165. 27/03
    2016
  166. 28/03
    2016
  167. 30/03
    2016
  168. 31/03
    2016
  169. 05/04
    2016
  170. 06/04
    2016
  171. 08/04
    2016
  172. 09/04
    2016
  173. 15/04
    2016
  174. 16/04
    2016
  175. 17/04
    2016
  176. 24/04
    2016
  177. 25/04
    2016
  178. 26/04
    2016
  179. 27/04
    2016
  180. 05/05
    2016
  181. 14/05
    2016
  182. 15/05
    2016
  183. 19/05
    2016
  184. 20/05
    2016
  185. 28/05
    2016
  186. 09/06
    2016
  187. 10/06
    2016
  188. 26/06
    2016
  189. 27/06
    2016
  190. 28/06
    2016
  191. 07/07
    2016
  192. 08/07
    2016
  193. 09/07
    2016
  194. 10/07
    2016
  195. 11/07
    2016
  196. 12/07
    2016
  197. 19/07
    2016
  198. 20/07
    2016
  199. 21/07
    2016
  200. 31/07
    2016
  201. 02/08
    2016
  202. 03/08
    2016
  203. 04/08
    2016
  204. 19/09
    2016
  205. 11/10
    2016
  206. 15/10
    2016
  207. 28/10
    2016
  208. 03/11
    2016
  209. 06/11
    2016
  210. 11/11
    2016
  211. 26/11
    2016
  212. 27/11
    2016
  213. 01/12
    2016
  214. 14/12
    2016
  215. 15/12
    2016
  216. 16/12
    2016
  217. 06/01
    2017
  218. 11/01
    2017
  219. 28/01
    2017
  220. 29/01
    2017
  221. 30/01
    2017
  222. 07/02
    2017
  223. 15/02
    2017
  224. 16/02
    2017
  225. 17/02
    2017
  226. 22/02
    2017
  227. 23/02
    2017
  228. 01/03
    2017
  229. 16/04
    2017
  230. 27/04
    2017
  231. 28/04
    2017
  232. 29/04
    2017
  233. 18/05
    2017
  234. 19/05
    2017
  235. 25/05
    2017
  236. 28/05
    2017
  237. 30/05
    2017
  238. 31/05
    2017
  239. 10/06
    2017
  240. 18/06
    2017
  241. 26/06
    2017
  242. 27/06
    2017
  243. 04/07
    2017
  244. 24/07
    2017
  245. 25/08
    2017
  246. 26/08
    2017
  247. 27/08
    2017
  248. 29/08
    2017
  249. 01/09
    2017
  250. 08/09
    2017
  251. 11/09
    2017
  252. 21/09
    2017
  253. 27/09
    2017
  254. 28/09
    2017
  255. 29/09
    2017
  256. 07/10
    2017
  257. 11/10
    2017
  258. 17/10
    2017
  259. 30/10
    2017
  260. 31/10
    2017
  261. 01/11
    2017
  262. 02/11
    2017
  263. 22/11
    2017
  264. 29/11
    2017
  265. 07/12
    2017
  266. 18/12
    2017
  267. 20/12
    2017
  268. 21/12
    2017
  269. 15/01
    2018
  270. 19/01
    2018
  271. 22/01
    2018
  272. 23/01
    2018
  273. 24/01
    2018
  274. 26/01
    2018
  275. 27/01
    2018
  276. 28/01
    2018
  277. 29/01
    2018
  278. 30/01
    2018
  279. 31/01
    2018
  280. 05/02
    2018
  281. 10/02
    2018
  282. 11/02
    2018
  283. 12/02
    2018
  284. 15/02
    2018
  285. 16/02
    2018
  286. 18/02
    2018
  287. 26/02
    2018
  288. 27/02
    2018
  289. 28/02
    2018
  290. 07/03
    2018
  291. 08/03
    2018
  292. 10/03
    2018
  293. 01/04
    2018
  294. 02/04
    2018
  295. 03/04
    2018
  296. 04/04
    2018
  297. 07/04
    2018
  298. 09/04
    2018
  299. 10/04
    2018
  300. 23/04
    2018
  301. 24/04
    2018
  302. 25/04
    2018
  303. 27/04
    2018
  304. 28/04
    2018
  305. 29/04
    2018
  306. 12/05
    2018
  307. 13/05
    2018
  308. 14/05
    2018
  309. 15/05
    2018
  310. 24/05
    2018
  311. 25/05
    2018
  312. 26/05
    2018
  313. 01/06
    2018
  314. 02/06
    2018
  315. 06/06
    2018
  316. 07/06
    2018
  317. 08/06
    2018
  318. 10/06
    2018
  319. 14/06
    2018
  320. 15/06
    2018
  321. 17/06
    2018
  322. 18/06
    2018
  323. 20/06
    2018
  324. 21/06
    2018
  325. 22/06
    2018
  326. 29/07
    2018
  327. 02/08
    2018
  328. 03/08
    2018
  329. 04/08
    2018
  330. 22/08
    2018
  331. 23/08
    2018
  332. 25/08
    2018
  333. 26/08
    2018
  334. 14/09
    2018
  335. 15/09
    2018
  336. 19/09
    2018
  337. 11/10
    2018
  338. 14/10
    2018
  339. 15/10
    2018
  340. 25/10
    2018
  341. 26/10
    2018
  342. 02/11
    2018
  343. 25/12
    2018
  344. 30/12
    2018
  345. 31/12
    2018
  346. 05/01
    2019
  347. 06/01
    2019
  348. 27/01
    2019
  349. 28/01
    2019
  350. 29/01
    2019
  1. JUNG GUERISSEUR BLESSE DE L'AME

    C.G. JUNG Guérisseur blessé de l’âme un ouvrage de de Claire Dunne (2012)


    Biographie illustrée


    Étude, broché

    Suite à la publication du Livre Rouge, livre charnière et riche en illustrations destiné à une clientèle déjà informée, le livre de Claire Dunne s’adresse au grand public. Au cours de ses 272 pages Claire Dunne reprend les mots de Jung pour retracer le chemin humain et spirituel de sa vie ; ce faisant elle initie le lecteur à la psychologie analytique et au travail fondamental de Jung, étayant son propos d’abondantes citations, extraits d’ouvrages, correspondance et témoignages, certains inédits en France, d’autres épuisés, qui en font sa richesse et son intérêt.


    Le livre s’articule en trois parties : la première, "Blessé", relate la vie de Jung de l’enfance à la rupture avec Sigmund Freud, s’appuyant en particulier sur l’ouvrage C.G.Jung "Ma Vie" Souvenirs, rêves et pensées et l’échange de lettres entre Freud et Jung entre 1906 et 1913. La seconde, "Guérisseur", couvre la période adulte de Jung, sa vie professionnelle florissante, ses voyages chez les Indiens d’Amérique, en Afrique et en Inde, ainsi que le noyau de sa psychologie. Elle fait référence aux échanges entre Carl Jung, Emma Jung et Toni Wolff encore non publiés en France et se termine à l’aube de la deuxième guerre mondiale.


    La troisième et dernière partie, "De l’Âme", aborde les grands textes - Réponse à Job ; Synchronicité ; Mysterium Conjunctionis, les étapes de fusion avec l’Univers et la source de la totalité dans l’homme.


    Auteur :Claire Dunne


    Éditeur : Dervy livres


    Date de parution : octobre 2012


    ISBN : 284454942X


    Prix Fnac en 2012 : 23,71 €



    © http://www.cgjungfrance.com/Carl-Gustav-Jung-guerisseur-blesse


  2. QU'EST CE QUE LA PSYCHOLOGIE JUNGIENNE ?

    Qu'est-ce que la Psychologie Jungienne ?

    La psychanalyse jungienne a une double dimension. Celle de rechercher les causes (réductive ou analytique) et celle de chercher vers où cela s’oriente (prospective ou synthétique). Elle est à la fois personnelle et transpersonnelle, pulsionnelle et archétypique.


    Processus dialectique dans lequel le psychanalyste est engagé autant que l’analysant (mais de façon non symétrique), le travail analytique s’effectue dans la tension entre deux forces contraires : l’une qui tend à l’autonomie, à la séparation et l’autre qui pousse à se relier intimement à l’autre.
    Le transfert n’est pas seulement considéré comme le résultat de projections inconscientes, mais comme le déroulement d’un processus de transformation à part entière, la relation transférentielle elle-même étant le résultat de l’interaction du conscient et de l’inconscient des deux protagonistes, analysant et psychanalyste.


    Ce travail prend en compte la totalité de l’être humain. La spiritualité comme la sexualité sont des fonctions humaines qui doivent être développées également.
    Psychanalyse jungienne et vie ne sont pas séparées. Quand une analyse authentique s’est déroulée, l’individu devient apte à entretenir avec son inconscient, tout au long de sa vie, une relation, un dialogue dans lequel le moi laisse advenir ce qui émerge de l’inconscient, le considère attentivement, s’y confronte et l’évalue.


    Ce n’est qu’à l’issue de ce processus qu’une position de sujet peut apparaître. « Chaque vie est un déroulement psychique » indique Jung qui précise que « la tâche la plus noble de l’individu est de devenir conscient de lui-même. »


    La séance s’effectue soit en face à face, soit sur le divan, au choix de l’analysant, et selon un rythme variable, le plus souvent une à deux séances par semaine. Les conditions de l’analyse sont fixées en début de travail et sont conformes au code de déontologie de la profession en général et de la SFPA- Institut CG Jung, en particulier.


    A l’opposé d’une vision binaire du monde et des êtres qui porte au conflit et à l’exclusion, la pensée jungienne invite à une vision complexe dans laquelle les pôles opposés ne doivent pas se combattre jusqu’à l’élimination de l’un d’eux, mais se combiner.


    Chacun des opposés en présence a sa raison d’être et l’énergie qui découle de la tension entre eux doit aboutir à l’émergence d’un troisième terme qui ouvre sur une perspective nouvelle.
    Développer notre individualité – et non l’individualisme – favorise l’ouverture sur l’autre et la reconnaissance de son altérité, ainsi que la conscience de notre participation au monde.
    Mais cela permet également de nous différencier d’un collectif où pourrait se diluer notre moi et notre responsabilité. « L’individu est d’une importance décisive car c’est lui le vecteur de la vie et de l’existence. Ni le groupe ni la masse ne peuvent le remplacer » avertit Jung.


    Ce point de vue, cette conception du monde constitue pour les jungiens une option philosophique et une position éthique.


    ©http://www.cgjungfrance.com/article1.html

  3. JUNG PSYCHOLOGIE & PHILOSOPHIE ESSSAI 2013 - conférence de Jung à Zofingia

    C.G. Jung psychologie & Philosophie - ESSAI 2013 - Conférences de Jung Zofingia

    Psychologie et Philosophie


    Essai, broché




    Ces « lectures » sont les conférences que Jung prononça devant les étudiants bernois et berlinois de la société Zofingia (Suisse), correspondant à ces cercles estudiantins qui s’inscrivaient dans la tradition de l’Université germanique.



    On y saisit, « à l’état naissant », toutes les réflexions de Jung qui le sépareront ensuite de Freud, en particulier son rapport à l’épistémologie kantienne et à Nietzsche dont il réévalue la pensée philosophique. On y découvre aussi sa perception du néoplatonisme et du Romantisme allemand qui ne cesseront d’alimenter ses propres travaux.



    Ces conférences permettent réellement de saisir les racines profondes de sa pensée et de son œuvre. Psychiatre de renommée internationale, assistant de Bleuler, l’ « inventeur » de la schizophrénie, à l’hôpital de Zurich, Jung fut le président de la première Internationale de psychanalyse et le dauphin désigné de Freud avant de rompre avec son maître en 1912-1914 sur la question du religieux et du sens à accorder à la mythologie.



    Il fut l’inventeur et le fondateur de la psychologie analytique.



    Auteur : Carl Gustav Jung

    Préface : Marie-Louise Von Franz

    Éditeur :Albin Michel

    Collection : Bibliothèque Jungienne

    Date de parution : mars 2013

    ISBN : 2226209158

    Pages : 250

    Format : 23 x 15 cm

    Prix Fnac : 23,75 €



    © http://livre.fnac.com/a5101694/Carl-Gustav-Jung-Psychologie-et-philosophie

  4. LA STRUCTURE DE L'AME - de Carl Gustav Jung (Auteur), François Martin-Vallas (Préface) texte de 1928

    LA STRUCTURE DE L’ÂME
    Ouvrage de Carl Gustav Jung (Auteur), François Martin-Vallas (Préface)
    texte de 1928
    publié le 26 juin 2013 | Série: Textes essentiels

    La Structure de l'âme est un texte inédit de C G Jung, jamais paru en librairie, car ne figurant pas dans ses oeuvres complètes. Il s'agit d'un texte directement écrit en français par Jung et publié en 1928 dans la Revue Métapsychique. Jung se situe dans la tradition philosophique occidentale pour nous décrire la structure de l'âme : la conscience est dotée d'un centre, le moi, ayant à sa disposition une énergie, la volonté, énergie arrachée à l'instinct et à l'inconscient par l'action "magique" (symbolique) des archétypes et des rituels. Cette conception de la psyché nous introduit dans l'univers jungien très distinct du monde freudien. C'est enfin le premier texte de Jung à être illustré d'une représentation de mandala, en l'occurrence dessinée par l'une de ses patientes.

    2 COMMENTAIRES DE LECTEURS

    Essentiel pour un, comme l'indique l'éditeur (26 juin 2013)

    Voici un livre de Jung, texte d'une conférence qu'il a donné en français à Genève en 1928, qui résume de façon très accessible l'essentiel de son approche. Mais dire que ce livre est très accessible ne signifie pas qu'il soit superficiel, loin s'en faut : facile et agréable à la première lecture, il mérite deux ou trois relectures pour en saisir toute la profondeur.

    Manipulation éditoriale pour l'autre (20 août 2013)

    Voici un "nouveau" texte de Jung qui n'apporte rien à son œuvre: ceux qui le pratiquent depuis longtemps n'apprendront rien, les autres auront une impression de grande confusion (d'autant plus que les éditeurs n'ont pas cru bon de fournir quelques notes pour aiguiller les nouveaux venus). Une dizaine d'euros pour un article qui survole tout sans s'attacher à rien, c'est déjà trop. Il y a bien d'autres ouvrages de Jung en poche plus complets et traitant véritablement tous les aspects de sa pensée. Ici, point de "soi", point de "chronicité"... en fait, plutôt que de structure de l'âme, il s'agit pour l'auteur de définir la conscience et la provenance de ses contenus...
    De plus la version révisée de 1931 est bien plus complète, et déjà traduite dans Problème de l'âme moderne (Buchet/Chastel) où il forme le chapitre un.

    ©http://www.amazon.fr/product-reviews/2847952535/ref=cm_cr_pr_viewpnt_sr_5?ie=UTF8&filterBy=addFiveStar&showViewpoints=0&sortBy=bySubmissionDateDescending

  5. L'oeuvre d'art la plus chère du monde se nomme désormais "Trois études de Lucian Freud"

    NEW YORK 12 novembre 2013

    Agence Reuters

    - L'oeuvre d'art la plus chère du monde se nomme désormais "Trois études de Lucian Freud", un triptyque de Francis Bacon de 1969, qui a été adjugé mardi pour la somme record de 142,4 millions de dollars (105,9 millions d'euros) chez Christie's à New York.

    L'oeuvre du peintre britannique, mort en 1992, avait été estimée à 85 millions de dollars (63,2 millions d'euros).
    Le précédent record du marché de l'art avait été atteint en mai 2012 pour une version du "Cri" d'Edvard Munch, vendu 119,9 millions de dollars (89,2 millions d'euros) par la maison concurrente Sotheby's.
    Le triptyque de Bacon n'avait jamais été mis sur le marché auparavant et ses trois panneaux ont été séparés pendant quinze ans avant d'être réunis, a précisé Christie's.
    L'oeuvre représente Lucian Freud, ami de Francis Bacon et peintre lui-même, assis sur une chaise, vu de face et de côté. Il n'existe qu'un autre triptyque complet de Bacon représentant le petit-fils du fondateur de la psychanalyse Sigmund Freud, selon la maison de ventes.
    Le précédent record d'une oeuvre de Francis Bacon remontait à 2008 et s'élevait à 86,3 millions de dollars (64,1 millions d'euros).
    Christie's a précisé que l'acquéreur était la galerie new-yorkaise Acquavella, qui a toutefois peut-être uniquement servi d'intermédiaire.
    La vente de mardi chez Christie's a aussi établi un autre record, celui d'une oeuvre d'art réalisée par un artiste vivant.
    L'art contemporain ne cesse de battre des records, alimenté par une nouvelle vague de riches collectionneurs en provenance de Chine, de Russie ou du Moyen-Orient.

    Jean-Stéphane Brosse pour le service français

    ©http://www.boursier.com/actualites/reuters/un-triptyque-de-francis-bacon-vendu-142-4-millions-de-dollars-146212.html

  6. JUNG L'EXPERIENCE INTERIEURE - Une belle réédition, augmentée et illustrée de l'ouvrage de Michel Cazenave 2014

    JUNG, L’EXPÉRIENCE INTÉRIEURE
    Une belle réédition, augmentée et illustrée de l'ouvrage de Michel Cazenave (1997) pour faire découvrir Carl Gustav JUNG, non pas à partir de son œuvre, de ses théories ou même de sa biographie, mais en retraçant l'histoire "psychologique" de l'inventeur de la psychologie des profondeurs. Le livre débute en 1903, année où Jung est encore au tout début de sa pratique. Mais le philosophe s'attarde surtout sur les années 1950, quand le psychiatre confirmé construit, sculpte et décore la tour de Bollingen, au fil de son expérience intérieure. Avec une belle plume de narrateur, M. Cazenave nous fait découvrir la part lumineuse, mais parfois tourmentée, de celui qui a passé son existence à vouloir faire reconnaitre la réalité de l’âme.
    © psychologies Magazine Janvier 2014 n° 336 - p174

  7. GASPARD PROUST - UNE BLAGUE AU HASARD - divertissement

    UNE BLAGUE AU HASARD
    C'est un SURMOI qui rencontre un ÇA et qui lui dit:
    -Tu me soules avec tes pulsions!
    Et le ÇA lui répond:
    - Faut voir ça avec MOI !
    Extrait du spectacle GASPARD PROUST TAPINE

    Théâtre du Châtelet
    Captation audiovisuelle des 21 & 22 juin 2013
    © Gaspard Proust

  8. SUJET DE PHILO - L'ENFER - Divertissement

    Voici la version d'une question "bonus" de chimie posée à l'université de Nanterre.

    La réponse d'un étudiant a été si loufoque que le professeur l'a partagée avec ses
    collègues, via Internet, et c'est pourquoi vous avez le plaisir de la lire ....

    Question Bonus: « l'enfer est-il exothermique1 ou endothermique2 »

    (1 : évacue la chaleur, 2 : absorbe la chaleur)

    La plupart des étudiants ont exprimé leur croyance en utilisant la loi de Boyle (si un gaz
    se dilate il se refroidit et inversement) ou ses variantes.
    Cependant, un étudiant eut la réponse suivante:
    Premièrement, nous avons besoin de connaître comment varie la masse de l'enfer avec le
    temps. Nous avons besoin de connaître à quel taux les âmes entrent et sortent de l'enfer.
    Je pense que nous pouvons assumer sans risque qu'une fois entrées en enfer, les âmes
    n'en ressortiront plus. Du coup aucune âme ne sort.
    De même pour le calcul du nombre d'entrées des âmes en enfer, nous devons regarder le
    fonctionnement des différentes religions qui existent de par le monde aujourd'hui.
    La plupart de ces religions affirment que si vous n'êtes pas membre de leur religion, vous
    irez en enfer. Comme il existe plus d'une religion exprimant cette règle, et comme les gens
    n'appartiennent pas à plus d'une religion, nous pouvons projeter que toutes les âmes vont
    en enfer...
    Maintenant, regardons la vitesse de changement de volume de l'enfer parce que la Loi de
    Boyle spécifie que « pour que la pression et la température restent identiques en enfer,
    le volume de l'enfer doit se dilater proportionnellement à l'entrée des âmes ». Par
    conséquent cela donne deux possibilités:
    1) si l'enfer se dilate à une moindre vitesse que l'entrée des âmes en enfer, alors la
    température et la pression en enfer augmenteront indéfiniment jusqu'à ce que l'enfer
    éclate.
    2) si l'enfer se dilate à une vitesse supérieure à la vitesse d'entrée des âmes en enfer, alors
    la température diminuera jusqu'à ce que l'enfer gèle.
    Laquelle choisir ?
    Si nous acceptons le postulat de ma camarade de classe Jessica m'ayant affirmé durant
    ma première année d'étudiant « Il fera froid en enfer avant que je couche avec toi », et en
    tenant compte du fait que j'ai couché avec elle la nuit dernière, alors l'hypothèse doit être
    vraie. Ainsi, je suis sûr que l'enfer est exothermique et a déjà gelé … Le corollaire de cette
    théorie c'est que comme l'enfer a déjà gelé, il s'ensuit qu'il n'accepte plus aucune âme et
    du coup qu'il n'existe plus... Laissant ainsi seul le Paradis, et prouvant l'existence d'un
    Être divin ce qui explique pourquoi, la nuit dernière, Jessica n'arrêtait pas de crier "Oh....
    mon Dieu !...."

    (Cet étudiant est le seul ayant reçu la note 20/20)

  9. NICK VUJICIC

    Les gens disent que c’est l’homme le plus inspirant de la planète. Maintenant je comprends pourquoi.

    Cette vidéo pourrait bien changer votre vie.

    Cliquez sur ce lien si vous souffrez d’un mal, de bleus à l’âme ou de bobos…
    Et visionnez cette courte vidéo.


    Voir la vidéo

  10. TOUS LES ESPOIRS SONT PERMIS

    Actuellement sur Canal +
    Un film américain de 2012
    TOUS LES ESPOIRS SONT PERMIS

    Kay et Arnold forment un couple fidèle depuis de longues années, mais Kay rêve de pimenter un peu leur vie et de resserrer les liens avec son mari. Lorsqu’elle entend parler d’un thérapeute spécialisé dans les problèmes conjugaux qui exerce dans la ville de Great Hope Springs, elle fait tout pour persuader son mari de prendre l’avion pour une semaine intense de thérapie de couple… Tout recommencer n’est pas évident, mais c’est loin d’être triste !

  11. MANIE-MELANCOLIE : NOUVEAUX PARADIGMES EN PSYCHOPATHOLOGIE

    Psychologie clinique et projective
    Numéro 19 - Revue annuelle

    Si, actuellement, d'importants débats subsistent sur les différences entre dépression endogène et dépression psychogène ou réactionnelle, ou encore sur l'éventuelle dimension psychotique de ces troubles et sur l'utilité ou non de les distinguer de manière radicale, d'autres voies de réflexion s'ouvrent dans le champ psychanalytique en diversifiant les approches cliniques et psychopathologiques. En effet, longtemps considérée comme une pathologie de l'âge adulte, la maladie bipolaire est à présent reconnue non seulement chez les adultes mais aussi chez les adolescents et le diagnostic constitue une véritable alternative à celui de schizophrénie. Le fonctionnement psychotique, quel qu'il soit, comportant un noyau mélancolique, la dimension affective présente dans certaines psychoses dissociatives montrent l'intérêt de décloisonner les concepts de schizophrénie et de troubles de l'humeur. Enfin, les fonctionnements limites révèlent dans leurs dérives les plus délétères une tentation mélancolique aux confins de la psychose. Confrontés dans le monde entier à l'augmentation de troubles graves de l'humeur, notamment dépressifs, les cliniciens et chercheurs d'aujourd'hui considèrent les maladies maniaques et dépressives comme de nouveaux défis à relever, voire comme de nouveaux paradigmes en psychopathologie.

    ©2014
    ©http://www.editions-eres.com/parutions/psychanalyse/psychologie-clinique-et-projective/p3286-manie-melancolie-nouveaux-paradigmes.htm

  12. LA LISTE DE FREUD - Roman de Goce Smilevski - 2013

    LA LISTE DE FREUD - Roman de Goce Smilevski
    (septembre 2013) - Éditions Belfond

    En résumé : Littérature Étrangère
    Récompensé par le prix européen pour la Littérature, un roman fascinant qui donne à voir un épisode peu évoqué de la vie de Freud : en 1938, alors que des visas sont attribués pour l'Angleterre, le père de la psychanalyse dresse une liste de ceux qu'il souhaite emmener avec lui, liste excluant ses quatre soeurs qui finiront déportées au camp de Terezin. Dans une Vienne en pleine effervescence, une oeuvre vibrante en forme d'hommage à Adolfina Freud, enfant mal aimée condamnée à la solitude. 1938 : l'Allemagne nazie s'apprête à envahir l'Autriche, les Juifs cherchent à fuir par tous les moyens. Alors qu'on lui délivre des visas pour l'Angleterre, Sigmund Freud est autorisé à soumettre une liste de ceux qu'il souhaite emmener avec lui. Figurent sur cette liste, entre autres, son médecin et ses infirmières, son chien, sa belle-soeur, mais pas ses propres soeurs. Tandis que le père de la psychanalyse finira ses jours à Londres, toutes les quatre sont déportées dans le Camp de Terezin. Adolfina, la s?ur préférée de Freud, âme sensible et douée, enfant mal aimée, femme condamnée à la solitude, raconte : l'enfance complice avec son frère adoré, ses aspirations dans cette Vienne de fin de siècle, pleine du bouillonnement artistique et intellectuel, son amour déçu pour un camarade d'université, l'éloignement d'avec son génie de frère, sa rencontre avec Klara Klimt dans un hôpital psychiatrique, son rêve de Venise, sa blessure familiale...

    Le Mot de l'éditeur
    1938 : alors qu’on lui délivre des visas pour l’Angleterre, Sigmund Freud est autorisé à soumettre une liste de ceux qu’il souhaite emmener avec lui.
    Figurent sur cette liste, entre autres, son médecin et ses infirmières, son chien, sa belle-sœur, mais pas ses propres sœurs. Tandis que le père de la psychanalyse finira ses jours à Londres, toutes les quatre sont déportées dans le Camp de Terezin.
    Adolfina, la sœur préférée de Freud, âme sensible et douée, enfant mal aimée, femme condamnée à la solitude, raconte : l’enfance complice avec son frère adoré, ses aspirations dans cette Vienne de fin de siècle, pleine du bouillonnement artistique et intellectuel, son amour déçu pour un camarade d’université, l’éloignement d’avec son génie de frère, sa rencontre avec Klara Klimt dans un hôpital psychiatrique, son rêve de Venise, sa blessure familiale…

    Coups de cœur des Libraires

    • Freud par le bout de la lorgnette.
    NATHALIE de FNAC Paris - Saint-Lazare Un roman où nous découvrons la personnalité cachée de Freud. Ses rapports avec sa famille, une toute autre approche du psychanalyste. C'est également une plongée dans la Vienne de cette époque où nous côtoyons également Klimt. Une plongée un peu édulcorée dans la vie de Freud où il apparait sous un tout autre visage.

    • "Comment Freud a sacrifié ses soeurs!"
    LYDIE de FNAC Montpellier Dans une ville fascinante telle que Vienne, se tisse une histoire inédite à travers le portrait saisissant de femmes engagées "porteuses d'espoirs".Paradoxe d'un homme mis à nu par sa soeur dont l'histoire tragique nous émeut, livrant un Freud inconnu qui a le poids d'une liste sur la conscience.Troublant de vérité!

    ©http://livre.fnac.com/a5947786/Goce-Smilevski-La-liste-de-Freud#ficheResume

  13. HAPPYNESS THERAPY CANAL +

    SUR CANAL +

    La vie réserve parfois quelques surprises…
    Pat Solatano a tout perdu : sa maison, son travail et sa femme. Il se retrouve même dans l’obligation d’emménager chez ses parents.
    Malgré tout, Pat affiche un optimisme à toute épreuve et est déterminé à se reconstruire et à renouer avec son ex-femme.
    Rapidement, il rencontre Tiffany, une jolie jeune femme ayant eu un parcours mouvementé. Tiffany se propose d’aider Pat à reconquérir sa femme, à condition qu’il lui rende un service en retour. Un lien inattendu commence à se former entre eux et, ensemble, ils vont essayer de reprendre en main leurs vies respectives.

    Voir la fiche PDF dans la Thématique "CULTURE & DIVERTISSEMENT"
    Catégorie : FILMS CINEMA

  14. DU BONHEUR, un voyage philosophique

    Du bonheur, un voyage philosophique
    De FRÉDÉRIC LENOIR

    Essai - Éditions Fayard, octobre 2013 - 240 pages

    Qu’entendons-nous par « bonheur » ? Dépend-il de nos gènes, de la chance, de notre sensibilité ? Est-ce un état durable ou une suite de plaisirs fugaces ? N’est-il que subjectif ? Faut-il le rechercher ? Peut-on le cultiver ? Souffrance et bonheur peuvent-ils coexister ?

    Pour tenter de répondre à ces questions, Frédéric Lenoir propose un voyage philosophique, joyeux et plein de saveurs. Une promenade stimulante en compagnie des grands sages d’Orient et d’Occident.
    Où l’on traversera le jardin des plaisirs avec Épicure. Où l’on entendra raisonner le rire de Montaigne et de Tchouang-tseu. Où l’on croisera le sourire paisible du Bouddha et d’Épictète. Où l’on goûtera à la joie de Spinoza et d’Etty Hillesum. Un cheminement vivant, ponctué d’exemples concrets et des dernières découvertes des neurosciences, pour nous aider à vivre mieux.

    TABLE

    Prologue
    1. Aimer la vie qu’on mène
    2. Au jardin des plaisirs, avec Aristote et Epicure
    3. Donner du sens à sa vie
    4. Voltaire et l’imbécile heureux
    5. Tout être humain souhaite-t-il être heureux ?
    6. Le bonheur n’est pas de ce monde : Socrate, Jésus, Kant
    7. De l’art d’être soi-même
    8. Schopenhauer : le bonheur est dans notre sensibilité
    9. L’argent fait-il le bonheur ?
    10. Le cerveau des émotions
    11. De l’art d’être attentif… et de rêver
    12. Nous sommes ce que nous pensons
    13. Le temps d’une vie
    14. Peut-on être heureux sans les autres ?
    15. La contagion du bonheur
    16. Bonheur individuel et bonheur collectif
    17. La quête du bonheur peut-elle rendre malheureux ?
    18. Du désir à l’ennui : le bonheur impossible
    19. Le sourire du Bouddha et d’Epictète
    20. Le rire de Montaigne et de Tchouang-tseu
    21. La joie de Spinoza et de Mâ Anandamayî

    Épilogue
    Notes
    Bibliographie sélective

    ©http://www.fredericlenoir.com/essais/du-bonheur-voyage-philosophique

  15. LA VERITE SUR LES TROUBLES BIPOLAIRES

    LA VÉRITÉ SUR LES TROUBLES BIPOLAIRES
    Auteur : Paul E. JONES - 286 pages, 14 x 21 cm - Parution : novembre 2013 - Éditeur : JOSETTE LYON

    COMMENT VIVRE QUAND ON SOUFFRE DE TROUBLES BIPOLAIRES ?

    A travers ses séminaires, ses interventions et sa page Facebook BipolarBoy.com, l'humoriste Paul Jones touche des milliers de gens atteints de troubles bipolaires comme lui. Avec humour, honnêteté et des conseils pratiques, il lève le voile du stigmate de la maladie mentale et nous éclaire sur ce que représente la vie avec ce trouble souvent mal compris.

    • Établir un diagnostic
    • Comprendre tout le jargon des psy
    • Tout sur les médicaments - Des conseils pour ne pas être tenté de laisser tomber ses traitements
    • L'impact de cette maladie sur les relations familiales, l’amitié et la vie professionnelle
    • Apprendre à apprécier les bons côtés et les défis de la vie en dents de scie

    Intime, parfois drôle et toujours franc, ce livre est un guide essentiel et totalement nouveau écrit par quelqu'un qui a appris à gérer la bipolarité au fil des jours.

    Licence : http://www.editions-tredaniel.com/la-verite-sur-les-troubles-bipolaires-p-5449.html

  16. ET N'OUBLIE PAS D'ETRE HEUREUX

    ET N'OUBLIE PAS D'ÊTRE HEUREUX
    Abécédaire de psychologie positive

    Auteur : Christophe André

    Date de parution : 23/01/2014 - Nombre de page : 400 pages - Format : 145 x 220 mm


    « N’aie pas peur d’être heureux.

    Ne t’inquiète pas de savoir si ton bonheur cessera un jour : il cessera.

    Mais ne te désespère pas : il reviendra, toujours.

    Ne t’inquiète donc pas et savoure plutôt chaque instant de ta vie.

    Souris, fais de ton mieux, et surtout : n’oublie pas d’être heureux. » C. A.

    Dans cet ouvrage très personnel, Christophe André nous accompagne sur le chemin d’une vie plus épanouie, plus heureuse et plus sage, pour mieux traverser les hivers et les étés de notre existence.

    Parcouru de conseils et d’exercices, cet abécédaire constitue une méthode passionnante et convaincante pour apprendre à vivre heureux.

    Christophe André est médecin psychiatre à l’hôpital Sainte-Anne, à Paris. Il est l’auteur de très grands succès, en France et à l’étranger : Imparfaits, libres et heureux, Les États d’âme, Psychologie de la peur et bien d’autres encore.
    Mots clés : bien-être, bonheur, bouddhisme, développement de soi, développement intellectuel, développement personnel, psychologie cognitive

    Licence : http://www.odilejacob.fr/catalogue/psychologie/developpement-personnel/et-noublie-pas-detre-heureux_9782738129055.php

  17. MELANIE KLEIN, LETTRES A MARCELLE SPIRA

    MÉLANIE KLEIN, LETTRES A MARCELLE SPIRA
    AUTEUR : Jean-Michel Quinodoz

    Quarante-cinq lettres inédites de Melanie Klein adressées à la psychanalyste suisse Marcelle Spira de 1955 à 1960.
    216 pages - ISBN : 978-2-13-062069-3 "Hors collection" - Date de parution : 09/10/2013 -Discipline : Psychologie/Psychanalyse

    L'ouvrage
    Les quarante-cinq lettres inédites que Mélanie Klein avait adressées en anglais entre 1955 et 1960 à la psychanalyste suisse Marcelle Spira ont été découvertes en 2006, après le décès de cette dernière. Elles sont présentées ici en traduction française, ainsi que six brouillons de Spira. Cette correspondance est précieuse car rares sont les lettres de Klein qui ont été conservées.
    Le fil rouge est constitué par la traduction en langue française de La psychanalyse des enfants. Initiée par Jacques Lacan et poursuivie par René Diatkine, elle fut reprise par Jean-Baptiste Boulanger avec la collaboration de Spira et révisée au fur et à mesure par Klein. Des discussions psychanalytiques s’ébauchent par écrit, mais Klein se réserve de répondre oralement aux questions de Spira lors de leurs rencontres, car elle est absorbée par l’écriture d’Envie et Gratitude. Le véritable intérêt de ces lettres vient de ce qu’elles constituent une autobiographie émouvante des cinq dernières années de la vie de Klein et un témoignage du soutien amical que cette pionnière de la psychanalyse apporta à Marcelle Spira qui introduisit la pensée kleinienne en Suisse romande.

    Table des matières
    1. Des lettres inédites de Melanie Klein
    2. Mélanie Klein, Marcelle Spira, Raymond de Saussure et la Société suisse de psychanalyse
    3. De Lacan à Boulanger : Dix ans pour traduire La psychanalyse des enfants
    4. Plusieurs fils rouges en parallèles
    5. Quarante-cinq lettres de Mélanie Klein à Marcelle Spira (traduites de l’anglais)
    6. Six brouillons de lettres en langue française de Marcelle Spira à Melanie Klein
    7. Bibliographie
    8. Facsimilés (trois lettres de Klein et un brouillon de Spira)
    Index

    A propos de l’ auteur
    Jean-Michel Quinodoz est psychanalyste en pratique privée à Genève, membre formateur de la Société suisse et Distinguished Fellow de la Société britannique de psychanalyse. Éditeur des Annuels Européens de The International Journal of Psychoanalysis, il est l’auteur de plusieurs ouvrages, parus aux Puf, dont Lire Freud et À l’écoute d’Hanna Segal.

    Licence : http://www.puf.com/Autres_Collections:Melanie_Klein,_Lettres_a_Marcelle_Spira

  18. TYPES PSYCHOLOGIQUES ET PROCESSUS D'INDIVIDUATION

    TYPES PSYCHOLOGIQUES ET PROCESSUS D'INDIVIDUATION
    de Claude Bourreille
    Éditeur : Le Martin-Pêcheur, 2013


    Introverti et extraverti, deux termes jungiens, faussement familiers du grand public, que la psychanalyste Claude Bourreille (1923- 2011) nous fait comprendre via la dynamique jungienne des types psychologiques – une approche proposée par Carl Gustav Jung pour caractériser le mode de fonctionnement psychologique des individus selon seize déclinaisons.
    Le livre de ce dernier, Types psychologiques (Georg, 1993), publié en 1920, est le deuxième ouvrage dans lequel il théorise ce qui le sépare de la conception freudienne de l’inconscient. « Une question joua un grand rôle pour moi : comment est-ce que je me distingue de Freud ? » écritil. Après sa rupture avec « le maître », en 1912, Jung entra dans une réflexion solitaire et un voyage dans l’inconscient.
    Types psychologiques permet de comprendre le concept d’individuation, ce processus de transformation intérieure qui se manifeste par « une prise de conscience qu’on est distinct et différent des autres, et l’idée qu’on est soi-même une personne entière, indivisible ». Une réalisation de soi et deux types psychologiques : l’introverti ou l’extraverti. Un ouvrage de vulgarisation érudite à réserver aux jungiens et aux freudiens éclairés.

    Modifié en septembre 2013

    ©http://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Personnalite/Livres/Types-psychologiques-et-processus-d-individuation
    ?

    QUATRIÈME DE COUVERTURE

    C’est l’un des mérites de Claude Boureille, que de nous faire pénétrer, avec intelligence et clarté, dans la dynamique de ces Types, tout en nous en faisant ressortir la richesse et la profondeur. Si introversion et extraversion font aujourd’hui partie de notre vocabulaire courant, elle nous montre bien comme ces notions recouvrent beaucoup plus que nous ne le croyons d’habitude, et comme les fonctions (« pensée, sentiment, sensation ou intuition ») recouvrent des notions que nous avons souvent appauvries.
    Leçon de vie et de « bon » jugement, ce livre paraît indispensable pour quiconque veut entendre à son vrai niveau ce que peut nous apporter l’une des études les plus importantes de Carl Gustav Jung, au delà des mécompréhensions ou des interprétations réductrices.

    L’AUTEURE

    Claude Bourreille (1923-2011), psychanalyste, membre de la Société Française de Psychologie Analytique, diplômée de philosophie, graphologue, est l’auteur de deux livres : De Thérèse Martin à Thérèse de Lisieux (Consep, 2003, rééd. 2005) et de Pérégrination avec Jung (La Part Commue, 2011).

    SOMMAIRE
    Avant-propos
    Introduction
    Naissance d’une œuvre
    Les Types dans l’histoire de la pensée
    Barbarie et processus de création
    Un symbole verbal…
    De l’esthétique à l’éthique à travers les mythes d’Apollon et de Dionysos
    Quelques séquences d’un parcours d’analyse
    Poètes et mystiques, prophètes de la création
    L’introversion et de l’extraversion…
    Rôle de l’introversion dans la phase de régression
    Les fonctions
    La "persona", jeu de masques ou mise en scène des conflits
    Épilogue


    ©http://www.lemartinpecheur-domainejungien.net/Types-psychologiques

  19. HISTOIRE DE SPECIALISTE

    J'ai dit à ma femme qu’elle me portait sur les nerfs, qu’elle allait me rendre complètement zinzin, et que j’avais des envies de meurtre quand elle m’agaçait. Elle m’a dit très calmement de consulter un spécialiste.
    Et alors qu’est ce que tu a fait ?
    - J'ai donc engagé comme spécialiste, un tueur à gages.

  20. L'IMPORTANCE DU SEXUEL

    Auteur - Dr Ghislaine PARIS
    Éditeur - Odile Jacob (192 pages)

    L'IMPORTANCE DU SEXUEL
    Retrouver le désir

    • Date de parution : 17/10/2013
    • Nombre de page : 192 pages
    • Format : 145 x 220 mm
    • ISBN : 9782738130419

    Le manque de désir sexuel est aujourd’hui au cœur des consultations de sexologie. Comment redonner à la sexualité la place et la valeur qu’elle mérite dans nos vies ? En quoi celle-ci est-elle une affaire vitale, qui nous apporte du plaisir, mais aussi beaucoup plus ? « La sexualité est le fil rouge de notre existence », explique l’auteur.

    À travers son dialogue fictif avec Karine, jeune patiente en thérapie, Ghislaine Paris rappelle tout ce qui, décidément, dépend du sexuel : notre capacité à aimer, notre accès à la maturité, notre acceptation de l’altérité… des vérités sur le sexe qu’on ne nous a pas dites et qui nous invitent à changer de regard.

    C’est seulement si nous prenons conscience de ces dimensions bénéfiques que nous pourrons laisser s’épanouir notre vie sexuelle. Car, pour Ghislaine Paris, toute sexualité peut être heureuse, pour peu que nous lui accordions de l’attention, du temps et de la curiosité.

    Dr Ghislaine Paris

    Médecin sexologue formée en psychanalyse, elle est l’auteur d’Un désir si fragile, publié en 2004, et coauteur de Faire l’amour pour éviter la guerre dans le couple, publié en 2010.
    Licence - ©http://www.odilejacob.fr/catalogue/sante-vie-pratique/sexualites/importance-du-sexuel_9782738130419.php

  21. JE PRENDS SOIN DE MON COUPLE

    JE PRENDS SOIN DE MON COUPLE

    Auteur - Fabienne KRAEMER
    Éditeur - PUF (296 pages)

    La méthode C. A. R. E. repose sur les quatre piliers d’harmonisation du couple que sont : Complicité, Amour, Respect et Engagement le livre propose à la fois d’évaluer le niveau de CARE de son couple et surtout de croire au bonheur à deux.

    Caractéristiques
    • ISBN : 978-2-13-061712-9
    • Collection "Psychoguides"
    • N° d'édition : 1
    • Date de parution : 09/10/2013
    • Discipline : Psychologie/Psychanalyse

    Où se procurer cet ouvrage ?
    • En librairie
    • En ligne
    o avec Amazon
    o avec Fnac
    o avec Librairie Dialogues

    L'ouvrage
    Vous aider à vivre un bonheur à deux durable : tel est le but de cet ouvrage. Célibataires désespérés, couples fragilisés, ou champions des histoires courtes, ce livre est pour vous. Dans un monde plus libre et où tout va plus vite, harmoniser et stabiliser sa relation à l’autre est une priorité face à la recrudescence des ruptures, des divorces, des recompositions et du célibat.
    Préservez le désir sexuel, retrouvez le dialogue, recherchez le bonheur ensemble, projetez-vous de manière positive dans l’avenir. Pour cela, appuyez-vous sur la méthode des 4 piliers d’harmonie du couple : complicité, amour, respect et engagement.
    Que vous soyez un homme ou une femme, vous trouverez ici des clés pour mieux aimer et être heureux ensemble. Résolument positif, le propos de ce livre vous redonnera confiance en vous et foi en l’amour.

    Table des matières

    Avant propos : couple et bonheur

    Première partie – La notion de couple

    • À chacun sa définition du couple
    • Qu’est-ce qu’un couple

    Deuxième partie – Les fondations du couple
    • Aimer faire l’amour à son conjoint
    • Il faut qu’on se parle
    • Demain on fait quoi ?
    • Le quotidien, juste équilibre entre routine et magie
    • Le sens des valeurs
    • Et le travail dans tout ça ?
    • Par ici la monnaie !
    • On n’est pas à la noce !
    • Et moi et moi, émoi

    Troisième partie – Genèse de la crise dans le couple
    • Pourquoi je ne parle pas des enfants
    • Avis de tempête sur le couple
    • Rester ensemble pour le meilleur
    • Se séparer à cause du pire
    • La thérapie de couple
    • Réussir son deuxième couple (ou son troisième)

    Quatrième partie – Le care en pratique
    • Prendre soin de son couple : le care
    • Faites le bilan de CARE de votre couple
    • Comment faire votre bilan complet

    Cinquième partie – Améliorez le niveau de CARE de votre couple
    • Devenez plus complice
    • Aimez-vous mieux jour après jour
    • Respectez-vous l’un l’autre
    • Engagez-vous chaque matin

    A propos de l'auteur
    Fabienne Kraemer est médecin de formation et psychanalyste depuis quinze ans. Elle exerce actuellement à Paris et a collaboré à plusieurs magazines de télévision, de radio et de presse écrite.

    LICENCE - ©http://www.puf.com/Autres_Collections:Je_prends_soin_de_mon_couple

  22. CHOISIR SON PSYCHOTHERAPEUTE


    Comment le patient peut-il s'y retrouver?
    A ce jour, peu d'universités françaises peuvent prétendre contribuer à la formation des psychothérapeutes L'organisation de la profession de psychothérapeute, du fait de l'absence de réglementation, est fondée sur le système de formation associatif. En France, la tradition a favorisé la création de syndicats professionnels.
    Les associations ayant pour vocation la formation, les Syndicats en question, et autres instances (politiques) préconisent une formation inspirée du modèle psychanalytique:
    La formation spécifique du psychothérapeute:
    Il est demandé au psychothérapeute de suivre une formation spécifique complète selon les quatre points suivants:
    • Une psychothérapie personnelle approfondie,
    • Une formation spécifique,
    • Des séances de supervision avec un praticien superviseur
    • Un entretien du suivi par des pairs afin d’obtenir leur reconnaissance.
    Il existe trois catégories distinctes de psychothérapeutes. Actuellement, les personnes faisant usage du titre de psychothérapeute peuvent être regroupées en trois catégories distinctes :
    1. Praticiens ayant acquis une formation spécifique complète de psychothérapeutes et disposant ainsi de connaissances particulières en psychothérapie et en psychopathologie. Ceux-ci peuvent être psychologues, médecins, psychiatres, psychanalystes ou professionnels d’autres formations (infirmiers, éducateurs, assistants sociaux). Pour ces derniers, la reconnaissance des maîtres et des pairs les confortent dans leur légitimité.
    2. Professionnels disposant de connaissances médicales ou psychiatriques, mais n'ayant acquis aucune connaissance spécifique en psychothérapie auront plutôt tendance à prescrire des médicaments.
    3. Certains cliniciens, justifiant de connaissances théoriques universitaires et éventuellement de connaissances pratiques dues à leur travail en milieu institutionnel, mais n'ayant acquis aucune formation spécifique satisfaisante en psychothérapie auront plutôt un rôle socio-professionnel.
    Il est important de savoir qu’avant l’amendement Accoyer, les praticiens de catégories 2 et 3 faisant usage du titre de psychothérapeute, doivent faire la preuve d’une formation spécifique complète de psychothérapeute pour mériter ce titre.
    Or, depuis ces nouvelles mesures, les psychiatres n’étant pas obligatoirement compétents pour exercer la profession de psychothérapeute se verront pourtant délivrer le titre de psychothérapeute par les ARS pour peu qu’ils le demandent sans pour autant être formé.
    Au consultant de s’informer car le médecin comme le psychologue clinicien se réfère à son savoir et envisage la personne à travers un cadre théorique de diagnostic qui le conduit à une thérapeutique de prescriptions et/ou de conseil, de nature bien différente de la pratique du psychothérapeute.
    Il est bien entendu qu'un certain nombre de médecins et de psychologues se forment personnellement à la psychothérapie et la pratiquent en clientèle privée comme en institution, sous le couvert de leur titre. Mais c'est bien la formation spécifique en dehors de leur cursus et de leur diplôme universitaire qui les qualifie pour cette tâche.

    Lundi 21 avril 2014

    ©http://www.api-listen.net/article-12829565.html

  23. INSTITUTIONS ET PSYCHANALYSE


    INSTITUTIONS ET PSYCHANALYSE
    Parcours d'un psychiatre
    Paul RISSER

    ©2014
    Hypothèses - collection dirigée par Jean-Richard Freymann

    ISBN : 978-2-7492-4119-7
    EAN : 9782749241197

    20.00 € le 01/05/2014

    Préface de Michel Patris
    Voici un récit de voyage en terre de psychiatrie, contrée semée d’embûches, de mensonges et de lâchetés « trop humaines » où se joue le vrai drame de la folie. Paul Risser nous conduit de ses débuts en centre hospitalier de conception asilaire, à l’avènement de la psychiatrie en secteurs, dans des établissements entièrement neufs.
    Les réformes se succèdent avec une réelle évolution des structures d’accueil, conçues de manière moderne et pour une autre forme de pratique. Mais bien des difficultés naissent ; les changements sont pensés sans tenir compte de leur mise en place dans les institutions, au quotidien et sur le terrain. Même l’architecture de ces nouveaux lieux de vie crée bien des problèmes tant aux soignants qu’aux patients. Et l’on constate que les bonnes intentions peuvent se transformer en conditions de travail infernales, et ne pas apporter d’amélioration aux conditions de vie des patients.
    Tout au long de son parcours professionnel, l’auteur, guidé par un attachement profond à la psychanalyse, s’est attaché avec beaucoup de conviction à faire évoluer les soins proposés aux patients. Son témoignage croise l’histoire de la psychiatrie strasbourgeoise et de ses acteurs (Théophile Kammerer, René Ebtinger, Lucien Israël notamment) et interroge le devenir de cette spécialité.

    Mise en vente le 24 avril 2014.


  24. HUMOUR POLITICOPSY

    Théorie du genre ou pas, on n'y peut rien... Vous êtes un COCHON,
    Robert et vous ne serez jamais une linotte mélodieuse...

    Dessin de Iturria dans le quotidien Sud-Ouest - Juillet 2014

  25. SUR LES TRACES DE JUNG

    Le prochain, et dernier Voyage
    "sur les traces de C.G.Jung"
    organisée par Carole Sédillot et l'Association Symbole et Psyché aura lieu en octobre.
    De Zurich à Bollingen, ce sera l'occasion pour les participants de découvrir les lieux de vie du fondateur de la psychologie des profondeurs.
    Un voyage accompagné par les deux petits-fils de Jung.

    Du 24 au 26/10/2014.

    Documentation et renseignements sur le site de Carole Sédillot :
    http://www.symbole-et-psyche.com/

    LE VOYAGE EST COMPLET

    Une information extraite du N° 341 (Juin 2014) de PSYCHOLOGIES MAGAZINE
    Rubrique "MA SANTÉ AUTREMENT / RENDEZ-VOUS page 180

  26. YI JING 1er COLLOQUE INTERNATIONAL

    Dernière minute
    Informations sur les inscriptions

    Vous ne pouvez venir qu'une seule journée sur les deux jours du colloque ?
    N'hésitez pas à venir le jour où vous le souhaitez et à vous inscrire directement sur place.

    Vous avez oublié de vous inscrire ?
    Vous pouvez venir dès samedi 14 juin à partir de 8h30 pour vous inscrire sur place.



    PROGRAMME
    Samedi 14 juin 2014 – Etude du Yi Jing

    9h-10h Cyrille J-D Javary
    Une traduction qui légitime le Yi Jing
    10h-11h Pr. Léon Vandermeersch
    Les deux raisons chinoises, divination et idéographie
    11h30-13h Pr. Edward L. Shaughnessy
    L’histoire de la formation d’un classique Traduction Pr. Klein
    14h30-15h30 Danielle Elisseeff
    Gestes et formes pour rendre compte de l’inéluctable mutation des êtres
    15h30-17h Pr. LI Ding
    Rationalité occidentale d’un classique chinois Traduction SUN Wendi
    17h30-18h45 Pr. JU Fei
    Lacan et le Yi Jing : vision chinoise de la topique analytique


    Dimanche 15 juin 2014 – Usage du Yi Jing

    9h-10h Philippe Thiriot
    Créations artistiques à partir du Yi Jing
    10h-11h Pr. Ivar Ekeland
    L’appréciation mathématique du hasard
    11h30-13h Didier Goutman
    Mais qu’est-ce qui répond quand on interroge le Yi Jing ? Echanges avec la salle
    14h30-15h00 Yann Baud
    "Chaudron" et "7 mondes" Compositions musicales contemporaines
    15h00-16h00 Zhou Jing Hong
    Théorie et pratique du Qigong selon le Yi Jing
    16h00-18h Benny Cassuto, Patricia Ibanez, Bruno Poignant, Gérard Timon, modérateur Patrice Van Eersel
    Table-ronde : De l’usage du Yi Jing en situation professionnelle
    18h00-18h15 Cyrille J-D Javary
    Clôture du colloque – La modernité d’un classique chinois

    Plus d'information sur le site:
    http://www.colloque-yijing.djohi.org/

    Télécharger le programme du colloque:
    colloque-yi-jing-programme.pdf

  27. HYPNOSE ET DÉPENDANCE ALCOOLIQUE

    Avec l’hypnose, on peut traiter la dépendance psychologique et physique en même temps.
    Pour cela, il faut :
    • Identifier l’origine de la dépendance : l’évènement ou le traumatisme à l’origine des émotions négatives qui poussent l’alcoolique à boire.
    • Identifier les paramètres psychologiques qui ont renforcé la dépendance au fil du temps.
    • Identifier les programmations mentales négatives : les croyances, les idées, les compulsions qui favorisent l’envie de boire.

    Cure de désintoxication alcoolique : Le sevrage par hypnose
    L’hypnose peut vous aider à arrêter de boire. Et ce, sans subir les foudres du manque.
    L’hypnothérapie va intervenir au niveau de votre subconscient en :
    • Travaillant sur l’origine de la dépendance
    • Remplaçant par des programmations mentales négatives par des programmations mentales positives
    • Renforçant la volonté et l’envie d’arrêter de boire
    • Installant la confiance pour éviter la dépression

    ©http://la-puissance-du-subconscient.com/cure-de-desintoxication-alcoolique

  28. Quand l'alcool conduit à la dépendance...

    Fêtes, apéros, anniversaires… toutes les occasions sont bonnes pour se retrouver autour d’un verre ! Mais parfois, la consommation occasionnelle par plaisir devient progressivement une véritable dépendance. Voici quelques informations et conseils concernant ce problème épineux, et pourtant encore tellement répandu qu’est l’alcoolisme...

    Comment savoir si je suis dépendante à l'alcool ?.
    Si parmi les symptômes suivants, vous vous reconnaissez au moins dans 3 situations, alors il faut agir, et vite :
    - Tolérance augmentée : on tient de mieux en mieux l’alcool
    - Symptômes de sevrage : on a du mal à stopper sa consommation d’alcool, et un besoin s’installe (tremblements, anxiété, sudations, épilepsie à l’arrêt de l’alcool)
    - Difficultés à contrôler la quantité d’alcool consommée
    - Préoccupations liées à l’approvisionnement : l’alcool devient l’une des principales préoccupations de l’individu
    - Désir persistant et infructueux de diminuer ou d’interrompre la consommation : on émet le souhait de s’en sortir mais on n’y parvient pas
    - Répercussions négatives de l’alcool sur les loisirs et la vie sociale
    - Consommation persistante malgré des problèmes de santé physique ou psychique

    Quelle est la consommation maximum (le seuil) d'alcool tolérable ?.
    - Chez l'homme : 3 verres d'alcool par jour maximum (soit 36 g d'alcool pur) ;
    - Chez la femme : 2 verres d'alcool par jour maximum (soit 24 g d'alcool pur) ;
    - Femmes enceintes et enfants : consommation zéro.

    Quelles sont les causes de l’alcoolisme ?.

    - Des causes organiques :.
    Toutes les drogues, y compris l’alcool, provoquent un "mécanisme de récompense" dans le cerveau.
    Chaque fois qu'une personne consomme une drogue, elle se sent bien, ce qui l'incite généralement à vouloir en consommer de nouveau.
    Si vous consommez régulièrement une substance, votre corps aura besoin d’en prendre des quantités de plus en plus grandes pour obtenir le même effet.
    Ce phénomène s'appelle la tolérance, et il peut constituer la dépendance à une drogue ou à l'alcool.
    - Des causes psychiques :.
    Les personnes en dépression, ou sujettes à des problèmes plus profonds (lésions psychiques, abus sexuels, agressions…)
    - Des causes génétiques :.
    Dans une famille, l’alcoolisme est une maladie qui peut se transmettre de génération en génération.
    Cependant, si le risque de développer des problèmes d’alcool est trois fois plus important pour un fils ou une fille d’alcoolique, seule une petite proportion d’entre eux deviennent dépendants (15% des garçons et 5% des filles).
    À l'inverse, une personne sans aucune histoire familiale d'alcoolisme peut devenir dépendante.
    - Des causes sociales :.
    Pour justifier une consommation excessive d’alcool, on accuse trop souvent : l'héritage culturel, la tradition familiale, l'attachement au terroir ou les réunions entre amis.
    La consommation d’alcool est souvent perçue dans la société, comme une pratique virile, au cours des soirées entre amis par exemple.
    L’alcoolisme touche également bien souvent les individus qui ont un accès direct à l’alcool sur leur lieu de travail (producteurs et distributeurs d’alcool).
    L’alcoolisme peut être déclenché par un conflit (travail, famille,..) et utilisé comme un moyen de "fuir" une situation désagréable.
    Toutefois, alors que 90% des adultes boivent de l’alcool, environ 10% en sont dépendants.

    Les effets secondaires de l'alcoolisme.
    Les conséquences de l’alcoolisme sont nombreuses...
    - Effets sur soi .
    Les effets peuvent être psychologiques : l'alcoolisme est un facteur de stress, de maladies psychiques et de troubles mentaux ; ou physiques : l’alcoolisme entraîne en moyenne 23 000 morts par an. Les maladies liées à l’alcoolisme sont nombreuses : cancers (lèvres, bouche, pharynx, larynx), maladies cardiovasculaires, cirrhoses...

    - Effets sur les autres .
    L'alcoolisme peut entraîner des comportements agressifs, un danger lors de rapports sexuels non protégés, des accidents de la route (l’alcool au volant est la cause de 4000 morts par an en moyenne).

    Comment soigner la dépendance à l’alcool ?.

    - Des médicaments : .Il existe deux types de médicaments qui peuvent être prescrits dans le traitement de l’alcoolisme.
    Les premiers sont des calmants utilisés pendant le temps du sevrage physique pour diminuer ou éviter les symptômes qui peuvent se développer à l’arrêt de l’alcool (tremblements, sudations, palpitations, épilepsie…).
    La deuxième catégorie de médicaments aide l’individu à devenir abstinent en diminuant son envie de boire.
    Prescrits conjointement à un suivi médical adapté, ces médicaments constituent une protection contre la rechute.
    - Une psychothérapie : .Lors d’une consultation médicale, un suivi psychologique peut être proposé. Souvent, une psychothérapie permet de résoudre certains problèmes liés indirectement à une consommation excessive d’alcool.
    - Thérapies de groupe : .Il existe de nombreux groupes d’aides, le plus connu étant les Alcooliques Anonymes. L’avantage d’une thérapie de groupe est que l’individu rencontre d’autres personnes dans sa situation. Il n’y a plus un contact direct avec un psychothérapeute, mais une entraide entre plusieurs alcoolo-dépendants.
    - Des cures de désintoxication :. La cure permet à l’individu de se couper de son environnement, et de se plonger dans une période d’abstinence totale. Un suivi médical est effectué afin d’éliminer l’alcool dans l’organisme, en parallèle d'un suivi psychologie qui a pour but de sevrer le patient afin que même après la fin de la cure, il ne replonge pas dans l’alcoolisme.
    L’ingrédient clé pour se sortir de la dépendance étant la volonté…

    ©http://www.aufeminin.com/zen-stress/alcoolisme-s646831.html

  29. TROUBLES DE LA SENSIBILITE

    Point de départ
    Lorsque le sens du toucher est diminué, on parle d'hypoesthésie. Lorsque celle-ci est totalement absente, on parle d'anesthésie. Et lorsqu'elle est anormalement augmentée, on parle d'hyperesthésie.
    Les erreurs d'interprétation du toucher sont des dysesthésies ou des paresthésies . Ce sont des sensations bizarres comme la sensation de brûlures, de cuisson, de démangeaisons, de picotements, de fourmis de courant électrique de toile d'araignée etc.

    Les causes chez l'adulte

    Douleur
    • Ce n'est un trouble de la sensibilité que lorsque cette douleur survient alors qu'il n'y a pas d'agression, que celle-ci soit interne ou extérieure.
    • Dès qu'il y a maladie responsable de douleurs ou agression extérieure, on ne parle plus de trouble de la sensibilité mais de douleurs.

    Perte de sensibilité
    • La cause le plus fréquente est un problème vasculaire (interruption du flux artériel) que l'on voit dans les artérites par exemple.
    • Les maladies des nerfs périphériques. Il peut s'agir de traumatisme (rupture ou coupure d'un nerf), d'intoxication (alcoolisme ou produits toxiques comme les désherbants ou les insecticides par exemple), qui entraîne des polynévrites . Il peut s'agir aussi de maladies métaboliques comme le diabète , ou de maladies inflammatoires ou dégénératives comme la sclérose en plaques . Le nerf peut également être comprimé : certaines sciatiques entraînent une anesthésie en selle, touchant la sensibilité entre les jambes et sur les fesses.
    • Le système nerveux central est rarement en cause. Toutefois certaines tumeurs cérébrales ou des accidents vasculaires cérébraux peuvent être responsables de ces pertes de sensibilité.

    Hypersensibilité
    • Elle est le plus souvent le fait de la nervosité ou du stress qui abaisse notre seuil de sensibilité à la douleur. Dans certains cas, elle peut être contemporaine d'une maladie virale .
    • Nervosité, manque de sommeil, irritabilité, soucis, etc. : tous ces facteurs se liguent pour augmenter notre seuil de sensibilité.
    • Elle peut être due aussi à un problème cérébral (tumeur, accident vasculaire), ce qui reste malgré tout assez rare.

    Les causes chez l'enfant
    • Toutes les causes de douleurs
    • Les troubles de sensibilité rentrant dans le cadre de maladies neurologiques complexes et rares notamment de type malformations
    • Les sensations de "peau qui fait mal" au cours des maladies virales.

    ©http://www.docteurclic.com/symptome/troubles-de-la-sensibilite.aspx

  30. LE PSY EST MORT

    WILL HUNTING (FILM US 1997 Matt Damon, Robin Williams, écrit par Matt Damon et Ben Affleck)

    Sean Mac Guire (Robin Williams) s’est pris d’affection pour Will (Matt Damon) ; en lui évoquant les tortures qu’il a subies, il lui fait prendre conscience qu’il n’est que la victime de son passé et qu’il n’en est nullement responsable. Sean, qui a lui aussi appris de Will, se réconcilie avec Gerald Lambeau et décide de voyager à travers le monde alors que Will part rejoindre Skylar, partie étudier à l’Université Stanford en Californie, avec la vieille voiture bricolée par ses trois amis, cadeau d’anniversaire pour ses 21 ans.

    EXTRAIT DE DIALOGUES (ceux qui on vu le film comprendront)

    Sean : Hey Will, je sais pas grand chose... Mais tu vois ça ? Toute cette merde ? C'est pas ta faute.
    Will : Ouais je sais.
    Sean : Regarde-moi petit. C'est pas ta faute.
    Will : Je sais.
    Sean : C'est pas ta faute.
    Will : Oui... je sais.
    Sean : Non non, tu ne le sais pas. C'est pas ta faute.
    Will : Je le sais.
    Sean : C'est pas ta faute.
    Will : D'accord.
    Sean : C'est pas ta faute. C'est pas ta faute.
    Will : Déconne pas avec moi.
    Sean : C'est pas ta faute.
    Will : Déconne pas avec moi, d'accord ?! Déconne pas avec moi Sean! Pas toi!
    Sean : C'est pas ta faute... C'est pas ta faute...
    Will : Oh mon dieu... Mon dieu... Je vous demande pardon, mon dieu...
    Sean : On les emmerde, d'accord ?


    • Voir la fiche sur le site dans CULTURE CINEMA

    ©http://fr.wikiquote.org/wiki/Will_Hunting

  31. LES CLEFS DE L’ÉDIFICE

    LES CLEFS DE L’ÉDIFICE
    Symbolisme maçonnique, connaissance de soi et concepts jungiens
    AUTEUR : Jean-Michel Benne
    Date de parution :14/06/2014
    Éditeur : DERVY
    220 pages

    Présentation en 4ème de couverture par l’auteur

    L’ouvrage propose une lecture qui intègre à la fois la Tradition et la Symbolique maçonniques – auxquelles il ne faut surtout rien modifier – et la Connaissance de soi tirée des concepts jungiens.
    Ce cheminement ouvre les portes du mystère de chacun des symboles du Tableau de loge pour les placer dans un parcours initiatique cohérent et dynamique.
    Initiatique dans le sens ou il indique une voie de réactualisation de notre Être, une voie d’individuation comme le dirait C. G. Jung. Jean-Michel Benne veut dire au lecteur comment il peut participer personnellement, comment il peut se construire une expérience, un vécu maçonnique et le ressentir comme tel ; si un tel vécu ne s’accomplit pas, si un Frère ne s’approprie pas les clefs de l’édifice, alors une expérience de vie maçonnique est perdue.

    « En nous permettant de découvrir le troisième terme entre deux éléments opposés, le symbole nous apporte la Sagesse; en nous transmettant le numineux, l’énergie propre à l’archétype, il nous communique la Force; en conciliant ce qu’il y a en nous de conscient et d’inconscient, le symbole nous invite à l’Harmonie.

    Le « Toucher de l’Être » proposé dans ces pages est une descente en soi qui nous amène à un niveau de connaissance supérieur, à un degré de spiritualité plus élevé ; il place la démarche Maçonnique au-dessus et au-delà des différences prétendues entre les Obédiences et les Rites.

    « Le processus d’individuation et le processus de transformation qui me libère de mon assujettissement à mon inconscient. La Planche à tracer est l’outil indispensable pour que j’y parvienne et que je puisse exister selon une structure où jouent et s’épanouissent des principes opposés. »

    Je le vis personnellement, et vous souhaite d’en vivre la lecture, comme « une descente dans l’élévation ».


  32. TABAGISME ACTIF STOP!

    Le tabagisme, principalement la cigarette, est une des causes majeures de la survenue des accidents vasculaires. Avec l’hypercholestérolémie et l’hypertension artérielle, il est responsable des lésions d’athérosclérose des gros troncs artériels, dans toutes leurs localisations.
    L’arrêt du tabac est donc impératif en cas d’accidents vasculaires de tous les types et de toutes les localisations. Le bénéfice est toujours présent et souvent rapide, tant en prévention primaire que secondaire. Malgré la présence du risque et la connaissance de sa gravité, plus de 50 % de ces sujets continuent paradoxalement à fumer ; la raison en est maintenant connue : le tabagisme est un comportement, renforcé par une dépendance dont la nicotine est responsable, en raison de ses propriétés psychoactives. La notion de dépendance explique tous les obstacles rencontrés dans la lutte contre le tabagisme, tant à l’échelon individuel que général.
    Pour les fumeurs victimes de complications vasculaires, les difficultés sont souvent importantes en raison d’une motivation à l’arrêt paradoxalement faible, de l’intensité de la dépendance tabagique et de la fréquence de l’association des troubles anxieux et dépressifs.

    L’aide à l’arrêt du tabac comporte toujours plusieurs étapes :
    - évaluer et renforcer la motivation du fumeur, sans laquelle rien n’est possible (Hypnose),
    - mettre en place l’arrêt après avoir évalué les dépendances, recherché l’usage d’autres substances psychoactives et dépisté des comorbidités anxieuses et dépressives (analyse),
    - prévenir les rechutes, très fréquentes mais évitables si les stratégies nécessaires sont utilisées.

    Quatre types de traitement ont fait la preuve de leur activité :
    - l’hypnothérapie,
    - les psychothérapies (analyse) dont les thérapies comportementales et cognitives (TCC)
    - les substituts nicotiniques (timbre, gomme et autres dérivés oraux),
    - les psychotropes soit à action générale sur le syndrome de sevrage (le bupropion), soit à action spécifique : les antidépresseurs, principalement les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (IRS), en cas de troubles anxieux et dépressifs.

  33. L'INTERPRETATION PSYCHANALYTIQUE DES REVES

    L’INTERPRÉTATION PSYCHANALYTIQUE DES RÊVES
    de Tristan MOIR - Psychanalyste Jungien

    Présentation de l'éditeur

    Émanation de l’inconscient vers le conscient, le rêve a toujours suscité l’interprétation. Au travers du rêve se manifeste un Maître plein de sagesse et d’humour qui parle un langage dont nous avons perdu l’usage. Maître de la métaphore, de la parabole, de l’allusion, des jeux de mots et de la symbolique, il use d’un langage sibyllin, codé et souvent énigmatique, mais très signifiant.
    Si l’interprétation des rêves requiert de l’intuition, elle doit cependant être structurée par un enseignement. Cet ouvrage propose une méthode rigoureuse d’interprétation directe et psychanalytique du rêve, élaborée par l’interprète. Cette approche, fondée sur une grammaire complète du langage onirique, de sa structure et de sa mécanique permet d’entrer dans le rêve pour en extraire une interprétation juste et thérapeutique. Grâce à cette grille de lecture appropriée, il est possible d’intégrer les messages de notre inconscient en déchiffrant le langage symbolique du rêve.

    Biographie de l'auteur

    Né en 1954, Tristan Moir, psychanalyste d'obédience jungienne, s'est spécialisé dans l'onirologie, aboutissement d'une étude approfondie de la symbolique universelle, de la mythologie, des contes et légendes et des traditions spirituelles. Auteur d'Images et Symboles du rêve (éd F Lanore, 2007) et Entrez dans vos rêves (Trajectoire, 2008), il a créé en 2007 une école de formation au langage du rêve pour thérapeutes : EVER.

    Broché: 300 pages
    Éditeur : Archipel (16 avril 2014)
    Collection : Psychologie
    ISBN-10: 2809814341 - ISBN-13: 978-2809814347
    Dimensions : 22,4 x 13,8 x 2,6 cm

  34. POURQUOI INTERPRETER LES REVES ?

    L’interprétation du rêve

    "Le juge le plus habile en matière de rêves est celui qui possède la capacité de discerner les ressemblances ; car tout individu peut juger un rêve être suffisamment clair. Les images mentales ressemblent aux reflets dans l’eau. Le reflet n’est pas semblable à l’original, comme les images ne sont pas semblables à l’objet réel."
    Aristote

    Pourquoi interpréter le rêve ?

    Outre ses fonctions d'assimilation des événements, de régénérateur du système nerveux, de compensateur psychologique et de reflet intérieur, le rêve peut-il être interprété et pourquoi ?
    En tentant de faire passer au niveau de la conscience des aspects encore inconnus de notre personnalité, le rêve participe à notre évolution. L'interprétation du rêve a donc alors deux actions bénéfiques. Elle active le processus de conscience de soi et d'évolution, en même temps qu'elle nous apprend à communiquer d'une façon plus intuitive, avec le monde et plus directe avec les autres. L'interprétation et l'analyse du rêve permettent à l’individu de se reconnecter avec son désir profond ou le soi intérieur (le mandala intérieur selon Jung). Cette approche permet alors d'appliquer au mieux la fameuse formule de Socrate : "Connais-toi toi-même et tu connaîtras l'univers entier."
    D'autre part, le rêve donne accès aux points de blocage ou aux traumatismes de l'enfance qui resteraient inconscients et qui ont pourtant une incidence sur notre vie actuelle. De façon explicite, le rêve permet de découvrir rapidement la raison de certains troubles qui nous empêchent de nous épanouir aujourd'hui.
    La connaissance des symboles permet de comprendre le sens du rêve et, petit à petit, de l'interpréter. Cette approche du rêve va avoir pour effet de mieux percevoir les fonctions inconscient/conscient. La communication de ces deux composantes de la personnalité amène à une plus grande harmonie, un mieux être.

    Le rêve est une perception objective de la réalité, la seule qui puisse nous permettre de discerner le mensonge intrinsèque à la réalité subjective de l’état de veille : Culture, éducation, conditionne¬ment, croyances, intox, projections, certitudes, peurs, culpabilité, mauvaise foi, convoitise, jalousie.

    © http://tristan.moir.free.fr/Nouveausite/interpretation-du-reve.html

  35. LE RISQUE DU CHEMIN PERDU

    L’analyse consiste à emprunter le chemin perdu, nom du destin que l’inconscient fait au sujet. L’expérience de l’analyse qui le fait s’éprouver aux effets du langage le fait aussi rencontrer l’impasse du sexe et de l’amour et l’impasse du travail de la solution névrotique. Qu’une sortie soit possible tient à ce qu’il n’y ait ni sens commun, ni impasse commune.

    Auteure : Anne Le Bihan

    Résumé de « LE RISQUE DU CHEMIN PERDU »

    Ed : érès - Psychanalyse 2014/3 (n° 31)

  36. SYMPTOME ET SINTHOME

    En suivant pas à pas le développement de la pensée de Freud qui élabore un modèle du fonctionnement psychique selon la première topique « Ics-Pcs-Cs », nous essayons de saisir les tâtonnements et les contradictions qu’il rencontre dans son concept de symptôme. Des questions apparaissent : y a-t-il un paradigme du symptôme ? Quelle est la place particulière que prend la phobie au sein des autres symptômes ? Le délire est-il à rapprocher du symptôme ou du fantasme ? Le refoulement est-il le même dans les psychonévroses de défense et les névroses narcissiques ?

    Auteure : Fabienne Guillen

    Résumé de « SYMPTÔME ET SINTHOME» 2e partie.
    Le symptôme dans la première topique (Freud, 1905-1914)

    Éditions : érès - Psychanalyse 2014/3 (n° 31)

  37. UNE PASSE DE L'OMBRE A LA LUMIERE

    La vérité la plus déconcertante de la passe fut la révélation que, sans renoncer à son analyse, le sujet y avait mis les freins inconscients les plus puissants, que si le chemin avait été si long et tortueux, il en avait eu sa part de responsabilité, et que les mots de résistance et de refoulement prenaient enfin toute leur consistance.

    Auteure : Claudine Casanova

    Résumé de « UNE PASSE DE L’OMBRE A LA LUMIÈRE »

    Ed : érès - Psychanalyse 2014/3 (n° 31)

  38. Faire face à l'avenir et à l'inconnu de ses incertitudes

    « Les choses sont bien plus simples que ce qu’on peut penser, mais bien plus compliquées que ce qu’on pourrait comprendre » (GOETHE)

    Cette compréhension de GOETHE peut illustrer que malgré la grande complexité que présentent certains problèmes physiques ou mentaux, il existe souvent des solutions simples, et surtout des solutions intuitives ne nécessitant pas une compréhension de la genèse du problème.

    Le fonctionnement du corps et qui plus est, du cerveau est tellement complexe (il y a tant d’inconnues à découvrir encore…) qu’il a instauré des mécanismes d’auto-guérison étonnement efficaces ; ainsi les stimuler par l’hypnose ou par des techniques de thérapie brève peut s’avérer très simple et efficient, même s’il faut parfois être « patient » pour se laisser le temps de découvrir les ressources qui conviennent à soi-même.

    Cela pourrait en partie expliquer le manque d’efficacité de la psychanalyse qui a comme « ambition », ou comme disent certains, la « prétention » de tout comprendre et cela par l’éclairage du passé de l’individu. Après leur psychanalyse, de nombreuses personnes se retrouvent ainsi face à une telle complexité, qu’ils éprouvent un sentiment d’impuissance par rapport aux changements. La prise de conscience de leur complexité, qui n’est après tout qu’un éclairage hypothétique selon une théorie particulière (Freud ou Lacan ou Jung…) représente alors un obstacle insurmontable à leur épanouissement personnel. La thérapie brève (comme la nouvelle hypnose par exemple) vise à comprendre l’essentiel des phénomènes qui bloquent le changement. Cela libère ainsi les capacités naturelles d’évolution personnelle … tout simplement !

    Faire face à l'avenir et à l'inconnu de ses incertitudes
    Voici un dessin que Pierre KROLL nous a aimablement offert et qui décrit de façon géniale deux attitudes humaines bien différentes face à l’avenir et à l’inconnu et ses incertitudes.
    La première montre un homme qui, par peur, freine sa propre progression (or : « qui n’avance pas recule »), il subit son lourd fardeau (ici : un sac à dos), et la deuxième est une femme(*) qui est enthousiasmée et curieuse de découvrir cet inconnu avec les outils adéquats (la pioche peut représenter l’auto-hypnose, un moyen pour aller de l’avant).
    La première attitude crée le stress et les troubles émotionnels comme l’anxiété, les peurs et angoisses, les troubles dépressifs et de nombreux problèmes psychosomatiques.
    La deuxième génère la motivation de progresser activement et l’épanouissement personnel, elle va donc produire des expériences (de vie ou thérapeutiques enrichissantes).
    L’apprentissage de l’auto-hypnose permet de transformer l’énergie de la peur en un enthousiasme d’utiliser ses potentialités.
    * : En général les femmes sont un peu moins versées dans l’action et l’inconnu par contre elles osent plus souvent que les hommes à chercher et trouver de l’aide hors des sentiers battus pour progresser.

    ©http://www.nouvellehypnose.com/content/blogcategory/21/206/11/11/


  39. FREUD, CE FAUX FRERE - Article de Paris Match octobre 2013 au sujet du roman de GOCE SMILEVSKI - LA LISTE DE FREUD

    FREUD, CE FAUX FRÈRE
    Article de Paris Match octobre 2013 au sujet du roman de
    GOCE SMILEVSKI - LA LISTE DE FREUD

    L’auteur macédonien raconte comment le père de la psychanalyse a abandonné ses soeurs qui ont péri en camp de concentration. Un roman sensible qui fait scandale.
    A -t-on le droit d’évoquer la petitesse des grands hommes ? Un bestseller, très décrié, l’ose. En 1938, alors que les amis de Freud l’ont enfin convaincu de fuir Vienne occupé par les nazis, celui-ci doit choisir les proches qui le suivront dans son exil anglais. « J’ai eu l’idée de “La liste de Freud” quand je me suis rendu compte que les biographes évitaient de mettre en relation deux faits établis, explique Goce Smilevski. D’abord, il était si célèbre qu’il pouvait partir avec autant de personnes qu’il le souhaitait. Ensuite, on apprend au détour d’une ligne que quatre de ses soeurs ont péri au cours de l’Holocauste… Pourtant, il a emmené avec lui près de vingt personnes, dont ses servantes, sa belle-soeur, son médecin et même son chien ! » Comment expliquer cet oubli tragique et incompréhensible ? Pour percer ce mystère, Goce Smilevski nous replonge avec maestria dans la vie intellectuelle et artistique bouillonnante du Vienne d’avant-guerre, et donne la parole à Adolfina Freud, dont Sigmund disait : « C’est ma soeur préférée, mais elle est trop sensible… » On sait très peu de choses d’elle, si ce n’est qu’elle s’est dévouée corps et âme à sa famille.
    Elle s’occupait ainsi des enfants de Sigmund et a veillé sur sa mère, Amalia, jusqu’à sa mort. « Pourtant, cette dernière l’a toujours maltraitée et considérée comme une idiote, s’insurge Smilevski. J’ai voulu rendre justice à ce personnage oublié. » Au cours de son récit, la discrète Adolfi na croise d’autres héroïnes qui ont dû elles aussi se battre pour exister dans l’ombre de leur frère célèbre : Ottla Kafka et surtout Klara Klimt, la soeur du peintre, enfermée de longues années dans une institution psychiatrique. Sans doute a-t-elle payé pour ses combats féministes, une folie dans une société très misogyne. Freud, lui-même, cassant, arrogant, macho, ne sort pas indemne de ce livre que certains critiques réduisent trop vite à une attaque de plus contre le psychanalyste.
    « Je procède plutôt à un réexamen de ses théories, modère Smilevski. Moi, je ne pense pas qu’on puisse comprendre la psychologie des femmes à travers le seul prisme du “pénis manquant” ! » Autre critique appuyée, celle de Joyce Carol Oates qui a pris la plume pour déplorer, dans « The New York Review of Books », que la frontière soit si floue entre fiction et réalité. « Je lui ai répondu qu’un écrivain a le droit à l’imagination. Elle en est convenue et m’a écrit qu’elle était désolée de ce malentendu », raconte Smilevski, avant d’ajouter fièrement : « Plus tard, lorsqu’on a lui demandé quel livre lui avait fait la plus forte impression ces dernières années, elle a cité le mien ! En précisant qu’il était à la fois formidable et très polémique… »
    L’essentiel est ailleurs : Goce Smilevski a le don de mettre en lumière les grandes idées qui ont agité le monde tout en les faisant vivre à travers des personnages de chair et de sang. Son premier roman, « Conversation avec Spinoza », pas encore traduit, racontait le désarroi du philosophe juif, mis au ban de sa communauté à Amsterdam pour avoir af rmé que le chemin vers Dieu passait par la raison plutôt que par la Torah. « Moi, je crois qu’on ne peut séparer l’émotion et la pensée, que les deux se nourrissent l’une l’autre », glisse l’auteur. Tant pis si les gardiens du temple freudien, comme Elisabeth Roudinesco, crient à l’hérésie. La bonne littérature emprunte rarement les voies de l’orthodoxie.

    « La liste de Freud », de Goce Smilevski, éd. Belfond, 273 pages, 20,50 euros.

    TRADUITE EN PLUS DE 30 LANGUES, « LA LISTE DE FREUD » A REÇU LE PRIX EUROPÉEN DE LITTÉRATURE.

    PARIS MATCH © Patrick Fouque
    Mise à jour le 05 octobre 2013
    PAR FRANÇOIS LESTAVEL

    © http://www.parismatch.com/Culture/Livres/GOCE-SMILEVSKI-FREUD-CE-FAUX-FRERE-532226

  40. LE SENTIMENT DE SOI

    Le Sentiment de soi. Histoire de la perception du corps
    (XVIe-XXe siècle)
    Georges Vigarello
    Date de parution 04/09/2014
    L'Univers historique - 324 pages

    Yoga, méditation et autres techniques de bien-être : l’idée est aujourd’hui largement répandue que nous pouvons agir sur notre humeur et nos états d’âme par un travail sur le corps. Or cette idée a une histoire que Georges Vigarello révèle ici, proposant un parcours fascinant à travers l’histoire des représentations de l’intime.
    Jusqu’au XVIIIe siècle, le moi était circonscrit à la pensée et à l’esprit : « je pense, donc je suis ». C’est avec les Lumières qu’apparaît, dans les textes de Diderot ou de l’Encyclopédie, l’idée d’un sixième sens pour désigner les perceptions internes du corps. Cette conscience inédite s'exprime dans la notion nouvelle de sentiment de l'existence. Le corps coïncide avec le moi : véritable révolution de la perception de soi, qui s’exprimera bientôt abondamment dans les journaux intimes.
    Le XIXe siècle approfondit ces réflexions en s’interrogeant sur le rêve, la folie, l’effet des drogues, le somnambulisme. Le début du XXe siècle introduit plus qu’on ne le croit à la culture d’aujourd’hui : de la relaxation aux exercices de prise de conscience, de la détente à l'étourdissement, la conscience corporelle devient un lieu de vertige autant que d’exploration de l’intime.
    Georges Vigarello est directeur d’études à l’EHESS. Il a publié au Seuil de nombreux ouvrages et dirigé avec Alain Corbin et Jean-Jacques Courtine une Histoire du corps (2005-2006) et une Histoire de la virilité (2011). Parmi ses derniers titres : L es Métamorphoses du gras (2010) et La Silhouette du XVIIIe siècle à nos jours (2012).

    ©http://www.seuil.com/livre-9782020898942.htm

  41. J'ARRETE D'AVOIR PEUR !

    J'arrête d'avoir peur !
    21 jours pour changer
    • Auteurs : Marie-France Ballet de Coquereaumont,
    • Emmanuel Ballet de Coquereaumont
    • Éditeur : Eyrolles
    • Collection : J'arrête de...
    • Nombre de pages : 214 pages
    • Date de parution : 25/04/2014
    • EAN13 : 9782212558180
    Résumé
    Angoisse, phobie, stress, peur de l'autre... La peur est universelle et se présente sous différentes formes. Excessive, elle peut vous limiter dans votre accomplissement. La peur questionne les fondements de votre personnalité : "Qui a peur en moi ?". En explorant votre système intérieur, vous pourrez déjouer les pièges de nombreuses peurs souterraines.
    Riches de leur expérience de psychothérapeutes, Marie-France et Emmanuel Ballet de Coquereaumont vous proposent un programme personnel en 21 jours pour transformer votre peur en alliée, avec :
    • Le décryptage de plus de quatre-vingt peurs.
    • Une démarche novatrice éprouvée.
    • Des exemples et métaphores riches dans lesquels vous allez vous reconnaître.
    • Des pratiques simples et efficaces pour vous accompagner.
    • Des illustrations et schémas pour mieux comprendre et assimiler les idées fortes.
    Cet ouvrage profond, ludique et positif vous surprendra. Grâce à lui, vous en saurez bien davantage sur vous, sur votre puissance et sur la vie elle-même.
    Un programme en 21 jours pour renouer avec son enfant intérieur

    Marie-France et Emmanuel Ballet de Coquereaumont sont psychopraticiens d'inspiration jungienne, spécialistes reconnus de l'enfant intérieur dans la lignée des travaux d'Alice Miller et de John Bradshaw et créateurs de la Méthode Coeur d'enfant(r) depuis 1990. Ils sont également formateurs, conférenciers et déjà auteurs au Seuil et chez Albin Michel.


  42. VICTIME ! COMMENT Y ECHAPPER ? Congrès

    Victime!
    Comment y échapper ?
    Nom du symptôme ou de sa cause, « victime » est un signifiant à tout faire de la modernité consumériste. Victime du climat, de la pollution, de son voisin, de son travail, de l’amour ou de la haine. Issu du vocabulaire juridique ou médical, du vocabulaire militaire, il a envahi l’espace médiatique au nom du sensationnalisme dont il est friand. Ainsi, les victimes des retards du chemin de fer se confondent avec celles des accidents, celles de la situation économique avec celles des escrocs, sans oublier celles des catastrophes naturelles comme celles des conflits armés, ou encore des génocides. Plus insidieux, dans la sphère familiale, l’inceste comme les mauvais traitements, l’inattention comme le désamour, font aussi des victimes. Mais victimes et bourreaux, au-delà des jeux pervers sado-masochistes, sont aussi les écrans fantasmatiques des personnages de nombreuses représentations du cinéma, des séries ou de la littérature contemporaine. C’est cette veine qui apparaît la plus récurrente dans l’expérience analytique où se démontre que la répétition ne fait pas nécessairement destin.
    Le signifiant « victime » emprunté au discours courant pointe une ambiguïté du rapport au réel qui peut être retrouvée dans le fantasme qui le voile ou dans une position revendicative liée à un préjudice. Utilisé dans les échanges sociaux contemporains comme équivalent d’effets subjectifs – n’y a-t-il pas dans chaque commissariat français un recours possible à l’aide aux victimes ? –, il brouille aussi les repérages de l’histoire ou de l’actualité politique où petits et grands événements confondent ceux qui en subissent les conséquences dans une victimisation généralisée.
    Ceux qui ont subi dans leur chair les moments les plus dramatiques de l’histoire du monde nous ont appris que la position de victime n’était pas la meilleure réponse à ce qu’ils avaient vécu et l’ont pour cette raison souvent rejetée. L’expérience psychanalytique démontre que les solutions élaborées par ceux qui ont subi un préjudice majeur sont variables, à la mesure des solutions singulières que chacun peut élaborer pour faire face aux effets de la répétition qui ont constitué leur histoire.
    La situation des différents pays européens, les discours sociétaux et politiques qui les traversent, exposent nos pratiques dans les institutions à rencontrer la méconnaissance ou l’hégémonie de cette catégorie de la victime, ainsi que les solutions singulières que l’orientation lacanienne nous permet de soutenir.
    À contre-courant des thérapies cognitivo-comportementales qui promeuvent la figure de la victime pour mieux soutenir leur furor sanandi, l’expérience de la psychanalyse dégage un espace où le fantasme, comme masque de la répétition, débouche possiblement sur un traitement du réel
    Jean-Daniel Matet

    Jean-Daniel Matet, président de l'EuroFédération de Psychanalyse, présente le thème du prochain congrès PIPOL 7, les 4 & 5 juillet 2015 à Bruxelles

  43. Médicaments hypnotiques : baisse du taux de remboursement

    Médicaments hypnotiques : baisse du taux de remboursement à partir du 1er décembre 2014
    Par David PAITRAUD - Date de publication : 14 Novembre 2014

    A partir du 1er décembre 2014, le taux de remboursement des benzodiazépines hypnotiques et molécules apparentées passe de 65 à 15 %.

    Cette baisse avait été récemment préconisée par la Commission de la transparence de la Haute Autorité de Santé (HAS) en raison d'"un intérêt thérapeutique limité de ces médicaments" et du constat d'un mésusage.
    Selon le Baromètre 2010 de l'INPES, 15,8 % des 15-85 ans présenteraient une insomnie chronique (illustration).
    Voici les spécialités concernées par cette baisse du taux de remboursement :
    • HAVLANE comprimé sécable (loprazolam) ;
    • IMOVANE 3,75 mg comprimé pelliculé, IMOVANE 7,5 mg comprimé pelliculé sécable (zopiclone) et génériques ;
    • NOCTAMIDE 1 et 2 mg comprimé sécable (lormétazépam) et génériques ;
    • MOGADON 5 mg comprimé sécable (nitrazépam) ;
    • NORMISON 10 et 20 mg comprimé (témazépam) ;
    • NUCTALON 2 mg comprimé (estazolam) ;
    • STILNOX 10 mg comprimé pelliculé sécable (zolpidem) et génériques.
    Jusqu'à présent, la plupart de ces médicaments étaient remboursés au taux de 65 %.

    Une baisse de remboursement préconisée par la HAS
    Cette mesure économique recommandée par la Commission de la transparence de la Haute Autorité de santé (HAS) en juillet dernier vise à diminuer le recours encore trop fréquent à cette catégorie de médicaments dont l'effet thérapeutique est jugé limité. "Au-delà de 28 jours, l'efficacité est incertaine, les risques d'effets délétères augmentent (somnolence diurne, troubles de la mémoire, chutes, accidents,…) ainsi que celui de dépendance", soulignait la HAS dans son communiqué.

    Outre la baisse du taux de remboursement, la HAS a également recommandé de prescrire ces médicaments à la plus faible dose et pour la plus courte période possible, en seconde intention après échec des thérapies cognitivo-comportementales.

    © & Read more at http://www.vidal.fr/actualites/14442/medicaments_hypnotiques_baisse_du_taux_de_remboursement_a_partir_du_1er_decembre_2014/#hBGHJA10lprrOEk6.99

  44. LE ROYAUME

    LE ROYAUME
    Emmanuel Carrère
    « PRIX LITTÉRAIRE LE MONDE 2014 »
    éditeur POL Collection FICTION
    Le nouveau roman d’Emmanuel Carrère frappe par sa démesure. En se plongeant dans la vie des premiers chrétiens, il aborde une question existentielle et fondamentale : la question de la foi. En quoi croyons-nous quand nous croyons ? Le roman de la rentrée !

    Le Royaume raconte l’histoire des débuts de la chrétienté, vers la fin du Ier siècle après Jésus Christ. Il raconte comment deux hommes, essentiellement, Paul et Luc, ont transformé une petite secte juive refermée autour de son prédicateur crucifié sous l’empereur Tibère et qu’elle affirmait être le messie, en une religion qui en trois siècles a miné l’Empire romain puis conquis le monde et concerne aujourd’hui encore le quart de l’humanité.
    Cette histoire, portée par Emmanuel Carrère, devient une fresque où se recrée le monde méditerranéen d’alors, agité de soubresauts politiques et religieux intenses sous le couvercle trompeur de la pax romana. C’est une évocation tumultueuse, pleine de rebondissements et de péripéties, de personnages hauts en couleur.
    Mais Le Royaume c’est aussi, habilement tissée dans la trame historique, une méditation sur ce que c’est que le christianisme, en quoi il nous interroge encore aujourd’hui, en quoi il nous concerne, croyants ou incroyants, comment l’invraisemblable renversement des valeurs qu’il propose (les premiers seront les derniers, etc.) a pu connaître ce succès puis cette postérité. Ce qu’il faut savoir aussi, c’est que cette réflexion est constamment menée dans le respect et une certaine forme d’amitié pour les acteurs de cette étonnante histoire, acteurs passés, acteurs présents, et que cela lui donne une dimension profondément humaine.
    Respect, amitié qu’Emmanuel Carrère dit aussi éprouver pour celui qu’il a été, lui, il y a quelque temps. Car, comme toujours dans chacun de ses livres, depuis L’Adversaire, l’engagement de l’auteur dans ce qu’il raconte est entier. Pendant trois ans, il y a 25 ans, Emmanuel Carrère a été un chrétien fervent, catholique pratiquant, on pourrait presque dire : avec excès. Il raconte aussi, en arrière-plan de la grande Histoire, son histoire à lui, les tourments qu’il traversait alors et comment la religion fut un temps un havre, ou une fuite. Et si, aujourd’hui, il n’est plus croyant, il garde la volonté d’interroger cette croyance, d’enquêter sur ce qu’il fut, ne s’épargnant pas, ne cachant rien de qui il est, avec cette brutale franchise, cette totale absence d’autocensure qu’on lui connaît.
    Il faut aussi évoquer la manière si particulière qu’a Emmanuel Carrère d’écrire cette histoire. D’abord l’abondance et la qualité de la documentation qui en font un livre où on apprend des choses, beaucoup de choses. Ensuite, cette tonalité si particulière qui, s’appuyant sur la fluidité d’une écriture certaine, passe dans un même mouvement de la familiarité à la gravité, ne se prive d’aucun ressort ni d’aucun registre, pouvant ainsi mêler la réflexion sur le point de vue de Luc au souvenir d’une vidéo porno, l’évocation de la crise mystique qu’a connu l’auteur et les problèmes de gardes de ses enfants (avec, il faut dire, une baby-sitter américaine familière de Philip K. Dick…).

    Le Royaume est un livre ample, drôle et grave, mouvementé et intérieur, érudit et trivial, total.

    ©http://livre.fnac.com/a7234285/Emmanuel-Carrere-Le-royaume#ficheResume

  45. LA PLUS BELLE HISTOIRE DE DIEU

    LA PLUS BELLE HISTOIRE DE DIEU

    Auteurs : Jean Bottéro, Marc-Alain Ouaknin, Joseph Moingt, Hélène Monsacré, Jean-Louis Schlegel
    Éditeur : Points
    Date de parution : 28/09/1999
    Collection : Points, numéro 684
    Format : 11 cm x 18 cm - 200 pages

    IL y a près de 3 300 ans, au Proche-Orient, est apparue l'idée d'un Dieu unique.
    Qui est ce Dieu, par rapport aux multiples dieux qui l'environnent ?
    Quel est le sens des Dix Commandements ?
    Comment les juifs voient-ils ce Dieu ?
    Quels sont les liens entre la Torah écrite - la Bible - et ma Torah orale - Le Talmud ?
    Quel est le sens de la Loi, de l'Exil ?
    Qui était Jésus pour les premiers chrétiens ?
    Pourquoi l'ont-ils appelé Christ et Fils de Dieu ?
    Pourquoi parlent-ils d'un Dieu " Trinité " ?

    Sans jargon chacun avec sa science et sa conviction, trois spécialistes répondent aux questions d'Hélène Monsacré et de Jean-Louis Schlegel.

    © http://livre.fnac.com/a882171/Jean-Bottero-La-plus-belle-histoire-de-Dieu#ficheResume

  46. L’anorexie mentale

    L’anorexie mentale "n’est pas forcément associée à une comorbidité psychiatrique lourde"
    Dr Corinne Blanchet
    Jeudi, 04 Décembre 2014

    L’anorexie mentale affecte particulièrement les adolescentes. Le Dr Corinne Blanchet, endocrinologue et responsable de la médecine de l'adolescent (troubles du comportement alimentaire) à la Maison de Solenn, nous explique les spécificités cliniques de cette maladie, qui peut avoir différentes présentations.

    L'anorexie mentale se caractérise notamment par une restriction alimentaire forte, avec rituels, pulsions de contrôle, etc.

    VIDAL: Pourquoi les troubles du comportement alimentaire débutent-ils souvent à l'adolescence?
    Corinne Blanchet: Lorsque nous grandissons et que le processus adolescent se met en route, les conduites alimentaires sont modifiées: c'est physiologique, légitime et c'est finalement un phénomène attendu. Ces modifications des conduites alimentaires deviennent malheureusement parfois pathologiques: des choix alimentaires un peu particuliers, ou transitoires, qui se font avec les copains, les pairs, deviennent des pathologies qui peuvent ensuite évoluer pour elles-mêmes.

    VIDAL: Qu'appelle-t-on "anorexie mentale"?
    Corinne Blanchet: L'anorexie mentale est l'une des pathologies majeures qui mène l'adolescent à l'hôpital, car elle expose à des complications qui sont parfois graves. Cette pathologie comporte une restriction alimentaire associée à des trouble de l'image du corps, de nombreux rituels et préoccupations autour de la prise alimentaire, des temps de repas. Ces troubles génèrent des tensions massives dans le cadre familial.

    Les pertes de poids peuvent être modérées, mais aussi très sévères, puisque l'on voit parfois arriver des patients avec des pertes de poids massives, de 10, 15, 20kg. Mais ces pertes de poids massives représentent la forme un peu caricaturale de l'anorexie mentale de la jeune fille.

    VIDAL: L'anorexie est-elle toujours une pathologie "de jeune fille riche et occidentale"?
    Corinne Blanchet: L'anorexie mentale reste effectivement une pathologie essentiellement féminine, qui survient surtout sur des populations caucasiennes, dans les pays occidentaux. Nous observons cependant actuellement une émergence, une augmentation de la prévalence des troubles des conduites alimentaires dans des pays non occidentaux: en Asie notamment, où il y a vraiment une recrudescence des cas d'anorexie mentale mais aussi dans des pays du Maghreb ou en Afrique.

    Aujourd'hui, l'anorexie mentale n'est donc plus juste une maladie de jeune fille riche dans les pays occidentaux, mais aussi une pathologie qui survient dans d'autres environnements socioculturels avec du coup, des expressions symptomatiques et des visages de cette anorexie qui prennent le visage de l'environnement dans lequel ils se développent, ce qu'il est également important de le comprendre. Une patiente anorexique qui vient d'Afrique n'aura ni les mêmes symptômes, cognitions et manifestations de son anorexie qu'une patiente qui vit en Ile-de-France. Nous observons également de plus en plus de pathologies anorexiques ou d'épisodes anorexiques en France chez des jeunes filles qui sont soit migrantes, soit des enfants de migrants.

    VIDAL: L'anorexie mentale peut-elle aussi constituer un refuge, une défense ?
    Corinne Blanchet: C'est une maladie grave qui peut compromettre le pronostic à différents niveaux, mais c'est aussi une "solution" que vient trouver l'adolescent à un moment de sa vie, lorsqu'il est dans une forme d'impasse développementale, sur le chemin de l'adolescence, au cours du processus adolescent, à un moment où les choses doivent se mettre en place et où on doit s'autoriser à grandir, à s'autonomiser, à devenir. L'adolescent est un individu, un adulte en devenir. Lors de cette période, certains adolescents se retrouvent en incapacité d'opérer ces changements.

    Je leur explique que c'est comme d'être sur l'autoroute et de tomber sur un bouchon; on choisit alors parfois de prendre une déviation, et cette déviation peut être l'anorexie mentale. Ce symptôme vient alors répondre à un besoin, une nécessité pour permettre de trouver une issue et de garder une forme d'équilibre mental, psychique et de continuer à exister, à être… Et si tout cela peut se faire au prix d'un épisode anorexique passager, ce n'est peut-être pas si dramatique que cela. Ce qui serait dramatique, c'est que cette déviation que l'on prend en sortir de l'adolescence devienne une voie de garage et que l'on y reste définitivement. C'est ce qui, malheureusement, arrive parfois chez certains patients.

    VIDAL: Pourquoi parle-t-on d'anorexie "mentale"? Est-elle forcément liée à une pathologie psychiatrique?
    Corinne Blanchet: L'anorexie mentale est une pathologie psychiatrique, il est important de le rappeler: ce n'est pas un choix de vie, un choix identitaire même si cela peut ensuite le devenir. Mais initialement, un trouble anorexique, ou un trouble des conduites alimentaires, n'est pas forcément une maladie, c'est un symptôme qui vient refléter un moment de difficulté psychique, avec un niveau de pathologie psychiatrique, de dysfonctionnement psychiatrique associé qui est variable en fonction des individus. C'est-à-dire que le symptôme anorexique peut surgir chez des patients qui n'ont pas d'histoire de souffrance psychique ou de maladie psychiatrique antérieure. A l'inverse, l'anorexie peut également survenir chez des enfants.

    Nous trouvons d'ailleurs assez régulièrement des éléments de prédisposition à l'anorexie mentale qui se sont traduits par des éléments de souffrance psychique dans la petite enfance, par des troubles alimentaires précoces: tous ces éléments font le lit et le terreau de l'anorexie mentale qui va survenir dans un second temps. L'anorexie mentale avant tout une maladie psychique mais qui n'est pas forcément associée à une comorbidité psychiatrique lourde.

    VIDAL: Quelles sont les troubles psychiatriques les plus souvent associées à l'anorexie mentale?
    Corinne Blanchet: D'une façon assez schématique on retrouve les troubles anxieux, les troubles de l'humeur, les troubles obsessionnels compulsifs et les troubles de la personnalité, ce qui est relativement large. Une fois encore, ces troubles psychiatriques peuvent être préexistants au trouble anorexique, contemporains ou peuvent aussi évoluer pour leur propre compte, au fil de l'évolution du symptôme anorexique.

    Nous voyons parfois des patients qui avaient effectivement un trouble de l'humeur, quoi qu'il soit toujours difficile de poser des diagnostics psychiatriques chez les patients adolescents, en tout cas des patients qui avaient une humeur labile, très fluctuante, qui avaient déjà traversé des épisodes de variation d'humeur. Ces patients vont guérir de leur symptôme d'anorexie, ou évoluer favorablement, mais ils peuvent développer ensuite, à l'âge adulte, un véritable trouble de l'humeur caractérisé. Tout est possible en matière de comorbidité psychiatrique…

    VIDAL: Quels sont les signes pouvant faire penser à un début d'anorexie mentale?
    Corinne Blanchet: L'anorexie mentale est extrêmement hétérogène dans sa présentation. Il n'y a pas deux patientes anorexiques qui se ressemblent. Je pense que pour un médecin généraliste, le plus important est déjà d'être au fait de la réalité de cette pathologie et de son hétérogénéité dans sa présentation clinique initiale. Il est évident que lorsque une jeune fille vient en consultation avec un indice de masse corporelle (IMC) effondré, qui est creusée, pâle, perd ses cheveux, qui est hypotherme, hypotendue, avec des parents qui habituellement alertent, il est quand même très compliqué de passer à côté du diagnostic.

    Quoi qu'il soit toujours bon pour un médecin généraliste, et un médecin en général, de quand même se poser la question: toute maigreur à l'adolescence n'est pas équivalente à une anorexie mentale, il y a aussi des causes médicales d'anorexie ou de perte d'appétit, y compris des causes psychogènes.

    VIDAL: Comment différencier une maigreur liée à une cause psychogène d'une anorexie mentale?
    Corinne Blanchet: En cas de maigreur d'origine psychogène, il n'y jamais eu de volonté de maigrir, ni de préoccupation excessive autour du corps, de la silhouette, ni de volonté de ressembler à des mannequins ou de faire un régime. Ce sont simplement des adolescents qui traversent une période dépressive, d'effondrement et qui vont perdre l'appétit, mais ils n'ont pas de cognition anorexique, c'est-à-dire qu'ils n'ont pas de préoccupation excessive autour du corps ni de trouble de l'image corporelle.

    D'ailleurs lorsque nous leur demandons "mais avant de perdre du poids, tu pesais combien?", habituellement ils ne le savent pas, car on ne se pèse pas forcément à l'adolescence. Donc ces adolescents ont plutôt une indifférence par rapport au corps, mais une indifférence qui devient pathologique avec une perte d'intérêt pour l'alimentation, une perte de plaisir, d'envie et de désir. Lorsqu'on perd tout cela, la perte d'appétit vient assez rapidement, on commence à maigrir et, au fond, on ne s'en aperçoit pas forcément; Et puis même si l'on s'en aperçoit, ce n'est pas forcément un problème puisqu'on ne va pas bien.

    VIDAL: Que dites-vous aux adolescentes maigres, ou en permanence au régime, mais sans anorexie évidente?
    Corinne Blanchet: Je leur dis que leurs parents s'inquiètent et que, médicalement, je n'ai pas d'éléments suffisants pour les rassurer ni pour poser un diagnostic aujourd'hui. Donc comme je n'en sais rien, je leur dis "nous allons nous revoir dans 1 mois, nous verrons ton poids, ta taille, l'évolution de ta puberté, discuter un peu, voir comment tu te sens".

    Et habituellement, lorsque je les revois un ou deux mois après, soit les choses se sont enclenchées, malheureusement, vers un début d'anorexie, soit les parents, une fois sur deux, annulent le rendez-vous: ils appellent en disant qu'ils me remercient parce qu'en fait, cela va beaucoup mieux, c'est réglé, ou ils viennent pour s'entendre dire que tout va bien, on se serre la main et puis voilà, cela a pris une ou deux consultations et on a réglé l'affaire. Et puis parfois effectivement, on se rend compte que les parents avaient quand même l'œil, que le médecin traitant avait bien fait de nous adresser le patient et que derrière ces choix qui pouvaient être des choix un peu adolescents, un peu d'opposition, un peu d'individuation, il y avait réellement un trouble alimentaire qui était en train de couver et qui va exploser quelques mois après.

    Propos recueillis le 5 novembre à la Maison de Solenn (Paris).

    En savoir plus:
    Le site de la Maison de Solenn (par exemple cette page sur l'anorexie / boulimie)

    Sur VIDAL.fr:
    VIDAL Reco Troubles des conduites alimentaires

    Sur EurekaSanté.fr (site grand public de Vidal):
    Anorexie et boulimie
    Sources : VIDAL
    Écrit par Jean-Philippe RIVIERE

    © http://www.eurekasante.fr/actualites/actualites-sante/51739-l-anorexie-mentale-n-est-pas-forcement-associee-a-une-comorbidite-psychiatrique-lourde-dr-corinne-blanchet.html

  47. MAGAZINE LE POINT DE LA SEMAINE

    Révolution, cette pratique ancestrale collectionne les succès à l'hôpital. Une bonne enquête dans le numéro de cette semaine.

  48. PRISE EN CHARGE DE L'ANOREXIE MENTALE

    Prise en charge de l'anorexie mentale : comment déculpabiliser l’entourage familial ?
    Mercredi, 10 Décembre 2014

    L’anorexie mentale, comme de nombreuses pathologies psychiatriques, peut faire culpabiliser l’entourage, ce qui rend plus difficile la réussite de la prise en charge.

    Comment aider l’entourage à déculpabiliser ? Les explications, expériences et conseils du Dr Corinne Blanchet, responsable de la médecine de l'adolescent (TCA/Boulimie) à la Maison de Solenn.

    VIDAL: Comment survient la culpabilité dans l'entourage d'un adolescent anorexique?
    Corinne Blanchet: La culpabilité est une notion qui arrive un peu par défaut, lorsqu'il n'y a pas de compréhension de la pathologie: c'est l'ignorance, entre guillemets, de la réalité médicale et scientifique de cette pathologie qui provoque la culpabilité. "C'est à cause de moi parce que je suis partie 6 mois en formation" ou "parce que mon mari et moi nous nous sommes séparés"… Les parents trouvent des causes qui n'en sont pas ou qui ne sont, au pire, que des facteurs déclenchants, car ils ignorent la réalité de la maladie psychique sous-jacente, de la souffrance, du mal-être de l'adolescent qui est parfois individuel, transgénérationnel ou systémique.

    VIDAL: Quels sont les obstacles à la prise en charge posés par une famille "culpabilisée"?
    Corinne Blanchet: Tant qu'ils ne sont pas déculpabilisés, nous ne pouvons pas travailler avec eux, car la culpabilité peut générer une hostilité, un refus de soins ou une situation dans laquelle les parents ne parviennent pas à être dans l'alliance avec les médecins: lorsqu'ils se sentent coupables, ils ont juste envie de s'éloigner rapidement, de se mettre à distance de ces médecins et psychiatres qui posent tout un tas de questions sur l'historique familial et sur le fonctionnement du couple.

    VIDAL: Comment relativiser, auprès de la famille, l'importance d'éventuels antécédents familiaux ?
    Corinne Blanchet: L'anorexie mentale a un fort taux d'héritabilité: aujourd'hui on le sait, c'est une réalité médicale génétique, même si les connaissances ne font que progresser et que nous ne savons pas encore tout sur la transmission de cette pathologie. Mais ce n'est pas parce qu'il y a une transmission génétique de fragilités qu'il faut pour autant culpabiliser les familles. Ce que j'explique souvent aux parents, c'est que lorsque l'on fait des enfants, par définition on transmet des gènes: sans gènes, il n'y aurait ni enfants ni reproduction. On transmet génétiquement des choses géniales ainsi que des points de fragilité, et c'est valable pour chaque individu. Chacun porte en lui des fragilités de maladies psychiatriques, somatiques ou mixtes, nous sommes constitués ainsi. Peut-être qu'il y a eu un niveau de transmission de cette maladie plus important que pour un autre individu mais ce n'est pas pour autant que vous, parents, vous en êtes responsable. Ces explications déculpabilisantes constituent une première étape indispensable.

    VIDAL: Que leur expliquez-vous ensuite, s'ils continuent à culpabiliser?
    Corinne Blanchet: Je leur explique que si je leur pose autant de questions, c'est pour mieux comprendre l'environnement dans lequel l'anorexie s'est construite, afin d'avoir d'autant plus de chances de proposer une approche et des soins spécifiques. Parfois, il y a des symptômes qui se pérennisent, qui durent, alors nous devons régulièrement revenir sur le fait que personne n'est responsable de cela. J'utilise également régulièrement une analogie (en tant que médecin somaticien c'est comme un réflexe): je demande aux parents qui ont un niveau de culpabilité trop fort de se demander "si ma fille avait une leucémie, est-ce que nous serions en train de nous demander qu'est-ce que nous avons fait, ou pas fait, pour qu'aujourd'hui elle ait cette pathologie ?". Non, donc pourquoi se poser la question pour la maladie psychique? Parce que c'est plus tabou, plus culpabilisant que d'autres maladies et qu'il existe toujours cette drôle d'idée que si on avait fait un effort, on aurait pu éviter la survenue de la maladie psychique, ce qui est faux.

    VIDAL: Comment procédez-vous avec les familles "culpabilisées" à la Maison de Solenn ?
    Corinne Blanchet: Il y a vraiment du temps de parole et d'échange qui doit être accordé au patient, à sa famille et pour nous-mêmes en tant que médecins. Nous prenons du temps pour les rassurer sur le fait qu'il n'y a pas de culpabilité à avoir, mais que nous allons avoir besoin d'eux car pour traiter un adolescent, nous avons besoin de sa famille, de ses frères et sœurs. A la Maison de Solenn, nous avons monté des groupes de parole pour les parents et, depuis deux ans, nous avons aussi monté un groupe de parole pour les frères et sœurs de 7 à 77 ans: nous les accueillons et écoutons ce qu'ils ont à nous dire, car il y a également beaucoup de culpabilité. Certains frères et sœurs peuvent se dire "c'est peut-être parce qu'on s'est engueulés la dernière fois qu'elle a arrêté de manger" ou "c'est peut-être parce que je ne suis pas un super frère ou une super sœur" (les rivalités fraternelles existent dans toutes les familles). Certains se demandent aussi "j'y suis pour quoi dans cette affaire?" Au fond, dans cette maladie, tout le monde se demande s'il y est pour quelque chose…

    Il faut donc déculpabiliser, mais ce n'est pas pour autant qu'il ne faut pas se poser les bonnes questions: il y a des fonctionnements familiaux qui favorisent l'apparition de l'anorexie, c'est une réalité. Il y a aussi des transmissions génétiques qui favorisent son apparition, il ne faut pas non plus nier cette réalité scientifique. Mais une fois que l'on a posé les choses, il faut ensuite pouvoir avancer et travailler sereinement avec des familles qui sont déculpabilisées.


    Propos recueillis le 5 novembre à la Maison de Solenn (Paris).

    En savoir plus:
    Le site de la Maison de Solenn (par exemple cette page sur l'anorexie / boulimie)

    Sur VIDAL.fr:
    VIDAL Reco Troubles des conduites alimentaires

    Sur EurekaSanté.fr (site grand public de Vidal):
    Anorexie et boulimie
    Sources : VIDAL
    Écrit par Jean-Philippe RIVIERE

    ©http://www.eurekasante.fr/actualites/actualites-sante/51768-prise-en-charge-de-l-anorexie-mentale-comment-deculpabiliser-l-entourage-familial.html

  49. L’ANOREXIE MENTALE CHEZ LE GARÇON

    L’ANOREXIE MENTALE CHEZ LE GARÇON, UNE PATHOLOGIE SOUVENT SÉVÈRE
    Jeudi, 18 Décembre 2014

    L’anorexie mentale est une pathologie encore souvent méconnue, et encore davantage lorsqu’elle concerne les garçons, qui peuvent développer des formes sévères sans que le diagnostic n’ait été posé.

    Comme pour l’anorexie féminine, le dépistage et la prise en charge précoce, spécialisée sont essentiels, souligne le Dr Corinne Blanchet-Collet, responsable de la médecine de l'adolescent (TCA/Boulimie) à la Maison de Solenn.

    Les garçons anorexiques, qui n'ont pas forcément un IMC effondré, font souvent beaucoup de sport.

    VIDAL: L'anorexie est-elle en augmentation chez les garçons?
    Corinne Blanchet-Collet: il est compliqué de dire si c'est réellement plus fréquent, en termes d'incidence. En tout cas, les garçons nous sont de plus en plus souvent adressés en consultation spécialisée, peut-être parce que l'on commence à mieux les détecter. Il n'y a encore pas si longtemps, l'anorexie du garçon était une pathologie méconnue de l'environnement familial et médical: les médecins ne détectaient pas l'anorexie chez les garçons. Lorsqu'une fille qui perd du poids à l'adolescence, le "tiroir" de l'anorexie mentale est très vite ouvert, mais lorsqu'un garçon perd du poids à l'adolescence, au mieux on s'interroge, au pire on se dit que ce n'est pas grave, qu'il grandit, qu'il s'épaissira plus tard..

    VIDAL: Quelles sont les particularités de cette anorexie masculine?
    Corinne Blanchet-Collet: A la Maison de Solenn, nous récupérons en consultation des garçons anorexiques dans des situations cataclysmiques…: la plupart du temps il s'agit de formes massives, bruyantes avec des complications médicales parfois sévères, qui peuvent engager le pronostic vital: insuffisances cardiaques, perturbations hépatiques, rénales. Les quelques patients que j'ai envoyés en réanimation dès mon premier jour de consultation, c'est-à-dire la première fois que je les ai vus dans mon box, étaient quasiment paraparésiques [NDLR: faiblesse, paralysie légère]: ils étaient incapables de tenir leur tête, avaient du mal à marcher, à se tenir debout, étaient en insuffisance cardiaque avec des œdèmes jusqu'au cou. Ils ont été hospitalisés en réanimation avec des évolutions pas toujours positives...

    VIDAL: Quels sont les signes pouvant faire évoquer une anorexie masculine?
    Corinne Blanchet-Collet: Ce sont souvent des garçons qui font beaucoup de sport, qui ont beaucoup d'activités et qui du coup, maintiennent des apports alimentaires qui ne sont pas nuls. C'est-à-dire qu'ils se mettent rarement en grande restriction alimentaire massive. Du coup, c'est moins visible par les parents, qui s'alertent moins. Le garçon anorexique fait un petit peu attention, élimine les aliments un peu "fantaisie", fait un peu attention au gras mais en même temps, il s'est mis au sport, veut développer sa masse musculaire et finalement son comportement restrictif passe inaperçu.

    Pourtant, ces garçons peuvent avoir des apports, des ingestas quotidiens de 1500, 1600 calories seulement: ce n'est pas dramatique, même si c'est insuffisant, sauf qu'ils font 4, 5, 6heures de sport par jour, donc ces apports ne suffisent pas. Par exemple, j'avais un patient qui faisait 6heures de sport par jour: il avait des ingestas alimentaires qui étaient de 2000 calories par jour, et qui n'étaient pas donc pas suffisants, pas adaptés à ses besoins.

    VIDAL: Ce garçon avait-il un comportement "typique" d'anorexique?
    Corinne Blanchet-Collet: Ce patient, qui est quand même un exemple caricatural, était passé par des services de médecine interne, hépato-gastro, etc. car il avait développé une insuffisance rénale et présentait une cytolyse hépatique majeure. Les professionnels de santé ont donc recherché tout un tas de pathologies somatiques compliquées [NDLR: sans penser aux conséquences somatiques d'une anorexie mentale]. Le jour où je suis allée le voir, les infirmiers m'ont expliqué que ce patient mangeait. Lorsque je leur ai dit qu'il s'agissait peut-être d'un trouble alimentaire, d'une anorexie, tout le monde m'a dit qu'il avait mangé un couscous à midi... Alors que dans la réalité, il n'en avait mangé qu'une moitié et l'autre moitié était "partie" dans les toilettes. Mais de fait, il n'affichait pas cette hostilité, cette réticence massive face aux aliments retrouvée chez les filles anorexiques. Il n'avait donc pas un comportement d'anorexique typique, sauf que derrière, il mettait son réveil, se réveillait au milieu de la nuit et faisait 4 ou 5heures de pompes pour éliminer les quelques grains de semoule qu'il avait mangés…

    VIDAL: A partir de quel IMC (index de masse corporelle) faut-il s'inquiéter ?
    Corinne Blanchet-Collet: Les recommandations actuelles de la Haute Autorité de Santé mentionnent un IMC à 14, 13 comme étant un seuil qui doit commencer à alerter, et justifier peut-être d'une hospitalisation. Mon expérience clinique et la réalité médicale ne sont pas tout à fait pareilles: dans la vie, lorsqu'un garçon maigrit et surtout que la perte de poids est très rapide, la tolérance n'est pas bonne et on n'a pas besoin d'attendre des niveaux d'IMC à 13 ou 14 pour les voir arriver en faisant des décompensations multiviscérales. C'est vraiment un message qui doit être transmis aux étudiants en médecine et aux professionnels de santé. L'anorexie du garçon est grave, et pas forcément grave à 13 d'IMC, elle peut l'être à 14, 15 ou 16 d'IMC.

    L'IMC peut même être normal: il y a quasiment un garçon sur deux qui, avant l'épisode anorexique, présentait un surpoids ou une obésité. Donc si vous partez d'un niveau de poids de 100 ou 120 kg et que vous atterrissez à 70 kg, en mesurant 1m80, vous avez un IMC normal. Lorsqu'un médecin généraliste reçoit ce type de patient sans forcément le connaître, les parents lui disent qu'il a perdu du poids. Le médecin peut leur répondre qu'il a quand même 19 d'IMC. Sauf que le gamin a perdu 30 ou 40 kg en 3 ou 4 mois…

    VIDAL: Quels sont les risques de ces amaigrissements massifs ? Quels autres signes rechercher?
    Corinne Blanchet-Collet: L'impact est immédiat. Vous avez des transaminases à 10 fois la normale, une insuffisance rénale, des polynucléaires neutrophiles qui chutent. En l'absence de prise en charge, cela peut évoluer vers l'insuffisance multiviscérale et le décès du patient. Le delta entre le poids maximum et le poids minimum est donc au moins aussi important que l'IMC en valeur absolue. C'est vraiment un critère que l'on doit surveiller, vérifier et connaître. Il faut aussi évaluer la fréquence des vomissements associés: un patient garçon sur deux vomit dès les premiers épisodes de restriction alimentaire, alors que chez la fille, il y a souvent une phase d'anorexie restrictive initiale et puis ensuite, le symptôme évolue vers une forme plus mixte avec des crises de "binge" (boulimie), des vomissements etc. Chez le garçon, dans un cas sur deux, on a d'emblée les restrictions, ou en tout cas des apports non adaptés aux dépenses énergétiques, et des vomissements associés.

    VIDAL: Faut-il également rechercher une dysmorphophobie ?
    Corinne Blanchet-Collet: La dysmorphophobie [NDLR: perception déformée de son image corporelle] existe chez les garçons, elle est variable et n'est pas constante. Ils ont un trouble de l'image du corps qui peut être réel, avec la sensation d'avoir des cuisses trop grosses, d'avoir du gras sur le ventre. Ils font surtout une chasse au gras comme les filles, c'est-à-dire qu'ils ont une peur du gras et une volonté de faire disparaître toute trace de graisse. Ils ont surtout souvent une volonté de masse musculaire, l'envie de paraître encore plus virils, alors qu'ils sont adolescents, dans des quêtes identitaires où effectivement on se cherche, le corps se modifie: c'est ce qui légitime initialement les modifications du comportement, je vais manger différemment parce que je vais muscler mon corps. Je vais faire du sport, je vais m'inscrire à la salle de sport parce que je veux être plus musclé, je ne me sens pas bien dans mon corps, je suis trop maigre, je suis trop gros.

    Il y a toujours des justifications qui du reste, sont peut-être des réalités, c'est-à-dire que dans cette période de transition et de modifications corporelles qui sont inhérentes à l'adolescence, il y a réellement une quête de se trouver et de trouver une image du corps qui correspond à ce que l'on a dans la tête. Sauf que parfois, cela "bugge" et part sur des voies qui conduisent à la pathologie anorexique.

    VIDAL: Du côté des facteurs favorisants, incrimine-t-on, comme pour les filles, la minceur systématique des mannequins ?
    Corinne Blanchet-Collet: Les figures de mode masculine aujourd'hui, les pantalons skinny, les chemises taillées slim, etc., laissent effectivement moins de place aux garçons qui sont un peu enrobés ou un peu ronds.. De façon moins caricaturale que les figures de mode féminines orientées vers l'hyper minceur, la mode évolue chez les garçons vers un corps plus sculpté, plus fin, plus musclé. C'est juste une réalité de notre environnement actuel, mais est-ce qu'on le retrouve dans la clinique, chez nos patients? Évidemment, ils ne seront pas capables d'en parler de cette façon, mais il est évident qu'ils sont forcément influencés.

    Mais l'anorexie masculine reste quand même une pathologie qui est très rare, donc ces pressions environnementales viennent appuyer sur des fragilités personnelles qui déclenchent la pathologie. La pathologie de l'anorexie mentale est multifactorielle, aussi bien chez la fille que chez le garçon. Nous pouvons donc imaginer que ces facteurs environnementaux viennent aussi appuyer, chez certains garçons, sur des facteurs prédisposant à la maladie anorexique.

    Propos recueillis le 5 novembre à la Maison de Solenn (Paris).

    En savoir plus:
    Le site de la Maison de Solenn (par exemple cette page sur l'anorexie / boulimie)

    Sur VIDAL.fr:
    VIDAL Reco Troubles des conduites alimentaires

    Sur EurekaSanté.fr (site grand public de Vidal):
    Anorexie et boulimie
    Sources : VIDAL
    Écrit par Jean-Philippe RIVIERE

    ©http://www.eurekasante.fr/actualites/actualites-sante/51812-l-anorexie-mentale-chez-le-garcon-une-pathologie-souvent-severe.html

  50. LOVE AND SACRIFICE: THE LIFE OF EMMA JUNG

    LOVE AND SACRIFICE: THE LIFE OF EMMA JUNG
    15 septembre 2014
    de Imelda Gaudissart
    Kathleen Llanwarne (Traductrice)

    Little attention has been paid to Emma Jung’s role in the history of analytical psychology and in the life of C. G. Jung. This extended biographical essay by Imelda Gaudissart, originally published in French, provides us with a carefully detailed view of this remarkable woman. Gaudissart’s sensitive depiction of Emma Jung reveals a very real woman confronted with an unexpected life and challenged to develop in ways that, for a wife and mother of that period, were almost unimaginable. She worked closely with her husband, C. G. Jung, and Sigmund Freud, becoming herself an analyst, and she was instrumental in establishing the earliest institutions for analytical psychology. The issues Emma Jung faced on her path to individuation will resonate with those of many women today.

    “The importance of Emma Jung in the life of C. G. Jung has often been either taken for granted or underestimated, and her rightful place in the history of analytical psychology has rarely been given serious consideration. Imelda Gaudissart has managed to correct this imbalance and to provide us with a highly nuanced portrayal of this remarkable woman without falling into idealization or caricature. Any understanding of Jung is incomplete without an understanding of Emma’s contribution. I highly recommend this book.”
    — Tom Kelly, past president of the International Association for Analytical Psychology

    “The psychodynamics of the relationships between Emma, Carl, Sabina, and Toni are fascinating, and Emma’s composure and contributions under such difficult circumstances are miraculous. This is a story about the amazing varieties of love in this world—always combined, sooner or later, with some sort of a pain but always stronger in the end. Beyond therapists and historians of psychology, this book serves all who want to grow, but who are sometimes frustrated by the trials of life. Emma’s achievements have so much to teach us.”
    — John Cerullo, professor of history, University of New Hampshire at Manchester

    “Imelda Gaudissart has the great merit of having molded the biographical material about Emma Jung-Rauschenbach into an interesting and moving essay. She helps to keep alive the memory of this remarkable, brave, and generous woman, my beloved grandmother.”
    — Jost Hoerni, one of Emma Jung’s nineteen grandchildren

    Imelda Gaudissart
    has a master’s in psychopathology and has been a Jungian analyst for more than thirty years. She is the coauthor, with her husband Pierre, of a new translation of the I Ching. Married and head of a large family, she lives in Tours, on the Loire Valley.

    Kathleen Llanwarne,
    English by birth, now lives in Brussels where she has worked as a translator for thirty years. Her interest in the work of C. G. Jung and in Jungian analysis dates back even further.

    ©http://www.amazon.com/Love-Sacrifice-Life-Emma-Jung/dp/1630510858

  51. PSYCHANALYSTE AVEC LES PARENTS

    Psychanalyste avec les parents - Une et trois enfants autistes se mettent à parler

    de Marie-christine LAZNIK
    Co-Auteurs : Roberta BERTONE - Erika PARLATO-OLIVEIRA -

    ©2014 érès poche - psychanalyse -

    Marie-Christine Laznik retrace ici le travail analytique effectué avec trois enfants autistes et leur famille. À travers ces récits, elle montre comment chaque enfant avec son génie propre a su mettre en œuvre toute une série de processus psychiques aptes à compenser ce qui fait défaut dans son fonctionnement mental.
    Cet ouvrage est une réédition en format poche, actualisée et augmentée, du livre Vers la parole (Denoël, 2003). Autour des récits de cure de trois enfants avec leur famille, Marie Christine Laznik nous fait part de l'avancée de sa pensée sur l'autisme, pathologie qui fait malheureusement l'objet de nombreuses polémiques. Considérer l’autisme comme une maladie neuro-développementale laisse l’espoir d'enrayer ce développement par des interventions précocissimes en dépit d'éventuels facteurs génétiques. Avec des enfants âgés de 2 à 5 ans et leur famille, le travail thérapeutique intensif proposé dans ce livre permet d'envisager un avenir.

    « Vingt années nous séparent de la première édition de ce livre.

    Ce qui a le plus changé dans ma conception de l’autisme est dû à ma pratique clinique avec des nourrissons, devenus ensuite autistes, et leurs parents. Très tôt, quelque chose rate du côté du bébé, parfois dès sa naissance. De façon pratiquement systématique, une psychogenèse de la situation autistique s’établit : le bébé, en ne répondant pas, détruit en quelques mois les compétences des parents ou tout au moins la confiance qu’ils ont en eux. Les films familiaux le montrent, des parents attentifs et chaleureux, qui interpellaient et sollicitaient leur bébé, deviennent figés et glacés. Autrement ils n’auraient pas pu survivre devant un être pour qui ils n’existent pas. Je n’ai rencontré Halil, Mourad et Louise que bien plus âgés. Mais je peux aujourd’hui imaginer que bébés, ils ont fait vivre des difficultés semblables à leurs parents. »

    Autour des récits de cure de trois enfants avec leur famille, Marie Christine Laznik nous fait part de l'avancée de sa pensée sur l'autisme, pathologie qui fait malheureusement l'objet de nombreuses polémiques. Considérer l’autisme comme une maladie neuro-développementale laisse l’espoir d'enrayer ce développement par des interventions précocissimes en dépit d'éventuels facteurs génétiques. Avec des enfants âgés de 2 à 5 ans et leur famille, le travail thérapeutique intensif proposé dans ce livre permet d'envisager un avenir.

    Mise en vente le 4 décembre 2014.

    ©http://www.editions-eres.com/parutions/psychanalyse/eres-poche-psychanalyse/p3409-psychanalyste-avec-les-parents-une-.htm

  52. UNE FEMME LIBRE ASSASSINEE

    "Une femme magnifique, libre, assassinée hier"

    La douzième victime des terroristes, la dernière dont le nom a été communiqué officiellement, était aussi la seule femme. Elsa Cayat, 54 ans était psychiatre et psychanalyste, son cabinet était situé avenue Mozart dans le XVIème arrondissement de Paris.
    Elle tenait dans Charlie hebdo la chronique « Divan » deux fois par mois où elle abordait des sujets aussi divers que « Genèse de la Shoah » ou « Autorité parentale ». Sa dernière chronique dans le numéro paru hier intitulée « Noël, ça fait vraiment chier. » partait d’une réflexion que lui avait fait l’un de ses patients pendant les fêtes. Elle a également publié plusieurs ouvrages sur le désir et la sexualité, dont un livre sur le couple intitulé Un homme + une femme = quoi ? (Granchet) et le dernier Le désir et la putain, les enjeux cachés de la sexualité masculine publié chez Albin Michel en 2007, sorte de guide sexuel qui abordait des questions telles que « Les mots sont-ils des objets sexuels ? L’argent est-il aphrodisiaque ? ».
    «Je sais que les assassins ont demandé à leurs victimes de se lever et de décliner leur identité. Comme elle était juive, je ne peux m’empêcher de penser qu’elle a été tuée pour cette raison, et j’en éprouve des relents d’horreur. » a confié sa cousine la productrice de cinéma Sophie Bramly dans Le Parisien.
    «C’était une femme extraordinaire», confie Valérie, sa patiente depuis 7 ans, qui nous a permis de reproduire le message qu’elle a publié sur Facebook en hommage «à une femme magnifique, libre, assassinée hier avec 12 autres» :
    «Psychiatre, psychanalyste, chroniqueuse à Charlie, Elsa Cayat m’avait immédiatement attirée par son regard pétillant d’intelligence et de profondeur.
    Elle était la liberté de penser, de se conduire, de croire en soi et s’engager pour changer le monde. Dans son grand bureau foutoirdesque, croulant sous les livres annotés et les papiers froissés, la clope au bec et un petit noir à la main, toujours perchée sur ses talons vertigineux, elle m’aspirait pour des séances sans concessions qui démarraient invariablement par « Alooooooors, racontez moi… »
    Je ne pourrais plus rien lui raconter car des fanatiques l’ont tuée.
    Je pense à son mari, sa fille adolescente, son gros chien qui allait et venait, ses patients qu’elle laisse sans miroir, sa famille, ses amis.
    Je lui dis merci pour le bien qu’elle m’a fait et qu’elle me manque déjà terriblement, comme tous ces esprits libres victimes hier de la barbarie.»
    À lire aussi : Charlie Hebdo : notre émotion, notre soutien
    lien : http://madame.lefigaro.fr/societe/charlie-hebdo-070115-93659

    © http://madame.lefigaro.fr/societe/elsa-cayat-la-psy-de-charlie-hebdo-assassinee-080115-93663

  53. ABILIFY MAINTENA

    ABILIFY MAINTENA (aripiprazole) : nouveau traitement de la schizophrénie en injection IM mensuelle
    Par David PAITRAUD - Date de publication : 05 Janvier 2015

    Les antipsychotiques sont le traitement pharmacologique de référence de la schizophrénie.

    ABILIFY MAINTENA (aripiprazole) poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée est un médicament indiqué dans le traitement d'entretien de la schizophrénie chez les adultes stabilisés sous aripiprazole oral.

    Sa formulation galénique, en poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée, permet une administration intramusculaire mensuelle.

    ABILIFY MAINTENA poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée (aripiprazole) est indiqué dans le traitement d'entretien de la schizophrénie chez les patients adultes stabilisés sous aripiprazole oral (ABILIFY comprimé et comprimé orodispersible).

    Dans cette indication, ABILIFY MAINTENA administré en une injection intramusculaire mensuelle représente une alternative thérapeutique aux autres antipsychotiques injectables à action prolongée.

    ABILIFY MAINTENA est disponible en flacon de 300 mg et de 400 mg d'aripiprazole.
    Après reconstitution, la concentration de la suspension est de 200 mg/ml d'aripiprazole.

    A propos de la forme à libération prolongée
    Dans son avis du 23 avril 2014, la Commission de la Transparence rappelle que "la prescription d'un antipsychotique sous une forme injectable à action prolongée peut être envisagée dans un contexte d'alliance thérapeutique chez un patient stabilisé et lorsque des difficultés de maintien de l'observance sont présents".

    D'un point de vue pharmacocinétique, ABILIFY MAINTENA présente les caractéristiques suivantes :
    • une absorption de l'aripiprazole dans la circulation systémique lente et prolongée en raison de la faible solubilité des particules d'aripiprazole ;
    • une demi-vie d'absorption moyenne de 28 jours ;
    • une augmentation progressive des concentrations plasmatiques d'aripiprazole après plusieurs administrations intramusculaires. A l'état d'équilibre, les concentrations plasmatiques maximales sont atteintes en un Tmax médian de 5 à 7 jours ;
    • une large distribution dans l'organisme, avec un volume apparent de distribution de 4,9 L/kg ;
    • une biotransformation principalement hépatique ;
    • une demi-vie moyenne d'élimination terminale de l'aripiprazole de 46,5 jours après plusieurs administrations de 400 mg, et de 29,9 jours après plusieurs administrations de 300 mg.

    ABILIFY MAINTENA en pratique
    Le traitement par ABILIFY MAINTENA doit être instauré chez les patients stabilisés sous aripiprazole oral, pour lesquels la tolérance de l'aripiprazole orale est établie.

    La posologie initiale et d'entretien recommandée d'ABILIFY MAINTENA est de 400 mg.
    ABILIFY MAINTENA est administré 1 fois par mois.
    La suspension doit être injectée lentement, en 1 seule injection intramusculaire dans le muscle fessier. Les injections doivent être alternées entre les deux muscles fessiers.
    Un délai minimal de 26 jours entre 2 injections doit être respecté.
    La titration de la posologie de ce médicament n'est pas nécessaire.

    Après la première injection, le traitement par 10 mg à 20 mg d'aripiprazole oral doit être poursuivi pendant 14 jours consécutifs de façon à maintenir une concentration thérapeutique d'aripiprazole pendant l'instauration du traitement.

    Adaptation de la posologie
    Une adaptation posologique peut être nécessaire en présence d'effets indésirables.
    Dans ce cas, une réduction de la dose à 300 mg 1 fois par mois doit être envisagée.

    Conservation de la suspension reconstituée
    La stabilité physicochimique de la suspension dans le flacon a été démontrée pendant 4 heures à 25 °C.
    Du point de vue microbiologique, sauf si la méthode d'ouverture et de reconstitution exclut tout risque de contamination microbienne, le produit doit être utilisé immédiatement.
    S'il n'est pas utilisé immédiatement, la durée et les conditions de conservation de la suspension reconstituée sont de la responsabilité de l'utilisateur. Si l'injection n'est pas pratiquée immédiatement après reconstitution, il est recommandé d'agiter vigoureusement le flacon pendant au moins 60 secondes pour remettre le contenu en état de suspension avant l'injection. Il ne faut pas conserver la suspension reconstituée dans la seringue.
    Les instructions de reconstitution sont précisées dans la monographie VIDAL d'ABILIFY MAINTENA.

    Identité administrative
    • Liste I
    • Flacon de 300 mg (flacon de poudre + flacon de 2 ml de solvant + 1 seringue avec aiguille préfixée + 1 seringue jetable Luer Lock + 1 adaptateur + 2 aiguilles), CIP 3400927721847, prix public TTC = 268,51 euros
    • Flacon de 400 mg (flacon de poudre + flacon de 2 ml de solvant + 1 seringue avec aiguille préfixée + 1 seringue jetable Luer Lock + 1 adaptateur + 2 aiguilles), CIP 3400927721908, prix public TTC = 268,51 euros
    • Remboursable à 65 %
    • Agrément aux collectivités
    • Laboratoire Otsuka Pharmaceutical France

    Pour aller plus loin
    Se reporter à la monographie VIDAL d'ABILIFY MAINTENA (mise à jour du 5 janvier 2015)
    Avis de la Commission de la Transparence (HAS, 23 avril 2014)
    Résumé EPAR à l'intention du public (EMA, mise à jour du 13 août 2014)
    Pour en savoir plus...
    Consultez les monographies VIDAL :
    • ABILIFY 15 mg cp
    • ABILIFY 10 mg cp
    • ABILIFY 5 mg cp
    • ABILIFY 10 mg cp orodispers
    • ABILIFY 15 mg cp orodispers
    • ABILIFY 7,5 mg/ml sol inj
    • ABILIFY MAINTENA 300 mg pdre/solv p susp inj à libération prolongée
    • ABILIFY MAINTENA 400 mg pdre/solv p susp inj à libération prolongée
    Consultez les VIDAL Recos :
    • Agitation
    • Schizophrénie
    • Trouble bipolaire
    Sources : J.O. (Journal Officiel), EMA (European Medicines Agency), HAS (Haute Autorité de Santé), ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)


    © http://www.vidal.fr/actualites/14726/abilify_maintena_aripiprazole_nouveau_traitement_de_la_schizophrenie_en_injection_im_mensuelle/#xEcP7rr25Mfz8LU5.99

  54. Anorexie mentale des adolescents

    Anorexie mentale des adolescents : place du détournement de l'usage de certains médicaments
    Par Jean-Philippe RIVIERE - Date de publication : 24 Décembre 2014

    Les patients atteints de troubles du comportement alimentaire sévères peuvent utiliser certains médicaments, comme les anorexigènes ou laxatifs, pour tenter de maigrir davantage (ou de moins grossir).

    Mais est-ce le cas chez les adolescents, qui ont moins facilement accès à ces produits ? Les réponses du Dr Corinne Blanchet-Collet, endocrinologue et praticien hospitalier à La Maison de Solenn.

    VIDAL : Les adolescents anorexiques utilisent-ils certains médicaments pour maigrir davantage ?
    Corinne Blanchet-Collet : Les médicaments employés par certaines anorexiques à visée d'amaigrissement sont peu utilisés par nos patients adolescents. Il est donc rare que nos patients utilisent régulièrement, comme on a pu l'entendre à une époque, des hormones thyroïdiennes, catécholamines, amphétamines et produits dérivés. Les patientes qui viennent ici pour trouble des conduites alimentaires utilisent essentiellement la restriction alimentaire et l'hyperactivité comme outils et stratégies de perte de poids. Certaines vont aussi utiliser des laxatifs, mais très peu utilisent des diurétiques en tout cas.

    Sur la population adolescente dans son ensemble, les utilisations médicamenteuses essentielles que l'on rencontre dans le cadre des troubles alimentaires sont les laxatifs, mais de façon relativement minoritaire : ce sont plutôt les adolescents les plus âgés, les 17-19 ans et surtout ceux qui ont des troubles alimentaires mixtes type boulimie qui ont, de par leur fonctionnement, leur personnalité, ont un accès plus facile ou plus spontané à ce type de molécules.

    VIDAL : Comment ces patients vont-ils se faire prescrire, au début, ces laxatifs ?
    Corinne Blanchet-Collet : Lorsqu'un adolescent est dénutri à cause d'un trouble alimentaire, il est constipé. Ces ados, et parfois leurs parents, vont donc aller solliciter le médecin traitant ou le pédiatre. Le médecin hospitalier peut aussi être sollicité car la modification du transit peut parfois être très sévère : ce sont des patientes qui présentent des constipations qui durent 1, 2 ou 3 semaines, les parents et les médecins traitants sont paniqués, toujours le fantasme ou la peur de l'occlusion, de la sub-occlusion etc. Et donc effectivement, il va alors leur être proposé des traitements qui vont accélérer le transit. Ces traitements fonctionnent peu ou mal, ou alors il faut les prendre à des dosages très importants. Toujours est-il que j'en vois peu utiliser ce type de molécule de manière détournée mais une fois encore, je parle d'une population de 12-17 ans qui ont surtout des troubles restrictifs.

    VIDAL : Au-delà de l'efficacité, quels sont les risques de ces abus de laxatifs ?
    Corinne Blanchet-Collet : Très vite les utilisatrices font le constat que laxatif ou pas, cela ne modifie pas grand chose à leur poids. Par contre, nous récupérons de nombreux épisodes d'hypokaliémie, de troubles hydroélectrolytiques en lien avec l'utilisation régulière des laxatifs et là aussi, il faut ensuite pouvoir désescalader avec l'idée que parfois, il faut opérer des sevrages en laxatifs chez des patientes qui en utilisent depuis des années. Mais là encore, cela concerne essentiellement des populations un peu plus âgées, on va dire les 17-25 ans.

    VIDAL : Les patients anorexiques peuvent aussi abuser de leur … balance. Que conseillez-vous ?
    Corinne Blanchet-Collet : On conseille toujours aux ados et aux parents d'envoyer la balance en vacances : je leur dis "ce soir, la balance part en vacances". Habituellement, cela agace beaucoup les patientes et cela met les parents dans un état de terreur monumental parce qu'en fait, la balance leur sert à vérifier que leur adolescent n'est pas en train de perdre 1 kg par jour et cela les rassure probablement d'avoir aussi une forme de maîtrise et de contrôle sur tout cela, alors que tout leur échappe. Donc oui, régulièrement, nous demandons aux parents de s'en séparer, et nous les supplions de ne pas en acheter quand il n'y en a pas à la maison.

    VIDAL : Et pour les balances de cuisine ?
    Corinne Blanchet-Collet : On parle souvent de balances pour peser le patient, mais on oublie souvent de parler des balances pour peser les aliments, dont certaines patientes anorexiques font une utilisation forcenée. C'est-à-dire qu'elles pèsent leurs aliments au gramme près. Les adolescentes anorexiques peuvent parfois le faire, paradoxalement, après les hospitalisations : elles ont reçu les conseils de la diététicienne et, parfois, cela peut venir entretenir des espèces d'obsessions alimentaires où elles vont peser, en bonnes élèves, les aliments au gramme près. Mais des adolescentes n'ont pas attendu d'être hospitalisées et, avant même les premiers rendez-vous avec la diététicienne, elles ont déjà acheté leur petite balance ou ont subtilisé la balance de la cuisine familiale pour peser leurs tranches de pain. On retrouve ce genre de comportement chez les patientes qui sont hyper-ritualisées et encore, ce n'est pas du tout une généralité.

    Propos recueillis le 5 novembre à la Maison de Solenn (Paris).

    En savoir plus :
    Le site de la Maison de Solenn (par exemple cette page sur l'anorexie / boulimie)

    Sur VIDAL.fr : VIDAL Reco Troubles des conduites alimentaires

    Sur EurekaSanté.fr (site grand public de Vidal) : Anorexie et boulimie

    Sources : VIDAL

    ©http://www.vidal.fr/actualites/14683/anorexie_mentale_des_adolescents_place_du_detournement_de_l_usage_de_certains_medicaments/

  55. MESSAGE DE L’E F P

    MESSAGE DE L’EUROFÉDÉRATION DE PSYCHANALYSE

    De nombreux pays en Europe ont connu dans leur histoire récente des attentats meurtriers qui avaient comme point commun une volonté barbare de tuer pour faire entendre une revendication et menacer les sociétés démocratiques.
    C’est la liberté d’expression qui a été visée directement dans l’attaque de la rédaction de Charlie. Une solidarité presque unanime se manifeste depuis hier et triste ironie, des artistes, des policiers, une psychiatre-psychanalyste, des techniciens, un responsable politique ont été les victimes des tueurs, tous défendant par leur corps cette liberté sans laquelle il ne saurait y avoir ni caricaturistes ni psychanalystes. Ainsi est-il justifier de dire que nous sommes tous des Charlie.
    L’EuroFédération de psychanalyse associant les Écoles de psychanalyse d’orientation lacanienne et ses milliers d’adhérents, professionnels de la santé mentale, psychothérapeutes d’Europe dans la même condamnation de cette assassinat transmet aux familles et amis l’expression de sa tristesse et le soutien amical dont elles ont besoin.
    L’AMP et les Écoles d’Amérique ont manifesté leur tristesse et leur soutien.

    Communiqués de deux des Ecoles de l'EFP

    L’École de la Cause freudienne
    Le Conseil mais aussi les membres de l’École de la Cause freudienne sont sous le choc de la nouvelle de l'attentat perpétré hier à Paris contre l'équipe de rédaction de Charlie-Hebdo, dont on sait que certains de ses journalistes étaient des amis de la psychanalyse. Aujourd'hui, nous leur rendons hommage et adressons nos condoléances à leurs familles endeuillées. À cette occasion, le Conseil réaffirme sa position en faveur des valeurs démocratiques défendues par l’État de droit dont dépend l'exercice de la psychanalyse, et soutient résolument la liberté de parole qui en est une des conditions. Patricia Bosquin-Caroz, Présidente de l’ECF

    La New Lacanian School
    C’est la parole libre, condition de la psychanalyse, qui se trouve atteinte par l’attaque contre Charlie-Hebdo à Paris.
    Le Bureau de la New Lacanian School, ainsi que ses membres, en sont marqués.
    Nous partageons les vives préoccupations et douleurs qui touchent la France, son esprit – et, par lui, au-delà et partout.
    Nous nous associons et nous associerons nécessairement à sa défense. Yves Vanderveken, président de la NLS

  56. TIGNOUS ET LA PSYCHANALYSE


    Hommage à Charlie

    Il y a quelques années, quand la psychanalyse était attaquée par Accoyer et autre, Gérard Miller avait demandé à un certain nombre de dessinateurs leur soutien. Trois des dessinateurs de CHARLIE HEBDO avaient tout de suite répondu présents : Charb, Tignous et Honoré. Voici les dessins qu’ils avaient envoyé.
    Le Conseil mais aussi les membres de l’École de la Cause freudienne sont sous le choc de la nouvelle de l’attentat perpétré hier à Paris contre l’équipe de rédaction de CHARLIE HEBDO, dont on sait que certains de ses journalistes étaient des amis de la psychanalyse…

    ©http://www.causefreudienne.net/

  57. HONORE ET LA PSYCHANALYSE

    Il y a quelques années, quand la psychanalyse était attaquée par Accoyer et autre, Gérard Miller avait demandé à un certain nombre de dessinateurs leur soutien. Trois des dessinateurs de CHARLIE HEBDO avaient tout de suite répondu présents : Charb, Tignous et Honoré. Voici les dessins qu’ils avaient envoyé.
    Le Conseil mais aussi les membres de l’École de la Cause freudienne sont sous le choc de la nouvelle de l’attentat perpétré hier à Paris contre l’équipe de rédaction de CHARLIE HEBDO, dont on sait que certains de ses journalistes étaient des amis de la psychanalyse…

    ©http://www.causefreudienne.net/

  58. CHARB ET LA PSYCHANALYSE

    Il y a quelques années, quand la psychanalyse était attaquée par Accoyer et autre, Gérard Miller avait demandé à un certain nombre de dessinateurs leur soutien. Trois des dessinateurs de CHARLIE HEBDO avaient tout de suite répondu présents : Charb, Tignous et Honoré. Voici les dessins qu’ils avaient envoyé.
    Le Conseil mais aussi les membres de l’École de la Cause freudienne sont sous le choc de la nouvelle de l’attentat perpétré hier à Paris contre l’équipe de rédaction de CHARLIE HEBDO, dont on sait que certains de ses journalistes étaient des amis de la psychanalyse…

    ©http://www.causefreudienne.net/

  59. PRISE EN CHARGE DE L'ANOREXIE MENTALE

    Prise en charge de l’anorexie mentale : "les maître-mots sont l’alliance et la confiance"
    Jeudi, 15 Janvier 2015

    La prise en charge de l'anorexie mentale peut durer de quelques mois à une dizaine d'années. "L’essentiel dans cette pathologie, c’est de tenir bon", nous explique le Dr Corinne Blanchet-Collet, endocrinologue et praticien hospitalier à La Maison de Solenn.

    Cette spécialiste de la prise en charge de cette pathologie décrit les défis à relever, les spécificités de la prise en charge des patients d'origine étrangère ou encore les possibilités offertes par les maisons des adolescents, en particulier la Maison de Solenn.
    Patience, confiance, alliance, souplesse et transdisciplinarité semblent être les éléments clefs d'une prise en charge efficace de l'anorexie mentale (illustration).
    VIDAL: Quels sont les principes de la prise en charge de l'anorexie?
    Corinne Blanchet-Collet: Les présentations cliniques peuvent être très différentes d'un patient à l'autre. Si vous ne prenez pas en compte les spécificités de l'anorexie dans sa diversité et que vous appliquez une prise en charge qui est stéréotypée et protocolisée, non seulement vous ne répondez pas aux besoins de l'adolescent et de sa famille, mais vous risquez en plus de ne pas être très efficace.
    Aujourd'hui, la prise en charge de l'anorexie doit être transdisciplinaire, individuelle, familiale et doit venir s'articuler avec l'environnement du patient. Puis nous allons l'accompagner sur une trajectoire de soins qui va durer quelques mois ou quelques années, puisque lorsque nous prenons en charge initialement un patient anorexique, nous pouvons le pressentir, mais nous n'avons pas forcément l'idée de la durée qui va être nécessaire pour cette prise en charge thérapeutique. Dans la réalité, c'est de quelques mois à plusieurs années.

    VIDAL: Quel est le facteur principal de la réussite d'une prise en charge spécialisée?
    Corinne Blanchet-Collet: Les maître-mots sont l'alliance et la confiance. Je dis souvent aux ados et à leur famille que cela va nous prendre du temps et plusieurs consultations uniquement pour qu'ils m'accordent leur confiance: ce n'est pas parce que l'on est médecin spécialiste de la question ou autre que la confiance vient de façon évidente. La confiance se mérite… D'autant plus que lorsque nous commençons à parler d'hospitalisation de longue durée, de soins prolongés, il faut absolument qu'il y ait une confiance absolue pour que les parents acceptent de nous confier leur adolescent. Tant que les ados sentent que leurs parents sont réticents, car ne sont pas en confiance ou se sentent coupables, l'adolescent n'investit pas les soins, ou le fait de façon très partielle.

    VIDAL: La normalisation du poids est-elle le signe de la guérison?
    Corinne Blanchet-Collet: Ce n'est pas parce que le patient normalise son poids que la partie est gagnée … Nous, en tant que médecins somaticiens, médecins de l'adolescence, médecins généralistes, nous devons accompagner, être garants du cadre de soins, de la trajectoire de soins et du projet thérapeutique. Normalisation du poids ne signifie pas systématiquement guérison : "ton trouble anorexique va mieux, ton poids s'est normalisé, tu as retrouvé tes règles par contre, moi j'ai quand même l'impression que sur le plan psychique tu restes en souffrance. Il reste tels et tels éléments et je te conseille vraiment d'aller voir un spécialiste". Il peut donc être nécessaire de donner des coordonnées et d'adresser ce patient à un spécialiste, même si le symptôme anorexique est en train de se résoudre.

    VIDAL: Quelles sont les qualités nécessaires pour bien soigner les adolescents anorexiques?
    Corinne Blanchet-Collet: L'essentiel dans cette pathologie, c'est de tenir bon. C'est vraiment une caractéristique et une qualité nécessaires, pour les professionnels comme pour l'ado. Parce qu'évidemment, sur 5 ou 10 ans de suivi, les moments de découragement, d'épuisement et idées d'incurabilité peuvent survenir. Il est quand même compliqué lorsque l'on accompagne une ado et des parents pendant des années, de continuer à les persuader, les convaincre que "oui, cela fait 10 ans, mais regardez tout ce qui a progressé durant ce temps", même si elle a toujours 15 d'IMC et toujours pas ses règles… Peu importe, chaque individu a sa temporalité propre en termes de développement personnel comme de développement pubertaire adolescent, et c'est la même chose en termes de guérison de l'anorexie mentale.

    Même s'ils n'ont pas forcément tort, les parents ont souvent l'impression que si l'on intervient rapidement, si l'on hospitalise tout de suite un adolescent anorexique dès la perte des premiers kilos, nous allons le soigner, le guérir rapidement. Sauf que ce n'est pas du tout ainsi que cela se passe: il faut respecter la temporalité du patient et du symptôme anorexique, savoir être patient. Chez certains, cela sera réglé en 1 an, chez d'autres il faudra 10 ou 15 ans mais c'est peut-être à ce prix là, et parce que l'on aura tenu bon, que l'on permettra à un ado que l'on a rencontré à l'âge de 12 ans, d'être à 20 ou 25 ans un individu adulte qui va bien et qui peut mener sa vie de la façon la plus libre et la plus autonome possible.

    VIDAL: La prise en charge des anorexiques d'origine étrangère nécessite-t-elle des adaptations?
    Corinne Blanchet-Collet: Nous rencontrons plusieurs difficultés: déjà, l'anorexie n'est pas forcément comprise ou connue de l'environnement familial, il va donc falloir trouver les mots pour expliquer et amener les parents et l'adolescent aux soins. De plus, dans sa présentation, la peur de grossir, les troubles de l'image du corps peuvent être variables en fonction des populations: par exemple, nous allons parfois avoir, chez des patientes de culture africaine, des expressions symptomatiques qui peuvent être pris pour des formes délirantes d'anorexie mentale alors que de fait, ce ne sont que des expressions culturelles de leurs symptômes.

    L'anorexie mentale survient aussi dans ces populations, il faut en connaître les spécificités comme pour celle du garçon. Ce sont des anorexies qui surviennent sur d'autres types de populations que l'anorexie classique de la jeune fille caucasienne et qui nécessitent dd'ajouter aux soins habituels la dimension transculturelle, afin de permettre à l'adolescent non seulement de s'investir dans les soins mais surtout, ce qui est très important, de permettre aux parents d'investir les soins. Si nous ne parvenons pas, par une approche transculturelle, à autoriser ces parents à entrer dans les soins, nous passons à côté de l'adolescent et de son symptôme.

    VIDAL: Quelle est la place des maisons des adolescents dans la prise en charge de l'anorexie ?
    Corinne Blanchet-Collet: Depuis une dizaine d'années, les maisons des adolescents se sont développées sur le territoire. La Maison de Solenn a été une des premières maisons pour adolescents. Les missions sont diverses, mais la mission initiale était d'accueillir l'adolescent, son mal-être individuel, d'accueillir ses pathologies et les pathologies inhérentes à l'adolescence et d'accueillir les familles qui se sentent souvent extrêmement démunies, que ce soit face à un dysfonctionnement transitoire de l'adolescent ou face à des pathologies plus sévères.

    Ces maisons ont aussi pour mission d'accueillir tous les professionnels, de fédérer une réflexion et une présence autour de ces adolescents et de leurs familles, pour qu'ils puissent se construire de façon assez homogène dans les différentes régions de France.

    VIDAL: Quelles sont les particularités de la Maison de Solenn?
    Corinne Blanchet-Collet: Cette structure a été ouverte en décembre2004. Nous fêterons dans quelques jours les 10 ans de la Maison de Solenn, qui a la particularité d'être aussi un service hospitalo-universitaire. C'est-à-dire que c'est une maison des adolescents comme toutes les autres, qui répond à un certain nombre de missions, de prévention, d'éducation, de sanitaire etc. Mais elle a aussi la chance, grâce à la qualité de la structure et de l'outil, de pouvoir fonctionner comme un service hospitalier et donc d'offrir du soin. Nous avons donc vocation à accueillir l'adolescent, à l'évaluer, à l'orienter mais nous pouvons aussi venir lui proposer du soin dans toutes ses dimensions, ainsi que de l'accompagnement sur le plan éducatif, social et juridique.

    VIDAL: De quels outils de soins disposez-vous dans la Maison de Solenn?
    Corinne Blanchet-Collet: Ce sont des outils appelés transdisciplinaires, c'est-à-dire que la particularité de la Maison de Solenn c'est la mixité, c'est vraiment un terme qui aujourd'hui résonne dans cette structure. La mixité des professionnels qui interviennent auprès des adolescents, la mixité des pathologies qui peuvent être psychiques, pédiatriques, autour des conduites alimentaires, des maladies de la nutrition etc. Et aussi une mixité en termes d'environnement et de travail en réseau. C'est-à-dire qu'aujourd'hui, la Maison de Solenn vient fédérer les professionnels, qu'ils soient hospitaliers, extra-hospitaliers, libéraux et nous sommes là aussi pour permettre aux professionnels de travailler en réseau, de venir trouver ici des ressources pour aborder l'adolescence et ses problématiques.

    Ces professionnels viennent nous rencontrer et nous, nous avons également l'occasion d'essayer de diffuser, de transmettre, d'enseigner, de former des professionnels médicaux ou non sur les pathologies spécifiques à l'adolescence et en particulier les troubles des conduites alimentaires.

    Propos recueillis le 5 novembre à la Maison de Solenn (Paris).

    En savoir plus:
    Le site de la Maison de Solenn

    Sur VIDAL.fr:
    VIDAL Reco Troubles des conduites alimentaires

    Sur EurekaSanté.fr (site grand public de Vidal):
    Anorexie et boulimie]]>
    Sources : VIDAL
    Écrit par Jean-Philippe RIVIERE

    ©http://www.eurekasante.fr/actualites/actualites-sante/51936-prise-en-charge-de-l-anorexie-mentale-les-maitre-mots-sont-l-alliance-et-la-confiance.html

  60. COMPORTEMENT ALIMENTAIRE

    Troubles précoces du comportement alimentaire : quand y penser ? Comment réagir ?
    Par Jean-Philippe RIVIERE - Date de publication : 21 Janvier 2015

    Comment détecter en médecine libérale les troubles précoces du comportement alimentaire, éventuellement précurseurs, annonciateurs d’une anorexie mentale ? Comment réagir ? Quand faut-il adresser l’enfant à un spécialiste ?

    Les explications du Dr Corinne Blanchet-Collet, endocrinologue et praticien hospitalier à La Maison de Solenn.

    VIDAL : L'anorexie débute-t-elle de plus en plus précocement ?
    Corinne Blanchet-Collet : Il y a actuellement une recrudescence nette de l'incidence des troubles alimentaires précoces. Lorsque l'on évoque des troubles "précoces", il s'agit de la tranche 8-12 ans. Mais sont-ils plus fréquents ou est-ce qu'ils sont plus facilement détectés ? Il n'y a pas de réponse à cette question.

    Toujours est-il qu'en pratique clinique courante, nous voyons de plus en plus de troubles alimentaires qui débutent à l'âge de 7, 8 ans. La particularité de ces troubles alimentaires précoces est qu'ils n'ont pas la même présentation clinique que l'anorexie de la jeune fille de 13-17 ans : les cognitions anorexiques sont absentes, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de trouble de l'image du corps, pas de volonté de maigrir, pas de préoccupation corporelle.

    VIDAL : En l'absence de ces troubles, comment reconnaître un enfant anorexique ?
    Corinne Blanchet-Collet : Ce sont des enfants qui ont une présentation atypique. On peut donc passer à côté de la détection précoce de ces troubles et du diagnostic car ce sont des enfants qui sont des petits mangeurs, qui ont une sélectivité alimentaire ou qui mettent l'environnement familial en difficulté sur les temps de repas. Les parents vous disent à quel point les temps de repas sont laborieux avec leur fils, cela peut durer 1h, 1h30, il faut user de toutes les stratégies possibles et imaginables pour qu'il finisse son assiette. Lorsque je leur demande depuis quand cela dure, certains parents me disent que c'est depuis l'entrée au CP. D'autres me disent que leur enfant n'a jamais eu d'appétit ou que cela a été la catastrophe dès que la mère a arrêté d'allaiter et d'essayer d'introduire les premiers aliments.

    Il ne faut pas généraliser, mais si on s'intéresse à la phase prémorbide, avant la vraie anorexie mentale caricaturale classique de l'adolescence, on retrouve chez un bon nombre de patients des troubles alimentaires précoces qui n'ont pas été diagnostiqués, ou insuffisamment précocement diagnostiqués.

    VIDAL : Ces "petits mangeurs" présentent-ils des anomalies typiques de leurs courbes de croissance ?
    Corinne Blanchet-Collet : Lorsque nous examinons les courbes de poids/taille de ces enfants ou jeunes adolescents, nous ne constatons pas de perte de poids, ce qui est encore plus trompeur. Donc non seulement ils sont atypiques dans leur présentation - ils ont des douleurs abdominales, des nausées, des phobies alimentaires, ce sont des petits mangeurs-, mais en plus ils ne perdent pas de poids, donc il n'y a pas le signal d'alerte qui vient s'allumer : ce sont en fait des enfants qui ne prennent pas de poids ou de façon ralentie. Au total, ce sont des enfants qui ont un niveau de poids non adapté à leur âge et à leur taille et en plus, très souvent, la croissance se poursuit, donc il n'y a même pas d'alerte du type "il a arrêté de grandir depuis 1 an ou 2".

    VIDAL : Ces troubles alimentaires précoces sont-ils souvent annonciateurs d'une anorexie mentale ?
    Corinne Blanchet-Collet : Ces troubles alimentaires de la petite enfance et de l'enfance font le lit et favorisent, à l'évidence, l'apparition et l'émergence d'une véritable anorexie mentale à l'adolescence, donc ils doivent être détectés. Une étude canadienne a par exemple montré que parmi les enfants qui se présentaient entre l'âge de 8 et 12 ans pour une perte de poids ou un trouble des conduites alimentaires, la moitié n'avait pas les caractéristiques de l'anorexie mentale classique. Et pourtant, il s'agit de véritables troubles alimentaires restrictifs avec un risque d'émergence d'une anorexie mentale authentique et un risque de complications, de retard pubertaire, statural et de dysfonctionnement psychique associé.

    Ce risque est très important car si l'on considère un trouble alimentaire quel qu'il soit, du trouble alimentaire précoce de la petite enfance à l'anorexie mentale de l'adolescence, en passant par l'ARFID [NDLR : Avoidant/Restrictive Food Intake Disorder, ou trouble de l'alimentation sélective et évitante, selon la nouvelle dénomination présente dans le DSM-V] de l'enfance, si l'on considère que ces troubles sont le reflet de souffrances psychiques a minima ou de troubles psychiatriques associés, alors il faut les détecter, car faut aller attaquer et accompagner le dysfonctionnement psychique sous-jacent.

    VIDAL : Une fois la stagnation pondérale détectée, comment en parler avec l'enfant… et ses parents ?
    Corinne Blanchet-Collet : Ce que l'on peut déjà faire, c'est évaluer, poser un diagnostic, pas un diagnostic d'anorexie mentale mais être factuel, faire un constat : "tiens, depuis 6 mois, tu n'as pas pris un gramme, ce qui est étonnant". Alors on montre les courbes de poids/taille aux parents et à l'enfant afin de voir ce qu'ils sont aptes à comprendre : "je ne sais pas comment tu t'alimentes, mais j'ai l'impression que l'évolution de ton poids n'est pas correcte pour ton âge donc on va se revoir d'ici 2, 3 mois. Et si dans 2, 3 mois on fait le constat que depuis 4, 5 mois tu n'as toujours pas pris 1 gramme, il se passe quelque chose. Soit tu as un petit problème de santé, on va faire un bilan, on va vérifier qu'il n'y a pas de maladie inflammatoire" (on explique cela avec des mots simples) "que ce ne soit pas une maladie du tube digestif ou un petit problème de santé qui t'empêche de prendre du poids", (sans stigmatiser sur la maladie psychique) "ou peut-être qu'en ce moment, tu traverses un moment où tu n'es pas très en forme dans ta tête, cela arrive et on peut en perdre l'appétit ou l'envie de manger et de partir à la découverte de l'alimentation", sans parler d'anorexie mentale.

    Et puis si le diagnostic de trouble alimentaire précoce se confirme, on peut s'aider d'un rendez-vous ou deux avec une diététicienne, parfois il suffit de quelques ajustements, d'une guidance un peu parentale (parce que les parents sont parfois aussi en difficulté, ils ne savent pas comment s'y prendre), d'accompagner un peu l'enfant et les parents et cela peut s'avérer suffisant.

    VIDAL : Que faire si ces accompagnements ne permettent pas une évolution favorable ?
    Corinne Blanchet-Collet : On décroche son téléphone et puis on contacte des services spécialisés, de pédiatrie ou de pédopsychiatrie, où des spécialistes vont réévaluer la situation et permettront la mise en place de soins et l'accompagnement nécessaire. Lorsque nous nous occupons d'anorexie à l'adolescence et que nous prenons le temps d'évaluer la phase prémorbide, nous constatons qu'un nombre considérable d'adolescents ont eu des enfances chaotiques en termes d'évolution pondéro-nutritionnelle.

    Lorsque nous regardons simplement leur courbe d'IMC, leur courbe de corpulence et leur courbe de poids/taille, nous avons déjà des éléments qui permettent presque de prédire l'apparition de l'anorexie à l'adolescence. Ce sont des éléments qui doivent être connus des médecins traitants, des pédiatres et de tous les professionnels qui travaillent auprès des enfants.

    Propos recueillis le 5 novembre à la Maison de Solenn (Paris).

    En savoir plus :
    Le site de la Maison de Solenn (par exemple cette page sur l'anorexie / boulimie)

    Sur VIDAL.fr :
    VIDAL Reco Troubles des conduites alimentaires

    Sur EurekaSanté.fr (site grand public de Vidal) :
    Anorexie et boulimie

    Source VIDAL
    ©http://www.vidal.fr/actualites/14844/troubles_precoces_du_comportement_alimentaire_quand_y_penser_comment_reagir/

  61. LE MONDE A-T-IL UN SENS ?

    Pierre Rabhi et Jean-marie Pelt nous éclaire sur le sens de la vie à travers l'évolution de l'Univers depuis le big Bang.

    En résumé:
    Toutes les cultures du monde se sont interrogées sur la question du « sens ». Dans notre société en perte de repères, la science, nous dit Jean-Marie Pelt, permet, en explorant le réel du Big Bang jusqu’à l’homme, d’apporter des éléments de réponse à cette question.
    En effet, d’un bout à l’autre de la longue histoire de l’univers, l’évolution conduit des éléments simples à s’associer pour former des entités plus complexes, faisant émerger de nouvelles propriétés C’est ce qu’il appelle le « principe d’associativité ». Par de multiples exemples puisés dans la nature, Jean-Marie Pelt met en lumière le fait que la vie doit davantage à l’alliance qu’à la rivalité.
    Pierre Rabhi défend avec lui ce principe en « intendant et serviteur de la Terre nourricière », comme il se définit lui-même. Pour lui, il appartient désormais aux hommes de poursuivre ce processus en privilégiant la coopération au détriment de la compétition, source de tensions et de conflits.

    Jean-Marie Pelt et Pierre Rabhi, amis de longue date, mettent ici en commun, par-delà les désespérances de notre temps, une vision qui se veut optimiste mais qui exige, à leurs yeux, pour aboutir à un monde plus juste et fraternel, une authentique et massive « insurrection des consciences ».

    Le Mot de l'éditeur :
    Toutes les cultures du monde se sont interrogées sur la question du « sens ». Dans notre société en perte de repères, la science, nous dit Jean-Marie Pelt, permet, en explorant le réel du Big Bang jusqu’à l’homme, d’apporter des éléments de réponse à cette question. En effet, d’un bout à l’autre de la longue histoire de l’univers, l’évolution conduit des éléments simples à s’associer pour former des entités plus complexes, faisant émerger de nouvelles propriétés C’est ce qu’il appelle le « principe d’associativité ». Par de multiples exemples puisés dans la nature, Jean-Marie Pelt met en lumière le fait que la vie doit davantage à l’alliance qu’à la rivalité. Pierre Rabhi défend avec lui ce principe en « intendant et serviteur de la Terre nourricière », comme il se définit lui-même. Pour lui, il appartient désormais aux hommes de poursuivre ce processus en privilégiant la coopération au détriment de la compétition, source de tensions et de conflits. Jean-Marie Pelt et Pierre Rabhi, amis de longue date, mettent ici en commun, par-delà les désespérances de notre temps, une vision qui se veut optimiste mais qui exige, à leurs yeux, pour aboutir à un monde plus juste et fraternel, une authentique et massive « insurrection des consciences ».

    Essai (broché). Paru en 05/2014
    Auteur Jean-Marie Pelt, Pierre Rabhi
    Éditeur Éditions Fayard
    Date de parution 07/05/2014
    Collection Doc.temoignage
    ISBN 2213681864
    EAN 978-2213681863

    ©http://livre.fnac.com/a7074695/Jean-Marie-Pelt-Le-monde-a-t-il-un-sens#ficheResume

  62. DIMINUTION DE L'USAGE DES PSYCHOTROPES EN EHPAD

    Accompagnement soutenu en EHPAD : "un continuum de soins et une diminution de l’usage des psychotropes"
    Par Jean-Philippe RIVIERE - Date de publication : 28 Janvier 2015

    Les animations, approches non médicamenteuses, le renforcement de la convivialité ou encore l'accompagnement 7 jours sur 7 permettent-ils d'améliorer l'autonomie de certains résidents, voire de diminuer leur consommation de psychotropes ? Retour d'expérience de Maguelonne Legaie, directrice de la Villa du Tertre, maison de retraite EHPAD (St-Parres-aux-Tertres, Aube).

    VIDAL : Comment se passent vos interactions avec les professionnels de santé de la région ?
    Maguelonne Legaie : L'interaction est surtout cadrée par le médecin coordonnateur. Nous avons également signé des conventions avec le centre de psychogériatrie pour un suivi de résidents au niveau psychiatrique, si besoin. Nous avons aussi signé une convention avec l'unité mobile de soins palliatifs, ce qui nous permet, dans certains accompagnements en tout cas, de pouvoir bénéficier de l'approche professionnelle, de pouvoir accompagner la famille dans certaines conditions. Nous avons bien entendu un partenariat avec l'hôpital de Troyes pour favoriser l'accueil des résidents en cas d'urgence.

    VIDAL : Comment évolue le mode de vie des résidents en fonction de l'évolution de leur santé ?
    Maguelonne Legaie : Lors d'une entrée d'un résident en établissement, nous devons déjà nous assurer d'une continuité dans son projet de vie, q'il faut être capable, du coup, de continuer. Cela doit constituer un continuum, au sens le résident peut rentrer dans l'établissement, avoir sa chambre et ses pathologies peuvent évoluer. Nous pouvons lui proposer des accompagnements différents en fonction de l'apparition et l'intensité de troubles cognitifs, que ce soit par les animatrices, ensuite par le PASA (Pôle d'Activités et de Soins Adaptés), potentiellement par l'unité protégée semi-ouverte [NDLR : cf. cette autre partie de l'interview]. Il arrive également que le résident sorte de l'unité protégée : nous essayons de faire les vases communicants, afin que la personne ne se sente pas déstabilisée par une évolution.

    Nous le faisons aussi dans l'idée de ne pas faire ce que les précédents établissements faisaient il y a 10 ou 15 ans : vous étiez autonome, vous étiez au rez-de-chaussée, vous étiez devenu dépendant, on vous montait au premier étage et si vous étiez en accompagnement de fin de vie, vous étiez monté au troisième... ce qui n'a rien de respectueux et de digne. Donc aujourd'hui, tout le personnel accompagnant tourne et change d'étage assez régulièrement, ce qui fait que les résidents connaissent tout le monde dans la maison : même si la chambre d'un résident va changer parce qu'il va rentrer dans l'unité, il retrouvera les mêmes têtes, les mêmes accompagnants et ce jusqu'au bout de la vie.

    VIDAL : Cela arrive-t-il que des résidents fassent l'inverse, retrouvent une certaine autonomie ?
    Maguelonne Legaie : Nous avons connu plusieurs personnes qui sont entrées en étant annoncées par l'hôpital comme étant en fin de vie, et que nous voyons aujourd'hui marcher et participer à l'atelier bricolage. Des résidents ont aussi changé d'établissement : ils étaient ailleurs et ont souhaité venir ici avec un dossier médical pourtant assez éloquent sur des difficultés, de la dépression ou des comportements pas forcément toujours sociaux. Une fois ici, nous ne rencontrons absolument pas les mêmes problèmes.

    Nous nous sommes aperçus que tout le panel d'activités que nous mettons à disposition [NDLR : cf. cette vidéo sur les approches non médicamenteuses de la Villa du Tertre] permet à chacun de trouver sa place. Ils sont considérés, ils ont le droit de s'exprimer, ils ont le droit de nous dire "oui "comme ils ont le droit de refuser et c'est une chance aussi, au final, de reconnaître l'existence de chacun. Tout notre projet se matérialise dans le projet d'accompagnement personnalisé qui constitue un document plus formel, élaboré avec le résident et présenté aussi à ses proches ou famille. Dans ce PAP, nous relayons justement ses objectifs élaborés en fonction son autonomie, de la préservation de son autonomie, de sa santé et de toute sa vie sociale; Nous nous engageons aussi à faire des propositions d'objectifs et donc d'actions, que nous rrévaluons régulièrement et dont nous sommes capables d'assurer la traçabilité.

    VIDAL : Avez-vous noté une diminution de l'utilisation de psychotropes dans votre établissement ?
    Maguelonne Legaie : Tous les dispositifs non médicamenteux mis en place au sein de l'établissement ont permis une très large diminution de psychotropes. Nous en faisons toujours usage, mais cette fois-ci vraiment de façon ponctuelle, décidée à certains moments en fonction des manifestations des pathologies.

    VIDAL : En est-il de même avec les somnifères, les hypnotiques ?
    Maguelonne Legaie : Concernant les insomnies, nous avons développé un véritable accompagnement de nuit. Aujourd'hui, le personnel qui travaille de nuit ne se limite pas à une simple veille : ce sont des personnes qui sont en charge de mener l'activité du soir. Nous nous sommes aperçus que l'anxiété se renforçait le soir, au moment du coucher. Après toute l'émulation de la journée, tout retombe dans un silence et dans une atmosphère plutôt angoissante…

    Pour traiter cette anxiété du soir, nous avons donc proposé une "Tisane Party" très collective et ouverte à tous les résidents, comme nous avons également mis en place une "Tisane Itinérante" : l'accompagnant de nuit va passer dans les chambres un petit moment, proposer la tisane [NDLR : éventuellement avec le robot PARO], ce qui offre un moment d'échange de façon adaptée à la personne, en fonction de ses besoins. Cela permet, en effet, de diminuer très largement la consommation de somnifères, en tout cas pour beaucoup de résidents. Nous avons aussi testé des placebos.

    VIDAL : Quels types de placebos avez-vous utilisé ?
    Maguelonne Legaie : Des placebos ayant l'apparence de médicaments, pour des personnes qui avaient plus besoin de disposer de la petite pilule blanche que de la nécessité d'un somnifère pour pouvoir s'endormir. La personne n'angoisse pas parce qu'on ne lui a pas donné son médicament et n'en a au final pas réellement besoin.

    Propos recueillis le 21 novembre 2014 à la Villa du Tertre, maison de retraite EHPAD (St-Parres-aux-Tertres, Aube).
    Sources : VIDAL
    http://www.vidal.fr/actualites/14901/accompagnement_soutenu_en_ehpad_un_continuum_de_soins_et_une_diminution_de_l_usage_des_psychotropes/#rkOZRH3YMElX6x8o.99

    ©http://www.vidal.fr/actualites/14901/accompagnement_soutenu_en_ehpad_un_continuum_de_soins_et_une_diminution_de_l_usage_des_psychotropes/

  63. L’HOMME, MERVEILLE DE DIEU

    L’HOMME, MERVEILLE DE DIEU
    par le Père Bernard Sesboüé sj
    Essai d’anthropologie christologique

    Éditeur Salvator

    Jamais peut-être au cours de l’histoire, il n’y a eu autant de vision différentes de l’homme. Sciences, philosophies, idéologies, religions, toutes ces « anthropologies diverses » se disputent le droit de définir son identité. Et aujourd’hui, avec l’émergence du transhumanisme ou des théories du genre, des progrès scientifique ou techniques, son être même apparait grandement menacé.
    Si l’on en croit la foi chrétienne, pourtant, l’homme est bien cette « merveille de Dieu » digne d’une attention inestimable, à l’image de celle que lui porte son Créateur. Quel peut être alors le sens d’une « anthropologie » qui s’appuie sur cette foi chrétienne justement ?
    Ces pages vont donc traiter du rapport de l’homme à Dieu, du rapport fondé dans l’acte de création, mais aussi dans le don de la grâce. Ce traité sera donc aussi un traité de la mission du Saint-Esprit dans l’homme et dans le monde : mission intérieure et invisible qui s’articule avec la mission visible et extérieure accomplie dans l’histoire par le Fils, Verbe incarné. Ces deux missions ne sont pas séparables : le Christ agit en nous par son Esprit ; l’Esprit nous ouvre de l’intérieur à l’accueil du message du Christ. Il fait de nous des fils dans le Fils pour nous conduire au Père. L’homme est ainsi resitué dans une vision trinitaire. Ce traité aborde également la théologie de l’expérience spirituelle.

    L’avis du Libraire « La Procure »
    C’est le livre important et remarquable de ce début d’année. Le théologien, jésuite, Bernard Sesboüé signe avec L’homme, merveille de Dieu, un livre brillant sur le rapport de l’homme à Dieu. Une anthropologie théologique chrétienne complète, solide et totalement centrée sur la dimension trinitaire de l’homme.
    L’auteur
    Jésuite, le Père Bernard Sesboüé est un des grands théologiens contemporains, professeur émérite au Centre Sèvres. Il sait allier aussi bien la recherche fondamentale comme dans son Histoire des dogmes (Desclée) que dans des livres plus vulgarisés comme Jésus-Christ, Seigneur et Fils de Dieu. Il a obtenu le Prix des libraires religieux pour son livre entretien avec Marc Leboucher La théologie au XXe siècle et l’avenir de la foi. (DDB).

    ©http://www.jesuites.com/2015/01/lhomme-merveille-de-dieu-par-le-pere-bernard-sesboue-sj/

  64. NERVOSITÉ & TROUBLES DU SOMMEIL

    Par David PAITRAUD - Date de publication : 13 Février 2015

    ANXEMIL 200 mg est une spécialité de phytothérapie contenant de la passiflore.

    L'indication de ce médicament repose sur l'usage traditionnel de la passiflore en cas de nervosité et de troubles mineurs du sommeil.

    Son utilisation est réservée à l'adulte et à l'adolescent de plus de 12 ans.

    ANXEMIL 200 mg comprimé enrobé est un médicament traditionnel à base de passiflore utilisé dans les états de tension nerveuse légère et les troubles mineurs du sommeil.
    Son usage est réservé à l'indication spécifiée sur la base exclusive de l'ancienneté de l'usage.

    ANXEMIL est réservé à l'adulte et à l'adolescent de plus de 12 ans.

    En pratique
    La posologie doit être adaptée en fonction de l'indication :
    • pour les états de tension nerveuse légère, la posologie recommandée est de 1 à 2 comprimés matin et soir. La posologie peut être augmentée à 8 comprimés par jour (posologie maximale) sur avis médical ou pharmaceutique ;
    • pour les troubles mineurs du sommeil, la posologie recommandée est de 1 à 2 comprimés le soir, 1/2 heure avant le coucher.
    La durée de traitement ne doit pas dépasser 6 mois d'utilisation continue.
    Si les symptômes persistent ou s'aggravent après 21 jours d'utilisation, une consultation médicale est recommandée.

    Conseils aux patients
    L'utilisation concomitante avec des sédatifs tels que des benzodiazépines est déconseillée, sauf avis médical.
    Il est recommandé aux patients recevant ANXEMIL de ne pas conduire ni manipuler de machines.

    Identité administrative
    • Boîte de 42, CIP 3400927956539
    • Non remboursable
    • Laboratoire R&D Pharma
    Pour aller plus loin
    Se reporter à la fiche produit "Passiflore" sur www.eurekasante.fr
    Pour en savoir plus...
    Consultez les monographies VIDAL :
    • ANXEMIL 200 mg cp enr
    Sources : Laboratoire R et D Pharma
    ©http://www.vidal.fr/actualites/14972/anxemil_200_mg_comprime_enrobe_nouveau_medicament_de_phytotherapie_contre_la_nervosite_et_les_troubles_du_sommeil/

  65. SÉROTONINE ET DÉPRESSION

    Cerveau
    Comme tous les troubles de l'esprit, la dépression est aussi un trouble du cerveau, organe central de la cognition et du comportement.

    Neurones
    Les systèmes nerveux des personnes déprimées montrent une diminution de l'activité de plusieurs neurotransmetteurs : ce sont des molécules permettant aux neurones de communiquer entre eux, depuis le neurone émetteur jusqu'au neurone récepteur. Trois substances sont particulièrement impliquées : la dopamine, la noradrénaline et surtout la sérotonine.

    Sérotonine
    La sérotonine est dérivée de l'acide aminé tryptophane, produite par les cellules intestinales mais aussi par des neurones spécialisés d'une zone ancienne du cerveau, les noyaux du Raphé. Elle favorise la communication cellulaire et la production d'autres peptides dans de nombreux secteurs du cerveau (amygdale, hypothalamus, aires corticales). Le ralentissement psychomoteur des déprimés pourrait être dû à des défauts de fonctionnement de leurs circuits sérotoninergiques.

    Facteurs cérébraux
    Mais le cerveau est complexe, et il existe sans doute plusieurs causes cérébrales possibles à une dépression. Les recherches ont ainsi mis en évidence le rôle parfois majeur des hormones (comme le cortisol, hormone du stress, ou les estrogènes, hormones sexuelles féminines) et des facteurs de croissances des neurones (BDNF). Cette diversité des configurations cérébrales explique notamment pourquoi certains antidépresseurs sont efficaces et d'autres non sur un patient. Toute dépression a des causes multiples que l'on ne peut simplifier.

    Apports de l'imagerie cérébrale
    Les médecins peuvent aujourd'hui observer le cerveau des personnes déprimées pour analyser ses différences de fonctionnement par rapport à la normale (groupe de contrôle non déprimé).
    Plusieurs observations ont été rapportées :
    • Taille inférieure de l'hippocampe (zone ancienne liée à l'humeur et la mémoire) ;
    • Microlésions dans la matière blanche et la matière grise (hyperintensités) ;
    • Moindre activité du cortex cingulaire antérieure (régulation des émotions).


    © http://sante-medecine.commentcamarche.net/contents/678-serotonine-et-depression?een=f1ee69614ab03d637a90346d9863ada4&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml149_lagrippecourtto

  66. PHOBIE - EUREKASANTE.FR

    Mis à jour : Lundi, 21 Février 2011

    Les phobies sont une forme de troubles anxieux où l’angoisse se focalise sur un objet, une situation ou une activité précise qui ne la justifie pas. Si certaines formes s’atténuent généralement grâce à des stratégies d’évitement, d’autres peuvent perturber sérieusement la vie quotidienne.

    Est-il normal d’avoir peur d’objets ou de situations particulières ?

    La peur est une émotion naturelle et utile. Elle nous protège car elle nous pousse à agir, par exemple en nous incitant à fuir lorsque nous nous sentons en danger. Tout le monde peut avoir des peurs, voire de petites phobies, préférer l’escalier à l’ascenseur, changer de trottoir à la vue d’un chien, redouter de prendre l’avion. La plupart du temps, nous vivons avec ces peurs et nous nous en accommodons. L’enfant terrorisé à l’idée d’être interrogé en classe restera sans doute un adulte timide et ne deviendra probablement jamais un grand orateur. Cela ne l’empêchera pas, avec ce trait de personnalité qui le caractérise, de trouver sa place dans la société.
    En revanche, lorsque la peur nous paralyse en l’absence de danger réel, prend des proportions démesurées, monopolise nos pensées et influence de façon négative nos comportements et nos choix, elle devient pathologique.

    Quels sont les différents types de phobies ?

    Les phobies sont une forme d’anxiété. La personne phobique réalise que sa peur est excessive et irrationnelle, mais elle ne peut pas résister au besoin d’éviter l’objet de sa crainte. La phobie devient grave lorsqu’elle oblige la personne touchée à restreindre ses activités et que sa qualité de vie s’en ressent. On distingue trois principaux types de phobies : les phobies simples, l’agoraphobie et la phobie sociale.

    La phobie simple

    La phobie simple est la peur anormale, excessive et injustifiée d’un objet ou d’une situation : peur de certains animaux, du vide, de l’avion, de l’eau, des miroirs, des aiguilles, etc. Il y aurait plus de six mille sortes de phobies simples ! Certaines sont assez répandues, comme la peur des lieux clos (claustrophobie), d’autres sont plus rares et peuvent sembler bizarres.
    La plupart des personnes vivent avec leur phobie en mettant en place des stratégies d’évitement. Par exemple, un phobique des insectes préférera vivre dans un appartement en ville plutôt que dans une maison à la campagne.

    Quelques phobies

    • Acrophobie : peur des lieux élevés.
    • Clinophobie : peur de se mettre au lit.
    • Coulrophobie : peur des clowns.
    • Éreuthophobie : peur de rougir en public.
    • Gamétophobie : peur du mariage.
    • Géphyrophobie : peur de traverser un pont.
    • Kathisophobie : peur de s’asseoir.
    • Mysophobie : peur de la poussière.
    • Nostophobie : peur de rentrer chez soi.
    • Pédiophobie : peur des enfants et des poupées.
    • Scopophobie : peur d’être regardé.
    • Zélophobie : peur de la jalousie.

    L’agoraphobie

    Les personnes atteintes d’agoraphobie redoutent de se retrouver dans des lieux publics dont elles pensent qu’elles ne pourront pas s’échapper ; par exemple dans les transports en commun, centres commerciaux, files d’attente ou théâtres. Certains agoraphobes restent chez eux pendant des années, ne sortant qu’exceptionnellement, accompagnés d’un proche de confiance. Les personnes souffrant de troubles paniques développent parfois une agoraphobie, mais certains agoraphobes ne connaissent pas ce type de trouble.

    La phobie sociale

    La phobie sociale est une forme grave et parfois très invalidante de phobie. Elle se caractérise par la crainte d’être observé et jugé par les autres, ou encore d’être gêné ou humilié par ses propres actions. Elle se manifeste par une peur déraisonnable d’une ou plusieurs situations sociales : peur de prendre la parole devant un groupe, de s’adresser à des inconnus, de manger sous le regard des autres, d’aborder une personne du sexe opposé ou encore de se rendre à l’école. Dans ce dernier cas, on parle de phobie scolaire. La phobie sociale interfère fortement avec le travail ou l’école et peut conduire à la dépression.

    Le trac est-il une forme de phobie sociale ?

    Le trac est l’angoisse normale que l’on ressent avant d’affronter un public, de subir une épreuve. Cette peur est due à la crainte d’être jugée par d’autres personnes, un jury ou un public par exemple. Cependant, à la différence de la phobie sociale, cette angoisse se dissipe progressivement dans l’action. Ce n’est donc pas une forme de phobie.Des médicaments sont parfois prescrits pour réduire certains symptômes physiques du trac tels que les palpitations et la transpiration. Certains comédiens, hommes politiques ou cadres d’entreprise utilisent un médicament bêtabloquant (Avlocardyl, Propranolol Ratiopharm) pour calmer leur trac avant de prendre la parole en public. Ces médicaments n’entraînent pas de dépendance, mais leurs effets sur le cœur impliquent de ne jamais les utiliser sans avis médical.

    Quelles sont les causes des phobies ?

    L’existence de facteurs génétiques n’a pas été démontrée dans l’apparition des phobies. L’éducation et l’environnement familial semblent jouer un rôle important. Un père ou une mère phobique peut transmettre à son enfant une vulnérabilité émotionnelle qui le prédisposera aux phobies.
    Les phobies simples sont souvent liées à des événements traumatisants dans l’enfance, qu’ils soient réels ou fantasmés. Une phobie des chiens peut s’installer chez un enfant qui a vraiment été mordu, mais aussi chez un enfant qui a imaginé être attaqué par un chien.
    L’apparition d’une agoraphobie est souvent liée à la survenue répétée de crises de panique, mais elle peut apparaître progressivement, sans être liée aux troubles paniques.
    La phobie sociale peut avoir pour origine une situation vécue, mais elle peut également se développer à la suite de l’observation du comportement d’autres personnes (par exemple l’humiliation d’un individu par un groupe). Elle est souvent précédée d’une timidité marquée pendant l’enfance. Le fait de grandir dans une famille repliée sur elle-même, ayant peu de contacts sociaux, et dans laquelle le jugement des autres a une importance excessive peut induire une prédisposition à la phobie sociale.

    Qui peut être atteint de phobie ?

    Les phobies simples sont assez fréquentes. Elles touchent de 10 % à 20 % de la population et concernent deux fois plus de femmes que d’hommes. Ces phobies débutent souvent dans l’enfance ou à la fin de l’adolescence.
    L’agoraphobie toucherait de 8 % à 10 % de la population à des degrés plus ou moins sévères. Elle apparaît souvent entre 18 et 35 ans. Parmi les agoraphobes, on trouve 80 % de femmes.
    La phobie sociale est également assez répandue. Trois pour cent de la population souffriraient d’une forme grave et une personne sur dix serait atteinte d’une forme moins sévère. La phobie sociale est la seule forme d’anxiété qui touche les hommes et les femmes à égalité. Ce trouble se déclare la plupart du temps chez les jeunes adultes.

    Comment évoluent les phobies ?

    Les phobies simples, plus fréquentes chez les enfants, disparaissent souvent après l’adolescence. Lorsqu’une phobie simple apparaît pendant l’âge adulte, son impact sur la vie quotidienne tend à s’atténuer avec le temps, souvent grâce à des stratégies d’évitement de plus en plus complexes.
    L’agoraphobie non traitée tend à s’aggraver. La personne atteinte sort de moins en moins et son anxiété augmente. Épuisés par cette phobie, de nombreux agoraphobes développent une dépression et cherchent le soulagement dans l’alcool, les drogues ou les médicaments anxiolytiques.
    Les manifestations de la phobie sociale non traitée s’accentuent avec le temps. Elles nuisent de plus en plus à la vie sociale et professionnelle. Une dépression apparaît chez 60 % de phobiques sociaux, ainsi que de nombreux cas de dépendance à l’alcool. D’autres troubles anxieux peuvent également se manifester.
    Lorsqu’elles désorganisent la vie quotidienne, les phobies nécessitent le recours à une psychothérapie. Les thérapies cognitives et comportementales associées à des techniques de relaxation sont souvent efficaces. Dans le cas de la phobie sociale, un traitement médicamenteux peut être associé à la psychothérapie.

    Quel type de psychothérapie pour soigner les phobies ?

    Le choix du type de thérapie se fait en fonction des motivations de la personne phobique, du temps et de l’énergie qu’elle peut y investir. Si son objectif principal est de supprimer rapidement ses symptômes, elle pourra choisir une thérapie cognitive et comportementale. Si elle souhaite faire un travail en profondeur sur elle-même pour identifier les origines de son trouble, elle s’orientera plutôt vers une thérapie d’inspiration analytique, plus longue. L’hypnothérapie peut également trouver sa place dans le traitement des phobies.
    L’objectif des thérapies cognitives et comportementales est de réduire ou de supprimer les symptômes qui accompagnent la phobie. Elles peuvent soulager les personnes atteintes en quelques mois. Ces thérapies consistent à exposer progressivement le malade à la situation qui déclenche la peur, jusqu’à ce qu’il réussisse à contrôler son anxiété. Cette désensibilisation fait d’abord appel à l’imagination du patient (on lui demande d’imaginer la situation redoutée), avant de le confronter réellement à l’objet de sa phobie, tout en l’aidant à contrôler ses réactions. L’apprentissage de techniques de respiration et de relaxation peut compléter efficacement la thérapie.
    Le traitement des phobies sociales fait parfois appel aux techniques du jeu de rôle. La situation angoissante est mise en scène avec comme partenaires le psychothérapeute et éventuellement d’autres patients souffrant du même trouble. Le thérapeute donne des conseils pour affronter la situation, et la scène est rejouée jusqu’à ce que le comportement du patient soit plus adapté, et qu’il se sente en mesure de réagir en contrôlant son anxiété.

    Quels médicaments pour soulager les phobies ?

    Dans la plupart des phobies, les médicaments ne sont utilisés que ponctuellement, pour soulager les symptômes de l’anxiété, lorsque le patient va devoir affronter l’objet de sa phobie. Seule la phobie sociale peut faire l’objet d’un traitement de fond sur plusieurs mois.

    Les médicaments anxiolytiques

    Les manifestations d’une phobie simple peuvent être atténuées par des médicaments anxiolytiques, lorsque la personne doit affronter la situation qui lui fait peur. En cas de phobie de l’avion par exemple, un médecin peut prescrire une benzodiazépine anxiolytique. Pris une demi-heure avant de monter dans l’avion, ce médicament soulagera les symptômes anxieux le temps du vol.
    L’usage des anxiolytiques ne doit toutefois être envisagé qu’exceptionnellement, car ces médicaments ne soignent pas l’origine de la phobie. Leur consommation régulière comporte des risques de dépendance et leur effet diminue avec le temps.
    La buspirone (Buspirone Génériques), un anxiolytique dénué d’effet sédatif, est également utilisée pour soulager les symptômes anxieux en cas de phobie. Son délai d’action est plus long que celui des benzodiazépines.
    Les médicaments antidépresseurs
    Les médicaments antidépresseurs contenant de la paroxétine, de l’escitalopram et de la venlafaxine se sont révélés efficaces dans le traitement de la phobie sociale, lorsque celle-ci interfère fortement avec la vie sociale ou professionnelle. Le traitement est habituellement prescrit en association avec une thérapie cognitive et comportementale.
    Liste des médicaments mise à jour : Mardi, 17 Février 2015

    • Antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la sérotonine
    o DEROXAT
    o DIVARIUS
    o ESCITALOPRAM Générique
    o PAROXÉTINE Générique
    o SEROPLEX
    o SERTRALINE Générique
    o ZOLOFT

    • Antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline
    o EFFEXOR
    o VENLAFAXINE Générique

    Comment aider une personne atteinte de phobie ?

    Vivre avec une personne phobique peut créer de nombreuses frustrations. Le comportement de l’entourage est primordial pour repérer la phobie, inciter la personne malade à consulter un médecin et la soutenir pendant son traitement.

    Repérer une phobie peut être difficile, même pour l’entourage immédiat. Les stratégies d’évitement peuvent être soigneusement dissimulées. Lorsque l’on réalise qu’un proche souffre de phobie, il est indispensable d’en discuter sans le juger, et d’évaluer avec lui l’impact de la maladie sur sa vie et sur celle de son entourage.

    Si les symptômes ne sont pas très handicapants, il faut respecter ceux-ci et ne pas essayer de forcer la personne phobique à affronter les situations qui l’angoissent. Il est même tout à fait acceptable de lui faciliter la vie (par exemple en prévenant des amis avec qui on part en vacances). La phobie n’est pas une maladie honteuse.

    Si les répercussions de cette phobie provoquent une souffrance, il est essentiel de faire comprendre à la personne malade que des traitements efficaces peuvent la soulager rapidement.

    ©http://www.eurekasante.fr/maladies/psychisme/phobie.html

  67. Bilan psychologique avec l'enfant et l'adolescent

    Michele EMMANUELLI (ed) - Estelle LOUET (ed)
    Co-Auteurs : Catherine AZOULAY - Genevieve BRECHON - Catherine CHABERT - Jean-yves CHAGNON - Bernard GOLSE - Caroline HURVY -

    ©2015 Carnet psy -Le- - dirigée par Manuelle Missonnier (manuelle@carnetpsy.com)
    ISBN : 978-2-7492-4708-3 - EAN : 9782749247083

    Dans la clinique de l’enfant et de l’adolescent, quel que soit le lieu de sa pratique, le bilan psychologique fait l’objet d’attentes diverses mais rarement explicites ni explicitées. La question du diagnostic semble toujours y être inscrite et, d’une certaine manière, celle-ci convoque aussi la perspective pronostique.
    Est-il possible – de quelle manière et jusqu’à quel point – de répondre à l’un et l’autre des versants de cette demande qui engage non seulement une conception de la psychopathologie infantile, mais également celle des possibilités tout comme des limites offertes par le bilan ainsi pensé ?
    Les auteurs, psychologues et pédopsychiatres psychanalystes, débattent de cette question autour de la présentation de deux études de cas qui illustrent la manière dont le bilan avec l’enfant et l’adolescent participe aux réflexions de l’équipe et/ou de tous les intervenants impliqués dans le soin et aide aux prises en charge.
    Ouvrage publié avec l’association Clinap.
    Mise en vente le 26 mars 2015.

    Les autres titres : Carnet psy -Le- / dirigée par Manuelle Missonnier (manuelle@carnetpsy.com).

    © http://www.editions-eres.com/parutions/psychanalyse/carnet-psy-le-/p3567-diagnostic-et-pronostic-dans-le-bilan-psychologique-avec-l-enfant-et-l-adolescent.htm

  68. CORPS TRAUMA ET PROCESSUS CREATEUR

    CORPS TRAUMA ET PROCESSUS CRÉATEUR

    CLINIQUES MÉDITERRANÉENNES
    Numéro 91 - Revue semestrielle

    Coordination : Sylvie LE POULICHET
    Ont participé à ce numéro : Sidi ASKOFARE - Roseline BONNELLIER - Anne BRUN - Julieta DE BATTISTA - Dorothee GUICHE - Mireille GUITTONNEAU-BERTHOLET - Genevieve HAAG - Romuald HAMON - Isabelle LASVERGNAS - Laurie LAUFER - Chantal LHEUREUX-DAVIDSE - Dominique MAZEAS - Lucie MIRA - Sylvain MISSONNIER - Francoise NEAU - Delphine PEYRAT-APICELLA - Francois POMMIER - Olivier PUTOIS - Laurence RAJBENBACH - Magalie SABOT - Jeremie SALVADERO - Yaelle SIBONY-MALPERTU - Isabelle SOME - Yohan TRICHET - Alain VANIER - Laure WESTPHAL -

    ©2015

    Cliniques méditerranéennes Revue publiée par le centre inter-régional de recherches en psychopathologie clinique
    Rédactrice en chef : Marie-José Del Volgo

    ISBN : 978-2-7492-4711-3 - EAN : 9782749247113

    Dans le cadre des cures psychothérapeutiques et psychanalytiques d’enfants ou d’adultes, quels sont les processus créateurs susceptibles de générer des rencontres inattendues ou des événements mutatifs ? Les articles réunis dans ce numéro offrent une véritable diversité des pratiques qui interrogent différentes modalités de processus créateurs, sans chercher à se référer à un modèle unique. À partir de la clinique des autismes, de la psychose infantile, de celle des fonctionnements limites ou encore de la confrontation à des maladies somatiques graves en milieu hospitalier, ces pratiques tentent, chacune à leur manière, d’instaurer un nouveau mode d’articulation du corps au penser et du corps à la parole.

    Mise en vente le 26 mars 2015.

    Les autres titres : Cliniques méditerranéennes / Revue publiée par le centre inter-régional de recherches en psychopathologie clinique

    Rédactrice en chef : Marie-José Del Volgo

    ©http://www.editions-eres.com/parutions/psychanalyse/cliniques-mediterraneennes/p3568-corps-trauma-et-processus-createurs.htm

  69. JEUX D'ENFANT

    JEUX D'ENFANT

    SAVOIRS ET CLINIQUE Numéro 18

    Ont participé à ce numéro : Isabelle BALDET - Anne BOISSIERE - Sylvie BOUDAILLIEZ - Annie BOURGOIS - Chantal DALMAS - Franz KALTENBECK - Vincent LE CORRE - Eric LE TOULLEC - Marie LENORMAND - Sylvain MASSCHELIER - Genevieve MOREL - Antonio TEIXEIRA - Genevieve TRICHET - Monique VANNEUFVILLE - Antoine VERSTRAET -

    Savoirs et clinique Rédacteur en chef : Franz Kaltenbeck

    ISBN : 978-2-7492-4756-4 - EAN : 9782749247564

    Explorant l’enfance où se joue l’avenir d’un être humain, la psychanalyse ne pouvait pas négliger ce que Freud appela « l’occupation la plus chère et la plus intense de l’enfant » - le jeu. En 1908, il le met à la base même de « l’activité poétique », issue de celle du fantasme. Freud prend, comme d’ailleurs l’enfant lui-même, le jeu très au sérieux. Les meilleurs disciples de Freud ont fait du jeu et un moyen d’explorer l’inconscient infantile qui ne sait pas encore se dire et un instrument jouissif au service de la dimension thérapeutique dans l’analyse des petits patients. Ainsi, Lacan rend hommage à Mélanie Klein ou encore, d’une autre façon à Winnicott. D’autres psychanalystes comme Frances Tustin ont trouvé des objets spécifiques à certaines structures cliniques. Depuis les temps héroïques de la psychanalyse des enfants, beaucoup de jeux nouveaux sont offerts aux enfants, comme les jeux vidéo dont on n’a pas encore mesuré les conséquences pour l’inconscient et pour le domptage des pulsions. À la différence des enfants observés par Freud, Klein, Winnicott, Tustin et d’autres, ceux-ci ne sont plus forcément un symptôme salutaire mais peuvent devenir une activité incessante qui masque mal un vide menaçant.
    Illustration de couverture : Landschaft mit Turm Detail 2 ©Dieter Roth Foundation Hamburg 1976 - 94 graphiste : Jule Rump, Hambourg.

    Mise en vente le 26 mars 2015.

    Les autres titres : Savoirs et clinique / Rédacteur en chef : Franz Kaltenbeck.

    © http://www.editions-eres.com/parutions/psychanalyse/savoirs-et-clinique/p3590-jeux-d-enfant.htm

  70. PSYCHIATRIE

    PSYCHIATRIE : LES DÉPUTÉS VEULENT LIMITER L'ISOLEMENT ET LA CONTENTION

    L'Assemblée nationale a voté mercredi 8 avril 2015 une disposition du projet de loi Santé visant à limiter le placement en chambre d’isolement et la contention des patients dans les hôpitaux psychiatriques.

    Par Maroussia Renard - Rédigé le 09/04/2015 – Allo Docteur

    Les députés ont adopté en première lecture un article qui vise à faire de l’isolement et la contention des "pratiques de dernier recours" uniquement "pour prévenir un dommage immédiat ou imminent pour le patient ou autrui, sur décision d’un psychiatre" et "pour une durée limitée".

    En outre, leur "mise en œuvre doit faire l’objet d’une surveillance stricte confiée par l’établissement à des professionnels de santé désignés à cette fin". Un registre devra être tenu dans chaque établissement mentionnant le nom du psychiatre ayant décidé l’isolement ou la contention, et des professionnels l’ayant contrôlé.

    Plusieurs rapports publiés ces dernières années ont dénoncé une banalisation de ces mesures de placement en chambre d'isolement et de contention, liée selon certains spécialistes au manque de personnel dans les hôpitaux psychiatriques.

    ©http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/politique-sante/psychiatrie-les-deputes-veulent-limiter-l-isolement-et-la-contention_16047.html#xtor=EPR-1000002224

  71. SEROPLEX UTILE OU PAS?

    Seroplex® : l'effarante histoire du médicament ''inutile'' qui a coûté 700.000 euros à la Sécurité Sociale.

    Fin mars, le site Mediapart dénonçait l'existence de liens illicites entre d'anciens hauts membres de l'Agence du médicament (ANSM) et de la Haute autorité de santé (HAS).
    Le journal en ligne a publié ce 14 avril une démonstration glaçante des conséquences de ces abus, révélant comment un antidépresseur, clone d'un médicament génériqué, est devenu l'un des médicaments les plus remboursés de la décennie.

    Article rédigé par la rédaction d'Allodocteurs.fr le 15/04/2015

    L'affaire, décrite en détail dans un passionnant article signé par Michaël Hajdenberg et Pascale Pascariello ("Seroplex : l'histoire secrète de la pilule à un milliard", sur Mediapart), mérite plus qu'un rapide résumé.
    Voici toutefois les grandes lignes de l'affaire.

    En haut, le citalopram. En bas, l'escitalopram, son énantiomère. Bonnet blanc et blanc bonnet.

    Au début des années 2000, le brevet du Seropram® (citalopram) du laboratoire danois Lundbeck arrive à expiration. Lorsque ses génériques arriveront sur le marché, cette source majeure de revenu s'évanouira.

    Anticipant cette crise, le laboratoire fonde ses espoirs dans un nouveau produit, le Sertindol®, qui s'avérera dangereux (risques d’arythmie cardiaque, mort subite). Pris de court, il change de stratégie.

    Manigances sur deux fronts.

    Premièrement, raconte Mediapart, Lundbeck rachète plusieurs laboratoires avancés dans le développement des génériques du citalopram, pour interrompre ces projets, et en payera d’autres pour qu’ils renoncent à commercialiser les comprimés (la Commission européenne engagera une procédure antitrust en 2010 contre le laboratoire).

    Mais Lundbeck a une autre corde à son arc : il décide de développer un isomère du citalopram, l’escitalopram (ou S-citalopram), bientôt commercialisé sous le nom de Seroplex®. Un isomère est une molécule qui contient les même atomes qu'une autre, mais diffère de par sa structure (et donc, souvent, par ses propriétés). En l'occurrence, l'escitalopram est ce qu’un chimiste nommerait l’énantiomère du citalopram : son image parfaite dans un miroir (voir illustration).

    Là, en toute rigueur, la molécule n’est pas identique… A-t-elle un effet comparable à celui de sa jumelle ? Oui : elle agit bel et bien en tant qu'antidépresseur. L'effet mesuré est-il supérieur ? Si tel est le cas, on considérera légitimement que son service médical rendu (SMR) est supérieur au citalopram (et ses génériques). Ce qui justifiera un remboursement par la Sécurité sociale.

    Malheureusement, citalopram et escitalopram, c'est bonnet blanc et blanc bonnet. "Jamais aucune étude n’a montré que le Seroplex® apportait une quelconque amélioration par rapport au Seropram®" , confie un ancien cadre du laboratoire, cité par Mediapart.

    "En décembre 2002, sans surprise", expliquent les journalistes, "le laboratoire reçoit un projet d’avis de la commission de la transparence qui lui annonce qu'en l’état, le dossier [de l’escitalopram] sera rejeté. […] Le laboratoire danois représente [son dossier en] juin 2004. Mais c'est l'échec. La commission délivre une ASMR 5" (amélioration du service médical rendu jugé "nul").

    Une procédure d’appel existe. Afin de mettre toutes les chances de son côté, Lundbeck rencontre des hauts responsables des commissions de transparence mis en cause dans la précédente enquête de Mediapart. Contre rémunération, Lundbeck reçoit des conseils sur la meilleure façon d'obtenir gain de cause devant ces commissions. "La commission de la transparence est composée d’une vingtaine de membres : le laboratoire n’en négligera aucun", écrivent les auteurs de l’enquête. "Les meilleurs lobbyistes sont recrutés", ainsi que des "spécialistes respectés", nommés dans les colonnes du journal. Des statisticiens danois viennent présenter les résultats d’études sur les performances du Seroplex® sous leur meilleur jour… Un médecin, membre de la commission de transparence, déclare aujourd’hui "[s’être] fait rouler dans la farine. Je regrette aujourd’hui ce choix. Je me suis trompé."

    Un membre du cabinet de ministre de la santé Douste-Blazy téléphone aux membres de la commission pour expliquer que "le [ministère des affaires étrangères] plaidait en faveur d’une décision favorable pour ce médicament, fabriqué par un petit laboratoire danois en difficulté". Des factures montrent que ce collaborateur du ministre était payé par Lundbeck.

    Remboursé à 65%

    Tout le monde n'est pas dupe. Des revues indépendantes telles que Prescrire note en mai 2004 que le Seroplex® "n’apporte rien de nouveau", et n’a pas "d’avantage démontré en termes de bénéfices ni de risques par rapport au citalopram".

    En octobre de la même année, la commission de transparence accordera un ASMR 4 au Seroplex® (amélioration mineure de l'ASMR en termes d'efficacité thérapeutique et/ou d'utilité au plan clinique) pour les épisodes dépressifs majeurs. Au vu de quoi un taux de remboursement de 65% sera accordé par la Sécurité sociale à ce médicament pourtant indifférenciable, en terme d’efficacité, à un médicament tombé dans le domaine public.

    Le prix fixé pour le médicament sera très élevé (avec des conséquences potentiellement délétères pour des certains pays à faibles revenus). En 2007, des lobbyistes interviennent pour éviter que ce prix ne soit renégocié à la baisse avec les autorités. Parmi eux, on trouve Aquilino Morelle. Si son rôle ne relève pas de la prise illégale d’intérêts, les journalistes observent que "personne ne lui a [encore] demandé ce qu’il pensait de ce médicament et de ce qu’il avait coûté aux Français alors qu’en tant que serviteur de l’Etat, il était censé défendre l'intérêt général".

    A la fin des années 2000, le Seroplex® faisait parti des dix médicaments les plus remboursés en France. Selon les calculs de Mediapart, environ 700 millions d’euros ont été déboursés par la Sécurité sociale pour cet "antidépresseur sans plus-value".

    Des parlementaires dénonceront, en vain, l’inutilité et le coût du médicament.

    En 2013, quelques mois avant la fin du brevet du Seroplex®, la commission de transparence a finalement revu son ASMR. "Des études complémentaires ont été réalisées par le NICE (l'Institut national de la santé et de l'excellence clinique en Grande-Bretagne), qui établissent catégoriquement que les quelques avantages chiffrés existants sont en réalité sans intérêt pour le patient".

    La conclusion de l’édifiant article de Mediapart fera rire jaune : "Anticipant cette chute de brevet […] Lundbeck [a essayé] de lancer un nouvel antidépresseur, le Brintellix®. Bis repetita ? En février 2015, la commission de la transparence a délivré une ASMR 5, au motif que le Brintellix n’apportait pas de progrès thérapeutique."

    © http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/medicaments/antidepresseurs/seroplex-r-l-effarante-histoire-du-medicament-inutile-qui-a-coute-700-000-euros-a-la-secu_16095.html#xtor=EPR-1000002224

  72. UN AUTRE NOM POUR LE SURMOI

    Auteur de travaux sur la violence, la prison et l’humour, le psychanalyste Jacques André se penche sur l’immense élan collectif qui a suivi les attaques tétanisantes de la semaine dernière.

    Qu’est-ce qu’un psychanalyste peut dire de ce qui s’est passé la semaine dernière ?

    La position du psychanalyste est tellement mêlée à celle du citoyen… Pour ma part, je n’ai jamais connu de moment comme ça, où la vie psychique collective est à ce point prévalente. Et pas juste parce qu’il devient quasi incorrect d’évoquer sa vie personnelle au regard de l’immensité de ce qui se passe.

    Je pourrais parler de ce qui se passe pour moi. Je ne me sens plus seulement le fils d’une histoire familiale, d’une filiation parentale, comme tout le monde, mais aussi le fils d’une culture, d’une philosophie, d’un esprit, d’une nation même. Moi qui ai horreur du nationalisme, c’est comme si ce mot reprenait un sens. Le mot «peuple» aussi, qu’on manie habituellement à tort et à travers, comme si cet être psychique collectif acquérait pour une fois une cohérence.

    Il faut un événement comme celui-là pour s’apercevoir que cette histoire – et pas juste l’histoire de France, on voit bien que c’est l’histoire des idées, de la démocratie – est inscrite, et transmise. Ce qu’on n’a pratiquement aucun moyen de repérer dans d’autres circonstances. Bon, Charlie Hebdo, ce n’est pas Voltaire mais, en même temps, il y a quelque chose qui passe par le boulevard Voltaire, de la République à la Nation. C’est très étonnant de découvrir à quel point nous sommes habités par ça, à notre insu.

    Au départ de toute cette histoire, il y a l’humour. Qu’est-ce que ça veut dire de refuser l’humour, ou de ne pas le comprendre ?
    Tout le monde n’a pas accès à l’humour. La question du surmoi est ici une question importante. Parce que, l’idée est de Freud, il y a une relation très intime entre le surmoi – cette puissance d’interdit, de contrainte, d’obligation, qui dit une chose et son contraire et rend tout le monde un peu dingue – et l’humour, qui permet de se dégager, de faire un pas de côté. L’exemple bien connu, c’est le condamné à mort qui, un lundi à l’aube, est conduit à la guillotine et qui dit : «Mince, la semaine commence mal.» Ça ne change évidemment rien à ce qui va lui arriver. Par contre, on voit bien comment cette disposition d’esprit modifie, sinon le monde, du moins le regard que l’on a sur lui. C’est la même chose avec Dieu. Dieu, c’est un autre nom pour le surmoi, cette puissance qui surplombe, qui contraint à obéir, qui livre ses commandements. C’est par rapport à cela qu’il faut pouvoir faire ce pas de côté. On peut ou on ne peut pas. On a la plasticité ou pas. On se soumet ou pas. L’humour, c’est le contraire de la soumission. Ça n’est pas nécessairement révolutionnaire, ça ne renverse évidemment rien. Mais si on peut rire de celui qui vous commande… ça fait quand même une petite différence entre le prendre pour Dieu et le prendre pour un rigolo.
    Quelle est la nature de cet élan qui a poussé des millions de gens à descendre dans la rue ?

    A l’évidence, il y a des mécanismes d’identification majeurs. L’identification suppose qu’on devient tous les mêmes, et on devient les mêmes parce qu’on se rapporte à quelque chose de commun. C’est pour cela que l’idée de nation est intéressante ici, c’est une nation d’idées, de pensée, pas une nation territoriale. Il y a des identifications collectives et, au centre, il y a des idéaux, dont la liberté d’expression, qui est ici assez privilégiée, parce que c’est peut-être la forme la plus concrète de ce que liberté veut dire. Soit on peut dire ce qu’on veut et on vit, soit on ne peut pas et on se fait tuer, c’est une différence assez repérable.

    Par ailleurs, dans ce moment que nous vivons, il est évident que la singularité de l’individu ne suffit pas. Nous sommes des êtres sociaux : on l’est banalement, ordinairement, mais on l’est beaucoup plus profondément qu’on ne le pense. Ce que permet un moment comme celui-ci, c’est de découvrir à quel point nous sommes partie prenante d’un être psychique collectif. Je prends mon propre exemple : je ne peux pas dire que je me sente français tous les jours ni que ce mot-là me fasse toujours rigoler, et pourtant je ne me suis jamais senti aussi français que depuis mercredi. Pas du tout au sens territorial, mais au sens d’héritier de Voltaire, d’héritier de l’histoire, c’est le secret de la démocratie moderne, l’histoire de la Révolution, de Montesquieu, Diderot… On découvre à quel point c’est un privilège, dans une société, que puisse exister Charlie Hebdo. Peu de pays pourraient supporter Charlie Hebdo…

    Dans des pays, comme les Etats-Unis, la plupart des médias ont flouté les dessins de Charlie, alors qu’ils ont été très affectés…
    Les Etats-Unis sont animés par des idéaux comme la liberté d’expression mais, sur la question religieuse, ils n’ont pas la même liberté que la France. On a tendance à oublier qu’avec la Révolution française, ce n’est pas seulement l’Ancien Régime qu’on a mis par terre, c’est aussi un mouvement de déchristianisation très important. Dans les cimetières, on avait inscrit : «La mort est un sommeil éternel». La Révolution est un moment de passion antireligieuse qui dit que, si Dieu existe, la démocratie n’est pas possible.

    Qu’est-ce qui fait que la violence va jusqu’au meurtre ?

    C’est évidemment très difficile à saisir, parce que les hommes qui ont fait ça n’ont, par définition, pas l’occasion de s’ouvrir à une parole, d’être écoutés. Au contraire. Pour que le meurtre puisse se produire, il faut qu’il y ait un mentor quelque part. Plus qu’un maître à penser, parce qu’un maître à penser, ça permet encore de penser.

    Et puis, j’ai quand même le sentiment – je ne suis pas le seul – qu’il y a dans cette affaire beaucoup de la violence de l’adolescence. Pol Pot n’était pas un adolescent mais, au sein des Khmers rouges, il y avait beaucoup d’adolescents. Entre 15 et 18 ans, quand on a un fusil, on tire. Les hommes qui ont commis les meurtres de la semaine dernière ont tout d’adolescents jamais achevés. On ne sent nulle part l’homme adulte. Il y a une violence de l’adolescence qui court-circuite la pensée, il y a des courts-circuits entre «je désire», «je veux», «j’agis». Le tout nourri d’une pensée magique, parce que s’ils n’avaient pas la conviction délirante qu’il y a une vie après la mort, je ne pense pas que ce serait jouable. Il y a une toute-puissance de la pensée, qui est le propre de la pensée religieuse, mais qui prend là une forme maximum. Ils ne font pas ça pour mourir, ils ont quelque part la conviction qu’ils ne meurent pas, ils font ça pour la gloire, pour l’héroïsme, pour vivre.
    A propos des Antilles, vous avez dit : dans les sociétés où la honte plus que la culpabilité joue un rôle de régulation, c’est au prix d’un accroissement du sentiment de persécution. Et ici ?

    Il y a des sociétés qui sont plutôt régulées par la persécution et d’autres plutôt par la culpabilité : «Je ne fais pas ça parce que je ne veux pas qu’on pense que je suis, etc. C’est mon image et je défends mon image». Dans la plupart des sociétés musulmanes, la régulation se fait plus sur la base de la persécution, parce que la persécution peut être régulatrice, elle n’est pas juste destructrice.

    La culpabilité est toujours un «je», «je suis coupable». Alors que la honte est un sentiment extrêmement social, on a honte sous l’œil des autres. Il faut un regard social pour avoir honte. La culpabilité peut rester intérieure. La honte se joue entre soi et le dehors. Dans la honte, on perd la face. On est nu alors qu’on se croyait habillé, quelque chose est brutalement révélé et produit de l’humiliation. La honte ne frappe pas au même endroit que la culpabilité. Le contraire de la honte, c’est la fierté. Le contraire de la culpabilité, c’est l’innocence.

    Comment traiter un tel problème ? La culpabilité, on la traite sur des temps longs, c’est relativement transformable, élaborable. La honte, soit elle accable et détruit celui qui la ressent, soit elle pousse à réagir extrêmement violemment, notamment en passant à l’acte.

    Certains de ces meurtriers sont passés par la prison.

    Je peux me tromper, mais on a quand même l’impression que le passage en prison, pour beaucoup d’entre eux, est un moment de transformation radicale. De délinquants, ils deviennent croyants intégristes, potentiellement terroristes.

    Plusieurs d’entre eux, Merah et ceux de ces derniers jours, ont un peu le même profil : des petits délinquants, auteurs de délits ordinaires. Et puis il y a l’événement de la prison, qui ne tient peut-être pas uniquement au fait qu’ils y rencontrent celui qui va devenir le mentor. Il se passe aussi qu’ils sortent du circuit de la délinquance. Il y a un effet transformateur de la prison, qui n’est pas un effet apaisant, ni socialisant. Mais quelque chose qui les fait passer dans le monde de la symbolique religieuse.

    De l’extérieur, on a l’impression qu’enfin, ils trouvent un sens à leur vie, ils rencontrent un destin. Ils découvrent brutalement ce qui les conduit à devenir des soldats de Dieu. Vu de loin, ça ressemble à un moment mystique. La prison n’est pas un monastère mais, après tout, c’est un enfermement entre hommes.

    Et maintenant ?

    On a le sentiment que les forces de destruction sont d’une telle puissance, d’une telle rage, qu’elles finiront toujours par l’emporter. L’inconscient est un sauvage, jamais la démocratie ne sera l’héritière de l’inconscient. Elle se fera toujours contre lui, il n’y a ni égalité ni fraternité dans l’inconscient. S’il y a une liberté, c’est une liberté absolue et sauvage.
    Et, pourtant, il y a les moments comme celui de dimanche, un moment mondial. Ce moment est allé chercher quelque chose d’extrêmement élaboré par rapport à la primitivité des meurtres accomplis. Ce mouvement de dimanche n’est pas du tout illusoire. Mais il est fragile.

    ©http://squiggle.be/dieu-cest-un-autre-nom-pour-le-surmoi/

  73. BONHEUR ET BIPOLARITÉ

    BONHEUR ET BIPOLARITÉ PEUVENT FONCTIONNER ENSEMBLE

    A l'occasion de la Journée Mondiale des Troubles Bipolaires, le 30 mars, Hélène Pérignon, 45 ans, nous livre un témoignage plein d'espoir sur sa maladie. Si le diagnostic n'a pas été facile à accepter, elle partage aujourd'hui ses doutes, son expérience et ses émotions dans un livre. Son but : briser le tabou autour de cette maladie qui touche près d'1% de la population.
    Par Léa Galanopoulo - Rédigé le 30/03/2015, mis à jour le 31/03/2015

    Comment avez-vous réagit quand les médecins vous ont appris que vous étiez bipolaire ?
    Hélène Pérignon : J'en garde un très mauvais souvenir. Même si on n'est jamais préparé à ce genre de diagnostic, ce n'était pas vraiment une surprise sachant que ma mère avait, elle aussi, été bipolaire. La crainte était là depuis longtemps. Sur le coup, je n'ai pas accepté le diagnostic, je l'ai rejeté. J'ai alors fait face à beaucoup de désespoir mais j'ai eu la chance d'avoir un époux très présent.

    Dans la phase dépressive, rien ne va plus. Tout se ralentit, la personne montre des signes de grande tristesse, elle n'a goût à rien, parfois elle veut mourir. Les formes les plus sévères sont qualifiées de mélancoliques. Parfois, au contraire, l'anxiété entraîne une agitation fébrile et une incapacité à rester en place. Elle a aussi des troubles de la concentration et de la mémoire. Le sommeil et l'appétit sont troublés et la libido s'effondre.

    Entre les deux phases, la personne bipolaire retrouve un état presque normal que l'on appelle "euthymie".

    A t-il été facile pour vous de vous mettre sous traitement ?
    H.P : Je prends uniquement du lithium, à faible dose. J'avais peur au début de prendre ce médicament, par crainte d'effets secondaires ou qu'il annihile mon élan créatif, ma vitalité. Mon médecin m'a rassuré et j'ai donc décidé d'essayer, mais j'attendais de voir. Et tout s'est bien passé. Mais trois ans après avoir commencé le traitement j'ai refait une crise. Sur le coup ça a été très difficile d'accepter que je n'étais pas guérie. Mais il faut savoir que ce traitement n'évite pas le risque de récidive, il espace juste les crises.

    La bipolarité, autrefois appelée maniaco-dépression, se caractérise notamment par des changements d'humeurs importants. A quelles fréquences surviennent ces basculements?
    H.P : Le plus souvent, la bipolarité se manifeste par une courte phase euphorique (aussi appelée maniaque ndlr) suivie d'une dépression beaucoup plus longue. Et plus l'euphorie va être importante, plus la dépression va être dure et compliquée. La phase euphorique est la plus impressionnante, mais finalement c'est la dépression qui est le plus dure à soigner. L'euphorie peut durer quelques jours à quelques semaines grand maximum, la dépression, elle, dure plusieurs mois.

    Quels sont les premiers signes avant coureur d'une crise ?
    H.P : L'un des premiers signaux qui m'alerte est l'insomnie. Le manque de sommeil est un facteur fort : dès que je ne dors pas pendant deux nuits consécutives je sais qu'une crise va arriver. Ensuite je commence à me sentir super bien, pleine de projets. Je perds la notion du temps. Par exemple je pense partir une heure en promenade, mais finalement je pars cinq heures, sans prévenir personne. Quand je suis dans une crise je ne fais pas vraiment attention, même s'il y a quand même des signes qui me font dire que ce n'est pas normal. Et mon entourage m'alerte aussi. Dans ces moments, il y a des hauts et des bas : parfois ça va mieux, puis ça repart. Lorsque ces premiers signes surgissent, la crise devient de plus en plus difficile à enrayer.

    Durant la phase maniaque, la personne est hyperactive, euphorique, a un sentiment exagéré d'estime de soi, elle est inhabituellement volubile, passe du rire aux larmes et fait beaucoup trop de projets. Elle peut aussi faire des dépenses inconsidérées ou faire preuve d'un comportement sexuel à risque.

    "ll n'y a pas à avoir honte d'être bipolaire"

    Est-ce compliqué de parler de sa bipolarité à son entourage ?

    H.P : Avant d'écrire le livre (1), j'étais assez secrète, je voulais mettre mes distances avec la maladie. Un jour j'ai décidé d'en informer les ressources humaines de mon entreprise et l'équipe avec laquelle je travaille. Je trouvais ça plus clair et finalement ça ne m'a pas porté préjudice. Je suis contente maintenant de pouvoir en parler car la maladie est lourde à porter seule. La sortie du livre a aussi été l'occasion de parler de ma maladie avec mes amis, ça a vraiment été positif.

    Quels conseils donneriez-vous à une personne qui vient d'être diagnostiquée bipolaire ?
    H.P : Quand le diagnostic tombe, on a souvent tendance à se rebeller, à en vouloir à la Terre entière ou à penser que les médecins doivent se tromper… Il ne faut pas simuler ou atténuer les symptômes devant son médecin car baisser les doses de son traitement ne fera qu'empirer les crises. Une crise non traitée en entraine une autre. Plus on est diagnostiqué tôt et plus on peut être stabilisé vite, et aspirer à une vie presque normale. Le deuxième conseil est de se faire suivre régulièrement par un médecin et d'aller consulter dès que ça va mal.

    Au quotidien, avez-vous une hygiène de vie particulière ?
    H.P : Avoir une bonne hygiène de vie est très important. Il faut bien dormir, éviter les excès de drogues ou d'alcool, avoir un rythme de vie bien cadré et organisé et se ménager sur plan affectif. C'est compliqué d'adapter son mode de vie à la maladie, surtout que le diagnostic tombe en général entre 20 et 30 ans, une période où l'on n'a pas forcément envie d'être dans la mesure. Il est important de connaître ses limites pour pouvoir réagir au plus vite.

    Avez-vous déjà souffert du regard des autres ?

    H.P : Je crois que j'avais plus honte d'avouer que ma mère était bipolaire que de dire que je le suis moi-même. Sans doute une question d'époque et la difficulté surtout, pour un enfant, d'afficher que sa mère a une faiblesse, n'est pas comme toutes les autres… Et il y a aussi la peur que sa maladie ne soit pas comprise, d'être montrée du doigt, mal considérée. Même si souvent on préfère que ça ne se sache pas trop, il n'y a pas à avoir honte d'être bipolaire !
    "Je veux montrer à tous les malades qui sont découragés que c'est possible"

    Pensez-vous que les mentalités ont évolués concernant les troubles bipolaires ?
    H.P : Les maladies mentales font toujours peur, mais les mentalités ont bien changées. Les gens comprennent mieux la maladie qu'il y a trente ans. A l'époque, les bipolaires étaient hospitalisés à chaque crise, ils devaient se faire interner par un proche dans des secteurs fermés, où les malades subissaient des "cures de sommeil" qui consistaient à les faire dormir toute la journée à l'aide de sédatifs. Néanmoins, la bipolarité reste toujours une maladie mystérieuse pour la plupart des gens, surtout parce qu'on ne connaît pas bien les mécanismes biologiques.

    Pourquoi vouloir partager votre histoire dans un livre ?
    H.P : J'ai eu peur à la sortie du livre, car mon nom allait être rendu public, mais il fallait absolument que je brise le tabou. J'ai fait du chemin pour accepter ma maladie et grâce à ce livre j'espère que ça aidera peut être d'autres bipolaires à faire pareil. J'arrive à vivre très correctement avec la bipolarité et je veux montrer à tous les malades qui sont découragés, qui pensent parfois au suicide, que c'est possible. Je veux dire à tous les bipolaires "accrochez vous", "battez vous". Si tout le monde ose parler de la bipolarité, elle pourrait devenir presque banale !

    Finalement, bipolarité et bonheur sont-ils compatibles ?
    H.P : Quand on se sait bipolaire, on ne voit pas bien comment on peut être heureux dans sa vie. Mais c'est possible et j'en suis la preuve vivante. Entre chaque crise, il y a cette longue période où tout se passe bien. Bonheur et bipolarité peuvent fonctionner ensemble !

    (1) « Je suis bipolaire mais le bonheur ne me fait pas peur », Hélène Pérignon, Hugo Doc

    En savoir plus sur les troubles bipolaires :

    Troubles bipolaires : de l'euphorie à la dépression
    http://www.allodocteurs.fr/maladies/psychiatrie/bipolarite-maniaco-depressif/troubles-bipolaires-de-l-euphorie-a-la-depression_151.html
    Troubles bipolaires : les signes
    http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-troubles-bipolaires-les-signes_1264.html
    Troubles bipolaires : quels sont les risques de prendre du lithium à vie ?
    http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-troubles-bipolaires-quels-sont-les-risques-de-prendre-du-lithium-a-vie-_12538.html
    Comment faire la différence entre un trouble bipolaire et une simple variation de l'humeur ?
    http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-troubles-bipolaires-des-variations-de-l-humeur-_1265.html
    En plus d'un traitement médicamenteux, quelles thérapies peuvent être mises en place pour vivre mieux la maladie bipolaire ?
    http://www.allodocteurs.fr/maladies/psychiatrie/bipolarite-maniaco-depressif/troubles-bipolaires-quelles-therapies-mettre-en-place-pour-vivre-mieux_12540.html
    Troubles bipolaires : comment éviter l'aggravation de la maladie ?
    http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-troubles-bipolaires-comment-eviter-l-aggravation-de-la-maladie-_12539.html
    Quelle est la différence entre bipolarité et schizophrénie ?
    http://www.allodocteurs.fr/maladies/psychiatrie/bipolarite-maniaco-depressif/quelle-est-la-difference-entre-bipolarite-et-schizophrenie_12537.html
    Pourquoi le diagnostic de bipolarité est-il difficile à poser ?
    http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-pourquoi-le-diagnostic-de-bipolarite-est-il-difficile-a-poser-_12536.html

    © http://www.allodocteurs.fr/maladies/psychiatrie/bipolarite-maniaco-depressif/bonheur-et-bipolarite-peuvent-fonctionner-ensemble_15967.html


  74. MÉDITATION DE PLEINE CONSCIENCE

    LA MÉDITATION DE PLEINE CONSCIENCE, ALTERNATIVE CRÉDIBLE AUX ANTIDÉPRESSEURS

    Pour les patients à fort risque de rechute de dépression (ayant eu au moins trois épisodes dépressifs avérés), remplacer progressivement les antidépresseurs "de soutien" par des séances de méditation de pleine conscience aboutit à un taux de récidive similaire à celui obtenu par la poursuite du traitement. Ces conclusions d'une étude britannique, publiée dans The Lancet le 21 avril, valide cette approche comme une alternative valide.

    Par Florian Gouthière - Rédigé le 21/04/2015

    ©http://www.allodocteurs.fr/maladies/psychiatrie/depression/la-meditation-de-pleine-conscience-alternative-credible-aux-antidepresseurs_16132.html

    D'après le Dr Christophe André, la pleine conscience peut être décomposée en trois attitudes fondamentales : premièrement, la perception consciente, active, attentive, des sensations corporelles, des émotions, de ce que l'on voit et ce que l'on entend ; la deuxième attitude est un désengagement des tendances à juger et à vouloir contrôler ; la troisième est le fait d'observer et d'éprouver plutôt que de chercher à analyser ou verbaliser.

    Pour les patients à fort risque de rechute de dépression (ayant eu au moins trois épisodes dépressifs avérés), remplacer progressivement les antidépresseurs "de soutien" par des séances de méditation de pleine conscience aboutit à un taux de récidive similaire à celui obtenu par la poursuite du traitement. Ces conclusions d’une étude britannique, publiée dans The Lancet le 21 avril 2015, valide cette approche comme une alternative valide.

    Durant une séance de méditation de pleine conscience, généralement dispensée en groupe collectif, les participants pratiquent des exercices qu'ils doivent ensuite réaliser chez eux quotidiennement.

    Les synthèses d’études sur l’efficacité des traitements antidépresseurs pour lutter contre les récidives d’épisodes dépressifs (chez les personnes à risques) estiment leur efficacité autour de 50% supérieure à celles d’un soutien psychologique classique(1), sans aide médicamenteuse.

    Plusieurs travaux de recherche, d’envergures diverses, ont mis en lumière les bénéfices de l’approche de la méditation dite "de pleine conscience" (voir encadré) pour prévenir ces rechutes(2). Mais les données manquaient pour évaluer l’efficacité relative des deux approches.

    Des chercheurs britanniques ont recruté 424 patients sous traitement antidépresseur, ayant connu au moins trois épisodes dépressifs avérés. La moitié d’entre eux(3) a été dirigé vers un programme de médiation de pleine conscience, spécifiquement orienté vers un arrêt (ou une diminution) des antidépresseurs à 4 ou 5 semaines. Le dispositif consistait en huit séances d’une durée de 2h15, puis d’une séance tous les 3 mois durant un an.

    Au terme de deux ans d’études, les chercheurs ont dressé le constat suivant : que ce soit en termes de temps sans rechute, de score sur les échelles d’évaluation de la dépression, ou de rapport coût/efficacité, les deux stratégies apparaissent équivalentes(4).

    Pour les patients qui recherchent une alternative aux antidépresseurs, la méditation de pleine conscience apparaît donc comme une approche sérieuse, qui peut être préconisée par les médecins.

    Source : Effectiveness and cost-effectiveness of mindfulness-based cognitive therapy compared with maintenance antidepressant treatment in the prevention of depressive relapse or recurrence (PREVENT): a randomised controlled trial. W. Kuyken et coll. The Lancet, 20 avril 2015 doi: http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(14)62222-4
    -----
    (1) Sans médicaments, la probabilité de récidive à deux ans chez ces patients est estimée autour de 80%.
    (2) Réduction du risque de récidive estimée entre -18% et 47%, comparée "aux soins usuels ou au placebo" (risque relatif).
    (3) Sélectionnée aléatoirement, sans que les personnes chargées de l’analyse des résultats ne soient informées des détails de la répartition.
    (4) Dans la limite de l’incertitude statistique.

  75. FIBROMYALGIE TRAITEMENTS

    Comment soigne-t-on la fibromyalgie ?

    Les médicaments prescrits

    Il n’existe pas de traitements propres à la fibromyalgie. Les médicaments qui sont parfois prescrits sont destinés à soulager les symptômes sans agir sur la cause de la maladie qui demeure inconnue. Par manque d’études cliniques dans cette affection, ces médicaments ne sont pas officiellement autorisés pour le traitement de la fibromyalgie et leur utilisation se fait sous la responsabilité du médecin. Parmi ces médicaments, on trouve :
    • certains médicaments antalgiques : la plupart des médicaments contre la douleur restent sans effet pour soulager la fibromyalgie. Seul le tramadol semble parfois diminuer la douleur, mais ses effets indésirables en limitent l’usage.
    • certains médicaments antidépresseurs : les médicaments contre la dépression de la famille des imipraminiques soulagent la douleur chez certains patients, mais leurs effets semblent s’estomper après quelques mois.
    • certains médicaments antiépileptiques : la gabapentine (Neurontin) et la prégabaline (Lyrica) sont les substances destinées à soigner l’épilepsie qui ont montré le plus d’intérêt dans le traitement de la fibromyalgie. Leurs effets indésirables sont néanmoins parfois difficiles à supporter à long terme.
    • les médicaments des troubles du sommeil : le manque de sommeil réparateur étant un élément caractéristique de la fibromyalgie, ces médicaments peuvent apporter un soulagement et une amélioration des symptômes. Certains médecins prescrivent également des médicaments à base de magnésium pour améliorer le sommeil et la relaxation musculaire.

    Les autres types de traitement

    Certaines études cliniques ont montré que certains traitements non-médicamenteux pourraient aider les personnes atteintes de fibromyalgie : l’hypnothérapie, les psychothérapies comportementales et cognitives (TCC) ainsi que le biofeedback semblent avoir un intérêt dans cette maladie. L’exercice physique, lorsqu’il est toléré, semble également pouvoir soulager la fatigue : gymnastique aquatique et tai chi chuan ont été étudiés avec un relatif succès. L’acupuncture ne semble avoir que peu d’intérêt dans le cadre de la fibromyalgie.

    Qu’est-ce que le biofeedback ?

    Le biofeedback est un traitement qui repose sur la capacité de notre psychisme à contrôler la façon dont notre corps réagit. Des capteurs, reliés à un appareil électronique, renseignent le patient sur son état physiologique (pouls, tension artérielle, etc.), par l’intermédiaire de signaux visuels ou sonores. A partir de ces informations, il est possible d’apprendre à reconnaître les indicateurs de la relaxation, d’en prendre conscience et d’influer mentalement sur l’état de son corps. Le biofeedback est utilisé par des praticiens pour apprendre à gérer le stress, pour soulager les maladies liées aux tensions musculaires (douleurs, migraines, insomnies, anxiété, etc.) et pour rééduquer l’organisme (mouvements, incontinence, constipation, etc.). Il n’est pas remboursé par l’Assurance maladie.

    ©http://www.eurekasante.fr/maladies/douleurs-fievres/fibromyalgie.html?pb=traitements

  76. ECHAPPER A L'ANXIÉTÉ

    Excellente nouvelle pour tous ceux qui souffrent d'anxiété. Il est possible d'en sortir ! L'anxiété est une émotion normale, à l'instar de la joie ou de la colère, mais certains gèrent moins bien ce sentiment désagréable, qui finit par leur gâcher la vie. Qu'est-ce que l'anxiété ? Comment s'explique-t-elle ? Et surtout comment y échapper ?

    Par Dr Charlotte Tourmente - Rédigé le 05/05/2015

    Décodage de l'anxiété

    Il est ici question de l'anxiété "banale", normale, qui survient ponctuellement dans la vie de tous les jours et est bien tolérée par celui qui en souffre. Ce sentiment se distingue des troubles anxieux qui traduisent une anxiété pathologique et envahissante et sont la cause d'une grande souffrance.
    Tous les anxieux reconnaîtront les symptômes de cette émotion pénible : une inquiétude tenace, un malaise, le coeur qui bat la chamade, la bouche sèche… L'inquiétude est intense, source de tension et d'appréhension. Le plus souvent, dans le cadre de l'anxiété normale et non des troubles anxieux, elle a une origine précise, une situation qui l'explique : un examen, une réunion importante où l'on prend la parole en public, le problème de santé d'un proche.
    Une personne anxieuse a souvent la crainte qu'un événement désagréable survienne, elle anticipe les conséquences négatives et a tendance à les amplifier. Les ruminations sont fréquentes et tournent en boucle, de façon stérile. Un sentiment d'impuissance peut également déstabiliser l'anxieux et le laisser complètement démuni.
    L'anxiété traduit une situation inconfortable, où nous ne nous sentons pas en sécurité. Elle n'est pas synonyme de stress, un mécanisme d'adaptation à une agression, où le corps produit de l'adrénaline et d'autres hormones afin d'échapper à ce qui est perçu comme un danger. L'anxiété peut survenir suite à un stress, mais l'anticipation de situations négatives reste au premier plan.

    Comprendre les raisons de sa nature anxieuse

    C'est le premier pas vers la déculpabilisation et une façon de vivre plus apaisée.
    Les causes de l'anxiété sont souvent multifactorielles et intriquées les unes dans les autres. Le livre "Sortir de l'anxiété" de Xavier Cornette de Saint-Cyr et Mona Poisson, aux éditions Jouvence en énumère plusieurs : certains évènements de vie, les conflits familiaux, une insécurité affective ou des dévalorisations dans l'enfance, des parents anxieux, une maladie, un environnement professionnel stressant, une vulnérabilité individuelle,…
    Les anxieux ont tendance, sans s'en rendre compte, à nourrir des croyances anxiogènes qui entretiennent le manque de confiance (je suis nul, je n'ai pas de chance, je ne suis pas doué,…) et renforcent l'impression qu'ils ne sont pas capables de faire les choses dont ils rêvent.
    Ils sont aussi perfectionnistes (ce qui majore l'anxiété), souvent pessimistes, dans un grand besoin de contrôle. Ils ont une grande tendance à ruminer, de façon stérile, amplificatrice de l'anxiété, ce qui ne permet pas de prendre du recul et de résoudre le problème.
    Autres caractéristiques fréquemment observées : une dépression (qui majore l'anxiété car la personne ne voit pas comment se sortir de cet état mélancolique) ; une mauvaise gestion des émotions (l'émotion négative qu'est l'anxiété traduit le fait qu'un besoin d'affection, de confiance, d'estime de soi ou de sécurité n'est pas comblé). Il faut ajouter à cela les questions existentielles ou les interrogations concernant le sens donné à sa vie, notamment aux périodes critiques comme un divorce, un changement d'activité…

    Échapper à l'anxiété

    Les médicaments se révèlent parfois indispensables pour passer le cap aigu de l'anxiété et pouvoir débuter un travail thérapeutique. Attention, les anxiolytiques ne doivent pas être pris plus de trois mois au maximum.
    Consulter un psychologue ou psychiatre pour une thérapie est la meilleure solution, afin de bénéficier d'un regard extérieur, bienveillant et neutre, sur soi et les problèmes que l'on rencontre. Le thérapeute aide à prendre de la distance vis-à-vis des problèmes, ce que les personnes anxieuses oublient de faire tant elles sont envahies par les pensées négatives.
    Reste à trouver l'interlocuteur qui nous inspire confiance et le type de thérapie qui nous convient… Le bouche à oreille, un contact conseillé par le médecin généraliste, sont des aides pour identifier le bon thérapeute mais le "feeling" est très important. Faites-vous confiance, formulez des demandes claires au thérapeute et faites un point régulier sur ce que la thérapie vous apporte. Il peut s'agir d'une psychothérapie, de thérapies comportementales et cognitives, brèves, dont le but est d'identifier le fonctionnement cognitif (intellectuel) et d'initier des changements de comportement. Certains préfèreront la psychanalyse.

    Respirer, méditer, prendre soin de soi…

    À cette prise en charge peuvent s'ajouter des petits plus : relaxation, exercices de respiration, massages… Toutes les techniques de relaxation ont leur place en cas d'anxiété et leur pratique régulière apportera apaisement et détente.
    La méditation en pleine conscience a été développée aux États-Unis par Jon Kabbat-Zin, sous le nom de Mindfulness. Elle consiste à observer avec bienveillance son corps et son esprit, en se centrant sur l'instant présent.
    La sophrologie amènera à un état de relaxation, entre veille et sommeil, loin du stress et de l'anxiété, et peut s'apprendre à l'aide de CD ou chez un sophrologue. Le yoga apprendra à détendre corps et esprit, grâce à l'enchaînement de postures et un travail sur la respiration.
    La psychologie positive est intéressante pour s'attacher à repérer ce qui est positif dans son existence et à apprendre à savourer le moindre moment de plaisir. Il s'agit d'une sorte de conditionnement positif, particulièrement appréciable pour les tempéraments pessimistes ou lorsque l'angoisse obscurcit le paysage…
    L'hypnose offre un travail à la fois conscient et inconscient qui permet de débloquer certains nœuds et adopter de nouveaux comportements.

    Prendre soin de soi, avec bienveillance et douceur, est primordial en ces temps agités et déstabilisants. Tout d'abord grâce à un geste simple, en commençant à bien respirer… La respiration est automatique et c'est un réflexe, mais lors d'un "pic d'anxiété", on a tendance à respirer plus rapidement et superficiellement. Xavier Cornette de Saint-Cyr et Mona Poisson conseillent un exercice en quatre temps : assis, le dos droit, inspirez lentement et profondément ; garder l'air dans vos poumons en comptant jusqu'à 4 ; expirer par la bouche lentement ; retenir votre souffle en comptant jusqu'à 4. Ce cycle respiratoire est à pratiquer trois fois en observant ce que l'on ressent. À faire dès à présent et plusieurs fois par jour, en prévention, avant une situation angoissante ou lorsque l'anxiété devient envahissant !
    Entretenir une relation plus douce, moins pessimiste, avec soi-même est essentiel : les pensées négatives sapent l'estime de soi. Pour diminuer leur fréquence, il faut déjà apprendre à les repérer, en prendre conscience car elles sont tellement automatiques que nous finissons par ne plus les remarquer alors qu'elles conservent leur potentiel destructeur. En parallèle, augmenter les phrases bienveillantes, encourage, stimule et met en confiance.
    Privilégier les relations positives et épanouissantes, s'accorder une pause dans un spa, s'offrir un massage faire un hammam, une cure de thalassothérapie, écouter une musique relaxante, pratiquer un sport que l'on aime, apprécier un moment tout simple (la joue caressée par un rayon de soleil en prenant un café en terrasse, écouter le chant d'un oiseau, contempler un paysage)… offrent des "bouffées d'oxygène" particulièrement appréciables.

    Mens sana in corpore sano disaient les Anciens et ils avaient tout compris !

    Prendre soin de soi, c'est aussi avoir une bonne hygiène de vie : rien de tel qu'un équilibre épanouissant entre la vie personnelle, le travail, les loisirs et le repos pour chasser l'anxiété. Les produits excitants, comme l'alcool et le tabac, doivent être arrêtés et la consommation de café réduite. La pratique régulière d'un sport, le respect de ses besoins de sommeil, sont également bénéfiques sur l'anxiété.

    Sur Allodocteurs.fr

    • L'anxiété et les crises de panique sont-elles héréditaires ?
    • Existe-t-il des techniques de respiration pour éviter le stress et l'anxiété ?
    • L'anxiété liée à la taille de nos chromosomes ?
    • L'insomnie est-elle toujours due à l'anxiété ?
    • Plantes et anxiété : compatibles avec les médicaments ?
    • Ch@t : Des plantes contre l'anxiété

    ©http://www.allodocteurs.fr/bien-etre-psycho/psycho/anxiete/je-suis-anxieux-mais-je-me-soigne_16245.html#xtor=EPR-1000002224

  77. LES GRANDS PENSEURS DES SCIENCES HUMAINES

    LES GRANDS PENSEURS DES SCIENCES HUMAINES
    50 Auteurs clés

    Les sciences humaines sont les plus jeunes d'entre toutes les sciences?: elles n'ont que deux siècles, durant lesquels la recherche des faits, l'observation directe, l'expérience et le laboratoire deviennent leur marque de fabrique et les sciences naturelles, leur boussole. Mais leur divorce d'avec la philosophie ne les dispense pas de recouper sa route chaque fois que l'esprit de science se heurte à la complexité du fait humain.
    Le 19ème siècle est celui de l'histoire et de l'évolution. Au tournant du 20ème siècle, les disciplines s'affirment?: sociologie, linguistique, psychologie, économie, anthropologie connaissent leur âge «?classique?». Le 20ème siècle est celui des écoles, des courants et des grands récits?: positivisme, béhaviorisme, libéralisme, marxisme, structuralisme, néoévolutionnisme, cognitivisme. Ils rivalisent souvent et se succèdent sur le devant de la scène, avant de laisser la place à un grand doute?: et si le progrès du savoir sur l'homme n'était au fond qu'illusion?? À cette autocritique les sciences humaines se sont montrées résilientes, et ont résisté par la spécialisation. Mais tous les chercheurs ne s'y sont pas résignés et l'ambition d'une nouvelle synthèse est toujours présente.
    Sciences Humaines a réuni pour vous dans ces pages 50 auteurs et 50 grandes oeuvres qui ont jalonné cette aventure, dont il est clair que la fin n'est pas près d'être atteinte.


    Adam SMITH, Jules MICHELET, Alexis de TOCQUEVILLE, Charles DARWIN, Karl MARX, Charles S. PEIRCE, Émile DURKHEIM, Sigmund FREUD, Max WEBER, William JAMES, Ferdinand de SAUSSURE, John B. WATSON, Ludwig WITTGENSTEIN, Marcel MAUSS, Vere GORDON CHILDE, Carl SCHMITT, Karl POPPER, Lev VYGOTSKI, Margaret MEAD, Jean PIAGET, John M. KEYNES, Norbert ELIAS, Friedrich HAYEK, Kurt LEWIN, Fernand BRAUDEL, Joseph A. SCHUMPETER, Gregory BATESON, Noam CHOMSKY, Hannah ARENDT, Erving GOFFMAN, Herbert A. SIMON, Claude LÉVI-STRAUSS, Konrad LORENZ, Pierre BOURDIEU, Paul LAZARSFELD, Jean-Pierre VERNANT, André LEROI-GOURHAN, Peter BERGER et Thomas LUCKMANN, Georges DUMÉZIL, John RAWLS, Raymond BOUDON, Stanley MILGRAM, Edward O. WILSON, Michel FOUCAULT, Michel CROZIER, Jürgen HABERMAS, Paul RICOEUR, Antonio DAMASIO, Amartya SEN, Edgar MORIN


    ©Les grands penseurs des sciences humaines
    Hors-série Spécial N°20 - juin/juillet 2015
    Dossier coordonné par Nicolas Journet

  78. SOULAGER LA DOULEUR GRACE A LA MEDITATION

    TITRE DU LIVRE : Soulager la douleur grâce à la méditation
    auteurs : Christian Hoenner et Phanie Ridel

    Celui qui souffre de douleur chronique est comme enfermé de l’intérieur. Ce corps qui devrait être un allié ne lui laisse aucun répit. Il y a urgence à lui trouver un baume qui permettrait de refaire alliance avec soi.
    La méditation est une aide précieuse. Par une pratique patiente et régulière, elle nous offre la possibilité de regarder la douleur « en face » pour mieux en apprivoiser les manifestations.
    Loin d’être seulement un exercice, elle permet un radical changement de point de vue sur ce qui nous traverse. Nous ne subissons plus, mais nous devenons capables d’une distance dans laquelle la souffrance n’a plus de place.
    Ce livre s’adresse à tous ceux qui veulent sortir du cycle infernal de la douleur ; ainsi qu’aux soignants qui, portés par la même exigence, s’attachent à proposer à leurs patients des thérapeutiques efficaces rendant le sujet acteur principal de son évolution.
    En fin d’ouvrage, vous trouverez dix exercices progressifs pour vous initier à cette pratique de la méditation.

    Consultez notre site www.psycomind.fr

    © http://www.pleineconscienceetpsychologie.fr/spip.php?article137

  79. KETAMINE & DEPRESSION

    Une méta-analyse confirme l’intérêt de la kétamine dans le traitement d’urgence de la dépression

    Deux chercheurs britanniques viennent de publier la première méta-analyse sur l’intérêt de la kétamine en tant que traitement antidépresseur d’action rapide, suggérant une efficacité thérapeutique significative.

    Les auteurs ont toutefois souligné à plusieurs reprises dans leur article la nécessité de réaliser des essais complémentaires à plus large échelle pour confirmer ces données.


    Une action antidépressive rapide et parfois prolongée
    La kétamine est un anesthésique d'action brève développé en 1962utilisé en médecine humaine et vétérinaire depuis 1970 (pour plus de détails, voir la fiche substance "kétamine" sur vidal.fr). Cette substance est également connue pour son usage récréatif (et illégal) lié à ses propriétés hallucinogènes.

    Des travaux précédents ont montré qu'une perfusion de cet antagoniste du N-méthyl-D-aspartate (NMDA) déclenche une action antidépressive en quelques heures, alors que les antidépresseurs oraux ont un délai d'action beaucoup plus long (cf.Salvadore Singh, 2013).

    D'autres travaux, sur des petits groupes de patients, ont montré que des perfusions répétées de kétamine en cas de dépression résistante aux traitements usuels pouvaient également s'avérer efficaces à court terme, voire à moyen terme chez certains patients (cf.Murrough et coll. 2012, étude réalisée sans groupe contrôle de comparaison).

    Une méta-analyse de 21 études pour confirmer, ou infirmer, cette action antidépressive
    Les Dr Caoimhe Coyle et Keith Laws, de l'Université d'Hertfordshire, ont constaté qu'aucune méta-analyse sur cette question n'avait encore été réalisée, et ont donc décidé d'en effectuer une.

    Dans leur méta-analyse, publiée dans Human Psychopharmacology Clinical and Experimental, les chercheurs ont passé en revue 21 études de référence, afin de déterminer si la kétamine avait un effectivement un effet antidépresseur immédiat, si cet effet était prolongé dans le temps malgré la courte demi-vie de la molécule (3 heures) et si des injections répétées pouvaient être plus efficaces qu'une seule injection.

    Après analyse de ces essais, qui totalisent 437 patients souffrant d'épisode dépressif majeur lié ou non à un trouble bipolaire (avec pour chacune des effectifs allant de 8 à 47 sujets), les auteurs ont pu confirmer que la kétamine réduisait de façon importante les symptômes dépressifs lors d'évaluations réalisées de la 4e heure jusqu'à 14 jours après une perfusion unique ou répétée.

    Au-delà de cette durée, les données ne montrent pas d'effet résiduel significatif du traitement initial intraveineux. Ce travail a également permis de constater que l'effet variait peu selon que le traitement était administré en une fois ou en plusieurs injections.Mais les deux chercheurs ont souligné que le nombre de ces essais à injections multiples était encore trop restreint pour conclure, appelant à réaliser des études supplémentaires pour confirmer ce point.

    Un taux de réponse très variable selon les études
    Malgré cette efficacité à court terme, la méta-analyse a mis en lumière une grande variabilité de l'effet suivant le profil des patients, allant de 40 % d'efficacité sur les symptômes dans certaines études jusqu'à 70 % dans d'autres.

    Selon un essai réalisé en 2013 sur des patients souffrant de troubles bipolaires (Rybakowski et coll.), des taux de réponse de seulement 4 % ont été constatés 6 heures après l'injection, et de 24 % à 24 heures, ont-ils également pointé.

    "La disparité recensée au sein des travaux disponibles met en lumière le besoin de nouvelles études, avec des échantillons de patients de plus grande taille"afin de déterminer le taux de réponse moyen, soulignent-ils.

    Ils ont malgré tout pu constater que la mesure de l'intensité de l'épisode dépressif avec l'échelle MADRS (Montgomery–Åsberg Depression Rating Scale) 4 heures après l'injection pouvait permettre de prédire si un patient était répondeur ou non.

    Des zones d'ombre sur la sécurité d'emploi
    Si ces résultats semblent plutôt concluants en terme d'efficacité, les auteurs ont reconnu qu'une autre des principales conclusions de leur travail était le manque de données sur la sécurité d'emploi de la kétamine chez les patients dépressifs.

    Ils on en effet noté qu'en 2013, une étude a rapporté 2 cas de pensées suicidaires et d'anxiété chez 2 patients traités par kétamine et présentant des troubles obsessionnels compulsifs avec un antécédent d'épisode dépressif majeur (Erreur ! Référence de lien hypertexte non valide.).

    Les chercheurs posent notamment la question des risques à long terme, ainsi quecelui d'addiction, du fait de l'usage de la kétamine en tant que drogue récréative.

    "Ces données montrent l'importance de la prise en compte des facteurs de comorbidité" dans la décision de recourir à la kétamine, relèvent les auteurs.

    "Cette molécule,grâce à son action rapide, pourrait avoir un intérêt lorsqu'un soulagement rapide des symptômes dépressifs est nécessaire", concluent-ils.

    En savoir plus:
    L'étude objet de cet article :
    The use of ketamine as an antidepressant: a systematic review and meta-analysis, Caoimhe M. Coyle et Keith R. Laws, Human Psychopharmacology: Clinical and Experimental, Volume 30, Issue 3, pages 152–163, mai 2015

    Études citées par les auteurs et mentionnées dans cet article :
    Ketamine as a Fast Acting Antidepressant: Current Knowledge and Open Questions,Giacomo Salvadore et Jaskaran B. Singh, CNS Neuroscience Therapeutics,juin 2013
    Rapid and Longer-Term Antidepressant Effects of Repeated Ketamine Infusions in Treatment-Resistant Major Depression, Murrough JW et coll., Biological Psychiatry, août 2013
    Single ketamine infusion in bipolar depression resistant to antidepressants: are neurotrophins involved?,Rybakowski JK et coll.,Human Psychopharmacology: Clinical and Experimental, janvier 2013
    Two cases of delayed-onset suicidal ideation, dysphoria and anxiety after ketamine infusion in patients with obsessive–compulsive disorder and a history of major depressive disorder,Niciu MJ et coll., Journal of Psychopharmacology, juillet 2013

    Sur VIDAL.fr :
    Fiche Substance Ketamine
    Sources : Human Psychopharmacology: Clinical and Experimental
    Écrit par Cédric MENARD
    Vendredi, 22 Mai 2015

    ©http://www.eurekasante.fr/actualites/actualites-medicament/52620-une-meta-analyse-confirme-l-interet-de-la-ketamine-dans-le-traitement-d-urgence-de-la-depression.html

  80. DEPRESSION & MINDFULNESS

    La méditation, alternative aux antidépresseurs

    Les thérapies fondées sur la « méditation de pleine conscience *» sont une « alternative » aussi efficace que les traitements standard avec antidépresseurs contre les rechutes de dépression, selon une étude publiée mardi 21 avril dans la revue médicale The Lancet.
    Jusqu’à maintenant, les « traitements d’entretien » par antidépresseurs au long cours constituent le traitement de référence, recommandé pour toute personne à risque de rechute. On estime qu’au moins la moitié des personnes ayant souffert de dépression en referont au moins une au cours de leur vie si elles ne suivent pas de traitement préventif. Le risque est accru dans les deux années qui suivent une dépression et chez les personnes qui ont fait plusieurs épisodes dépressifs.
    Mais une technique de méditation baptisée « thérapie cognitive basée sur la pleine conscience », qui consiste à focaliser son esprit, ses pensées et sensations sur l’instant présent, s’est également révélée efficace pour éviter les rechutes.
    Jon Kabat-Zinn, professeur de médecine émérite à l’université du Massachusetts, docteur en biologie moléculaire, 68 ans, est l’inventeur de la méditation laïque, dite « de pleine conscience ». Plusieurs essais cliniques ont déjà montré que cette technique « réduisait significativement » le risque de rechute mais aucune expérimentation n’avait jusqu’à présent permis de comparer réellement son efficacité par rapport au traitement classique par antidépresseurs.
    (Le Monde 21.04.2015).

    * Mindfulness

    ©http://www.pleineconscienceetpsychologie.fr/spip.php?article140

  81. LE QI GONG ET LA SANTÉ

    RelaxNews le dimanche 31 mai 2015

    Les 21ème Journées nationales du qi gong, qui se tiendront du 1er au 30 juin prochain en France, révèlent l'engouement d'une discipline millénaire, qui soigne l'esprit et le corps. Certains de ses bienfaits thérapeutiques, prouvés scientifiquement en Chine, sont désormais étudiés de près en Occident.

    À quelques jours du baccalauréat, les étudiants stressés ont rendez-vous place de la République à Paris le 7 juin prochain pour une grande journée dédiée au qi gong. Ateliers de pratique collective et démonstrations sont au programme. Une centaine de villes française mettra également à l'honneur cette discipline tout le mois de juin.
    Accessible à tous : jeunes et moins jeunes, sportifs ou adeptes du farniente, le qi gong, qui signifie maitrise de l'énergie, repose sur des exercices de respiration associés à des mouvements lents et non violents qui vise à réconcilier le corps et l'esprit et à retrouver la vitalité.

    Réputé aider à la circulation des flux énergétiques, en Chine, où il est pratiqué depuis des siècles, le qi gong dit "de santé" aide à relâcher les tensions et assouplit le corps. Le qi gong médical est lui réservé aux médecins diplômés de la Faculté de médecine, qui suivent un cursus de 5 ans en médecine traditionnelle chinoise. La discipline est ainsi utilisée dans le pays comme adjuvant aux traitements des affections cardiovasculaires, rhumatismales et neurologiques.

    Connu pour prévenir la maladie et le vieillissement grâce à une meilleure oxygénation et un meilleur apport nutritif des organes, il peut soigner différentes pathologies comme la nervosité, l'insomnie et la constipation. Il vient à bout d'une partie des maux de dos et des problèmes de poids.

    En Allemagne et en Suisse allemande, le qi gong est ainsi remboursé par les caisses de sécurité sociale dans le cadre de la médecine préventive. En France, certains médecins acuponcteurs le pratiquent pour accompagner le traitement médical.
    De nombreuses applications thérapeutiques

    La plupart des recherches actuellement menées et publiées en Asie sur le qi gong révèlent ses bienfaits dans différents domaines médicaux.

    Ainsi, en 2007, une revue a publié en 2007 une série de 12 essais cliniques aléatoires regroupant près de 1000 participants au total. Les résultats indiquaient que la pratique régulière du qi gong pouvait avoir des effets bénéfiques sur la diminution de la pression sanguine.

    Une autre étude portant sur le qi gong réalisé sur soi-même et une seconde sur le qi gong exercé avec un maitre révélaient que la discipline pouvait s'avérer efficace pour soulager la douleur chronique. En 2010, une nouvelle étude clinique est venue corroborer ce fait : elle indiquait que des participants à un groupe de qi gong ressentaient une diminution de l'intensité de la douleur après 4 semaines de traitement.

    La littérature scientifique a encore démontré ses bienfaits pour faire progresser la qualité de vie après un cancer en jouant notamment sur des paramètres comme l'humeur, la fatigue et l'inflammation et en diminuant les effets indésirables des chimiothérapies.

    D'autres études à la portée clinique encore limitée ont également révélé que la discipline pourrait améliorer la qualité de vie des personnes âgées ou souffrant de problèmes cardiaques et qu'elle aurait de possibles vertus sur l'immunité.

    ©http://sante-medecine.commentcamarche.net/news/118529-le-qi-gong-a-la-conquete-de-la-sante-des-francais?een=f1ee69614ab03d637a90346d9863ada4&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml149_lautotestvihex

  82. LE SECRET MEDICAL

    LE SECRET MÉDICAL, UN PRINCIPE ABSOLUMENT INTANGIBLE

    Interview de Maître Patrick de la Grange

    Qu'impose aujourd'hui aux professionnels de santé, dans un monde plus judiciarisé et davantage numérisé, le secret médical ?
    Quelles sont les aménagements ou dérogations possibles à ce secret médical ?

    Les réponses de Maître Patrick de la Grange, avocat spécialisé du droit de la santé.

    VIDAL : Qu'impose aujourd'hui le secret médical dans la relation médecin-patient en ville?
    Patrick de la Grange :Le secret médical est l'un des 3 secrets dont la violation est sanctionnée pénalement. Il y a les médecins, les avocats et les prêtres. Le secret médical constitue vraiment le fondement de l'exercice de la médecine, c'est un lien de confiance absolue qui doit exister entre le praticien et son patient. Il couvre absolument tous les aspects de l'exercice médical : un patient, qui s'adresse à son médecin comme à son confesseur, peut lui dire absolument tout ce qui concerne sa santé sans qu'il puisse craindre à aucun moment que ces informations intimes, qui touchent au cœur vraiment de l'intimité de la vie privée, soient révélées à qui que ce soit, y compris d'ailleurs, parce que c'est un élément important, à d'autres médecins.

    VIDAL :Le secret médical est-il un principe vraiment intangible?
    Patrick de la Grange :Un patient doit pouvoir exprimer tout ce qu'il ressent à son médecin, dans l'optique d'être soigné bien évidemment, sans aucune réticence qui pourrait être liée à la crainte que telle ou telle révélation, information, puisse être distillée que ce soit auprès de sa famille, auprès de son employeur, auprès de l'administration fiscale, auprès des assurances, que sais-je. C'est vraiment un principe absolument intangible et d'ailleurs, un médecin qui révélerait ce qu'il aurait obtenu dans le cadre de son exercice professionnel, serait susceptible d'être poursuivi devant les tribunaux et d'ailleurs, les tribunaux ont sanctionné pénalement des violations du secret médical.

    L'affaire la plus connue est celle du médecin personnel de François Mitterrand, le Dr Claude Gubler : ni la mort, ni le fait que le patient était un ancien Président de la République, ni le fait que l'information pouvait avoir un intérêt général, n'ont permis au Dr Gubler de s'exonérer de son secret médical et effectivement, il a été pénalement sanctionné (civilement aussi d'ailleurs) par des dommages et intérêts et l'interdiction de son ouvrage.

    VIDAL :Le secret médical s'applique-t-il aussi à un patient mineur, ou atteint de démence?
    Patrick de la Grange : Le secret médical s'applique à tous, y compris aux mineurs, aux personnes décédées, aux personnes incapables majeures, c'est-à-dire aux personnes atteintes de démence, quelle qu'elles soient, et aux personnes incapables de s'exprimer, comme le cas Vincent Lambert, qui a été très médiatisé.

    VIDAL :Ces principes ont-ils été renforcés par la loi "Kouchner" du 4 mars 2002 ?
    Patrick de la Grange :Ces principes, qui existaient avant le vote de la loi Kouchner, ont été très clairement consacrés par la loi du 4mars 2002 (texte de référence actuel sur le secret médical) et l'article1111 du Code de la Santé Publique. Ces textes indiquent de manière très claire que l'on ne peut, en aucun cas, opposer un secret médical au patient lui-même, les choses sont très claires, le patient conscient et lucide a le droit de tout savoir. Ensuite, comme toujours en matière juridique, il y a les principes et les exceptions.

    VIDAL :Le DMP (Dossier Médical Partagé) fragilise-t-il le principe du secret médical?
    Patrick de la Grange : Que l'on parle de papier ou de données informatiques, cela ne change strictement rien à ce principe, le support n'a pas d'importance : ce sont le contenu, les données médicales, les éléments de santé qui appartiennent au patient qui sont importants. En aucun cas, un médecin peut refuser à un patient le droit de savoir. Même si le médecin estime que son patient,pour10000 raisons, qu'il vaut mieux ne pas lui dire qu'il va mourir dans un mois (c'était très à la mode dans les années 70...), si le patient exige de connaître la vérité, le médecin doit se conformer à sa volonté.

    VIDAL :Le médecin est donc toujours juge et partie sur le secret médical…
    Patrick de la Grange :Oui, mais il y a le principe de droit et ensuite, il y a l'humanisme qui fait partie du Serment d'Hippocrate. Dans ce que l'on appelle le colloque singulier, la relation patient-médecin, entre deux êtres humains, doit être empreinte de toute la subtilité et la délicatesse qui vont faire que ce n'est pas forcément nécessaire d'annoncer froidement une nouvelle difficile à entendre si effectivement, a priori, le patient n'est pas en demande. Les médecins savent faire œuvre de nuance, donner l'information, accompagner cette information de toutes les précautions nécessaires, éventuellement en retenir un petit peu si ce n'est pas la peine d'annoncer… Il y a toute la nuance possible et imaginable entre le droit brut et la relation personnelle entre un médecin et un patient qui va faire que le médecin va être intelligent au niveau du cœur, dans la façon dont il va apporter les informations au patient.

    VIDAL :Quelles sont les exceptions possibles au maintien du secret médical ?
    Patrick de la Grange : Desaménagements au secret médical sont nécessités par l'exercice de la médecine tout simplement, mais il n'y a pas d'exception. Les aménagements sont simples : si vous êtes mort, on doit considérer qu'il y a un aménagement du principe par rapport à la famille. La famille a le droit de savoir (dans certaines limites, c'est assez compliqué...) pourquoi vous êtes mort. En particulier, la famille a le droit de savoir si vous êtes mort d'un accident médical notamment. C'est une source de conflit permanente parce qu'effectivement, une famille qui pense que son proche est décédé à la suite d'un accident médical va demander à l'auteur présumé de l'accident de lui révéler les causes de la mort. Or, l'auteur présumé peut se réfugier derrière le secret médical pour ne pas révéler les causes de la mort si elles ne sont pas liées à une. C'est compliqué parce que vous êtes juge et partie.

    VIDAL :Que dit la loi sur la révélation, ou non, des causes précises de la mort?
    Patrick de la Grange : La loi impose au médecin, à l'équipe médicale ou à l'établissement de ne fournir à la famille que ce qui est strictement nécessaire pour connaître les causes de la mort et encore, sous réserve que le patient lui-même, de son vivant, ne s'y soit pas opposé. Parce que le patient, de son vivant, peut très bien indiquer à l'équipe médicale qu'il refuse que sa famille, ses proches, soient informés de quoi que ce soit.

    Ce genre de conflit est réglé par la loi : des dispositions sont prévues, puisque la loi exprime très clairement que l'hôpital doit faire le tri, dans les informations à caractère médical, entre ce qu'il est possible de dire à la famille et ce qui ne l'est pas. Mais évidemment, du point de vue de la famille on a l'impression d'une opacité, d'un refus de transparence, d'un hôpital qui se couvre pour que les fautes ne soient pas révélées, etc. Ce sont les problèmes spécifiques liés à la mort mais le principe, c'est que même mort, le secret médical doit être respecté.

    VIDAL :En cas de doute persistant sur une faute ou une dissimulation, que peuvent faire les familles ?
    Patrick de la Grange : En cas de conflit avec l'établissement médical, qu'il soit public ou privé, le seul moyen d'en sortir est d'avoir recours au juge : le juge va désigner un expert qui va demander la communication du dossier médical, d'abord le dossier médical qui a été fourni à la famille spontanément et éventuellement celui qui ne lui a pas été fourni; Il va ensuite faire le tri entre ce qui est acceptable ou non d'être fourni à la famille.

    VIDAL :Existe-t-il d'autres recours possibles pour accéder aux éléments du dossier médical?
    Patrick de la Grange : L'autre recours, qui est assez fréquent pour les établissements publics, c'est le recours à la CADA, la Commission d'Accès aux Documents Administratifs. Cette Commission va demander à l'hôpital de fournir le dossier. L'hôpital va expliquer ce qu'il peut fournir et ce qu'il ne peut pas fournir ainsi que les raisons pour lesquelles il ne peut pas fournir tel ou tel document et la CADA va trancher dans un sens ou dans l'autre. Là encore sous contrôle du juge.

    De toute façon tout est,in fine, sous contrôle du juge: le juge administratif pour les hôpitaux, le juge civil pour les établissements de santé privés, c'est-à-dire les cliniques. D'ailleurs, nous avons maintenant des jurisprudences assez claires du Conseil d'État, qui indiquent en particulier que le droit d'accès de la famille en cas de décès n'est pas universel et qu'il appartient aux hôpitaux de trier (le mot est mal choisi mais c'est de cela dont il s'agit) entre ce qui peut être communiqué à la famille et ce qui ne doit pas l'être, en particulier en regard de la volonté exprimée par le patient avant son décès.

    Jeudi, 28 Mai 2015

    Propos recueillis le 19 décembre 2014 au Cabinet de la Grange et Fitoussi.
    Sources : VIDAL - Écrit par Jean-Philippe RIVIÈRE
    ©http://www.eurekasante.fr/actualites/actualites-sante/52658--le-secret-medical-un-principe-absolument-intangible-interview-de-maitre-patrick-de-la-grange.html

  83. LES ADOS !

    Les ados : au-delà des idées reçues !
    Marc Olano

    Mis à jour le 30/04/2015

    L’ado type, on l’imagine désabusé, inquiet pour son avenir, en guerre avec ses parents, matérialiste, impulsif… Or, une récente enquête de l’Inserm auprès de plus de 15?000 adolescents âgés de 13 à 18 ans dresse un portrait beaucoup plus nuancé des adolescents d’aujourd’hui.

    • Ils croient en l’avenir. Ainsi, seuls 15% des filles et 12% des garçons disent ne pas avoir confiance en l’avenir. Les garçons sont d’ailleurs plus confiants que les filles (58% contre 38%).
    • Ils s’entendent avec leurs parents. Loin de l’image de l’ado rebelle, la plupart des jeunes sont satisfaits des relations avec leurs parents. 82% sont bien avec leur mère, 70% avec leur père. Les garçons ont de meilleures relations avec eux que les filles. Comble de sagesse, 75% des ados reconnaissent avoir besoin de limites pour ne pas se mettre en danger, même si 77% pensent que trop de limites les poussent à les détourner.
    • Ils sont peu matérialistes. On les pensait accro aux dernières fringues à la mode, au tout nouvel iPhone… Eh bien pas tant que ça! Seuls 14% des garçons et 9% des filles pensent que la valeur personnelle d’un individu dépend du nombre d’objets en sa possession. Pour la plupart, ce qui compte d’abord est l’image qu’ils donnent d’eux-mêmes (73% des garçons, 75% des filles), suivie des résultats scolaires et de leur créativité. Pour les garçons, ce sont aussi les performances sportives qui jouent un rôle important. L’enquête dépeint des filles plus réfléchies, des garçons plus fonceurs.
    • Un mal-être exprimé différemment chez les filles et les garçons. 62% des filles se posent souvent des questions sur elles-mêmes, contre seulement 36% des garçons. C’est notamment de leur image physique que s’inquiètent les filles, beaucoup plus que les garçons (36 à 50% selon les âges, contre 15 à 22% pour les garçons). Les filles sont 66% à évoquer un mal-être en cas de doutes, les garçons seulement 39%. Quand ça va mal, la plupart des ados préfèrent s’isoler ou écouter de la musique. Seuls 36% décident d’aller voir des amis. Les garçons affectionnent plus particulièrement les jeux vidéo et les sensations fortes pour se changer les idées. La fréquence des tentatives de suicide reste une donnée préoccupante avec 7,8% des jeunes déclarant avoir déjà fait ce geste au cours de leur vie, dont une majorité de filles. 17% des filles et 7% des garçons sont décrits comme étant dépressifs.

    Ces données montrent bien que garçons et filles manifestent différemment leurs inquiétudes. On peut aussi s’étonner de nombreux points communs avec les adultes. En tout cas, 72% des ados conseilleraient à un ami qui ne va pas bien d’aller consulter un psy. Et ça, c’est quand même plutôt un signe de maturité, non?

    © Inserm, «Portraits d’adolescents», mars 2015. http://presse-inserm.fr/wp-content/uploads/2015/03/Portraits-dadolescents-mars-2015-1.pdf

  84. SANTE LES INEGALITES

    Comment réduire les inégalités de santé ?
    Florence Jusot

    Mis à jour le 25/02/2015

    Une partie de la population ne se fait pas soigner régulièrement, par méconnaissance des acteurs de la santé et par peur des frais à engager. ?On peut inverser la tendance!

    Si tout le monde consulte un médecin généraliste, les inégalités surgissent dès qu’il est question de soins spécialisés ou préventifs. Par exemple, les 25?% de la population disposant des revenus les plus élevés recourent près de deux fois plus à des soins de spécialistes ou à des actes de dépistage comme la mammographie et la coloscopie que les 25?% les plus pauvres. La France fait partie des pays où les inégalités face aux soins préventifs sont les plus élevées. Or, les difficultés d’accès aux diagnostics médicaux et aux traitements et les renoncements aux soins qui en découlent sont clairement des facteurs de dégradation de l’état de santé.

    Une moindre connaissance des filières médicales, un rapport particulier au corps et à la maladie, des attitudes différentes à l’égard du risque ou encore un horizon temporel spécifique peuvent tout d’abord expliquer que les populations les plus pauvres et les moins éduquées se soignent moins fréquemment, plus tardivement et s’orientent davantage vers les soins curatifs.

    Mais ce sont surtout les barrières financières qui sont en cause. D’après l’enquête «Santé protection sociale» de l’Irdes en 2012, 26% de la population déclarent avoir renoncé à au moins un soin pour des raisons financières. Ce taux décroît substantiellement avec le revenu: 37% des plus pauvres disent avoir renoncé à un soin contre 13% des plus riches. Les renoncements concernent principalement les actes coûteux et peu couverts par la Sécurité sociale: les soins dentaires, auxquels 18% de la population renoncent, la lunetterie (10%) et les consultations de médecin (6%). La privation est deux fois plus fréquente au sein des 5% de la population non couverts par une assurance complémentaire. Parmi ceux qui le sont, les renoncements diminuent avec la qualité des contrats. Enfin, l’ampleur des dépassements d’honoraires et la moindre densité de spécialistes dans les zones rurales ou périurbaines expliquent les inégalités.

    Les difficultés d’accès à la santé relèvent aussi du système de soins lui-même. La distance sociale et culturelle entre le médecin et les patients les plus modestes réduirait la qualité des échanges durant la consultation et donc celle du diagnostic.

    Les inégalités ne sont pas une fatalité?

    Par ailleurs, les inégalités sont les plus fortes dans des pays comme la France, ayant mis en place un système d’assurance financé par les cotisations sociales, où une part importante du coût des soins est laissée à la charge des patients et où les médecins sont rémunérés à l’acte. Elles diminuent dans les pays disposant de services nationaux de santé, comme le Royaume-Uni, où les dépenses publiques, financées par l’impôt, représentent une proportion plus importante. Les soins y sont le plus souvent gratuits et le médecin généraliste a un rôle de coordinateur et d’orienteur dans le système.
    Les inégalités sociales de santé ne sont pourtant pas une fatalité. En effet, celles-ci se réduisent aujourd’hui dans certains pays, comme le Royaume-Uni ou les Pays-Bas, engagés depuis plus d’une dizaine d’années dans des politiques globales, s’attaquant à l’ensemble des causes d’inégalité tout en impliquant fortement les professionnels de santé. Par exemple, en France, une première étape consisterait à mieux contrôler les dépassements d’honoraire et à généraliser le recours à une complémentaire santé de qualité pour tous. Par ailleurs, des interventions dans le secteur des soins primaires ont montré leur efficacité pour réduire les inégalités?: les actions de prévention ciblées menées dans les milieux de vie (ateliers santé-ville et associations de femmes relais jouant les médiatrices avec les communautés) ou encore l’accompagnement personnalisé, par entretien téléphonique entre les infirmières et les malades chroniques, comme le programme Sofia proposé par l’Assurance-maladie aux diabétiques.

    À LIRE

    • «Les inégalités de recours aux soins: bilan et évolution»
    Florence Jusot, Revue d’épidémiologie et de santé publique, vol. LXI, n° 3, août 2013.
    • «La complémentaire santé: une source d’inégalités face à la santé»
    Florence Jusot, Les Tribunes de la santé, n° 43, 2014/2.

    Une offre de soin mal répartie

    Les professionnels libéraux préfèrent s’installer dans certaines régions plutôt que dans d’autres?: Paca comprend 122 médecins généralistes pour 100?000 habitants alors que la Région Centre, l’une des moins couvertes, n’en compte que 86. Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène comme la préférence pour des territoires où il fait bon vivre ou encore le critère économique (forte demande de soin locale, en raison d’une population vieillissante, par exemple). Cependant, la cause essentielle reste le lieu d’études. C’est pourquoi, selon les économistes Éric Delattre et Anne-Laure Samson, lutter contre la désertion médicale nécessite d’adapter les numerus clausus aux besoins territoriaux. De leur côté, les collectivités locales, aidées de l’État et de l’Assurance maladie, financent tout ou partie de la formation à condition que le diplômé s’installe dans le territoire. Elles offrent aussi des avantages fiscaux aux cabinets installés dans les zones de revitalisation rurale ou créent des maisons de santé pour rompre l’isolement des professionnels.

    • «Offre de soin: comment réduire la fracture territoriale»
    Rapport de la commission des Affaires sociales du Sénat, 2008.
    • «Stratégies de localisation des médecins généralistes français»
    Éric Delattre et Anne-Laure Samson, Économie et statistique, n° 455/456, 2012.

    Maud Navarre

    Des dispositifs pour les plus démunis

    Deux dispositifs viennent en aide aux plus démunis. La Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), mise en place en 2000, couvre gratuitement les 6?% de la population disposant ?des revenus les plus faibles. Et l’Aide à la complémentaire santé (ACS), depuis 2005, finance en partie la complémentaire santé pour les ménages dépassant de 35?% maximum le seuil de revenus donnant droit à la CMU-C. Grâce à ces deux dispositifs, seuls 5?% de la population ne sont pas couverts

    Cependant, les bénéficiaires essuient les refus de certains professionnels de santé. Les médecins ont des représentations stéréotypées des patients CMU-C: ils seraient exigeants, et pourraient gêner les autres patients. Mais, surtout, ces patients sont moins «?rentables?» car le prix des actes médicaux est plafonné

    Le dispositif ACS pose aussi problème: à peine la moitié des personnes éligibles feraient valoir leurs droits, faute d’information. Par ailleurs, il ne couvre que 50?% du prix d’un contrat de complémentaire santé. Le montant reste trop élevé pour les ménages les plus modestes qui préfèrent y renoncer

    La loi du 14 juin 2013 prévoit qu’à l’horizon 2016, tous les employeurs des secteurs privés devront participer au financement d’une complémentaire santé minimale pour les salariés. Mais cette avancée ne concerne pas ceux qui ont le plus de difficultés d’accès à l’assurance complémentaire: les chômeurs, les handicapés, ?les bénéficiaires du minimum vieillesse ou encore les étudiants.

    Florence Jusot - Professeure de sciences économiques à l’université Paris IX.

    © http://www.scienceshumaines.com/comment-reduire-les-inegalites-de-sante_fr_33906.html

  85. VIOLENCE VERBALE

    Violence verbale / Charité / Bourdieu
    Nicolas Journet
    Mis à jour le 07/01/2015

    Violence verbale : les directeurs en première ligne

    À propos de l’article de Christine Leroy, paru dans notre n° 265 (décembre 2014), et intitulé «Violence verbale: les profs en première ligne », Pierre Chalier, chef d’établissement en collège, nous a adressé un commentaire suivi d’un témoignage personnel. Il fait état d’une enquête antérieure à celle de la DEPP citée dans l’article: le rapport remis à la Casden par Éric Debarbieux et Georges Fotinos en 2012, intitulé «Violence et climat scolaire», portant sur plus de 1500 personnels de direction de collèges, et indiquant des niveaux de victimation supérieurs à ceux dont nous nous sommes faits l’écho.

    En 2011, selon É. Debarbieux et G. Fotinos, 39,5% des personnels de direction d’établissements secondaires déclaraient avoir été insultés au moins une fois dans l’année écoulée, soit par un parent d’élève (16,1%), soit par un élève (13%), le reste étant le fait d’inconnus ou d’autres personnes. C’est effectivement beaucoup plus que le déclare la note d’information de la DEPP, qui fait état de 16% d’insultés ou menacés dans l’exercice de leur métier, et incrimine plus souvent les élèves que les parents. Cet écart ne correspond pas à une évolution: une nouvelle enquête livrée en 2013 par G. Fotinos, et portant sur 3?900 réponses, indiquait cette fois que la moitié des chefs d’établissements déclaraient avoir été agressés verbalement ou physiquement. Le phénomène, selon cette source, n’aurait donc fait que croître, pour atteindre des niveaux inégalés.
    Quels sont les bons chiffres? Derrière ces écarts, il y a plus certainement une divergence de méthodes que de faits. La note de la DEPP est issue de l’agrégation des données de l’Insee (enquête «Cadre de vie et sécurité») sur sept années consécutives (2007-2013). Elle reflète donc un état moyen des choses sur ces années. Les résultats d’É. Debarbieux et G. Fotinos sont plus strictement datés, mais avouent une «surreprésentation» involontaire des établissements situés en zones sensibles et rurales. Ceci explique-t-il cela? Seule une plongée plus profonde dans la cuisine des sondages pourrait le dire.
    Remercions Pierre Chalier de nous avoir rappelé l’existence de ces enquêtes. Pour avoir été lui-même la cible de ce genre de comportement et avoir connu d’autres cas autour de lui, il est compréhensible qu’il ait souhaité attirer notre attention sur ces chiffres alarmants.
    www.ijvs.org/files/Publications/Debarbieux-Fotinos-2012.pdf
    ________________________________________
    Du côté des internautes

    Un restant de charité

    Dans notre même n° 265, Renaud Chartoire, faisant écho à une étude du Crédoc sous le titre «Les pauvres montrés du doigt», signalait que «deux tiers des Français sont persuadés que, s’ils le voulaient vraiment, les chômeurs pourraient retrouver un emploi» et que « pour la première fois en 2014, une majorité de Français (54%) pensent même que les pouvoirs publics en font trop pour les plus démunis».
    À ce constat, quatre réactions différentes. My Opinion, lecteur internaute, déplore ces vues si peu charitables: «Je ne sais pas si c’est la vie actuelle qui rend les gens égoïstes, méchants et aigris. On a l’impression que pour exister il faut qu’ils vomissent sur les pauvres et les étrangers.» Van Melle s’indigne que «le pauvre reste le bouc émissaire d’une classe bourgeoise qui n’a plus ni morale, ni limites». Madeira Ki Diarra ajoute plus posément que « la principale mission de l’État est d’assister les déclassés économiques et financiers, lesquels ne sont pas moins des richesses de notre époque». Mais Bodin approuve et en rajoute: «Je suis d’accord qu’il y a beaucoup de profiteurs des aides sociales. Il est certain que beaucoup d’entre eux s’en sortent mieux à ne rien faire.»
    Conclusion: à ce jour, trois de ces lecteurs sur quatre ne sont pas conformes aux résultats de ce sondage. Mais cela ne nous empêche pas de nous interroger sur les raisons de cette tendance de l’opinion. R. Chartoire évoquait l’inadéquation du système de répartition de l’aide par l’État. On peut en imaginer une autre. Les riches peuvent professer ce genre de vues, mais ils sont de moins en moins nombreux. Les salariés frappés par la précarité eux sont de plus en plus nombreux. Se considérant comme plus méritants que les bénéficiaires des aides sociales, ils peuvent être portés à remettre en cause leur légitimité. Et vous qu’en pensez-vous?
    ________________________________________
    À propos de Bourdieu et de la culture scolaire

    Dans un courrier récent, monsieur Bruno Dufay signale «une impasse regrettable» dans l’article «Les Héritiers, 50 ans après?» (n° 264, novembre 2014). Cet article, écrit-il, «cite différents sociologues tous d’accord avec les thèses de Bourdieu, ce qui vous fait conclure: “Les Héritiers, un quinquagénaire qui ne fait pas son âge.” Or un livre qui vient de sortir montre la question débattue sous un autre jour.» Il s’agit du livre de François-Xavier Bellamy, Les Déshérités, Plon, 2014.

    Réponse
    Ce livre, paru – soit dit en passant – après la rédaction de notre article, adresse un reproche à l’œuvre de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron: celui d’avoir accusé la culture générale de n’être qu’un outil de sélection scolaire et sociale, donnant ainsi des armes aux partisans de son abandon. Il s’agit d’un débat parallèle au sujet traité dans notre article (la reproduction des inégalités sociales par le système scolaire). Ce débat oppose généralement les partisans des «connaissances» à ceux des «compétences». Comme l’indique F. X. Bellamy, Bourdieu, quelques années plus tard, a conseillé d’en
    «prendre son parti».
    Avis que, semble-t-il, l’école en France n’a pas oublié de suivre. On lira avec profit l’article de Maud Navarre («À quoi sert encore l’école?», n° 266, janvier 2015) où est évoqué le problème du poids accumulé au fil des ans par les programmes scolaires. Or, des programmes aussi lourds ne sauraient être dénués de contenu. L’absence de transmission culturelle vigoureusement dénoncée par F. X. Bellamy est une cible qui demanderait à être plus finement ajustée pour être atteinte.
    ________________________________________

    Retrouvez-nous tous les jours
    sur Twitter (SH_mag) et Facebook

    ÉCRIVEZ-NOUS

    Vous souhaitez réagir à ce numéro, contacter un journaliste ou soulever un débat
    Écrivez-nous à l’adresse suivante:
    nicolas.journet@scienceshumaines.fr

    © http://www.scienceshumaines.com/violence-verbale-charite-bourdieu_fr_33871.html

  86. PREVENTION DES RECIDIVES DE LA DEPRESSION

    Prévention des récidives de la dépression
    la méditation en pleine conscience
    aussi efficace que les antidépresseurs (étude)

    Par Sophie DUMERY - Date de publication : 12 Juin 2015


    La survenue d'un ou plusieurs épisodes dépressifs augmente les risques de survenue d’un nouvel épisode. Pour prévenir des rechutes chez les patients à haut risque (au moins 3 épisodes dépressifs majeurs), il est recommandé de prescrire des antidépresseurs pendant au moins 2 ans. Mais la compliance est souvent médiocre et l’attrait des thérapies alternatives important. Or la littérature est très restreinte sur l’éventuel intérêt de ces thérapies.

    Le Dr Willem Kuyken et son équipe, de l’université d’Oxford, ont décidé de combler ce manque de données en comparant l’impact de la méditation en pleine conscience à celui d’antidépresseurs sur le délai de rechute ou de récidive d’une dépression.

    Cette étude randomisée baptisée PREVENT a été effectuée, en simple aveugle, auprès de 424 patients. Les résultats, publiés fin avril 2015 dans The Lancet, montrent un rapport bénéfices-risques comparables entre les deux méthodes : "les deux traitements ont été associés à des résultats positifs durables en termes de rechute ou de récidive, de symptômes dépressifs résiduels, et de qualité de la vie", résument les auteurs, qui estiment donc qu’il faut considérer cette possibilité comme une alternative à envisager, si besoin, aux antidépresseurs en prévention des récidives.

    En cas d'épisodes dépressifs majeurs répétés, le risque de rechute est élevé en l'absence de traitement de fond antidépresseur (de 50 à 80 % selon Richards D, 2011). D'où les préconisations du National Institute for Health and Clinical Excellence (NICE) d'instaurer un traitement antidépresseur de fond pendant 2 ans, préconisations qui rejoignent les recommandations en vigueur en France : "en cas de trouble dépressif récurrent (au moins 3 épisodes dépressifs majeurs au cours de la vie), la prolongation de la prescription du traitement antidépresseur doit être proposée pour une durée de 2 ans" (source : VIDAL Reco Dépression, élaborée par notre comité d'experts d'après les recommandaitons des autorités sanitaires françaises).

    Mais ces préconisations peuvent être difficiles à suivre par des patients qui ne sont pas toujours compliants, ne tolèrent pas forcément bien ces médicaments… ou cherchent d'autres options du côté des médecines dites "alternatives".

    Qu'est-ce que la "méditation en pleine conscience" ?
    La méditation en pleine conscience est issue de la philosophie bouddhiste. Le bouddha (Siddhartha Gautama, également appelé "l'Eveillé") considérait en effet la conscience vigilante de ses propres pensées, actions et motivations comme un chemin vers l'Eveil spirituel.

    Concrètement, cette méthode de méditation est destinée à permettre aux gens d'apprendre à devenir davantage conscients de leurs sensations corporelles, positives et négatives, et à "tourner intentionnellement leur esprit vers le moment présent", comme le résume le psychiatre Christophe André (St Anne, Paris), qui pratique et enseigne la méditation en pleine conscience depuis 12 ans (cf. cette synthèse publiée par C André dans Cerveau & Psycho - n° 41 en 2010).

    La méditation en pleine conscience utilisée par les psychothérapeutes et les psychiatres
    L'approche la méditation en pleine conscience a été appliquée notamment à la gestion du stress et de la dépression. Cette thérapie, appelée "thérapie cognitive basée sur la pleine conscience" (TCPC, ou MBCT, pour "mindfulness-based cognitive therapy", en anglais), a donc pour objectif d'inciter les patients à mieux percevoir les sensations, pensées et les sentiments négatifs associés à la rechute ou récidive dépressive et d'utiliser de manière constructive ces expériences pour "rentrer dans l'instant présent", en "pleine conscience" et en se dégageant de ces idées noires, au lieu de les ressasser, de s'y enfoncer, de se perdre...

    Plusieurs exercices, en groupe ou au quotidien, permettent de parvenir à optimiser les capacités d'attention dans la vie de tous les jours et au travail sans ruminer les pensées dépressives, explique le Dr Christophe André dans l'interview ci-dessous, effectuée par Sciences et Avenir en 2013 :

    Premières études aux résultats encourageants sur la diminution du risque de rechutes dépressives
    Plusieurs études ont déjà démontré un intérêt de la TCPC dans cette indication. Une méta-analyse de Piet et Hoogard (2011) suggère ainsi un effet bénéfique significatif de la TCPC par rapport aux soins standards ou au placebo. En analysant 6 études randomisées effectuées auprès de 593 patients diagnostiqués avec une dépression majeure récidivante mais en rémission au moment des études, les auteurs ont constaté une réduction moyenne du risque de rechute de 34 % dans les groupes de patients suivant une TCPC par rapport au risque de rechute constaté dans les groupes "contrôles" (RR 0,66, IC95% 0,53–0,82).

    William Kuyken et coll. ont réalisé, en 2008, une étude pilote auprès de 123 patients avec un suivi de 15 mois. Les résultats montrent que dans le groupe TCPC associée à des mesures de réduction ou suppression des antidépresseurs, les récurrences dépressives se chiffraient à 47 %, contre 60 % dans le groupe antidépresseurs seuls (OR 0,63 ; IC95% 0,39-1,04). Par ailleurs, un meilleur contrôle des symptômes résiduels et de la comorbidité psychiatrique a été constaté dans le groupe TCPC, avec une meilleure qualité de vie et à coût annuel égal. Enfin, dans le groupe TCPC, 75 % des patients ont pu interrompre complètement leur traitement antidépresseur.

    La nouvelle étude de Willem Kuyken et coll. prolonge la démarche entreprise dans cette étude pilote, avec davantage de patients et une randomisation en simple aveugle.

    Deux groupes de 212 patients anglais sous antidépresseurs, ayant présenté au moins 3 épisodes dépressifs majeurs
    Les auteurs de l'étude multicentrique PREVENT, contrôlée et en simple aveugle, ont recruté 424 patients dans 4 centres de médecine générale, ruraux et péri-ruraux. Ils avaient déjà présenté au moins 3 épisodes dépressifs majeurs (EDM) selon le DSM-IV et étaient tous initialement sous traitement antidépresseur de fond aux doses recommandées. Ils ne présentaient pas, au moment de l'étude, un EDM (ni d'addiction majeure et autres comorbidités psychiatriques).

    Pour le groupe testé en TCPC, Kuiken et coll. ont choisi un protocole en groupes qui comportait 8 séances hebdomadaires de TCPC suivies de séances de rappel tous les trimestres pendant un an. Ce groupe a également bénéficié, après 6 semaines de TCPC, d'une assistance à la diminution/suppression des antidépresseurs avec un psychologue et un médecin généraliste.

    Dans le groupe "contrôle", le traitement de fond antidépresseur a été poursuivi et suivi de manière rapprochée pour assurer un bon niveau de compliance.

    Un délai de rechute dépressive comparable dans les 2 groupes
    Les auteurs ne constatent aucune différence significative à 2 ans en matière de délai de rechute, le critère primaire de l'étude : 94 (44 %) des 212 patients du groupe TCPC ont rechuté contre 100 (47 %) des 212 patients du groupe antidépresseurs à dose recommandée (HR à 0,89 ; IC95 0,67–1,18 ; p=0,43) :

    Pas de différence non plus en analyse secondaire de la compliance au protocole donné, avec une rechute chez 81 (46 %) des 176 patients compliants du groupe TCPC contre 80 (49 %) des 162 patients compliants du groupe antidépresseurs (HR 0,79, IC95 0,58–1,08, p=0,14).

    La TCPC plus efficace en cas d'antécédents de maltraitance infantile ?
    Les auteurs ont constaté un moindre risque de rechute chez les personnes du groupe TCPC rapportant une sévère maltraitance infantile (47 % vs 59 %, HR 0,53 ; IC95 0,29–0,95; p=0.03).

    A l'inverse, elle a augmenté légèrement ce taux chez les patients rapportant un faible niveau de violences dans l'enfance : 44 rechutes (42 %) chez 105 patients contre 35 (35 %) sur 101 patients sous antidépresseurs seuls. Une maltraitance infantile sévère est également associée dans l'étude à un parcours psychiatrique, des traitements et des antécédents familiaux plus lourds, à davantage d'hospitalisations et de tentatives de suicide.

    Analyser les mécanismes de résilience et adopter une stratégie thérapeutique par pallier
    Les auteurs ne notent pas de différence en analyse coût/efficacité entre les deux types de prise en charge.

    Ils prônent donc une poursuite de l'analyse des mécanismes à l'œuvre dans les thérapies cognitives et suggèrent de les associer aux prises en charge des patients les plus lourds, en privilégiant une stratégie par paliers.

    Ces thérapies cognitives non médicamenteuses effectuées en groupe, peu coûteuses, pourraient aussi représenter une alternative intéressante pour les patients qui ne peuvent tolérer un traitement antidépresseur d'entretien, ou ne le souhaitent tout simplement pas…

    Pour en savoir plus :

    Étude objet de cet article :

    Effectiveness and cost-effectiveness of mindfulness-based cognitive therapy compared with maintenance antidepressant treatment in the prevention of depressive relapse or recurrence (PREVENT): a randomised controlled trial. Willem Kuyken, Rachel Hayes, Barbara Barrett et coll. The Lancet, 21 avril 2015

    Autres études citées dans cet article :

    Prevalence and clinical course of depression: a review. Richards D. Clin Psychol Rev 2011; 31: 1117–25.
    The effect of mindfulness-based cognitive therapy for prevention of relapse in recurrent major depressive disorder: a systematic review and meta-analysis. Piet J, Hougaard E. Clin Psychol Rev 2011; 31: 1032–40.
    Mindfulness-based cognitive therapy to prevent relapse in recurrent depression. Kuyken W, Byford S, Taylor RS, et al. J Consult Clin Psychol 2008; 76: 966–78.

    Sur la méditation en pleine conscience et la TCPC ("thérapie cognitive basée sur la pleine conscience") :

    Pleine conscience, fiche Wikipedia
    La méditation en pleine conscience, Christophe André, Cerveau & Psycho - n° 41, septembre-octobre2010 (fichier PDF provenant de son site personnel)
    Qu'est-ce que la méditation de pleine conscience ?, interview de Christophe André, Sciences et Avenir, juin 2013
    La thérapie cognitive basée sur la pleine conscience, Michel Larouche, Ordre des psychologues du Québec, novembre 2009

    Sources : The Lancet

    ©http://www.vidal.fr/actualites/15711/prevention_des_recidives_de_la_depression_la_meditation_en_pleine_conscience_aussi_efficace_que_les_antidepresseurs_etude/#bATlKLEERrSWv3ZR.99

  87. LE SPORT, UNE PHILOSOPHIE ?

    LE SPORT, UNE PHILOSOPHIE ?

    Maud Navarre

    Sciences Humaines : Dossier à télécharger - Mis à jour le 15/06/2015

    Article issu du N° 272 de Juillet 2015 - Le sport, une philosophie ?

    « Je cours donc je suis. » Pour paraphraser René Descartes, le sport suscite de nos jours un engouement auquel il est difficile d’échapper. De l’amateur au professionnel, du privé au public, de l’Antiquité à nos jours, l’activité physique a toujours caractérisé l’être humain. Nos ancêtres des sociétés de chasseurs-cueilleurs la pratiquaient sans même y penser. Aujourd’hui, il faut parfois se forcer à bouger pour éviter la sédentarité et rester en bonne santé. S’il était encore parmi nous, Cro-Magnon s’en étonnerait, lui qui parcourait des kilomètres pour survivre !

    Être sportif, c’est vouloir s’améliorer. Mais dans quel but ? La philosophe Isabelle Queval esquisse différentes explications à travers les réflexions de penseurs au fil des siècles. De multiples raisons que les sciences humaines tentent de comprendre.
    Le sport est devenu un mode de vie. On y prend vite goût. Gare à la dépendance ! C’est la bigorexie. Le psychologue Dan Véléa en explique les ressorts. L’activité physique s’apprend à l’école, mais pourquoi et sur quels critères l’évaluer ? Les performances, les techniques acquises ? Claire Pontais apporte des réponses. Source de vocations chez les jeunes, seule une poignée d’entre eux peuvent devenir professionnels, après une sélection exigeante et une formation intensive que décrit le sociologue Julien Bertrand.

    Parce qu’il attire les foules, le sport est convoité par les politiques et l’économie, au point parfois de faire disparaître le suspens de la compétition, remarque Christian Bromberger. Objet de mode, source de passions, il peut conduire jusqu’à la haine de l’autre et susciter la critique.

    ©http://www.scienceshumaines.com/le-sport-une-philosophie_fr_34740.htm

  88. LE RETOUR DE SPINOZA

    Le retour de Spinoza
    Catherine Halpern
    Mis à jour le 15/06/2011

    extrait du Mensuel SCIENCE HUMAINES N° 189 - Janvier 2008
    Géographie des idées

    Pourquoi la philosophie politique, la psychologie, les neurosciences, etc. convoquent-elles aujourd’hui la pensée de ce philosophe hollandais du XVIIe siècle??
    Il faut bien le dire?: certaines pensées vieillissent mieux que d’autres. La philosophie de Baruch Spinoza, malgré ses trois siècles et demi, a en ce sens bon pied, bon œil. Car elle est non seulement toujours étudiée et commentée avec assiduité par les philosophes (les études spinozistes se portent bien), mais, signe de sa singulière vigueur, elle nourrit et inspire aujourd’hui plus largement les sciences humaines. Quelques économistes, psychologues, sociologues ou politistes… font ainsi directement référence à ce philosophe hollandais longtemps jugé sulfureux et la cible des bien-pensants.
    Le 27 juillet 1656, à Amsterdam, Spinoza n’a pas encore 24 ans qu’il est frappé de herem, c’est-à-dire excommunié, avec véhémence, par la communauté juive portugaise. Pourquoi un tel courroux?? Les thèses qu’il commence à élaborer et qu’il formulera à partir de 1660 dans L’Éthique, son maître ouvrage, apparaissent de moins en moins compatibles avec le judaïsme en particulier et avec la religion en général. Spinoza ne sépare pas l’âme du corps, refuse l’idée d’un Dieu transcendant, voit dans le libre arbitre une illusion… Autant d’idées qui font scandale. Le jeune philosophe n’a pourtant rien d’un provocateur. Au demeurant, c’est un homme vivant modestement, dans l’étude, assez solitaire mais aimant échanger avec quelques amis choisis, et qui après ses déboires polit des verres pour gagner sa vie. «?Caute?!?» est sa devise, que l’on peut traduire du latin par «?Prends garde?!?» ou «?Prudence?!?» Et s’il faut peser ses mots, c’est pour éviter de dire des sottises certes, mais aussi parce qu’il convient de se protéger du fanatisme et de l’ignorance. Du reste, il ne publiera de son vivant que le Traité théologico-politique (1670). Sa prudence ne l’empêchera pas, dit-on, d’essuyer une tentative d’assassinat.
    L’influence d’une pensée radicale
    Cycliquement, la pensée de Spinoza revient dans les débats. De son temps, elle alimente une polémique sur l’athéisme?; à la fin du xviiie siècle, elle est sollicitée dans ce que l’on appelle «?la querelle du panthéisme?»?; elle réapparaît plus tard dans la réflexion marxiste, notamment à partir des années 1960 sous l’impulsion de Louis Althusser (1)... Mais l’importance du spinozisme dans l’histoire de la pensée occidentale ne se limite pas à ces quelques épisodes et a sans doute été minorée. C’est la thèse stimulante de l’historien Jonathan Israel dans un ouvrage important récemment paru et richement documenté, Les Lumières radicales. La philosophie, Spinoza et la naissance de la modernité (1650-1750) (2). Selon lui, les Lumières ne peuvent être conçues, comme on le fait souvent en France, comme résultant essentiellement d’une discussion des thèses de Montesquieu, Denis Diderot, Voltaire ou Jean-Jacques Rousseau ou, comme le soutiennent d’autres historiens des idées de l’autre côté de la Manche, comme la conséquence des idées de John Locke et Isaac Newton. En réalité, elles constituent un phénomène transeuropéen et unifié qui comprend en son sein un courant plus engagé, les «?Lumières radicales?», longtemps marginalisé. Or, pour J. Israel, c’est Spinoza et le spinozisme qui constituent «?l’armature intellectuelle des Lumières radicales partout en Europe?», en Hollande, en Scandinavie, en France, en Allemagne, en Angleterre, en Italie, en Espagne. C’est d’eux que procèdent la contestation des inégalités entre les hommes mais aussi entre les sexes, la remise en cause de la monarchie et de l’autorité de l’Église. Du même coup, c’est également la chronologie des Lumières qu’il convient de modifier puisqu’elles prendraient naissance en réalité au milieu du xviie siècle et non au xviiie. Quoique opprimé et clandestin, le spinozisme apparaît dès lors comme un courant de pensée radical et vigoureux dont le rôle fut déterminant dans la constitution de notre modernité.
    Mais l’actualité de Spinoza ne procède pas seulement d’un nouveau regard sur l’histoire des idées. Ses thèses sont encore aujourd’hui sollicitées par les recherches en sciences humaines. «?À travers lui, nous pouvons retrouver une autre façon de penser la liberté, qui soit plus en accord avec les avancées actuelles de la biologie et des sciences humaines?», estime ainsi Henri Atlan (3), conquis par une pensée qui n’oppose pas déterminisme et liberté. Trois champs principaux se nourrissent aujourd’hui de l’apport de Spinoza?: la psychologie, les sciences sociales et la philosophie politique.
    Des affects à la multitude
    En psychologie, c’est surtout la manière dont Spinoza pense l’unité du corps et de l’esprit qui est sollicitée, en particulier par les neuropsychologues (encadré p. 60). Spinoza avait raison est le titre militant du dernier livre d’Antonio Damasio, qui part sur les traces du philosophe hollandais pour dépasser le dualisme corps-esprit et appréhender autrement les émotions. Sa relecture de Spinoza à l’aide de l’imagerie cérébrale et de la théorie évolutionniste n’est sans doute pas orthodoxe et ne convaincra pas tous les spinozistes, mais montre un indéniable enthousiasme. Les sciences sociales ne sont pas en reste. Avec à leur tête l’économiste Frédéric Lordon (entretien p. 62), convaincu de la grande pertinence de la pensée spinoziste aujourd’hui. Elle permet ainsi selon lui d’expliquer des phénomènes aussi contemporains que les OPA dans le nouveau capitalisme financier (4). Surtout, explique-t-il dans L’Intérêt souverain sous-titré «?Essai d’anthropologie économique spinoziste?» (La Découverte, 2006), Spinoza peut offrir un nouveau paradigme pour repenser les sciences sociales en rejetant dos à dos théories utilitaristes et antiutilitaristes. La philosophie politique elle aussi puise dans les thèses spinozistes (encadré p. 60). Dans Haine(s). Philosophie et politique (Puf, 2002), Olivier Le Cour Grandmaison entend à partir de Spinoza réhabiliter la place des passions dans l’étude des phénomènes sociaux et politiques. Mais il n’hésite pas à s’en écarter, par exemple quand il défend l’idée de colères saines et salvatrices face à l’oppression politique. La réflexion altermondialiste d’Antonio Negri (qui dès les années 1980 voit dans la pensée de Spinoza une manière de dépasser la crise du marxisme (5)) et Michael Hardt témoigne également de la fécondité des concepts spinozistes, et en particulier celui de «?multitude?» qu’ils empruntent pour appréhender un nouveau sujet de l’émancipation, structuré en réseau, qui respecte les différences tout en construisant un commun (6). Là encore, on s’éloigne souvent de l’orthodoxie. N’est-ce pas le signe d’une pensée toujours vivante??

    NOTES

    (1) Voir Mogens Laerke, «?La réception du spinozisme aux xviie et xviiie siècles?» et Pierre-François Moreau, «?La réception du spinozisme aux xixe et xxe siècles?», in Pierre-François Moreau et Charles Ramond (dir.), Lectures de Spinoza, Ellipses, 2006.
    (2) Jonathan Israel, Les Lumières radicales. La philosophie, Spinoza et la naissance de la modernité (1650-1750), éd. Amsterdam, 2005.
    (3) Henri Atlan, La science est-elle inhumaine?? Essai sur la libre nécessité, Bayard, 2002
    (4) Frédéric Lordon, La Politique du capital, Odile Jacob, 2002.
    (5) Antonio Negri, L’Anomalie sauvage. Puissance et pouvoir chez Spinoza, 1982, rééd. Amsterdam, 2007.
    (6) Michael Hardt et Antonio Negri, Multitude. Guerre et démocratie à l’âge de l’empire, La Découverte, 2004.

    ©http://www.scienceshumaines.com/le-retour-de-spinoza_fr_21760.html

  89. SUBSTITUTION AUX OPIACÉS

    SUBSTITUTION AUX OPIACÉS
    l’Académie de médecine dénonce un mésusage et des détournements, la Fédération Addiction s'insurge

    Par Stéphane KORSIA-MEFFRE
    Date de publication : 09 Juillet 2015

    L’Académie nationale de médecine dénonce les conditions actuelles de prescription de la buprénorphine dans le cadre de la substitution aux opiacés, pointe l'"avidité" des personnes toxicomanes pour ce produit et sonne l’alarme sur les dérapages de cette mesure de santé publique, dans un communiqué publié le 30 juin 2015.

    Les addictologues et les médecins généralistes de la Fédération Addiction, qui sont en première ligne du traitement des personnes toxicomanes, rappellent, dans un communiqué publié le 6 juillet, que "les addictions ne sont pas des vices mais des pathologies" et soulignent les bénéfices démontrés de ce traitement substitutif.

    La Fédération Addiction dénonce donc une "méconnaissance navrante du sujet, des erreurs factuelles graves et une approche partisane décrédibilisante" de la vénérable Académie, à l'encontre des bonnes pratiques actuelles, et propose d'autres pistes d'amélioration de la substitution.


    La buprénorphine, un élément clef de la prise en charge des toxicomanes
    Depuis 1996, les médecins peuvent prescrire de la buprénorphine (Erreur ! Référence de lien hypertexte non valide.et génériques) à leurs patients dépendants aux opiacés. Administrée sous forme de comprimés sublinguaux, la buprénorphine haut dosage (BHD) constitue, avec la méthadone, le volet "Substitution" de la réponse des autorités de santé au problème de la toxicomanie.

    Depuis 2006, des formes génériques de la buprénorphine sont disponibles, ainsi que, plus récemment, une association naloxone / buprénorphine (SUBOXONE) destinée à réduire le mésusage de la buprénorphine (en éliminant le "flash" procuré par une injection éventuelle de buprénorphine).

    Aujourd'hui, en France, 110 000 personnes prennent de la buprénorphine dans le cadre de leur prise en charge médicale (source Observatoire français des drogues et des toxicomanies).

    L'Académie de médecine dénonce un mésusage de la buprénorphine, des détournements et un coût majeur pour la collectivité
    Dans son communiqué du 30 juin 2015, adopté à la quasi-unanimité par les académiciens (70 voix pour, 0 voix contre et 3 abstensions), la Commission VI (Addictions) de l'Académie nationale de médecine dénonce des dérives de la prescription de buprénorphine par les médecins généralistes.

    Selon ce communiqué, "le produit est recherché avec avidité par les héroïnomanes, facilement accessible par simple prescription : il donne lieu à un trafic dont les organismes payeurs font les frais. On les estime à près de 250 millions d'euros par an". L'Académie estime à 150 000 le nombre d'héroïnomanes traités par buprénorphine en France, au lieu de 110 000.

    L'Académie souligne également que ce produit est "souvent utilisé en injection intraveineuse, pratique à l'origine de 30 à 40 décès chaque année en France", malgré les mesures prises contre le mésusage en 2008 par les pouvoirs publics.

    Les préconisations de l'Académie contre le mésusage de la buprénorphine à haut dosage
    Pour renforcer la lutte contre le mésusage et le trafic de SUBUTEX, les académiciens demandent aux autorités de santé :
    • d'insister auprès des médecins et professionnels de santé pour que l'objectif d'un sevrage soit véritablement privilégié et que, dans ce but, la méthadone soit prescrite en première intention ;
    • de privilégier les génériques plus difficilement injectables que le SUBUTEX ;
    • de promouvoir et généraliser le recours à la SUBOXONE.

    Les professionnels de la substitution aux opiacés s'insurgent contre l'analyse de l'Académie
    Dans une réponse publiée le 6 juillet, la Fédération Addiction, par la voix de MG Addictions, son pôle Médecins généralistes, associé à l'association de pharmaciens PharmAddict, accuse l'Académie de désinformation sur la substitution, parlant même d'"obscurantisme".

    La Fédération rappelle donc les faits suivants :
    • sur les 110 000 personnes recevant de la buprénorphine (et non 150 000 comme indiqué par l'Académie), seule une minorité se livre au mésusage ;
    • contrairement aux affirmations de l'Académie, les formes génériques de la buprénorphine peuvent, elles aussi, être injectées dans le cadre du mésusage ;
    • la SUBOXONE n'est en rien une alternative à l'injection, contrairement à la présentation faite au moment de sa mise sur le marché. Selon l'avis de Commission de la transparence de la Haute Autorité de Santé, "il n'est pas attendu d'intérêt de santé publique pour cette spécialité en l'absence de données françaises, notamment sur la diminution des injections IV par rapport à Subutex et sur les conséquences de ces injections" (ASMR V) ;.
    • les 250 millions d'euros du "trafic" correspondraient, au dosage moyen de 16 mg/j, au traitement de 147 000 patients, donc plus que l'ensemble des personnes concernées ;
    • la prescription de la buprénorphine n'est pas si "simple" que cela, puisqu'elle se fait sur ordonnance sécurisée, pour une durée maximale de 28 jours, non renouvelable et sans chevauchement ;
    • les personnes qui reçoivent de la buprénorphine ne sont pas toutes d'anciens usagers de drogue par voie injectable (davantage concernés par la problématique du mésusage) ;

    La Fédération Addiction rappelle aussi que, contrairement aux affirmations de l'Académie qui annonce "entre 30 et 40 décès chaque année en France" du fait de l'injection intraveineuse de buprénorphine, l'enquête DRAMES a montré que le nombre de décès par overdose où la buprénorphine était impliquée était de 20 en 2008 et de 45 en 2013, mais seulement 4 où la buprénorphine était la seule substance psychoactive impliquée.

    En comparaison, les décès en lien avec la méthadone étaient de 112 en 2013, dont 9 où la méthadone était utilisée seule.

    La Fédération Addiction dénonce un oubli partial des conséquences sanitaires et sociales positives de la substitution
    La Fédération Addiction accuse également l'Académie de médecine de partialité pour ne pas rappeler les bénéfices des politiques de substitution en termes de réduction du nombre d'overdoses, de diminution de la prévalence des infections par le VIH/sida et le VHC, de meilleure insertion socioprofessionnelle des personnes dépendantes aux opiacés et de réduction du coût des conséquences des toxicomanies pour la société en général.

    La Fédération Addiction rappelle l'importance de la personnalisation du traitement substitutif et rejette les préconisations de l'Académie
    Face aux propositions des académiciens qui souhaitent, selon les termes de la Fédération, un "sevrage à marche forcée" et des "passages forcés d'une molécule à une autre", la Fédération Addiction insiste sur la nécessaire personnalisation du traitement substitutif : "Il revient au médecin d'apprécier avec le patient la molécule la mieux adaptée à sa situation : c'est l'intérêt du modèle français de substitution d'offrir ce choix. Il faut le défendre et l'ajuster, non le détruire". »

    Pour cette raison, les professionnels du terrain s'opposent à la proposition de l'Académie recommandant la prescription systématique de méthadone en première intention.

    D'une manière plus générale, ils soulignent les résultats positifs obtenus par les médecins généralistes, en lien avec les acteurs spécialisés, et rappellent "l'importance de créer une relation de confiance basée sur l'alliance thérapeutique, d'écarter toute tentation de jugement, de tenir compte des besoins exprimés par les patients et de ne jamais se départir d'une rigueur bienveillante et éclairée", exigence professionnelle "qui ne semble pas partagée par les académiciens".

    Les propositions d'amélioration de la Fédération Addiction
    Pour la Fédération Addiction, l'amélioration du système français de substitution passera "par des avancées dont rend compte la littérature scientifique" :
    • élargissement de la primo-prescription de la méthadone à des médecins de ville habilités et conventionnés avec un CSAPA (Centre de Soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie) ou un établissement de santé ;
    • mise en place d'une substitution injectable de BHD à l'aide d'essais cliniques adaptés ;
    • élargissement de la qualification de médicament de substitution au sulfate de morphine ;
    • ouverture de salles de consommation à moindre risque pour un public en grande difficulté.

    Sources : Académie nationale de médecine, Fédération Addiction

    ©http://www.vidal.fr/actualites/15867/substitution_aux_opiaces_l_academie_de_medecine_denonce_un_mesusage_et_des_detournements_la_federation_addiction_s_insurge/

  90. FUMER ET PATHOLOGIES PSYCHIATRIQUES

    FUMER RISQUES DE PATHOLOGIES PSYCHIATRIQUES ?

    Une étude publiée dans la revue Lancet Psychiatry en Juillet 2015 effectuée sur 14.555 fumeurs et 273.162 non-fumeurs semble confirmer que la consommation de tabac entraine une augmentation de voir survenir une psychose. Une autre étude suédoise précise également les liens entre tabac et schizophrénie.

    Troubles psychiatriques et tabac
    Plusieurs études ont monté que les personnes souffrant de troubles psychiatriques graves fumaient davantage. La proportion de fumeurs chez les personnes psychotiques trois est d'ailleurs fois plus élevée que dans la population générale.

    Les traitements poussent ils à fumer davantage ?
    Les questions concernant ces chiffres élevés de fumeurs sont nombreuses : la pathologie psychiatrique et/ou les traitements pris pour la combattre poussent ils à fumer davantage? Il semblerait que la cigarette compenserait les effets des médicaments sur la régulation de la dopamine, un neurotransmetteur associé au mécanisme de la récompense.

    La cigarette augmenterait le risque de troubles psychiatriques ?
    Les résultats de l'étude ont clairement montré que la consommation quotidienne de tabac est associée à une augmentation du risque de psychose et à l'apparition plus précoce de troubles psychotiques. D'autre part, dès l'apparition de la psychose, les personnes atteintes présentent trois fois plus de chance d'être fumeurs que le reste de la population. Selon James MacCabe (King's College) co auteur de cette étude, les réusultats mettent bien en évidence que le tabagisme est un facteur de risque possible dans le développement de psychoses et pas juste uniquement uns conséquence de la psychose. Selon, Robin Murray (King's College), autre co-auteur, l'exposition à la nicotine augmentant la diffusion de dopamine serait à l'origine de développement de psychoses, l'excès de dopamine étant une des hypothèses pour expliquer la schizophrénie.

    Autres études nécessaires
    D'autres études sont encore nécessaires pour affirmer totalement les liens entre consommation de tabac et psychose.

    Schizophrénie et psychose : Arrêter de fumer
    Chez les personnes atteintes de schizophrénie et psychose, l'Office français de prévention du tabagisme, OFT, recommande d'arrêter de fumer avec l'aide d'un psychiatre, en collaboration ou non avec un tabacologue et à distance d'épisode aigu.

    Autres pathologies psychiatriques
    Rappelons qu'il y a plus de personnes dépressives parmi les fumeurs et qu'ils présentent souvent des épisodes plus aigus. D'autre part, les personnes souffrant d'anxiété ou de dépression fument deux fois plus que les non-fumeurs.

    Tabac et moral
    Contrairement aux idées reçues, fumer ne détend pas et n'a aucun effet antidépresseur. D'autre part,arrêter de fumer permet de retrouver un bon moral

    Sources :
    • Sante Log
    • Does tobacco use cause psychosis? Systematic review and meta-analysis, Lancet Psychiatry : Pedro Gurillo, MD, Dr Sameer Jauhar, MRCPsych+, Robin M Murray, FRS, James H MacCabe, FRCPsych
    • http://www.stop-tabac.ch/fr/tabac-et-troubles-psychiatriques

    ©http://sante-medecine.commentcamarche.net/faq/53329-fumer-risques-de-pathologies-psychiatriques?een=f1ee69614ab03d637a90346d9863ada4&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml149_tabacetpsychiat

  91. LES ENFANTS DIFFICILES A TABLE

    LES ENFANTS DIFFICILES À TABLE SERAIENT DAVANTAGE EXPOSÉS AUX TROUBLES NERVEUX

    Les enfants les plus "fines bouches" seraient davantage sujets à des syndromes anxieux et nécessiteraient un suivi dans les cas les plus sévères.

    Par Marie-Noelle Delaby - Rédigé le 04/08/2015 pour le site "allodocteurs.fr"

    Si la plupart des bambins rechignent à finir leurs choux de Bruxelles sans qu’il n'y ait de quoi en faire un plat, le fait qu’un enfant fasse du moindre repas un combat peut être le signe d’un certain mal-être. Des travaux publiés lundi 3 aout dans la revue américaine Pediatrics ont ainsi montré que les enfants particulièrement difficiles sur la nourriture courraient un risque bien plus élevé que les autres enfants, de souffrir de problèmes émotionnels nécessitant une intervention médicale.

    L’étude menée par l’université de Duke (Durham) et portant sur 3.433 jeunes américains estime que 20% des enfants âgés de deux à cinq ans se montrent difficiles face au contenu de leur assiette. "Les enfants dont nous parlons dans cette étude ne sont pas ceux qui refusent parfois de manger leurs brocolis", précise Nancy Zucker, directrice du Centre Duke sur les troubles de l'alimentation et première auteure de l’étude.

    Rejet alimentaire et anxiété
    Ainsi 17% des jeunes sujets, définis comme modérément sélectifs, ne mangeaient qu’un panel restreint d’aliments. 3%, qualifiés d'"extrêmement difficiles"« étaient sélectifs au point de limiter leur aptitude à manger avec les autres ou de ne pas pouvoir être en présence des aliments qui les rebutent », précise l’étude.
    Selon les résultats de ces travaux, les enfants modérément et sévèrement difficiles à table seraient deux fois plus sujets que les enfants moins fine bouche au développement de troubles psychiatriques tels que l’anxiété, la dépression ou les déficits d’attention dans les deux ans suivant la déclaration de leur aversion alimentaire. La sévérité de ces symptômes serait proportionnelle à la vigueur du rejet de l’enfant, rappelle l’étude qui précise que les conséquences d’une trop grande restriction peuvent être multiples et affecter l’état nutritionnel de l’enfant, sa croissance, ses comportements sociaux ou encore la relation parent-enfant.
    Pour expliquer ces rejets inhabituels, l’étude explore plusieurs pistes. Certains mangeurs difficiles auraient ainsi une sensibilité accrue aux odeurs, textures et goûts susceptibles de provoquer le dégoût. D’autres ont pu vivre une expérience traumatisante avec un aliment entraînant une anxiété face aux nourritures nouvelles.

    Les néophobies demeurent courantes
    « Ces travaux confirment la relation étroite qui lie le comportement du jeune enfant à son alimentation, cette dernière faisant souvent office de levier impactant sur sa relation au monde qui l’entoure », rappelle Laurence Plumey, médecin nutritionniste auteur du Grand Livre de l’alimentation. « A l’âge de 2 à 4 ans les néophobies alimentaires sont courantes et font partie intégrante du développement de l’enfant qui s’affirme à travers ces refus » rassure le médecin. « Tous les enfants difficiles à table sont donc loin de développer des troubles anxieux. Mais les parents doivent toutefois demeurer attentifs à la persistance de ces phénomènes et ne pas hésiter à consulter en cas de rupture des relations du jeune enfant à son entourage ou s’il subit un ralentissement de sa courbe de croissance » conclue la nutritionniste.

    ©http://www.allodocteurs.fr/maladies/psychiatrie/troubles-du-comportement-alimentaire/les-enfants-les-plus-fines-bouches-davantage-exposes-aux-troubles-nerveux_17038.html#xtor=EPR-1000002224

  92. CINQ IDÉES REÇUES SUR LA SEXUALITÉ

    CINQ IDÉES REÇUES SUR LA SEXUALITÉ

    Allodocteurs.fr poursuit cette semaine encore les idées reçues sur la sexualité… Nous sommes tous pollués par des préjugés issus de notre éducation, de notre culture, de nos expériences personnelles. Ils sont capables de perturber notre vie sexuelle alors autant les chasser de son lit ! Au programme, le cunnilingus forcément apprécié des dames, la polygamie dans la nature des hommes, l'éjaculation impossible à maîtriser ou encore les préliminaire ennuyeux pour les hommes. Vrai ou faux ?

    Par Dr Charlotte Tourmente - mis à jour le 07/08/2015

    Les hommes préfèrent-ils faire l'amour le matin ?

    Un homme se réveille souvent avec une érection matinale (qui ne s'explique pas par le désir mais sans doute par une oxygénation des corps caverneux). Alors autant en profiter, non ? D'autant plus que le soir, après une journée de travail stressante et fatigante, il ne sera pas forcément d'humeur aux galipettes. Une femme n'a pas toujours le temps ni l'envie de profiter du réveil triomphant de son homme ! Avec les enfants à préparer, à faire déjeuner et à emmener à l'école, le timing est serré. Et bien souvent, elle préfère faire l'amour une fois qu'elle a réglé toutes les impératifs de la journée.

    TOUTES LES FEMMES AIMENT LE CUNNILINGUS

    Faux

    S'il est vrai que de nombreuses femmes aiment ces caresses linguales et la stimulation du clitoris par la langue, toutes ne sont pas à l'aise avec cette pratique ou ne l'apprécient pas du tout (tout comme les hommes n'aiment pas forcément la fellation). Des raisons hygiéniques peuvent expliquer cette réticence : la crainte des odeurs gênantes du fait de la proximité du méat urinaire par lequel s'écoule l'urine, et de l'anus.
    Une femme peut être tellement focalisée sur le plaisir de celui qui partage son lit qu'elle ne veut pas qu'il s'occupe d'elle (et qu'elle est alors dans l'impossibilité de l'apprécier).
    Autre raison invoquée : le cunnilingus demande un lâcher-prise plus important que la pénétration. Le fait de voir un homme entre ses jambes s'occuper d'une zone qu'elle connaît mal, qu'elle juge sale ou laide est susceptible de la déranger suffisamment pour qu'elle soit incapable de savourer ces caresses. Certaines femmes complexent sur leur sexe, la taille de leurs lèvres, qu'elles jugent trop petites ou trop grandes. D'autres s'ennuient soit parce qu'elles sont incapables de se détendre soit parce que leur partenaire s'y prend mal (il est alors conseillé de le guider par des gémissements lorsqu'il s'approche des points sensibles).

    UN HOMME PEUT FAIRE L’AMOUR PLUSIEURS FOIS DE SUITE

    Vrai, quand il est jeune...

    Après une éjaculation, l'homme rentre dans une phase particulière appelée période réfractaire : le sang quitte les corps caverneux, l'érection retombe et l'homme n'est plus capable de pénétrer sa partenaire. C'est physiologique ! Au début de la vie sexuelle, cette période dure quelques minutes ou secondes, puis un nouveau rapport est possible. Elle s'allonge ensuite progressivement : après 80 ans, il n'est pas rare que la période réfractaire dure un à plusieurs jours. Ce délai est variable selon les hommes et peut diminuer si l'excitation est très forte.
    Certaines personnes estiment qu'un bon amant est capable de faire l'amour plusieurs fois de suite. Mais est-ce vraiment important ? Non… C'est le plaisir pris à deux qui prime bien évidemment. De plus, un rapport sexuel ne se limite pas à la pénétration, si la femme a envie de prolonger les ébats, parfois parce qu'elle n'a pas encore trouvé tout le plaisir qu'elle attendait, la stimulation du clitoris par le partenaire ou les jeux avec un sextoy sont des possibilités à ne pas oublier.

    L'HOMME EST POLYGAME DE NATURE

    Faux…

    L'argument principal étayant cette affirmation voudrait que les animaux ne soient pas fidèles. Une affirmation erronée aux à deux niveaux : d'abord tous les animaux ne sont pas tous polygames, même si une grande majorité l'est (les campagnols des champs, les loups ou encore les singes gibbon sont fidèles à une femelle).Pourquoi les hommes devraient-ils rejoindre le camp des plus nombreux ? De surcroît, l'Homme, en tant qu'espèce, est-il un animal comme les autres ? Pour certains, la réponse est négative puisqu'il se différencie des animaux par son niveau de conscience : il est doué d'une conscience qui le pousse à réfléchir sur lui-même (qui suis-je, d'où viens-je et vais-je tromper ma femme pour caricaturer un peu...). Pour élargir le débat, chaque société impose sa conception au sujet de la mono ou polygamie : les harems des sultans et les favorites des rois ne choquaient personne à l'époque.
    Aujourd'hui, nous sommes plutôt des monogames en série, en enchaînant plusieurs relations de couple au cours de notre vie, avec parfois des coups de canif dans le contrat de la fidélité. Alors fidèle ou "infidèle" ayant 2 partenaires ou plus en même temps ? La réponse est individuelle. A chacun de réfléchir à ses valeurs personnelles et ses envies, au-delà de l'aspect culturel. Et trouver en lui sa propre réponse, susceptible d'évoluer selon les périodes de sa vie et la personne qui partage sa vie. Il semble toutefois inutile de faire appel aux animaux pour justifier sa réponse…

    L’HOMME NE MAÎTRISE PAS SON ÉJACULATION

    Faux

    L'éjaculation est un réflexe et par définition ne se contrôle pas mais l'homme peut apprendre à l'apprivoiser. Comment ? Tout simplement en connaissant son corps et en repérant les signes qui précèdent son éjaculation : il peut s'agir d'une sorte de frottement dans le bas-ventre, au moment où le sperme passe dans l'urètre prostatique, suivi de l'envie d'éjaculer. C'est à ce moment-clé qu'il convient d'agir.
    Pour retarder l'éjaculation, l'excitation doit redescendre : en freinant les mouvements du bassin ou en changeant de position durant un rapport, en ralentissant les mouvements de la main lors de la masturbation.
    Autres conseils pratiques plus faciles à mettre en œuvre et sans courir le risque de perdre son érection : l'homme peut bloquer son souffle quelques secondes, fermer les yeux pour ne plus voir ce qui l'excite (les seins de sa partenaire par exemple) ou comprimer son pénis pour interrompre le processus.

    LES HOMMES N'AIMENT PAS LES PRÉLIMINAIRES

    Plutôt faux

    Soyons honnêtes, certains mâles en rut ne recherchent qu'un bref coït centré sur leur propre plaisir. Passons… Physiologiquement, il est évident que les hommes ont moins besoin des préliminaires que les femmes puisque leur pénis se gonfle de sang rapidement, à l'inverse des organes sexuels de la femme. Toutefois, cette remarque est à nuancer car certaines femmes arrivées à une certaine maturité sexuelle peuvent lubrifier en quantité abondante rapidement et sont prêtes à la pénétration rapidement.
    Mais certains hommes voient dans les préludes un moment propice à renforcer leur érection, à les mettre en confiance avant la pénétration et à augmenter l'intensité de leur orgasme par la suite. Certains apprécient vraiment ces moments intimes qu'ils considèrent comme une préparation sensuelle de leur amante. Baisers et caresses offerts au corps entier, instants de douceur épicée et gourmande... il revient aux amants de transformer les préliminaires en jeux érotiques dont la durée convient aux deux !

    LA FELLATION ET LE CUNNILINGUS SONT SANS RISQUE

    Faux

    Même s'il est moindre qu'avec la pénétration, le risque de transmission d'infections sexuellement transmissibles est bien réel. Le sperme, le liquide séminal, les sécrétions vaginales sont en effet susceptibles de contenir le VIH. Et celui ou celle qui effectuent la fellation ou le cunnilingus est plus à risque que celui ou celle qui la reçoit. Le risque est augmenté en cas de lésion dans la bouche (plaie suite à un soin dentaire, gingivite, angine, aphte), de lésion dans la gorge provoquée par une autre IST (syphilis, gonorrhée transmis par… une fellation ou un cunnilingus) ou lors de règles pour le cunnilingus.
    L'herpès, la syphilis, le papillomavirus, le chlamydia, l'hépatite B et le gonocoque peuvent aussi être transmis.
    La grande majorité des gens n'ont pas conscience de ces risques ou trouvent trop désagréable d'utiliser un préservatif non lubrifié ou pour le cunnilingus une digue dentaire (ou un préservatif coupé dans sa longueur). Il faudrait pourtant les imposer, quitte à les abandonner une fois les tests de recherche des IST réalisés et montrant l'absence d'infection. Et en cas de prise de risque, le dépistage est impératif.

    ©http://www.allodocteurs.fr/sexo/cinq-idees-recues-sur-la-sexualite_17033.html#xtor=EPR-1000002224

  93. CINQ IDÉES REÇUES SUR L'ORGASME

    CINQ IDÉES REÇUES SUR L'ORGASME

    Plaisir suprême, jouissance, septième ciel,… L'orgasme est recherché, exigé, quémandé, attendu comme un Graal. Comme beaucoup de sujets en sexualité, il est la proie facile d'idées préconçues ; en voici cinq (avec difficulté, tant leur nombre est élevé !) à déconstruire avec plaisir. Les femmes sont-elles toutes capables d'orgasmes multiples, les hommes ne simulent-ils jamais un orgasme ou encore le plaisir en couple est-il voué à diminuer ? Réponses sensuelles et argumentées.
    Par Dr Charlotte Tourmente - mis à jour le 30/07/2015

    Qu'est-ce qu'une femme fontaine ?

    La femme fontaine fait fantasmer tant le fluide émis vigoureusement est assimilé à une preuve de plaisir intense et de compétence sexuelle pour l'amant…
    Contrairement à une idée reçue, la femme fontaine n'est pas une femme qui a une lubrification importante. L'émission est composée de deux liquides particuliers au moment de l'orgasme. Il y a d'une part une éjaculation féminine, liquide fluide et blanchâtre, en provenance de la "prostate féminine" (glandes de Skene, glandes urétrales) et d'autre part un liquide en provenance de la vessie et en plus grande quantité (appelé squirting).
    La fréquence des femmes fontaines est difficile à évaluer, certains sexologues pressentent que sous réserve d'une stimulation adéquate de la part de l'homme et d'un complet lâcher-prise féminin, toutes les femmes sont potentiellement fontaines...

    Les femmes peuvent toutes avoir plusieurs orgasmes à la suite

    Faux

    Une femme multi orgasmique est une femme qui éprouve plusieurs orgasmes à la suite, sans faire de pause. Les hommes perdent leur érection un certain temps après l'éjaculation, c'est la "période réfractaire", dont la durée augmente avec l'âge ; ils ne peuvent pas enchaîner directement sur un second rapport. Les femmes n'ont pas cette limite : après une première jouissance, l'excitation et le plaisir ne chutent pas brutalement ni complètement : l'orgasme va et vient, se perd pour mieux se retrouver dans une autre position ou avec d'autres stimulations, du clitoris par exemple.
    Mais en pratique, on ne sait pas vraiment si toutes les femmes ont cette capacité ou seules quelques-unes. De plus, un certain nombre de freins entrent en jeu : la difficulté à s'abandonner, un amant peu compétent, la culpabilité qui entache parfois le plaisir,… Certaines ne sont plus réceptives aux caresses après un orgasme, leur clitoris devient tellement sensible qu'il vaut mieux s'abstenir de le toucher. Quoi qu'il en soit, la quête effrénée de cet orgasme multiple est le meilleur moyen de ne pas le trouver et ne doit vraiment pas être un objectif ! Loin de la recherche de performance, c'est le fait d'aimer et de profiter de ce que l'on est en train de vivre qui prime…

    Une femme qui n'a pas d'orgasme est frigide

    Faux

    Un dicton féministe estime qu'il n'y a pas de femme frigide, seulement de mauvais amants… La frigidité se définit par une absence de désir et de plaisir, ce terme n'est pas utilisée par les sexologues, mais surtout par les hommes, lorsque leur partenaire ne parvient pas à l'orgasme durant la pénétration. Ce qui ne signifie pas qu'elle en a autrement, par stimulation du clitoris, avec son amant (ou sans lui).
    Si la femme n'a jamais connu d'orgasme, cette "anorgasmie" s'explique par différentes raisons : une éducation rigide et culpabilisant le plaisir, une difficulté à s'abandonner, une méconnaissance de son corps, un partenaire qui ne sait pas stimuler suffisamment son amante, ou des causes physiques (certaines maladies, des médicaments comme les antidépresseurs, etc.). Si cette absence d'orgasme est la cause de souffrance, il est possible de consulter un sexologue médecin ou psychologue pour comprendre les causes et améliorer la situation.

    Chez l'homme, c'est simple et mécanique : il jouit quand il est éjacule

    Faux

    Il est tentant de réduire la sexualité masculine à une mécanique basique, mais l'homme est (parfois) aussi compliqué que la femme… L'orgasme et l'éjaculation sont deux choses différentes, un homme peut jouir sans éjaculer et vice-versa, même si dans la majorité des cas, les deux phénomènes sont associés.
    L'éjaculation correspond à l'émission de sperme au summum de l'excitation et il s'agit d'un réflexe qui ne se contrôle pas une fois qu'il est lancé. Elle est composée de quelques saccades, séparées de 0,8 secondes, avec une contraction de l'urètre par lequel passe le sperme, et du périnée.
    Elle précède de quelques dixièmes de seconde l'orgasme, qui est une sensation de jouissance ressentie au niveau du cerveau essentiellement, accompagnée de contractions du périnée. La fréquence cardiaque s'accélère, la tension aussi, les pupilles se dilatent, la jouissance est là ! Et le bien-être intense et l'apaisement qui la suivent sont délicieux…

    Un homme ne simule pas l'orgasme…

    Faux

    Certes, les hommes ont moins tendance à simuler que ces dames, mais ils simulent de temps en temps pour faire plaisir à leur partenaire, pour écourter le rapport ou pour se stimuler un peu. Eux aussi ont des jours où ils sont moins en forme, plus préoccupés ou simplement "pas d'humeur" ! Alors, avec quelques gémissements et soubresauts, le tour est joué… La seule chose, qu'ils ne peuvent pas simuler, c'est l'éjaculation qui est un réflexe incontrôlable.
    Jouir, c'est offrir son plaisir à l'autre, s'abandonner à l'autre, ce que les hommes ont parfois autant de mal à faire que les femmes. Et tout n'est pas question de technique et de savoir-faire : l'orgasme est soumis aux fantasmes, à ce que la partenaire lui renvoie sur ce plan, à ce que l'homme s'autorise en face de cette femme… Culpabilité, manque de confiance en soi, extrême pudeur sont des embuches bien réelles sur le chemin de l'orgasme masculin.

    En couple, le plaisir diminue forcément avec le temps

    Faux, à condition...

    Le plaisir ne diminue pas tant que la communication est bonne dans le couple et que la sexualité reste une priorité. L'avantage du temps, c'est que chacun connaît le corps de l'autre par cœur et sait parfaitement comment lui donner du plaisir, ce qui est un énorme avantage. Le risque, c'est de se contenter de ses acquis, de consacrer de moins en moins d'importance aux galipettes et de ne pas faire évoluer sa sexualité : le désir peut mourir et entraîner le plaisir dans sa chute…
    Avec le temps, la composante hormonale du désir, qui s'entretient et se nourrit de nouveauté, s'atténue mais l'envie d'échange et d'une véritable rencontre sensuelle compense cette baisse, lorsque le couple continue à parler, à confier ses désirs et ses déceptions pour mieux les combler.
    Le dialogue reste la meilleure arme contre les incompréhensions inévitables en couple ; une sexualité variée, ludique et plaisante la meilleure alliée du plaisir…

    ©http://www.allodocteurs.fr/sexo/pratiques-et-libido/orgasme/cinq-idees-recues-sur-l-orgasme_16971.html

  94. CINQ IDÉES REÇUES SUR LE DÉSIR

    CINQ IDÉES REÇUES SUR LE DÉSIR

    Le désir, cette sensation brutale qui nous donne envie de nous fondre dans l'autre et de vibrer au rythme de ses hanches... Il est mystérieux, impérieux, capricieux et n'en fait qu'à sa tête. Il est aussi la victime d'idées reçues tenaces, alors profitons de l'été pour faire un point sur cet obscur objet de plaisir, qui nous échappe parfois et nous perturbe souvent.

    Par Dr Charlotte Tourmente - MAJ, le 30/07/2015

    Désir et libido, de faux synonymes

    Le terme libido a été inventé par Freud qui le définissait par la pulsion sexuelle, puis plus globalement par un instinct de vie, plus profond.
    Le désir est la manifestation sexuelle de la libido, qui englobe d'autres désirs. Dans le langage courant, la libido est utilisée comme synonyme de désir sexuel, ce qui n'est pas tout à fait exact. Seuls les psys continuent à faire la différence entre les deux termes.
    Mais quelque soit le sexe, ces facteurs hormonaux sont tempérés par d'autres éléments plus psychologiques ou pratiques : l'attirance, le climat relationnel dans le couple, le stress, la fatigue, les tâches domestiques, l'absence de temps à consacrer à la sexualité jouent un rôle bien réel sur le désir.

    Les hommes ont plus de désir que les femmes

    Eh bien non, interrogez vos amies, il y en aura forcément une qui se plaindra des "migraines" de son homme ! Le désir masculin est régi par la testostérone, hormone sexuelle mâle dont la production est linéaire : il est donc constant sur le plan hormonal. Chez les femmes, les hormones qui déterminent le désir sont à la fois la testostérone, à raison d'1/10ème du taux masculin, et les estrogènes, qui sont sécrétés en quantité variable suivant le cycle : un pic se produit juste à l'ovulation afin de booster l'envie de se reproduire…

    C'est normal de ne pas toujours avoir envie

    Oui, le désir est versatile, il va et vient, s'impose avec impériosité ou joue à cache-cache… La fatigue, le stress, un problème professionnel sont difficilement compatibles avec le désir. Il n'y a donc rien d'anormal à ce que la libido soit dans les chaussettes durant quelques semaines. En parler simplement avec son partenaire, permettra de le rassurer et de lui donner quelques clés pour comprendre cette baisse de régime !
    En revanche, si l'absence de libido se prolonge, il ne faut pas hésiter à en parler à son médecin ou un sexologue qui pourra rechercher une cause médicale si d'autres symptômes sont associés (voir ci-dessous). En cas de cause psychologique, une psychothérapie peut être réalisée, ou même une thérapie de couple si un conflit conjugal, une cause très fréquente à la baisse de libido, fait baisser la température dans la chambre à coucher.

    Plus on fait l'amour, plus on a envie de le faire

    Vrai, à condition que les rapports soient réussis ! Le corps a une mémoire aussi bien au niveau du désir et du plaisir. Plus il est habitué à ressentir l'excitation sexuelle (la manifestation physique du désir qui se traduit par l'érection chez l'homme et la lubrification chez la femme), plus il retrouve facilement le chemin du désir. De plus, la libido se nourrit de l'anticipation du plaisir à venir et du souvenir des plaisirs passés… Des galipettes plaisantes restent donc le meilleur moyen de l'entretenir !
    Alors faut-il se forcer à faire l'amour lorsque l'on n'en a pas envie ? Dans l'idéal, non… En pratique, si l'on attend que les conditions parfaites, similaires aux premières fois si excitantes, soient réunies, alors oui, se laisser tenter par un câlin, même si l'on se sent fatigué ou stressé, peut amener à une belle surprise. Comme lorsque l'on n'a pas du tout envie d'aller à ce dîner entre amis et que l'on passe une excellente soirée au final, en s'y rendant malgré nos réticences. En revanche, céder aux pressions de celui ou celle qui partage notre lit finit souvent par tuer le désir. Un dialogue ouvert pour comprendre les freins de l'un ou l'insistance de l'autre et réfléchir ensemble aux façons d'améliorer les choses est préférable, quitte à se faire aider par un professionnel.

    En couple, le désir baisse forcément avec le temps…

    Ah le désir tout feu tout flamme du début de relation laisse toujours une pointe de regret quand il s'éloigne. L'inconnu, la découverte du corps de l'autre, la passion sont des ingrédients qui font brûler de désir. Le temps qui passe, la routine, les contraintes de la logistique quotidienne (courses, ménage, enfants,…), l'impression confortable que l'autre est "acquis" l'étiolent si l'on n'y prête pas gare ! Même si la relation évolue, devient moins passionnée et les rapports sexuels moins fréquents, le désir perdure s'il est entretenu et cajolé : oui, il s'attise comme un feu mais cela passe par l'acceptation de son évolution…
    La première étape est de consacrer du temps à la sexualité, ce temps qui paraissait évident et incontournable au début et que l'on a peu à peu réduit. Donc on se dégage plus de créneaux pour la bagatelle, quitte à les noter sur son agenda ! Et on multiplie les occasions de se retrouver à deux pour partager les différents plaisirs de la vie, en injectant de la nouveauté indispensable au désir : changement d'endroit, de position, d'initiative, de fantasme ou de lingerie, tout est bon à tester tant que les deux en ont envie !

    La baisse de libido, c'est toujours dans la tête…

    Faux. Un certain nombre d'affections s'accompagnent de ce symptôme : une hypothyroïdie, une tumeur de l'hypophyse, une dépression. Les suites d'un accouchement, l'allaitement, certains médicaments sont également des causes fréquentes, tout comme l'andropause qui traduit une chute des taux de testostérone. La ménopause est souvent mise en cause mais une étude a montré que les idées reçues négatives à propos de la sexualité et de la ménopause, perturbaient davantage la sexualité que la chute des hormones féminines.

    Ceci étant dit, lorsque l'on n'est pas bien dans sa tête, la libido en pâtit très souvent : stress, déprime, manque de confiance en soi, problème relationnel au sein du couple, les facteurs psychologiques sont nombreux et dans ces cas-là, il faut s'y attaquer pour retrouver l'envie sexuelle…

    © http://www.allodocteurs.fr/sexo/pratiques-et-libido/baisse-de-la-libido/cinq-idees-recues-sur-le-desir_16826.html

  95. CINQ IDEES RECUES SUR LE CLITORIS

    CINQ IDÉES REÇUES SUR LE CLITORIS

    Si la littérature regorge de publications sur le pénis, le clitoris a longtemps été négligé par les scientifiques. Il a heureusement livré une partie de ses secrets, aussi bien sur le plan anatomique que physiologique et son fonctionnement est désormais mieux connu. Vérifiez vos connaissances sur cet organe exclusivement dédié au plaisir à l'aide de quelques idées reçues...
    Par Dr Charlotte Tourmente
    MAJ 30/07/2015

    Le point G, mythe ou réalité ?

    Réalité ! Il prend la forme d'une zone granuleuse, recouverte de papilles, de la taille d'une pièce de 2 euros. Il se situe à 4 cm de l'entrée du vagin, soit 2 phalanges de doigts, sur la paroi antérieure du vagin (en avant).
    Attention, ce n'est pas un "bouton magique" qui déclenche un orgasme à coup sûr ! C'est toujours le clitoris qui est impliqué dans l'orgasme mais le point G, s'il est stimulé judicieusement et assez fort, peut susciter de nouvelles sensations, très agréables, et accompagner voluptueusement l'orgasme.

    Tous les clitoris se ressemblent
    Faux.
    C'est comme si l'on disait que tous les pénis se ressemblent ! Schématiquement, oui tous les clitoris sont composés d'un gland, d'un capuchon, de corps mais leur aspect est très variable d'une femme à l'autre. Leur taille est plus ou moins grande (une étude avait montré un lien entre une petite taille et l'absence d'orgasme mais rien n'est prouvé). Certains se cachent sous le capuchon tandis que d'autres se dévoilent. Ils réagissent parfois à des caresses appuyés ou des frottements intenses, alors que d'autres ne supportent que le contact indirect. Un clitoris s'approche d'abord avec délicatesse, à adapter ensuite selon ses réactions aux stimulations ou selon les désirs de la femme. Une fois l'orgasme atteint, il reste très sensible, voire légèrement douloureux.

    Le clitoris n'a pas d'érection
    Faux

    Le clitoris est composé de corps caverneux, comme le pénis, autrement dit des cylindres qui se gonflent de sang sous l'effet de l'excitation. Mais commençons par la partie émergée de l'iceberg, celle qui se voit ! Le capuchon est un repli de peau qui recouvre le gland, riche en terminaisons nerveuses : le sexe masculin se décalotte en abaissant le prépuce, le clitoris se décapuchonne. Et cette partie visible, composé du gland et du corps, est le prolongement de deux corps érectiles, les piliers (voir schéma). Suite à une stimulation, ils se gonflent de sang, et augmentent très légèrement de volume. Dernière partie, le bulbe qui s'accroche à la paroi antérieure du vagin et est l'équivalent du corps spongieux du pénis.

    La taille du corps est de 2,5 cm avec un diamètre de 0,6 à 0,7, et le gland mesure 0,6 cm, (source : Manuel de sexologie, Dr Patrice Lopès). il s'agit bien sûr d'une indication, ces nombres varient selon les femmes.

    Le clitoris a une autre fonction que le plaisir
    Faux
    La femme a une chance folle, elle dispose d'un organe dédié au plaisir ! Avec ses milliers de terminaisons nerveuses, le clitoris est extrêmement réactif. Lorsqu'il est stimulé, durant les préliminaires par exemple, il fait monter l'excitation, favorise la lubrification et facilite ainsi la pénétration. Le clitoris, comme le vagin, est une zone érogène "primaire" (autrement dit susceptible de déclencher un orgasme) mais il en existe d'autres, secondaires, à ne pas négliger. Le périnée, le bas du ventre, l'intérieur des cuisses, les mamelons, sont parfois très réceptifs aux caresses. Ces zones sensibles sont variables d'une femme à l'autre et partir à leur recherche de façon ludique et sensuelle peut constituer un jeu érotique amusant !

    L'orgasme clitoridien, c'est un orgasme de petite fille
    Faux
    Freud aura marqué la sexualité féminine et complexé de nombreuses femmes avec sa théorie de l'orgasme clitoridien infantile et moins mature que l'orgasme vaginal. Les données actuelles montrent que c'est le clitoris qui intervient dans les orgasmes, soit de façon externe lorsque la partie extérieure est stimulée, soit de façon interne lors de la pénétration, via les prolongements internes du clitoris qui enserrent le vagin. Et il n'est pas le seul responsable du plaisir suprême : les sexologues parlent du "complexe clito-urétro-vaginal" qui est composé du clitoris, du vagin (même s'il dispose de peu de terminaisons nerveuses) et des glandes qui jouxtent l'urètre, l'orifice par lequel s'écoule l'urine, situé sous le clitoris.
    Et c'est sans compter la composante émotionnelle de l'orgasme : la jouissance n'est pas seulement une question de "mécanique", et heureusement... Les émotions qu'inspire le partenaire et la confiance qu'on lui porte décuplent parfois la puissance de l'orgasme…

    Les femmes ont besoin de davantage de préliminaires car elles sont fleur bleue
    Faux
    Ce n'est pas du tout une question d'émotions ou de sentiments, c'est physiologique. Les organes sexuels féminins mettent davantage de temps à être "opérationnels", les corps caverneux à se remplir et la lubrification vaginale à être optimale. Et les préliminaires donnent le temps au corps d'être prêt pour la pénétration ; on parle d'une vingtaine de minutes, mais là encore il y a une variabilité individuelle.
    Les femmes deviennent des hommes comme les autres et leur sexualité se rapproche de plus en plus de la sexualité masculine : après avoir longtemps cantonné la sexualité à l'amour et à la procréation, elles assument davantage leurs envies de plaisir, qu'il s'agisse d'une histoire d'une nuit ou de la prise d'initiative dans leur couple…

    ©http://www.allodocteurs.fr/sexo/femme/clitoris/plaisir-feminin-le-clitoris-cet-inconnu_13644.html

  96. MIGRAINES, ANGOISSES... LE CORPS EN CRISES

    MIGRAINES, ANGOISSES... LE CORPS EN CRISES

    Migraine, névralgie, anxiété, angoisse, spasmophilie, tétanie...
    Que se cache-t-il derrière toutes ces crises ?
    Comment les prévenir ?
    Comment gérer l'après-crise ?


    Par La rédaction d'Allodocteurs.fr
    MAJ du 26/11/2014


    En savoir plus sur les crises d'angoisse et de panique

    La crise est à la fois la meilleure et la pire des choses. La meilleure, car elle alerte l'individu. Il faut alors agir d'urgence, soigner pour éteindre ce voyant rouge qui clignote. La pire, quand elle annonce le début d'une affection au long cours.
    Une sensation de fatigue, une raideur dans le cou, une vision qui se trouble... Tous ces signes peuvent alerter qu'une crise de migraine se prépare. Plus fréquente chez les femmes notamment en période de règles, la migraine est bénigne mais elle est fortement handicapante.

    La migraine survient quand les vaisseaux qui entourent le cerveau se dilatent trop. Le sang afflue en grande quantité tout en transportant avec lui des substances inflammatoires. Ces substances vont agir sur des terminaisons nerveuses qui entourent les vaisseaux sanguins et exciter en particulier, les fibres sensitives d'un nerf, le trijumeau.
    La douleur se propage alors sur tout le trajet de ce nerf (les tempes, les yeux, etc.). La crise peut durer plusieurs heures et être si intense qu'elle oblige la personne à arrêter toute activité. La douleur peut aussi être accompagnée de flashs, de nausées et même de vomissements.

    La spasmophilie
    La spasmophilie est un état qui touche près de dix millions de personnes en France, les femmes principalement. Caractérisée par de l'hypersensibilité neuromusculaire, de l'hyperventilation ou encore des vertiges, elle est souvent rapprochée de la tétanie. À l'origine de ces symptômes, une angoisse, la foule, le stress, des facteurs sur lesquels les spasmophiles essayent de travailler.

    La crise d'angoisse

    Brutalement, vous êtes pris d'une panique excessive accompagnée de palpitations, d'étouffements, de sueurs froides et d'un sentiment de peur incontrôlable… Si cela vous arrive fréquemment et sans raison apparente, vous souffrez sans doute de crises d'angoisse, qui cachent un véritable trouble anxieux.
    Les signes physiques d'une crise d'angoisse (palpitations, sueurs…) correspondent en fait à l'emballement du système limbique qui gère nos émotions et notre mémoire.
    L'information, captée par nos sens, fait d'abord escale dans le thalamus. Le thalamus donne l'alerte dès qu'il est stimulé par un élément déclencheur. Pour certains, il peut s'agir de la vue d'une araignée alors que pour d'autres, c'est le fait de devoir parler en public…
    Ce type de message est habituellement envoyé au cortex pour analyser si l'origine de la peur est justifiée. Mais en cas de crise d'angoisse, l'information est directement transmise aux amygdales cérébrales. Ces dernières vont alors stimuler les glandes surrénales pour qu'elles produisent les hormones du stress : l'adrénaline et le cortisol. Résultat : tout l'organisme est sous tension, le flux sanguin, le rythme cardiaque et la respiration s'accélèrent. La transpiration augmente et les muscles se contractent, prêts à déclencher la fuite.
    La durée totale des crises d'angoisse peut varier de quelques minutes à une heure, voire un peu plus. Le calme revient progressivement mais souvent une grande fatigue et une certaine émotivité persistent.

    Crise d'angoisse : apprivoiser son anxiété

    15% des Français ont à un moment de leur vie présenté un trouble anxieux. Cela se traduit par des ruminations, une incapacité à se détendre et à lâcher prise. Le trouble anxieux impacte toute la vie quotidienne, il génère des troubles du sommeil et peut évoluer vers la dépression nerveuse.
    Parfois, l'anxiété se manifeste sous forme de crises d'angoisse et de panique. Elle peut aussi être le symptôme d'autres pathologies. Il faut donc s'en préoccuper. Les personnes qui en souffrent ont l'impression de perdre complètement pied et vivent dans l'angoisse de la prochaine crise.
    Certaines personnes souffrant de crises de panique décident d'entamer une thérapie. L'objectif de la thérapie est de permettre aux patients d'acquérir des outils pour calmer et maîtriser leurs crises d'angoisse.
    Dans un premier temps, la thérapie est basée sur la maîtrise des techniques de respiration et de relaxation. Dans un second temps, la thérapie est axée sur la construction de hiérarchie des situations anxiogènes. Enfin dans un troisième temps, les patients sont exposés aux situations anxiogènes dans un sens gradué, c'est-à-dire de la moins anxiogène à la plus anxiogène.

    Crise d'angoisse : la sophrologie pour reprendre le contrôle

    En complément des thérapies psychologiques et psychiatriques, le recours à une technique de bien-être peut être intéressant pour apprendre aux patients anxieux à relâcher la pression et à gérer leurs angoisses et attaques de panique. Parmi ces techniques de bien-être : la sophrologie.
    Le but de la sophrologie est d'apaiser l'anxiété des patients qui ont tendance à anticiper les événements de façon dramatique. "La sophrologie remet la personne dans son corps, dans l'instant présent et surtout dans l'objectivité. Elle permet de voir avec un regard objectif ce qui se passe en soi. C'est la raison pour laquelle on commence par l'observation de son corps", explique Odile Khalifat, sophrologue.
    Les patients apprennent aussi à se débarrasser des réflexes respiratoires caractéristiques des attaques de panique. "Comme le corps se raidit, comme le corps est en tension du fait du danger imminent que ressentent ces personnes, la respiration sera une respiration de crainte, de peur, c'est-à-dire une respiration de suffocation, très haletante et très haute", précise Odile Khalifat. Il faut donc privilégier la respiration abdominale, source d'apaisement. L'objectif étant d'atteindre progressivement un lâcher prise.

    Cet article a été télécharger du lien
    ©http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-migraines-angoisses--le-corps-en-crises_3125.html
    Il reste la propriété du site allodocteurs.fr

  97. ADOLESCENTS GOTHIQUES

    LES ADOLESCENTS GOTHIQUES SERAIENT PLUS DÉPRIMÉS QUE LES AUTRES

    Ce n'est pas parce qu'un adolescent est de style gothique qu'il est mal dans sa peau, mais il a cependant plus de chance de présenter des signes de dépression que les autres, selon des chercheurs de l'Université d'Oxford.

    Par Martin Saumet

    Les jeunes gothiques ont plus tendance à broyer du noir que les autres adolescents. C'est du moins ce que suggère une récente étude, publiée dans The Lancet Psychiatry : les adolescents qui s'identifient à la mouvance gothique auraient un risque trois fois plus élevé d'être déprimés que les autres, bien qu'aucun lien de cause à effet n'ait été mis en évidence.

    Issue de la culture punk et New Wave de la fin des années 1970, le style gothique est connu pour les tenues sombres et extravagantes de ses adeptes : long manteau de cuir noir, imposants souliers plus ou moins cloutés à semelles compensées, cheveux et maquillage sombres contrastant avec la blancheur du teint… Si cette description est caricaturale à l'extrême, il semblerait bien que la noirceur dont se parent certains gothiques soit révélatrice de celle de leur état d'esprit.

    Le côté obscur de la culture gothique

    Des chercheurs de l'université d'Oxford se sont ainsi intéressés au comportement et au style vestimentaire de plus de 2.300 adolescents britanniques pour déterminer s'il existait un lien avec leur santé mentale.

    Leur étude est le fruit d'un suivi sur plusieurs années. L'état pyschologique des jeunes participants a été évalué une première fois à 15 ans, ainsi que leur degré d'affinités avec la culture gothique. Chaque jeune a ensuite subi un autre entretien à 18 ans afin de rechercher d'éventuels signes de mal-être.

    Ce sont ceux qui revendiquaient dans leur quinzième année une forte appartenance à la mouvance gothique qui ont le plus interpellé les chercheurs : à 18 ans, leur risque de dépression est trois fois plus élevé que les autres, et celui d'avoir des tendances automutilatrices, voire suicidaires, est cinq fois plus élevé.

    Toutefois, ces risques diminuent chez les adolescents qui estimaient se reconnaître "un peu" seulement dans la mouvance. A 18 ans, ils ont 1,6 fois plus de risques d'être dépressifs et un peu plus de 2,3 fois plus de risques d'avoir des tendances scarificatrices.

    De quoi mettre en évidence un effet "dose-réponse" : plus l'adolescent adhère à la mouvance gothique, plus le risque de troubles psychiatriques augmente. En d'autres termes, les gothiques convaincus sont ceux qui ont le plus tendance à voir la vie en noir.

    Qui de l'œuf ou de la poule ?

    Cependant, "nos observations ne peuvent pas prouver le fait que devenir gothique entraîne un risque accru d'automutilation et de dépression", préviennent les chercheurs. Si ces derniers reconnaissent tout de même que les jeunes de ce groupe semblent plus "vulnérables" que les autres, ce n'est pas parce que l'on est gothique que l'on est mal dans sa peau. Et inversement.

    Les auteurs envisagent plusieurs pistes qui pourraient expliquer la proportion de dépressifs chez les gothiques. "La contagion par les pairs peut être l'un des mécanismes par lesquels les jeunes gens peuvent rejoindre d'autres gothiques à risque et augmenter leur risque de dépression ou de comportement d'automutilation", proposent les scientifiques. En somme, rejoindre une communauté dont certains membres sont fragiles psychologiquement pourrait, par effet de groupe, entraîner une déprime collective.

    Toutefois, il est aussi possible que la mouvance gothique attire davantage des jeunes déprimés et marginalisés, si bien que cela pourrait induire une forme de "sélection sociale", expliquent les chercheurs.

    En attendant d'autres travaux de recherches, les auteurs conseillent de mettre en place une surveillance des jeunes les plus à risques. Ils suggèrent également de lancer des campagnes de sensibilisation pour éviter les stigmatisations et le harcèlement dont sont victimes certains jeunes, pas forcément gothiques, et qui accroissent leur mal-être.

    Étude de référence :Risk of depression and self-harm in teenagers identifying with goth subculture: a longitudinal cohort study, The Lancet Psychiatry, DOI: http://dx.doi.org/10.1016/S2215-0366(15)00164-9

    ©http://www.allodocteurs.fr/grossesse-enfant/ado/les-adolescents-gothiques-seraient-plus-deprimes-que-les-autres_17151.html

  98. CINQ IDÉES REÇUES SUR LA MASTURBATION

    CINQ IDÉES REÇUES SUR LA MASTURBATION

    La masturbation, tout le monde (ou presque) sait que ça ne rend pas sourd... Mais donne-t-elle de l'acné ou rend-elle stérile ? Favorise-t-elle l'éjaculation prématurée ? Est-elle anormale lorsqu'on est en couple ? Ces préjugés entachent encore ce plaisir solitaire, alors il est grand temps d'y mettre un terme ! Le point sur la masturbation à travers cinq idées reçues.

    Par Dr Charlotte Tourmente

    La masturbation est mauvaise pour la santé - Elle rend sourd/stérile/donne de l'acné/déforme le pénis

    Faux

    La masturbation, obligatoire ? Non !

    A force de lire partout qu'il faut se masturber pour être libérées sexuellement, certaines femmes doutent d'elles-mêmes et se remettent en question… Et que dire des quelque 10% d'hommes qui ne s'adonnent pas à ce plaisir solitaire !

    Il n'y a pas une seule norme en sexualité : une personne est libre de ne pas se masturber, à condition que cela soit un vrai choix, et non lié à un interdit, une éducation culpabilisant le plaisir ou encore au fait que l'on n'ose pas. Et certains moments de la vie ne sont pas propices à la masturbation, parce que l'on n'a pas la tête à ça ou parce que l'on trouve son plaisir ailleurs par exemple.

    C'était l'argument imparable de nos grands-parents pour éviter que leur progéniture se masturbe. Mais la masturbation n'est pas nocive. Elle n'altère pas nos sens, ni l'audition ni la vision ; elle ne rend pas non plus stérile en épuisant le stock de spermatozoïdes puisque les spermatozoïdes sont produits en continu ; elle ne provoque pas d'acné, elle ne déforme pas le pénis et elle ne rend pas nympho.

    Elle devient pathologique quand elle est réalisée de façon compulsive, plusieurs fois par jour : elle devient un besoin, non plus un plaisir, accompagné d'une perte de contrôle (c'est la définition de l'addiction). Elle peut alors créer un isolement social, perturber sa vie de couple si il n'y prend plus de plaisir et provoquer une souffrance. Cette dépendance à la masturbation fait intervenir le circuit de la récompense dans le cerveau, mis en jeu dans toutes les addictions. Elle peut être une réponse à l'angoisse ou au stress. L'addiction à la masturbation se soigne par les thérapies comportementales auprès d'un psychiatre.

    La masturbation favorise l'éjaculation prématurée

    Faux, avec un mais

    La masturbation n'est pas la cause d'une éjaculation prématurée. Outre le plaisir qu'elle offre, la masturbation a un grand bénéfice : quand elle est bien faite, en prenant son temps et en jouant avec son excitation, elle permet d'apprendre à connaître son corps, de reconnaître les sensations qui précèdent l'éjaculation et de repousser celle-ci en diminuant son excitation. C'est intéressant lorsque l'homme souhaite éjaculer plus tardivement pour faire l'amour plus longtemps ou à cause d'une éjaculation prématurée.

    Au moment où il repère les sensations précédant l'éjaculation, il peut se concentrer sur son souffle, se masturber plus lentement et choisir un fantasme moins excitant : l'excitation baisse et l'éjaculation survient plus tard.
    Il y a un bémol : si l'homme se masturbe toujours très vite (par exemple pour ne pas être surpris ou parce qu'il recherche la décharge orgasmique), il se conditionne à un réflexe d'éjaculation rapide qu'il risque de reproduire lors des rapports sexuels.

    Conclusion : la masturbation est un plaisir qui mérite de prendre tout son temps !

    Se masturber quand on est en couple n'est pas normal

    Faux !

    L'injonction "si la sexualité du couple est épanouie, il n'y a aucun besoin de se masturber" a la vie dure ! La masturbation, diabolisée, serait réservée aux célibataires en manque de sensations orgasmiques et elle illustrerait forcément une sexualité défaillante ou qui ne comble pas suffisamment les besoins de la personne qui se fait plaisir toute seule.

    Eh bien non… La masturbation pratiquée en solo est complémentaire des rapports, elle fait partie de la sexualité et elle signifie simplement que la personne répond à ses désirs quand ils surviennent. Il y a un effet d'entraînement : épanouie dans sa vie de couple, elle a simplement des désirs qui se manifestent ou parfois un stress qui est soulagé ainsi. Et ce plaisir entraîne parfois "l'envie de plus", d'un rapport avec son ou sa partenaire.

    Autre intérêt de la masturbation : quand on est en couple depuis des années, la sexualité a des hauts et des bas de façon naturelle ; la masturbation offrira quelques plaisirs dans les périodes creuses, servira de régulateur et fera patienter un peu… Le partenaire peut mal vivre la masturbation, se sentir trahi, dégoûté, incompétent à offrir suffisamment de plaisir. Mais se masturber, ce n'est pas tromper : il faut accepter le fait que chacun est autonome dans son plaisir et que la masturbation donne un plaisir à part, qui n'est pas concurrent du plaisir à deux.

    Bien sûr, si la sexualité à deux n'est pas satisfaisante depuis longtemps, la masturbation reflète un manque et il peut être bon de s'interroger ensemble, voire de consulter un sexologue pour en parler.

    Quand elles se masturbent, les femmes ne regardent jamais des films pornos ou des photos d'hommes sexy

    Plutôt faux

    En 2012, le sexologue Philippe Brénot avait étudié 3.404 femmes hétérosexuelles, vivant en couple : 68% avaient l'habitude de se masturber et elles utilisaient davantage leurs fantasmes ou tout simplement leurs expériences passées, que les films pornographiques. Elles imaginent une situation idyllique (sur une plage abandonnée, par exemple), leur partenaire actuel ou un différent, voire plusieurs, un rapport imposé (le fantasme d'être attachée, soumise aux désirs d'un homme), un cunnilingus, une scène de saphisme avec une autre femme,…

    Toutefois, la pornographie n'est plus l'apanage des hommes : une autre enquête évalue que plus de 8 femmes sur 10 ont déjà vu un film porno mais 18% seulement les regardent régulièrement ou de temps en temps. Elles le font en couple, parfois à la demande du partenaire, ou seule en support à la masturbation ou pour se détendre. Le film laisse libre cours aux fantasmes de certaines femmes, de domination quand elles se mettent à la place de l'acteur, de soumission à travers l'actrice, de voyeurisme ou d'exhibitionnisme : comme les hommes, ces images augmentent l'excitation et la violence de certains scenarios est le reflet de la violence de leurs désirs…

    L'émancipation féminine, l'évolution des pratiques sexuelles et l'accès facile sur Internet à la pornographie contribuent à cette évolution progressive des mœurs. Cependant, de nombreuses femmes trouvent la pornographie dégradante et dénoncent l'image soumise de la femme, assimilée à un objet sexuel.

    Toutes les femmes célibataires se masturbent avec un sextoy

    Faux

    Non, quoi qu'en disent les magazines féminins, le sextoy ne fait forcément partie de la panoplie de la célibataire accomplie ! Les femmes (qu'elles soient seules ou en couple) utilisent leurs doigts pour stimuler le clitoris ou le vagin, se frottent contre un coussin ou le drap, dirigent adroitement le jet du pommeau de douche ou bien sûr utilisent les petits canards et autres jouets pour varier les plaisirs, parce qu'elles ont envie de sensations différentes et de découverte, qu'elles ne souhaitent pas toucher directement leur sexe ou parce qu'elles lisent tellement d'articles féminins qu'elles ont l'impression que c'est obligatoire (mauvaise raison !).

    Mais beaucoup de célibataires trentenaires et quadragénaires se souviennent un sourire aux lèvres d'un épisode mythique de Sex and the city, qui faisait l'éloge du Rabbit, la Rolls-Royce du sextoy et a lancé la mode des jouets sexuels. Et comme leur nom l'indique joliment, ils sont là pour mettre un peu de jeu dans la sexualité, un peu de diversité dans les stimulations.

    Sur un plan purement psychanalytique, derrière cette idée reçue, se cache l'idée qu'un phallus, même en plastique, est nécessaire pour une sexualité épanouie. Les femmes manqueraient inévitablement d'un pénis pour exister pleinement et seraient incapables d'attendre le prochain rapport sexuel. Or la sexualité se nourrit de ces attentes, du souvenir des étreintes passées et de l'anticipation des prochaines... Mais sur le plan sexuel, libre aux femmes célibataires (ou pas) de succomber aux plaisirs des sextoys si elles ont en envie et de se masturber de toutes les manières qui leur plaisent !

    Et d'ailleurs, les hommes aussi se mettent aux sextoys ! Après les poupées gonflables, ils ont droit à des masturbateurs.
    par Dr Charlotte Tourmente - journaliste à la rédaction d'Allodocteurs.fr


    ©http://www.allodocteurs.fr/sexo/pratiques-et-libido/masturbation/cinq-idees-recues-sur-la-masturbation-1_17009.html

  99. DÉCÈS D' OLIVER SACKS

    DÉCÈS DE L’ÉCRIVAIN ET NEUROLOGUE OLIVER SACKS

    Le professeur en neurologie, auteur des ouvrages à succès "L'Homme qui prenait sa femme pour un chapeau" et "L’Éveil" est décédé le 30 août 2015 de New York des suites d'un cancer.

    Par Marie-Noelle Delaby

    Il aura passé une vie entière à explorer les mystères du cerveau humain. Le neurologue et écrivain britannique Oliver Sacks est décédé dimanche à 82 ans des suites d'un cancer. Son assistante personnelle, Kate Edgar, a précisé dans un communiqué qu'il était décédé "entouré de ses proches", à son domicile de Greenwich Village à New York. Il avait révélé en février dernier dans une tribune publiée le 19 février par le New York Times être en phase terminale de cette maladie après la récidive d’une tumeur apparue il y a neuf ans.

    Professeur à l'Université Columbia (New-York) et médecin des hôpitaux new-yorkais, il est l'auteur de plusieurs ouvrages grand public consacrés à son expérience de médecin et aux cas cliniques rencontrés au cours de sa carrière. Il y évoque essentiellement les troubles du comportement de patients ayant subi des troubles cérébraux.

    L’auteur rencontre une première fois le succès en 1974 avec l'ouvrage l’Éveil. Ce roman biographique décrit l'expérience du médecin qui en 1966 suit un groupe de survivants à l'épidémie d'encéphalite léthargique des années 1920. Des patients incapables de bouger par leurs propres moyens depuis des décennies sur lesquels Oliver Sacks testera avec succès un médicament alors inédit, la L-Dopa. Le livre remporte la même année le prix littéraire anglais Hawthornden. Il sera adapté au cinéma en 1990 dans un fil éponyme avec Robert De Niro et Robin Williams.

    En 1985, l’auteur que le New-York Times qualifie de "poète lauréat de la médecine contemporaine" rencontre à nouveau un succès mondial avec L'Homme qui prenait sa femme pour un chapeau, recueil des cas les plus "étranges" rencontrés par le professeur. L’ouvrage doit son titre au cas d’un homme qui sait reconnaître les objets de forme basique, comme un chapeau, mais incapable d'identifier les visages de ses proches et même celui de sa femme.

    Parmi ses autres livres, plusieurs évoquent des patients atteints de la maladie de Gilles de la Tourette, l'autisme ou la maladie de Parkinson. Son dernier ouvrage, L'odeur du si bémol : L'univers des hallucinations est paru aux édition du Seuil en 2014.

    ©http://www.allodocteurs.fr/livre/deces-de-l-ecrivain-et-neurologue-olilver-sacks_17143.html#xtor=EPR-1000002224

  100. PREMIERS SOUVENIRS

    À quand remontent nos premiers souvenirs ?

    Marc Olano

    Les bébés développent très tôt une mémoire qui leur permet de reconnaître des sons ou des personnes proches. Toutefois, les souvenirs ont du mal à s’inscrire durablement avant l’âge de 3 ans. Pourquoi?

    Les premiers épisodes de vie dont nous nous souvenons datent en général de l’école maternelle. De l’époque d’avant, il persiste parfois de simples images difficiles à dater. Ce phénomène nommé «amnésie infantile» préoccupe depuis fort longtemps les psychologues de tous bords. Si, pour Sigmund Freud, ce voile noir sur nos premières années de vie permettait surtout de dissimuler une sexualité qualifiée de débridée chez le petit enfant, les chercheurs évoquent désormais la maturation tardive des fonctions cognitives.?

    Lorsque le bébé vient au monde et qu’on lui présente une musique qu’il a entendue dans le ventre de sa mère, il réagit plus fortement que lorsqu’on lui fait écouter des sons qu’il ne connaît pas. Dès la naissance, le bébé a donc déjà une forme de mémoire de reconnaissance. Très vite, il développe la mémoire procédurale, le «?savoir comment?», qui consiste à se rappeler des gestes utiles pour réussir un jeu ou apprendre à marcher. À partir de 8 ou 9 mois, l’enfant peut aller chercher des œufs de Pâques dans le jardin. Il a donc en mémoire une représentation de ce qui l’attend. Autour de 2 ans, il développe le langage, donc une mémoire des mots et de la syntaxe. Puis, il acquiert des savoirs sur le monde et développe sa mémoire dite sémantique. L’enfant n’a de cesse de questionner son entourage. Par ce biais, il accumule de nombreuses connaissances en peu de temps. Néanmoins, la mémoire autobiographique, celle qui concerne les événements dans lesquels il est personnellement impliqué peine à se mettre en place. Jusqu’à 3 ans, les petits ont du mal à conserver des souvenirs d’événements vécus, même s’il s’agit de faits marquants, comme la naissance d’un frère ou d’une sœur ou d’un anniversaire.?

    Des souvenirs flous devenant progressivement plus solides?

    Une des raisons principales de la fragilité des premiers souvenirs tient au fait de l’immaturité du système nerveux central du petit enfant. Celle-ci rend aléatoire les connexions neuronales assurant la stabilité de la trace mnésique. Car pour qu’un souvenir persiste, il doit être perceptible et racontable?: l’enfant doit être en mesure d’adopter un point de vue extérieur à la situation qui lui permette d’en saisir le sens. Or, ces compétences ne se mettent en place que très progressivement. C’est seulement à 2 ans que l’enfant commence à développer une représentation de soi. Les tout premiers souvenirs rapportés semblent d’ailleurs correspondre à cette période où l’enfant commence à se percevoir comme un être unique. Pour le psychologue Patrick Perret, «ce n’est que lorsque cette représentation explicite de soi est pleinement constituée que l’enfant est en mesure d’organiser sa mémoire des événements dont il a fait personnellement l’expérience (1)». ?

    Le souvenir doit aussi être racontable, ce qui suppose, d’un côté, l’acquisition du langage, de l’autre, la possibilité de le partager avec d’autres. Le langage se développe à peu près en même temps que la conscience de soi, c’est-à-dire aux alentours des 2 ans, les compétences sociales un peu plus tard, essentiellement à partir de l’entrée à l’école maternelle. La mémoire autobiographique apparaît au fur et à mesure que l’enfant apprend à investir le langage pour relater ses expériences. C’est en racontant aux autres ce qui lui arrive que la trace mnésique du souvenir va se consolider afin de persister parfois jusqu’aux dernières années de la vie. Jusqu’à l’âge de 3 ans, les enfants ont besoin de se remettre dans le même contexte, de retrouver des objets ou personnes présents à l’époque pour se rappeler un événement. Puis avec les années, ils apprennent à mémoriser de plus en plus vite avec de plus en plus de détails. Ils peuvent alors se remémorer des souvenirs indépendamment du contexte dans lequel ils se trouvent.?

    Les petits oublient?

    Pour la psychologue américaine Patricia Bauer, qui a mené une enquête récente sur le sujet (2), l’amnésie infantile s’explique aussi par un phénomène d’oubli fréquent chez les enfants jusqu’à l’âge de 7 ans. Comme évoqué plus haut, les premiers souvenirs rapportés par des adultes se situent en général aux alentours de 3 ans et demi. Or, en demandant à des enfants de 5 ans de se souvenir de leurs premiers faits et gestes, la psychologue s’est aperçue que ceux-ci rapportent des souvenirs bien antérieurs. Ils arrivent à remonter jusqu’à la période des 18 mois. Seulement, ces premiers souvenirs souffrent d’imprécisions en ce qui concerne les personnes présentes, les lieux et les relations de causalité. Par conséquent, ces toutes premières images ont tendance à s’effacer avec l’âge. Lorsque l’on réinterroge les mêmes enfants aux alentours de 8 ou 9 ans, la plupart ont en effet oublié ces premiers souvenirs. Ils remontent moins loin dans le temps, mais leurs récits comportent plus de détails et sont mieux construits. Leurs souvenirs laissent donc une trace plus solide.?
    À défaut de souvenirs personnels de nos premiers pas dans la vie, nous devrons donc nous contenter des récits de nos proches, de photos et, grâce au progrès, de plus en plus souvent de vidéos. Mais ceux-ci, hélas, ne remplaceront jamais notre propre film de la vie.

    Dès 9 mois !

    Des souvenirs partiels, notamment visuels, pourraient être anciens et remonter jusqu’à l’âge de 9 mois. C’est à cet âge que survient ce que Jean Piaget a appelé «l’objet permanent». Un bébé commence à chercher son jouet si on le cache derrière un coussin (ou autre écran). Des spécialistes de la mémoire, comme Alain Lieury, y voient un indice de la naissance de la mémoire imagée.

    Héloïse Lhérété

    De la mémoire vécue à la mémoire parlée

    Pour Sigmund Freud, l’enfant oublie pour réprimer des premiers souvenirs liés à sa sexualité infantile et qui, en grandissant, deviennent inadmissibles à ses yeux. Ces souvenirs refoulés viendraient alors constituer l’inconscient de l’enfant et seraient susceptibles de resurgir dans les rêves, par exemple. Le psychanalyste français Pierre Golse reprend cette théorie freudienne sous un autre angle. Avant de parler, l’enfant utiliserait une communication dite «analogique» faite d’éléments non codés et véhiculant essentiellement des affects. Plus tard, il va développer une communication dite «digitale», un langage verbal capable de transmettre des informations précises et des idées. D’après P. Golse, au cours du développement, l’enfant va «traduire» ses premières expériences vécues en langage digital. Or, «chaque fois qu’il y a traduction ou passage d’un état à un autre, il y a toujours perte (3)». Pour le psychanalyste, ces pertes, des événements vécus mais non racontables, resteront nichées dans l’inconscient de l’enfant.

    Marc Olano

    NOTES

    1. Patrick Perret, «?L’amnésie infantile?: ?les perspectives tirées de la psychologie développementale?», Devenir, vol. XXIII, 2011/4.

    2. Patricia J. Bauer et Marina Larkina, «?The onset of childhood amnesia in childhood. A prospective investigation of the course and determinants of forgetting of early-life events?», ?Memory, novembre 2013.

    3. Bernard Golse, «?Entre neurosciences et psychanalyse?», Adolescence, n° 80, 2012/2.


    © http://www.scienceshumaines.com/a-quand-remontent-nos-premiers-souvenirs_fr_33370.html

  101. ELEVER SES ENFANTS

    Élever ses enfants
    Par Martine Fournier

    Est-ce que vous élevez ou éduquez votre enfant ? Lorsqu’on leur pose cette question, beaucoup de parents s’insurgent ! Le terme « élever » est mal considéré dans l’opinion courante. Il suggère l’élevage des animaux. On n’élève pas le « petit d’homme », pas plus qu’on le dresse, telles nos néanmoins amies les bêtes. Élever renverrait donc aux conceptions anciennes du bébé-tube digestif, du petit être qu’il faut modeler pour le plier aux exigences de la société des adultes.
    C’est pourquoi, au détour des années 1970, on s’est mis à « éduquer » les enfants plutôt que les « élever ». Éduquer – du latin conduire hors de – supposait un plus grand respect de l’enfant, considéré comme un être humain à part entière, doté de capacités propres, auquel on se devait d’apporter des nourritures psychiques et culturelles qui lui permettent de se développer…
    Mais comment pourrait-on encore soutenir une telle opposition de modèles alors que nos sociétés sacralisent les enfants, les choient, les protègent, œuvrent à leur épanouissement tout en enviant leur fraîcheur, leur spontanéité, leur jeunesse ? Et puis élever ne signifie-t-il pas d’abord « hisser vers le haut » ? N’est-ce pas aujourd’hui l’objectif de tous les parents que d’apporter à chacun les meilleures ressources possibles pour le faire grandir et se développer, tant en taille qu’en intelligence ; d’optimiser leur devenir physique et moteur, psychique et intellectuel, affectif et relationnel ? Finalement, que ce soit hier ou aujourd’hui, dans nos sociétés urbanisées ou dans les contrées plus lointaines, on élève ses enfants autant qu’on les éduque…
    Un autre argument, beaucoup plus pragmatique, a également pesé sur le choix de notre titre. Éduquer peut évoquer le domaine scolaire. Dans ce numéro, il sera question des enfants au sein de leur famille et dans la société, du bonheur mais aussi de l’art difficile d’être parent, de la question sensible de l’autorité, des relations avec les bébés ou les ados et de la manière d’œuvrer à leur bien-être…
    Bref, de la manière de – bien – élever ses enfants et de les rendre heureux !

    SOMMAIRE DU DOSSIER

    • Les enfants que nous voulons
    Martine Fournier
    • Parent, mode d'emploi
    Claude Martin
    • La parentalité
    • La mosaïque des modèles familiaux
    • L'art d’accommoder les bébés
    Martine Fournier
    • Mères à bout de nerfs
    Catherine Halpern
    • Questions sur les nouveaux pères
    Jean-François Dortier
    • Grands-parents : trouver la bonne distance
    Entretien avec Claudine Attias-Donfut
    Propos recueillis par Martine Fournier
    • Profession nounou
    Marie Bach
    • «Aucun parent n'est vraiment démissionniaire»
    Xavier Bouchereau
    • L'enfant-parent
    Sarah Chiche
    • Parents sans lendemain...
    Achille Weinberg
    • Comment faire obéir un enfant ?
    Martine Fournier
    • Autorité : le débat américain
    Martine Fournier
    • Éduquer n'est pas séduire
    Entretien avec Daniel Marcelli
    Propos recueillis par Martine Fournier
    • Petit guide contre-intuitif à l'usage des parents
    Flora Yacine
    • Faut-il laisser son bébé jouer avec une tablette ?
    Héloïse Junier
    • Les jouets ont-ils un sexe ?
    Lucien Fauvernier
    • Pourquoi les enfants aiment les histoires
    Jean-François Dortier
    • Harry Potter contre l'enfant roi
    Isabelle Cani
    • Jeux sexuels, jeux de vilains ?
    Entretien avec Jean-Yves Hayez
    Propos recueillis par Jean-François Marmion
    • Comment aborder la métamorphose adolescente ?
    Anne-Claire Thérizols
    • Les ados, mode d'emploi
    Anne-Claire Thérizols
    • Comment rendre son enfant heureux ?
    Entretien avec Alain Braconnier
    Propos recueillis par Martine Fournier
    • Pourquoi nos enfants deviennent ce qu'ils sont
    Flora Yacine
    • Enfances d'ailleurs
    Nicolas Journet
    • Grandir en Palestine
    Sylvie Mansour
    • L'enfant roi de la Chine urbaine
    Gladys Chicharro Saito
    • Se construire entre deux cultures
    Marie Rose Moro

    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après :
    http://www.scienceshumaines.com/elever-ou-eduquer-editorial_fr_34646.html
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire :
    http://www.scienceshumaines.com

  102. LE MAGNESIUM, ALLIE FORME ET SANTE DE LA RENTREE!

    Le magnésium, allié forme et santé de la rentrée !

    Indications, posologie et effets secondaires

    Définition

    Le magnésium est un élément indispensable au bon fonctionnement de l'organisme. Il se trouve naturellement dans de nombreux aliments mais dans les pays occidentaux la consommation en magnésium est généralement insuffisante.

    Synonyme de stress et de fatigue, le retour au travail est parfois difficile à gérer, même après avoir fait le plein d'énergie pendant les vacances. En cas de signes évocateurs, notamment juste avant l'automne, rien de tel qu'une cure de magnésium en complément des apports quotidiens pour bien attaquer la rentrée.

    Une baisse de forme dès le mois de septembre peut être liée à un manque de magnésium, minéral essentiel pour lutter contre la fatigue, le stress et la déprime.
    Naturellement présent dans les aliments, il est pourtant difficile de consommer des quantités suffisantes au quotidien, notamment en cas de régime ou de repas pris sur le pouce.

    Utilisations
    Le magnésium est utilisé pour prévenir certaines maladies cardiaques et le diabète de type 2 ainsi que les complications qui en découlent. Par ailleurs, le magnésium est intéressant pour soulager les symptômes du syndrome prémenstruel (caractérisé par une importante fatigue, un gonflement du bas-ventre, des maux de tête et une certaine irritabilité).
    Essentiel pour l'organisme, le magnésium peut en cas de déficit être responsable d'une fatigue passagère, d'anxiété, de stress et même de déprime.

    Les symptômes liés à un manque de magnésium sont généralement
    • les crampes nocturnes,
    • les fourmillements dans les pieds et les mains,
    • les maux de tête inhabituels,
    • la fatigue,
    • voire les sautes d'humeur...

    En cas de signes évocateurs, il est possible de faire une cure de magnésium, d'une durée de 20 à 30 jours tout au plus.
    Décliné en gélules, en comprimés ou en sachets, le magnésium permet de retrouver de l'énergie, un sommeil de qualité, et par conséquent de réduire le stress. Il peut également jouer un rôle dans la prévention de l'ostéoporose, en aidant le calcium à se fixer sur les os.

    Le magnésium marin
    Présent dans les grandes surfaces, les pharmacies et les parapharmacies sous une multitude de formes, le magnésium classique - souvent à base de vitamines B6 - est aujourd'hui connu de tous. En revanche, on constate aujourd'hui une multiplication du magnésium d'origine marine.

    Certaines personnes ont des difficultés à assimiler le magnésium, qui peut notamment être responsable de diarrhées. Extrait de l'eau de mer, le magnésium marin est mieux toléré par l'organisme, notamment parce qu'il s'agit de la forme la plus naturelle du magnésium.

    Propriétés
    Le magnésium participe à la bonne santé des dents et des os. Il intervient dans l'immunité et joue un rôle important dans la contraction et la relaxation musculaire. Il participe également à la production de l'énergie et à la transmission de l'influx nerveux. Il joue aussi un rôle essentiel dans la régulation du rythme cardiaque, de la tension artérielle et participe à la régulation du taux de sucre dans le sang.

    Posologie
    Les apports journaliers recommandés en magnésium varient en fonction du sexe, de l'âge et des habitudes de vie. S'ils sont de 420 mg par jour pour l'homme et 360mg par pour la femme, ils sont plus élevés chez les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes âgées, celles qui suivent un régime, qui font du sport ou prennent certains types de médicaments comme les laxatifs ou les diurétiques.

    En principe, les apports en magnésium sont suffisants si l'alimentation est équilibrée. En cas de manque de déficit, ou de facteur de risque (résistance à l'insuline, diabète de type 2, antécédent de manque de magnésium...) ou de syndrome prémenstruel, il est conseillé de prendre 300 mg par jour au cours des repas. Pour lutter contre l'hypertension, il est possible de prendre jusqu'à 1 g par jour fractionné en trois prises.

    Sources alimentaires de magnésium
    Le magnésium est un minéral qui se peut trouve dans de nombreux aliments, notamment dans les céréales, les haricots blancs et noirs, dans certains poissons tels que le thon rouge et le flétan, les noix de cajou, les noix du Brésil, les pignons, les amandes ainsi que dans les épinards, les artichauts, la levure de bière ou encore le chocolat noir.

    Médicaments contenant du magnésium
    Il existe un grand nombre de médicaments contenant du magnésium : Acti5®, Actiphos®, Berocca®, Elevit vitamine B9®, Fortimel CR® (différents parfums existent), Magne B6®, Magnesium Oligosol®, Magnevie B6®, Megamag®, Oligostim magnesium®, Protovit Enfant® et Supradyne®.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après :
    http://sante-medecine.commentcamarche.net/faq/28824-magnesium-indications-posologie-et-effets-secondaires?een=f1ee69614ab03d637a90346d9863ada4&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml149_lemagnesiumalli

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire :
    http://sante-medecine.commentcamarche.net

  103. A QUOI SERT D'OUBLIER ?

    À quoi sert d'oublier ?
    de Francis Eustache

    Mémoire et oubli sont indissociables?: c’est en sélectionnant des souvenirs,? donc en oubliant certains d’entre eux, que nous construisons notre identité.

    De prime abord, l’oubli semble l’ennemi de la mémoire. Il est en effet renforcé par le passage du temps et exacerbé dans différentes maladies. Nous mesurons l’importance de la mémoire, ses fonctions adaptatives, identitaires, sociales, du fait de la prévalence accrue des pathologies neurodégénératives, comme la maladie d’Alzheimer. Ainsi, la mémoire et son corrélat négatif dans ce cadre, l’oubli, deviennent des sujets de réflexion et de préoccupation dans nos sociétés. ?

    En dehors de ce contexte particulier où l’oubli est un symptôme, les deux termes «?mémoire?» et «?oubli?» vont de pair. La nécessité de l’oubli pour construire des représentations mnésiques, à la fois durables et malléables, a donné lieu à divers développements en philosophie. Par exemple, les relations entre mémoire et identité sont au cœur de la phénoménologie?: certains aspects de la mémoire participent à la construction de l’identité personnelle. A contrario, l’identité guide le tri dans les représentations mnésiques. Cette vision de la phénoménologie a apporté une coloration particulière à la recherche en psychologie et en neurosciences cognitives ces dernières années.?

    La neurobiologie décrit, quant à elle, les mécanismes de consolidation et de reconsolidation qui témoignent de la labilité des traces mnésiques, particulièrement sensibles aux interférences. Le rôle du sommeil est souligné comme gage de stabilité et de cohésion de cette mémoire faisant l’objet d’une actualisation et d’une synthèse permanente.?

    Au-delà, cette thématique «?mémoire et oubli?» se trouve renouvelée du fait de changements technologiques et sociaux, dont certains se sont accentués récemment. Il en est ainsi des nouvelles technologies de l’information et de la communication. L’utilisation massive d’Internet contribue à modifier le rapport entre mémoire interne et mémoire externe, avec des conséquences potentielles sur notre façon même de penser. Une autre évolution marquante vient de la sociologie et de l’histoire, qui montrent que le grand récit, qui traduit l’identité sociale d’un peuple ou d’une nation, se construit à partir de différents mécanismes qui renforcent ou annihilent l’importance de certains événements avec comme conséquence leur mémorisation ou leur oubli.??

    Le gradient de Ribot?

    Dès la fin du XIXe siècle, le philosophe et physiologiste français Théodule Ribot avait consacré un livre aux maladies de la mémoire (1881). Ce qu’il nomme la loi de régression deviendra la loi du «?gradient de Ribot?»?: le récent s’efface avant l’ancien. Elle montre la construction changeante de nos mémoires personnelles. Publié dans la Revue philosophique de la France et de l’étranger, créée et dirigée à l’époque par T. Ribot, l’article du neuropsychiatre russe Sergei Korsakoff, paru en 1887, est considéré comme le texte fondateur de la neuropsychologie de la mémoire. À partir de la description de patients amnésiques, atteints de ce qui sera nommé ultérieurement un syndrome de Korsakoff, l’auteur met en scène plusieurs découvertes majeures comme le fait que les traces des impressions récentes subsistent chez ces malades dans la vie psychique inconsciente.?

    Des travaux récents, menés chez des patients atteints d’une pathologie de la mémoire, montrent que différents types de distorsions, atteignant le duo «?mémoire et oubli?», conduisent à des profils de troubles de mémoire très différents. Ainsi, le gradient de Ribot, au détriment des souvenirs récents, se trouve confirmé dans la maladie d’Alzheimer, mais un «?gradient inversé?», au détriment des souvenirs anciens, est observé dans la démence sémantique, autre pathologie neurodégénérative. Au-delà de leur intérêt clinique, ces résultats suggèrent que les souvenirs épisodiques ont tendance à perdre des éléments contextuels et à se sémantiser, mémoire et oubli œuvrant pour la construction synthétique de nos différentes représentations en mémoire. Ce processus de sémantisation* est essentiel, guide de l’oubli du superflu et trame de nos connaissances sur le monde et sur nous-mêmes, ponctuées de souvenirs emblématiques de telle période ou de tel changement dans notre itinéraire de vie.?

    L'enfer de l'hypermnésie

    Se souvenir de tout, tout le temps?: tel est le fardeau des hypermnésiques. Les souvenirs ?– y compris douloureux – ?déferlent en permanence dans ?la tête et envahissent le quotidien.?On parle d’«?hypermnésie autobiographique?», ?car les personnes concernées se souviennent de tous les éléments les concernant, mais sans ?se révéler plus douées que ?la moyenne pour apprendre ?un poème ou un digicode.

    Héloïse Lhérété

    1. Le processus sémantique voit ?des souvenirs épisodiques («?Je me souviens très bien de notre première rencontre?») ?se transformer en savoirs généraux sur soi-même, sans leur charge émotionnelle initiale («?Notre première rencontre date de…?»).?

    2. La mémoire prospective concerne le futur?: nous devons, par exemple, nous souvenir de ce que nous devons dire ou faire dans des délais plus ou moins proches.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après :
    http://www.scienceshumaines.com/a-quoi-sert-d-oublier_fr_33380.html
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : http://www.scienceshumaines.com

  104. 67 JOURS EN MOYENNE POUR UN 1er RDV EN CMP...

    67 jours en moyenne pour un 1er RDV en CMP ...

    Selon une enquête réalisée par l'Agence régionale de santé (ARS) Rhône-Alpes, les Centres médico-psychologiques présentent une grande hétérogénéité dans leur organisation.

    Les Centres médico-psychologiques (CMP) constituent un premier niveau de prise en charge psychiatrique essentiel qui doivent, selon l'arrêté du 14 mars 1986, organiser « des actions de prévention, de diagnostic, de soins ambulatoires et d'intervention à domicile ». Cependant, on constate souvent une hétérogénéité des pratiques et des moyens. En Rhône-Alpes, le Schéma régional d'organisation des soins (SROS) (volet psychiatrique) pointe ainsi qu'ils souffrent d'un manque d'accessibilité avec des délais de prise en charge souvent trop longs et un maillage territorial parfois insuffisant pour répondre à ces besoins.

    Dans ce contexte, cette ARS a réalisé une enquête sur l'ensemble des CMP de la région, dont elle a publié les résultats en juin. Ils ont fait l'objet d'une communication de Sylvie Ynesta, Conseillère psychiatrie et santé mentale à l'ARS, lors des Quatrièmes Journées nationale de l'information médicale et du contrôle de la gestion en psychiatrie les 17 et 18 septembre à Valence.

    L'enquête a concerné 318 CMP, rattachés à 20 établissements soit plus de 98% des CMP de la région. Le questionnaire constitué de 71 questions fermées et 108 questions ouvertes a été construit par l'ARS Rhône-Alpes, en s'inspirant du document de la Mission national d'expertise et d'audit hospitalier (MEAH) sur L'organisation des centres médico-psychologiques. Guide des bonnes pratiques organisationnelles. Il a permis de réunir une multitude de données très précises sur les caractéristiques générales des établissements, les fonctionnalités des locaux, l'activité en 2013, les premiers accueils des patients, les modes de fonctionnement, la qualification et le nombre d'intervenants, les relations avec les partenaires.

    Malgré quelques limites (notamment liées au fait qu'il s'agissait d'un auto questionnaire), cette enquête dessine une forme d'état des lieux. Elle montre tout d'abord les grandes variations dans la densité des CMP (selon les territoires et entre les établissements) « sans que la géographie des territoires puisse tout expliquer », selon les auteurs. Elle permet de constater aussi des différences de moyens (logistiques comme humains) et de pratiques entre les CMP ainsi qu'entre établissements.

    116 jours en moyenne pour un premier rendez-vous en psychiatrie infanto-juvénile

    - Concernant les locaux, 41% des répondants déclarent qu'ils sont inadaptés à l'activité, un taux qui atteint 50% en psychiatrie générale. Les centres ont en moyenne sept ordinateurs connectés entre eux et l'établissement de rattachement dans 82% des cas. Plus de 8 CMP sur 10 utilisent le Dossier informatisé du patient (DIP).

    - S'agissant des premiers accueil de patients, plus de six CMP sur 10 déclarent qu'il est réalisé «le plus souvent» par un médecin, et un sur 10 par un infirmier ou un psychologue. Les délais d'attente déclarés pour des premiers rendez-vous apparaissent longs, voire très longs. Le délai moyen (hors urgence) est de plus de 67 jours (21 en psychiatrie générale et 116 en psychiatrie infanto-juvénile). Moins d'un CMP sur deux déclare un délai de moins d'un mois, souligne l'ARS. Le délai moyen déclaré pour obtenir un rendez-vous avec un médecin est de près de 82 jours et près de deux CMP sur dix déclarent des délais de premier rendez-vous avec un médecin supérieurs à six mois. Par ailleurs, le délai moyen déclaré pour obtenir un rendez-vous avec un psychologue (hors urgence) est de près de trois mois. Enfin, après hospitalisation, ce délai moyen est de près de trois semaines mais presque six CMP sur dix déclarent des délais inférieurs à huit jours.

    L'enquête montre également que plus de trois CMP sur dix ont déclaré ne jamais se rendre en hospitalisation pour rencontrer le patient avant sa sortie

    11,4% de rendez-vous programmés non honorés

    - 44% des CMP déclarent garder des créneaux pour les urgences sur les plannings des médecins, 28% sur les plannings des psychologues et 39% sur les plannings des infirmiers.

    - Les CMP déclarent ouvrir, en moyenne, trente-six heures par semaine (avec des extrêmes entre 1 heure et 80 heures). Du lundi au jeudi, approximativement un CMP sur cinq déclare des horaires d'ouverture larges (> 8 h/jour) mais vingt-et-un CMP déclarent ouvrir moins de dix heures hebdomadaires, soit 6,8% des centres. Enfin, 19% ouvrent moins de cinq jours par semaine et seulement 59% déclarent ouvrir toute l'année. L'ARS évoque le motif des « faibles effectifs » dans certains CMP.

    - Concernant la permanence des soins (PDS) en dehors des heures d'ouverture, près de 73% des CMP affirment avoir mis en place une organisation particulière. Pour six établissements sur dix, c'est un répondeur avec les coordonnées du service d'urgence MCO et/ou indiquant les coordonnées de l'établissement psychiatrique.

    - Près d'un CMP sur deux déclare effectuer une administration de traitement en son sein, avec une périodicité variable. 14% des établissements déclarent administrer des médicaments de façon journalière, et 45% déclarent aider certains patients à la préparation de leur traitement.

    - Notons encore que le pourcentage moyen de RDV programmés non honorés est de 11,4% avec des variations entre établissements (extrêmes : 5 à 20 %) et au sein même des établissements.

    Des marges d'amélioration sensibles sur de nombreux points

    Globalement, l'ARS pointe :
    - une « hétérogénéité des organisations en place » ;
    - une « complexité de la gestion des ressources humaines (temps des professionnels très éclatés sur de nombreux sites, périmètre de responsabilités notamment des infirmiers et des psychologues fluctuant, nécessité de temps de synthèse collectifs et de regards croisés avec une présence médicale pas toujours assurée) »;
    - une « marge d'amélioration sensible des liens entre les CMP et l'hospitalisation complète et de ceux avec les partenaires extérieurs »;
    - « différentes dimensions de la qualité et de la performance » ;
    - des « écarts sur la structure de la file active de patients et sur le volume de prestations offertes aux patients de la file active ».

    Les auteurs rappellent enfin que les recommandations sur les dispositifs ambulatoires effectuées près de dix ans plus tôt par la Mission Nationale d'Appui en Santé Mentale (MNASM) (voir Pluriels, MNASM, n° 56, mars 2006) semblent toujours valables puisque l'enquête montre qu'elles sont loin d'être appliquées partout. Dans un contexte où ces prises en charge ambulatoires se développent, cet état des lieux devra permettre à l'ARS et aux représentants des professionnels des établissements de réfléchir à une amélioration de l'organisation des CMP.

    • Enquête sur les Centres Médico-Psychologiques (CMP) de la région Rhône-Alpes. Dr Sylvie Ynesta, Anne-Sophie Danguin. Juin 2015. A télécharger sur www.prs-rhonealpes.fr/fileadmin/Documents/Initiatives/Resultats_de_enquete_CMP062015.pdf


    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après : http://www.santementale.fr/actualites/cmp.html
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : http://www.santementale.fr

  105. LE TRAUMATISME PSYCHIQUE

    LE TRAUMATISME PSYCHIQUE

    Catastrophes naturelles, attentats, massacres, guerres, violences sexuelles… génèrent un nombre incalculable de psychotraumatismes. Au-delà du contexte actuel, comment penser le traumatisme psychique ? Face au réel de la mort, au sentiment de rupture de continuité d’existence ou d’anéantissement psychique, comment prendre en charge la souffrance de chacun dans la spécificité de son histoire ? Retour sur une clinique intemporelle au cœur de la pratique soignante.

    Revue Santé Mentale
    N° 200 Septembre 2015
    Dossier thématique en Une

    SOMMAIRE DE COUVERTURE

    Le traumatisme psychique : une clinique de l’effroi - Laurent Tigrane Tovmassian
    Sémiologie des états psychotraumatiques de l’adulte - Claude Barrois
    Secourir sans succomber à la détresse d’autrui Ari Gounongbé
    L’empire du traumatisme Enquête sur la condition de victime
    Trauma : évaluer le retentissement psychologique - Claire Colder
    Le patient étranger, le soignant et le traducteur - Marianne Rose
    La « grande peur » au prisme de la culture - Dan Schurmans
    EMDR et psychanalyse, une rencontre féconde - Didier Robin
    Les TCC du stress post-traumatique - Jean Cottraux
    Souleymane, au bord du gouffre… - Danièle Pierre
    Les héritiers de l’exil - Françoise Savelli, Henri Cohen Solal
    Pour en savoir plus - Ascodocpsy

    Ce dossier a été élaboré par L. T. Tovmassian, docteur en psychopathologie, responsable de l’unité de formation et de recherche sur les traumatismes de Saint-Denis. La rédaction lui adresse ses vifs remerciements pour sa précieuse collaboration.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après :
    http://www.santementale.fr/la-revue/numero-du-mois/
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : http://www.santementale.fr

  106. INSERN : L'HYPNOSE EST EFFICACE

    Rapport de l'Inserm : l’hypnose efficace dans le cadre de l'antalgie et du syndrome du côlon irritable

    Par Stéphane KORSIA-MEFFRE

    Dans un rapport remis à la Direction Générale de la Santé, des chercheurs de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) ont évalué l’efficacité de l’hypnose en fonction des études disponibles.

    Leur méta-analyse de 52 essais cliniques met en évidence un intérêt thérapeutique de l'hypnose lors d’une anesthésie ou d'une sédation, et dans le cadre de la prise en charge du syndrome du côlon irritable.

    Par ailleurs, les auteurs notent qu'une technique proche de l'hypnose, l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing), confirme son intérêt dans la prise en charge du syndrome de stress post-traumatique.

    L'hypnose, une technique favorisant la suggestion
    Par la parole, l'hypnothérapeute induit chez le patient un état de conscience particulier caractérisé par une indifférence au monde extérieur et une hypersuggestibilité.

    Cet état modifié de la conscience, dit "hypnotique", est traditionnellement utilisé pour mobiliser les ressources internes du patient dans la lutte contre l'anxiété et la douleur.

    Un impact neuronal mesurable par imagerie cérébrale
    Concrètement, l'état de conscience hypnotique se traduit par des variations de l'activité de certaines régions cérébrales. La diminution de la perception de la douleur observée en hypnose semble liée à une augmentation de la modulation exercée par le cortex cingulaire antérieur sur un réseau de structures corticales et sous-corticales, selon des évaluations effectuées avec un PET scan (tomographie par émission de positons).

    Or ces structures corticales et sous-corticales sont connues pour être impliquées dans l'évaluation de la douleur, en particulier le cortex pré-frontal (Faymonville ME et coll., 2006).

    Plusieurs types d'hypnose pour des indications distinctes
    Selon leur objectif thérapeutique, on distingue plusieurs types d'hypnose :
    • l'hypnoanalgésie, à visée antalgique chez des patients souffrant de douleur chronique, ou lors d'interventions mineures ;
    • l'hypnosédation, lorsque l'hypnose est associée à des substances anesthésiques ou sédatives (par exemple lors de soins dentaires ou de fibroscopies) ;
    • l'hypnothérapie, dans le cadre d'une prise en charge psychothérapeutique.

    Formation et pratiques hétérogènes en France
    En France, l'hypnose souffre d'une pratique très hétérogène. Le terme d'hypnothérapeute n'est pas protégé et s'applique indistinctement à des professionnels de santé comme à des personnes sans formation médicale.

    Les formations à l'hypnose sont dispensées par des universités, mais également par des associations ou des organismes privés.

    Une méta-analyse de l'Inserm pour mieux évaluer l'efficacité de l'hypnose
    Pour essayer de juger plus clairement de l'utilité de l'hypnose, Bruno Falissard et l'équipe de l'U108 de l'Inserm ("Santé mentale et santé publique") ont effectué un travail de méta-analyse.

    Ils ont identifié 52 études cliniques sur l'hypnose, analysé leurs méthodologies et résultats. Les critères d'évaluation de l'utilité de l'hypnose concernaient le ressenti des patients (intensité douloureuse, anxiété, consommation médicamenteuse, effets indésirables), ainsi que la durée et le coût des interventions.

    L'hypnose, efficace comme adjuvant des sédatifs et pour soulager le syndrome du côlon irritable
    Selon l'analyse des auteurs, publiée sous forme d'un rapport (PDF) sur le site de l'Inserm, l'hypnosédation réduit la consommation d'antalgiques et de sédatifs pendant des examens de chirurgie et de radiologie interventionnelle : extraction de dents de sagesse, biopsies mammaires, interventions transcathéter, interruptions de grossesse, coloscopies, etc.

    De plus, la méta-analyse confirme que des séances régulières d'hypnothérapie limitent les symptômes digestifs liés au syndrome du côlon irritable (maux de ventre, sensations de ballonnement, phases de diarrhées ou de constipation).

    Une bonne tolérance des techniques hypnotiques
    L'équipe de l'Inserm a également examiné la sécurité de l'hypnose rapportée dans la littérature. Même si on ne peut exclure l'existence d'effets indésirables, leur incidence semble relativement faible et aucun effet indésirable grave ne paraît attribuable à cette pratique.

    Autres utilisations médicales "traditionnelles" de l'hypnose : efficacité non évaluable avec les études publiées
    Les études disponibles n'ont pas permis à l'équipe de l'U108 de trancher sur l'efficacité des techniques hypnotiques dans d'autres indications "traditionnelles" : prise en charge de la douleur pendant l'accouchement, prévention de la dépression post-partum, schizophrénie, sevrage tabagique et soins dentaires.

    L'EMDR plus efficace que la psychothérapie et l'hypnothérapie traditionnelle dans le stress post-traumatique
    Créé dans les années 1990 par Francine Shapiro, l'EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing, ou Technique de Désensibilisation et Retraitement par Mouvements Oculaires) fait intervenir certaines pratiques issues de l'hypnose. Elle est utilisée pour soigner le syndrome de stress post-traumatique.

    En 2004, dans une expertise sur l'efficacité des psychothérapies (à laquelle Bruno Falissard avait participé), l'Inserm avait déjà reconnu l'EMDR comme plus efficace que les traitements médicamenteux contre le syndrome de stress post-traumatique.

    Dans son expertise sur l'hypnose, l'équipe de l'U108 a analysé 17 études portant sur l'EMDR et a mis en évidence que, chez l'adulte, cette pratique semble aussi efficace que les thérapies cognitivo-comportementales pour soulager les symptômes du stress post-traumatique, et plus efficace que l'hypnothérapie traditionnelle.

    Une nécessité de repenser la méthodologie des études cliniques sur l'hypnose
    Les auteurs rapportent également que le travail accompli avec cette méta-analyse fait ressortir la nécessité de repenser les standards méthodologiques classiques lorsqu'il s'agit d'évaluer l'efficacité de pratiques alternatives telle que l'hypnose : choix des groupes contrôle, critères de jugement, prise en compte de critères de qualité de vie, etc.

    Mettre en place d'un système de surveillance équivalent à la pharmacovigilance
    Face à l'hétérogénéité des praticiens de l'hypnose, les auteurs recommandent la création d'un système de surveillance pour recueillir les données d'efficacité et de sécurité issues du terrain (comme pour la pharmacovigilance), ainsi que pour éviter le risque inhérent à tout recours aux thérapeutiques non conventionnelles : la perte de chances thérapeutiques en retardant l'accès à des soins conventionnels nécessaires.




    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après : https://www.vidal.fr/actualites/16292/rapport_de_l_inserm_l_hypnose_efficace_dans_le_cadre_de_l_antalgie_et_du_syndrome_du_colon_irritable
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : https://www.vidal.fr

  107. MORT DU PHILOSOPHE FRANCOIS DAGONET

    Le philosophe François Dagognet est mort
    Catherine Halpern

    Sciences Humaines, Lettre n°340 - Lundi 05 Octobre 2015

    Le philosophe est décédé le 2 octobre à l'âge de 91 ans.

    François Dagognet, un penseur technophile

    Né à Langres (Haute-Marne) en 1924, François Dagognet commence par des études de philosophie et obtient l’agrégation en 1949. Marqué par l’enseignement de Gaston Bachelard et de Georges Canguilhem, il décide de s’engager dans des études médicales et devient docteur en médecine en 1958. Il étudie ensuite la criminologie, la neuropsychiatrie, la chimie et la géologie, acquérant ainsi une très large culture scientifique. Il devient du reste médecin au centre du Prado à Lyon puis médecin consultant auprès des prisonniers de la prison Saint-Paul. Il enseigne la philosophie à l’université Lyon-III puis à Paris jusqu’en 1995 à la Sorbonne.

    Il a publié

    • Pour le moins
    Encre marine, 2009.
    • Philosophie du transfert
    Encre marine, 2006.
    • Philosophie à l’usage des réfractaires. Initiation aux concepts
    Les Empêcheurs de penser en rond, 2004.
    • Une nouvelle morale
    Les Empêcheurs de penser en rond, 1998.
    • Éloge de l’objet. Pour une philosophie de la marchandise
    Vrin, 1989.
    • La Maîtrise du vivant
    Hachette, 1988.
    • Rematérialiser. Matières et matérialisme
    Vrin, 1985.
    • Philosophie de l’image
    Vrin, 1984.
    • La Raison et les Remèdes
    Puf, 1964.


    LIRE cet article téléchargé à partir du lien ci-après :
    http://www.scienceshumaines.com/le-philosophe-francois-dagognet-est-mort_fr_35108.html
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire :
    http://www.scienceshumaines.com

  108. MIEUX VIVRE LA FIBROMYALGIE

    Fibromyalgie - Mieux vivre la maladie

    Des conseils simples permettent de mieux vivre le quotidien

    Bien dormir
    Pour soulager les personnes atteintes de fibromyalgie présentant des troubles du sommeil, plusieurs conseils permettent de mieux dormir.

    Adopter des horaires de sommeil réguliers
    Le fait d'éviter des heures de coucher et de lever trop variables permet de faciliter le sommeil. Il est conseillé de se lever chaque jour à la même heure, y compris le week-end, car cela permet de garder le même rythme de veille et de sommeil.

    Se réveiller à son rythme
    Le réveil doit être dynamique afin de bien éveiller son corps : lumière forte, exercices d'étirement, petit déjeuner complet.

    Pratiquer un exercice physique en journée
    Pratiquer un exercice physique régulier au cours de la journée favorise l'endormissement. Il vaut mieux éviter de pratiquer un exercice physique en soirée, notamment avant d'aller dormir.

    Éviter les excitants après 15 heures
    Les boissons énergisantes comme le café, thé, cola, et vitamine C retardent l'endormissement et augmentent les réveils nocturnes. Il est fortement recommandé d'éviter alcool et tabac le soir. La nicotine retarde en effet l'endormissement, renforce les réveils nocturnes et rend le sommeil plus léger.

    L'alcool quant à lui favorise l'instabilité du sommeil avec des éveils nocturnes plus fréquents. De plus, il s'agit d'n facteur aggravant des problèmes respiratoires nocturnes, comme l'apnée du sommeil ou les ronflements.

    Un dîner léger, 2 heures ou plus avant le coucher
    Il est recommandé de privilégier les aliments à base de glucides lents (pommes de terre, riz, pain, pâtes), qui favorisent le sommeil car ils permettent une meilleure régulation des apports tout au long de la nuit. Les produits laitiers sont également conseillés le soir. Éviter les fritures et les graisses cuites. Ne pas sauter le repas du soir au risque d'avoir une fringale en seconde moitié de nuit.

    Se ménager un environnement favorable au sommeil
    Maintenir une température moyenne dans la chambre aux alentours 18°C et bien l'aérer. Faire l'obscurité dans la chambre, afin de favoriser le sommeil profond. L'hormone du sommeil, la mélatonine, est secrétée lorsqu'il fait nuit noire. Prendre soin de son lit et changer sa literie régulièrement. Le lit doit être un espace réservé exclusivement au sommeil, à l'exception de l'activité sexuelle.

    Favoriser activités calmes et relaxation en fin de journée
    Éviter un travail intellectuel avant l'endormissement. La lumière vive, le travail ou les jeux sur ordinateur, tablettes et mobiles entraînent des difficultés d'endormissement. Au moins 30 minutes avant le sommeil, prévoir une période de calme et de relaxation. Instaurer son propre rituel d'endormissement permet un endormissement en douceur, naturellement.

    Se coucher dès les premiers signes de sommeil
    Bâillements, paupières lourdes, yeux qui piquent, clignements des yeux indiquent qu'il est temps d'aller dormir.

    Pratiquer une activité physique
    Un malade atteint de fibromyalgie doit faire en sorte de bouger le plus souvent possible. Une des mesures fondamentales de la prise en charge d'un malade affecté par la fibromyalgie consiste à maintenir un certain niveau d'activité physique, dans les limites de ses capacités. Pratiquer des mouvements quotidiens peut également être considéré comme un des traitements de la maladie. La pratique d'une activité physique ou sportive est donc très fortement conseillée.

    Réentrainement à l'effort
    Il est indispensable d'envisager une rééducation à l'effort parce que les personnes atteintes de fibromyalgie présentent souvent une diminution de leur tonus musculaire accompagnée d'une amyotrophie, ainsi que d'une accélération du rythme cardiaque. Le réentrainement à l'effort s'effectue après un bilan cardiaque comprenant le plus souvent une épreuve d'effort. Plusieurs exercices, appelés exercices dynamiques globaux, pourront être proposés comme la marche sur un tapis roulant par exemple ou du rameur. Il est parfois impossible d'effectuer ce type d'activité : dans ce cas, d'autres exercices limités à certains groupes musculaires peuvent être proposés.

    Lutter contre le stress
    Lutter contre le stress reste primordial pour les malades atteints de fibromyalgie.

    Relaxation
    Les techniques de relaxation permettent d'apprivoiser le stress.

    Yoga
    20 minutes de yoga par jour seraient très efficaces afin de lutter contre le stress, d'après les résultats d'une étude américaine effectuée par des chercheurs de l'Ecole de médecine d'Harvard. L'équipe du Dr. Benson a en effet découvert que les techniques du yoga ont une action directe sur l'expression des gênes liés au stress.

    Pour les besoins de ces travaux, un suivi de 58 personnes a été mis en place. Plusieurs d'entre elles pratiquaient déjà le yoga, mais aussi le tai-chi, et d'autres ne l'avaient jamais pratiqué. Les résultats ont démontré que les personnes pratiquant quotidiennement une technique de méditation ou de relaxation "activent" leurs gènes liés au stress de manière différente. D'après les auteurs de l'étude, leur cerveau serait entraîné de telle manière qu'elles réagiraient à un état d'anxiété de façon opposée aux personnes ne pratiquant pas le yoga. Les adeptes de longue date de ce type de techniques arriveraient à "contrôler" ainsi plus de 2.000 gènes différents.

    20 minutes de relaxation ou de méditation quotidiennes suffiraient à lutter activement contre le stress, et par conséquent contre les maladies qui y sont liées.
    Sources : Relax news

    Prendre un bain chaud le soir
    Prendre un bain chaud le soir permet de se relaxer.

    Appliquer des compresses chaudes sur les points douloureux
    Appliquer des compresses chaudes au niveau des points douloureux calme les douleurs

    Effectuer des auto massages
    Effectuer des auto-massages sur les zones douloureuses permet un soulagement.



    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après : http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/1865-fibromyalgie-mieux-vivre-la-maladie?een=f1ee69614ab03d637a90346d9863ada4&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml149_maladieschroniq

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : http://sante-medecine.journaldesfemmes.com

  109. A QUOI SERT LA PNL ?

    À quoi sert la PNL ?

    par Sarah Chiche

    Née dans les années 1970, la programmation neurolinguistique se présente comme une méthode qui permet de modifier et « recoder » ses schémas de pensée pour communiquer avec les autres de façon plus efficace. Retour sur l’histoire d’une technique controversée.

    Quand le juge lui demande de préciser pourquoi elle veut divorcer, elle soupire : « Mon mari fait de la programmation neurolinguistique (PNL) » – et l’homme de loi de compatir . Vingt-sept ans après leur première rencontre, elle ne se prive pas de raconter comment celui qui est toujours son mari, alors qu’elle avait été naguère si volage, l’a séduite au restaurant en lui faisant « son vieux truc de PNL » : « Tout en me parlant de littérature, de musique, et de voyages, il se passait la main sur la nuque ; sans m’en rendre compte, tout en l’écoutant, moi aussi, je me suis mise à me passer la main sur la nuque. C’était fichu, dit-elle, hilare : le soir même j’étais dans son lit et quatre mois plus tard, enceinte. »

    Si vous faites partie de nos lecteurs les plus jeunes, que le monde de l’entreprise vous est inconnu et que vous avez échappé aux séminaires de motivation dans un club de vacances, il est possible que vous ne sachiez pas, ce qu’est la PNL. Car si cette méthode est au départ une grille de lecture du comportement et du psychisme, elle a ensuite totalement investi le monde de l’entreprise, au point que dans les années 1990, bien des commerciaux et tous les publicitaires se devaient, pour apprendre à négocier, communiquer et diriger, de suivre une formation en programmation neurolinguistique.

    Première phase : l’observation de leaders d’opinion

    Tout commence en 1973. Deux Américains, Richard Bandler étudiant en psychologie à l’université de Santa Cruz, et John Grinder, professeur de linguistique dans la même université, cherchent à élaborer, ensemble, un nouveau type de thérapie. R. Bandler et J. Grinder partent observer des thérapeutes qui, à l’époque, acceptent de recevoir des patients sur qui les thérapies psychanalytiques ne fonctionnent pas : Milton Erickson, père de l’hypnose moderne, Virginia Satir, thérapeute familiale, et Fritz Perl, fondateur de la Gestalt-Therapie. Ils s’aperçoivent que, par-delà la diversité théorique des modèles auxquels ils puisent, tous ces thérapeutes ont une chose en commun : ils utilisent, inconsciemment, des stratégies de communication particulièrement efficaces. Ils en tirent une première conclusion : les décideurs et les leaders d’opinion sont ceux qui communiquent et se comportent selon un certain type de stratégies. Au moment où l’intérêt pour les thérapies non psychanalytiques se développe, ils cherchent à proposer des procédures et des techniques de travail sur soi qui, à la fois, facilitent les apprentissages et permettent un changement durable. R. Bandler et J. Grinder absorbent aussi les travaux des linguistes Alfred Korzybski et Noam Chomsky comme ceux de l’anthropologue et sociologue Gregory Bateson. Dans leur premier livre, The Structure of Magic (1975-1976), ils lancent le concept de programmation neurolinguistique, qui s’appuie sur un triple postulat.

    Le premier, c’est que les êtres humains, durant toute leur existence, programment leur façon de penser, d’écouter, de ressentir, de communiquer et de se comporter (programmation). Si nous avons tous un cerveau, chacun d’entre nous possède des logiciels de programmation différents, acquis en fonction de l’expérience. Conclusion : puisque nous avons tous un cerveau, nous sommes tous potentiellement capables de réaliser ce que réalisent les esprits les plus créatifs et brillants. Le deuxième, c’est que nous pouvons, par des techniques d’apprentissage, agir sur notre système nerveux central, en augmentant notre capacité de penser, de ressentir et d’agir (neuro). Le troisième, c’est que notre langage structure et reflète notre mode de pensée (linguistique).

    Deuxième phase : la modélisation des vécus

    Les premiers modèles élaborés par la PNL s’intéressent surtout au langage en tant que phénomène linguistique. Mais rapidement, sous l’influence du consultant et chercheur Robert Dilts, les modèles s’intéressent avant tout aux représentations sensorielles du sujet. Nous pourrions apprendre à communiquer de façon plus efficace, pour, promet la PNL, mieux canaliser nos émotions, « recoder » notre façon d’être et de ressentir les choses. Comme pour la psychanalyse, on s’intéresse à l’exploration du vécu subjectif et empirique de la personne. Mais, contrairement à la psychanalyse, où l’exploration du vécu subjectif de la personne (ses affects, ses émotions, ses représentations) s’appréhende via la méthode de l’association libre (dites tout ce qui vous passe par la tête comme cela vous vient), il s’agit de codifier ses expériences subjectives et de les modéliser. Autrement dit de décrypter quelles stratégies, quelles représentations sensorielles, quels signaux verbaux et non verbaux on met en place pour, d’une part, se représenter son expérience de vie et, d’autre part, pour manifester ses compétences dans toutes ses interactions avec son environnement.

    Mais, pour la PNL, nous n’utilisons pas tous nos sens de la même manière. En 1977, dans son article « EEG and representationnal system », R. Dilts détaille les façons dont un individu se représente son expérience et ce qui est au premier plan dans son corps et son esprit quand il est dans tel ou tel état émotionnel ou qu’il utilise telle ou telle compétence efficace.

    Ces questions sont détaillées, l’année suivante, par Leslie Cameron-Bandler. Elle s’intéresse à tous les aspects verbaux et non verbaux de nos systèmes de représentations. Pour nous représenter notre environnement, nous utilisons nos cinq sens (visuel, auditif, kinesthésique, olfactif, et gustatif). Or, chacun d’entre nous privilégie un sens en particulier pour recueillir les informations sur son environnement, notamment quand nous sommes submergés par le stress ou la peur. Ce sens que nous privilégions, c’est, pour la PNL, notre système de représentation sensorielle dominant ou primaire. Par exemple, quand ils tombent amoureux, certains d’entre vous vont être bouleversés par la couleur d’une peau, l’ovale d’un visage (visuel). D’autres par le timbre de voix de l’être aimé (comment les mots résonnent en vous, auditif). D’autres encore, par une sensation plus vague et générale, qu’ils pourraient résumer en disant : « Cette personne me touche au plus profond de moi » (kinesthésique). Même principe pour des choses plus anodines : avez-vous été arrêté par la mise en page (visuel), le ton (auditif) ou le contenu (kinesthésique) de cet article ? Mais, concrètement, à quoi cela sert-il ? Pour la PNL, une fois que l’on connaît son système de représentation préféré, on peut prêter attention aux mots utilisés par les autres et y déceler des indices sur leur propre système de représentation sensorielle : sont-ils plus réceptifs aux images ? Aux mots ? Ou aux sons ? Ainsi, si vous sentez que votre interlocuteur parle un langage « différent » du vôtre, il peut s’avérer utile d’ajuster votre modèle de langage au sien. Par exemple, si vous avez à traiter avec quelqu’un de visuel, multipliez les schémas, et n’hésitez pas à émailler vos propos de « vous voyez » ou « voyons ensemble ».

    Troisième phase : extension du domaine d’application

    À partir de 1980, R. Bandler et J. Grinder élargissent les champs d’application de la PNL à de multiples domaines comme la créativité, le sport ou la pédagogie. Par exemple, insistent-ils, dans le domaine des apprentissages, les enfants qui privilégient le système visuel devraient ficher leurs cours en faisant des schémas ; ceux qui s’appuient avant tout sur le système auditif ont besoin d’entendre les contenus à apprendre (lecture à voix haute, discussions…). Enfin les personnes qui privilégient le système kinesthésique apprendront mieux leur cours via des séances pratiques. « Certains enfants sont parfois qualifiés de “lents” alors que le style d’enseignement dominant ne convient tout simplement pas à leur mode d’apprentissage préféré », soulignent Romilla Ready et Kate Burton, formatrices en PNL . De même, pour R. Bandler, l’apprentissage de l’orthographe est un problème de stratégie mentale et il convient de trouver, en fonction de l’enfant, celle qui est la plus adéquate. Depuis 2003, on trouve même, en Belgique, une école primaire réservée aux enfants en grande difficulté scolaire, qui applique les stratégies de la PNL dans tous ses cours…

    Si l’on peut s’adapter à la façon de communiquer de son interlocuteur, on peut aussi deviner ce à quoi il est en train de penser en observant, disent R. Bandler et J. Grinder, la façon dont il bouge ses yeux : bouge-t-il les yeux en haut à droite ? Il voit des images nouvelles ou différentes. Baisse-t-il les yeux en bas à gauche ? Il se parle à lui-même et se demande ce qu’il veut… Si ce modèle ne décrit pas ce qu’il convient de déduire des pensées d’un interlocuteur doté d’un strabisme convergent, il postule qu’à partir de ces informations, on peut façonner son rapport aux autres via une véritable synchronisation et mimétisme comportemental : repérer les mots, les phrases favorites et la façon de parler de l’autre et les reprendre à son compte ; entrer dans le détail s’il entre dans le détail, prendre la situation dans son ensemble s’il prend la situation dans son ensemble ; s’accorder à son langage corporel, à ses gestes, à son ton, à son rythme, et même respirer au même rythme que lui…

    Symptôme néolibéral

    Dès lors, on comprend pourquoi, au moment où les gouvernements Reagan et Thatcher contribuent, dans les années 1980, à une montée de l’idéologie néolibérale, la PNL, avec sa recherche de la « performance » et de « l’excellence », se met à intéresser fortement les entreprises, en quête de solutions pour optimiser leurs techniques marketing, leurs performances de vente, aussi bien que leurs méthodes de management. Dès 1979, la première formation certifiante en PNL est lancée par L. Cameron-Bandler et Steve et Connirae Andreas. En 1981, L. Cameron-Bandler et R. Bandler divorcent, au moment même où la PNL devient un marché juteux – ils se déchireront devant les tribunaux, chacun estimant être le chantre du business PNL et donc le plus apte à en recueillir les fruits financiers. Ironie du sort, L. Cameron-Bandler deviendra progressivement l’instigatrice d’une PNL appliquée aux problèmes amoureux et sexuels…

    En 1983, c’est au tour de la France, et en 1985 de la Belgique, de bénéficier de formations certifiantes en PNL. À la fin des années 1980, le « jargon » de la PNL s’est tellement instillé dans la vie quotidienne de certaines entreprises ou certains secteurs (publicitaires, télémarketing, représentants de commerce et VRP, agences immobilières, mais aussi direction des ressources humaines…) que les critiques commencent à pleuvoir.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après : http://www.scienceshumaines.com/a-quoi-sert-la-pnl_fr_34979.html
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : http://www.scienceshumaines.com

  110. FOOTBALLEURS ET DÉPRESSION NERVEUSE

    FOOTBALLEURS ET DÉPRESSION NERVEUSE

    Selon une étude menée par la Fédération Internationale des Associations de Footballeurs Professionnels (FIFPRO) au niveau international, les joueurs de football de haut niveau seraient généralement plus concernés par les problèmes de dépression et d'anxiété que la population générale. Les blessures sévères que certains subissent pourraient dans certains cas y être liés.

    Par Paola Da Silva

    Dépression, anxiété, troubles du sommeil, voire alcoolisme… Selon le docteur Vincent Gouttebarge, qui a mené une étude pour la FIFPRO auprès de 607 joueurs en exercice, 38% des footballeurs professionnels seraient touchés par ce type de troubles. Et presque autant chez les anciens joueurs. Des chiffres plus élevés que dans la population générale où ce taux avoisine les 12%.

    L'étude fait notamment apparaître que les blessures sévères que certains peuvent subir au cours de leur carrière aggraveraient ces troubles. Ainsi, le docteur Stéphane Cascua, qui intervient au sein du centre de formation du Paris Saint-Germain, confirme "la dépression est d'une manière générale engendrée par la somme de traumatismes psychiques qui peuvent toucher la vie personnelle ou la vie professionnelle. Dans le football, il y a un vrai cercle vicieux autour de la blessure. La blessure affecte le joueur physiquement, crée de la concurrence sur son poste, l'empêche de s'entrainer pendant une période… et de fait le rend plus vulnérable à d'autres blessures".

    Les troubles psychologiques sont encore considérés comme tabous dans le monde du sport de haut niveau, bien que deux cas de suicide de footballeurs aient été révélés en Allemagne en 2009 (Robert Enke) et en 2014 (Andréas Biermann). Le syndicat de joueurs professionnels de Nouvelle Zélande a d'ores et déjà décidé de mettre en place un programme d'évaluation de ces troubles. Au vu de cette étude, et selon la FIFPRO, d'autres pays pourraient également s'y attaquer prochainement.

    Études de référence :
    - "Prevalence and determinants of symptoms related to mental disorders in retired male professional footballers", J Sports Med Phys Fitness. 2015 Mar 27 (PDF)
    - "Are severe musculoskeletal injuries associated with symptoms of common mental disorders among male European professional footballers", Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc. 2015 Aug 2. (PDF)

    Les chiffres de l'étude :

    • 607 joueurs professionnels en activité interrogés et 219 anciens joueurs sur plusieurs continents.
    • Les joueurs en activité ayant subi plus de 3 blessures sévères ont 2 à 4 fois plus de risques d'être concernés par des troubles psychologiques.
    • 38% des joueurs et 35% des anciens joueurs connaitraient des problèmes dépressifs.
    • 15% des joueurs et 18% des anciens joueurs interrogés ressentiraient un sentiment de détresse.
    • 23% des joueurs et 28 % des anciens joueurs souffriraient de troubles du sommeil.
    • Enfin, 9% des joueurs et 25% des anciens joueurs auraient des problèmes liés à la consommation d'alcool.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après : http://www.allodocteurs.fr/bien-etre-psycho/sport-et-sante/dur-dur-d-etre-footballeur_17516.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : http://www.allodocteurs.fr

  111. LA DEPRESSION SAISONNIERE

    Automne-hiver, le temps de la dépression saisonnière

    L'été est loin, le froid et la grisaille s'installent... Et la tristesse aussi, pour tous ceux qui souffrent de dépression saisonnière. Cette forme de troubles dépressifs, qui survient en automne et en hiver, touche 4 à 6% des Français et s'explique par le manque de luminosité. Heureusement, un traitement simple existe : la luminothérapie.

    Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

    Une tristesse soudaine, une léthargie tenace, une envie folle de dormir ou de manger, une baisse de libido, de l'anxiété... Tous ces symptômes peuvent faire penser à une dépression saisonnière, une affection à ne pas confondre avec le petit coup de blues que beaucoup de personnes connaissent à cette époque de l'année. Également appelée trouble affectif saisonnier, elle touche en majorité les femmes (75% d'entre elles disent souffrir de ce mal) ainsi que les enfants. Elle est caractérisée par sa récidive chaque année, à la même période, durant l'automne ou l'hiver.

    En cause le manque de lumière...

    Les journées d'automne et d'hiver sont moins lumineuses : de 10.000 à 100.000 lux au printemps et en été, l'intensité chute à 1.000 en hiver. Or tout notre corps est régi par une horloge biologique, sensible à la lumière. Lorsque nous fermons les yeux pour nous endormir, cela déclenche la production d'une hormone, la mélatonine. Elle régule le rythme circadien de notre corps, sur 24 heures, autrement dit l'alternance veille-sommeil, les cycles hormonaux, la température du corps,... A l'inverse, l'ouverture des yeux expose la rétine à la lumière et stoppe la sécrétion de l'hormone.
    Certaines personnes sont très sensibles à la baisse de luminosité (à cause d'une variation génétique de l'œil, qui le rend moins réceptif à la lumière). Elles fonctionnent alors "au ralenti".

    Traiter l'origine de la dépression saisonnière

    Pour venir à bout de ce trouble affectif saisonnier, le manque de luminosité nécessite d'être pallié. Il est d'abord recommandé d'emmagasiner le plus de lumière possible, de façon naturelle ou artificielle grâce à la luminothérapie.
    La luminothérapie est indiquée après avis médical et doit être pratiquée le matin au moins 30 minutes avec une lampe de 10.000 lux, placée à 30 centimètres du visage (ou une heure avec une lampe à 5.000 lux). Ce traitement est efficace dans plus de 75% des cas et une amélioration est souvent observée dès la première semaine de traitement.
    Une thérapie cognitivo-comportementale peut aider le patient à travailler les pensées, émotions ou comportements qui entretiennent l'état dépressif. Éventuellement dans les cas les plus sévères, des antidépresseurs peuvent être prescrits, en sachant toutefois que plusieurs semaines ou parfois mois, sont nécessaires pour qu'ils soient efficaces.
    En complément du traitement, l'activité physique est fortement conseillée pour entretenir son corps, mais aussi son moral. Elle sera effectuée de préférence le matin, et à l'extérieur.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après :
    http://www.allodocteurs.fr/maladies/psychiatrie/depression/automne-hiver-le-temps-de-la-depression-saisonniere_4931.html#xtor=EPR-1000002224
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : www.allodocteurs.f

  112. Bégaiement et autres troubles du débit

    Bégaiement et autres troubles du débit de la parole

    Les troubles du débit de la parole se traduisent par une difficulté à parler d'une manière fluide et continue. Le bégaiement est le plus courant de ces troubles et il est souvent lié à des difficultés d'ordre psychologique ou à une anxiété à l'idée de devoir prendre la parole. Le traitement de ces troubles est souvent efficace mais long.

    Quels sont les principaux troubles du débit chez l'enfant ?

    Le bégaiement se traduit par la répétition involontaire d’un son, d’une syllabe ou d’un mot, habituellement en début de phrase. Il s’accompagne parfois de clignements des yeux et de mouvements involontaires de la tête. Le bégaiement est quatre fois plus fréquent chez les garçons que chez les filles. Au début de l’apprentissage de la parole, certains enfants connaissent une phase de bégaiement dit physiologique qui traduit leur difficulté à reproduire les mots et qui disparaît spontanément vers cinq ou six ans.

    Souvent, les enfants qui bégaient n’ont aucun problème pour chanter, pour chuchoter ou lorsqu’ils s’adressent à eux-mêmes. Ces observations semblent indiquer que les causes du bégaiement sont psychologiques. Néanmoins, on a également signalé des cas de bégaiement liés à une mauvaise coordination des muscles qui contrôlent les cordes vocales et la langue.

    Le balbutiement est une expression hachée et hésitante. L’enfant redouble certaines syllabes et n’arrive pas à prononcer certains mots avec netteté. Souvent associé à un manque de confiance en soi, ce trouble se rencontre plus souvent chez les garçons, et dans les familles nombreuses, où les enfants doivent rivaliser pour se faire entendre. Trouble voisin, le bredouillement est une manière trop précipitée et confuse de s’exprimer.

    Que faire en cas de bégaiement chez un enfant ?

    Le traitement du bégaiement repose sur des techniques d’orthophonie : contrôle de la respiration, exercice de ralentissement ou d’accélération du débit, usage d’un ton excessivement monotone, etc. Des exercices de biofeedback sont parfois pratiqués : des capteurs placés sur la gorge de l’enfant sont reliés à un appareil qui le renseigne (par des sons ou des couleurs) sur la tension des muscles de son larynx et lui permet d’apprendre à les détendre tout en parlant. Ces exercices d’orthophonie demandent souvent plusieurs mois pour être efficaces, et des séances d’entretien sont nécessaires pendant plusieurs années.
    Les parents peuvent aider leur enfant en se montrant patients, en évitant de terminer ses phrases à sa place, en prenant l’habitude de parler lentement avec lui et en mettant en avant ses progrès.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après :
    http://www.eurekasante.fr/enfants/langage/troubles-debit-parole.html
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : http://www.eurekasante.fr



  113. LA DOULEUR (vient de paraitre)

    LA DOULEUR
    Auteure : Catherine CHABERT

    Avec la participation de Jacques ANDRE, Catherine AZOULAY, Maurice CORCOS, Paul DENIS, Michèle EMMANUELLI, Vincent ESTELLON, Bernard GOLSE, Sylvain MISSONNIER, Françoise NEAU, Alexandrine SCHNIEWIND, Benoit VERDON

    Dans la traversée de la vie, de ses tout-débuts jusqu’à son extrême fin, dans ses liaisons possibles avec le plaisir ou dans ses dérives mélancoliques, la douleur reste la compagne fidèle du corps et de la psyché.
    La douleur relève de l’effraction, par rupture des barrières, par excès d’excitation, une implosion violente qui déborde les limites du moi-corps. Si le privilège est accordé à l’expérience de satisfaction dans la construction du psychisme, du moi et de ses objets, dans la création des fantasmes et des représentations, la douleur fait toujours retour, comme expérience humaine inéluctable et sans doute indispensable parce que toujours liée à la perte d’objet.

    La douleur ne se confond ni avec la détresse ni avec la souffrance. Elle en désigne l’au-delà dans une radicalité qui défait les liaisons trop convenues entre les affects et les représentations. Comme éprouvé pur, elle peut exclure la part de l’autre et, en particulier, sa fonction consolatrice. Elle peut aussi et ce sont là son essence et son destin en psychanalyse comme dans la littérature constituer un point d’appel pour les mots et donc pour celui qui les dit ou les écrit.

    A propos de l'auteur
    Catherine Chabert, professeur à l’Université Paris V, Laboratoire de psychologie clinique et de psychopathologie, psychanalyste, membre de l’APF.

    Éditions érès
    Parution : 15 octobre 2015
    EAN : 9782749249117
    11x17, 250 pages
    Dans la collection : Le Carnet psy
    Thème : Psychanalyse

    ©http://www.editions-eres.com/ouvrage/3704/la-douleur

  114. ESPACES DE PAROLES (parution)

    Espaces de paroles
    Pluralité des pratiques analytiques avec les enfants

    auteur : Franck CHAUMON

    Avec la participation de Emilie ABED, Stephane ARFEUILLERE, Elsa ARFEUILLERE, Serge BEDERE, Christine BOYER, Maud BRAGONI, Paul BRETECHER, Christine CHAGNEAUD, Christine CHAUMON, Guy DANA, Alexandra DE SEGUIN, Claudine DUCHENE, Éric EMERY, Roger FERRERI, Patrick FRANQUET, Celina GARCIA, Isabelle GARCON, JEAN-JACQUES GIUDICELLI, Sandrine JALLADE, Maia JOFFRIN, Patrick LANDMAN, Beatrice LANTZENBERG, Gilbert LE BRAS, Loic LE FAUCHEUR, Patricia LEON, Florence LOEUILLOT, Catherine MACHET, Nora MARKMAN, Catherine MARTIN, Sophie MENDELSOHN, Colette MILLES, Stephanie MOLLET, Sandrine RANNOU, Dominique ROITEL, Sylviane ROLFE, Nathalie SIFFERT, Mounia TERKI, Thierry TOUSSAINT, Stephanie TRAN CHAU

    Le champ de la psychiatrie de l’enfant est un domaine où de nombreux praticiens se réfèrent à la psychanalyse. Cet ouvrage témoigne de la pertinence de cette orientation et de la vitalité des pratiques analytiques dans les situations les plus complexes, les pathologies les plus graves.

    A travers des témoignages précis et variés de pratiques thérapeutiques, les auteurs montrent que, pour cheminer avec les jeunes patients et non les précéder, pour mettre au travail l'inattendu, le singulier, la surprise, dans le fil de la méthode freudienne, il faut des conditions rigoureuses, à la fois institutionnelles, éthiques et politiques, en un mot, désaliénistes, toujours à réinventer.

    A l’opposé de l’idéologie contemporaine qui valorise protocoles et savoirs préconçus, la radicale singularité de la rencontre transférentielle s’articule à la pluralité des dispositifs et à la création de parcours cliniques. Savoirs, transferts, espaces constituent ainsi les axes de cet ouvrage. On peut en suivre le déroulé, mais aussi bien prendre des chemins de traverse et se laisser porter par une lecture au fil de l’eau.

    Ouvrage publié avec l’association ARECS.
    Mise en vente le 8 octobre 2015.
    Dans la collection : érès poche - psychanalyse

    A propos de l'auteur
    Franck Chaumon est psychanalyste et psychiatre de service public.

    © http://www.editions-eres.com/ouvrage/3699/espaces-de-paroles

  115. PSYCHANALYSE ET SCIENCES

    Psychanalyse et science, les liaisons dangereuses

    Dans la revue trimestrielle : Le Coq-Héron - Numéro 222

    Mathieu BLESSON, Emmanuel DANJOY

    Avec la participation de Miren ARAMBOUROU, Gérard BONNET, Odile BOURGUIGNON, Pierrick BRIENT, Danièle BRUN, Catherine CLEMENT, Corinne DAUBIGNY, Yann DIENER, Yorgos DIMITRIADIS, Denis DUCLOS, Sébastien DUPONT, Roger FERRERI, Mireille FOGNINI, Bernard GOLSE, Claude GUY, Benjamin LEVY, Danièle LEVY, Vannina MICHELI-RECHTMAN, Gérard POMMIER, Érik PORGE, Pierre SABOURIN, Guénaël VISENTINI

    Dans ce numéro, Le Coq-Héron pose la question des rapports actuels de la psychanalyse avec la science, en tenant compte de leurs anciens liens : rapports féconds ? ambigus ? ou bien dangereux ? La psychanalyse est-elle elle-même une science, une praxis, une technique, ou encore un art ? Est-elle en voie de dissolution dans le scientisme ambiant ? Résiste-t-elle ? Est-ce une question de discours ? Ou bien de langue ? Qu’en pensent les nouvelles générations de psychanalystes au regard des générations précédentes ?

    ©http://www.editions-eres.com/ouvrage/3650/psychanalyse-et-science-les-liaisons-dangereuses

  116. VIVRE LE DEUIL BIBLIOGRAPHIE

    Vivre le deuil - un processus long et complexe

    La mort est inéluctable.
    Et pour ceux qui restent, la perte d'un proche est une épreuve douloureuse que l'on a beaucoup de mal à accepter. Souvent plusieurs sentiments se mélangent : tristesse, colère, regrets, ou encore déni... Pour continuer à avancer malgré le chagrin, il faut faire son deuil. Un processus long et complexe.

    Livres

    • Vivre le deuil au jour le jour
    Dr Christophe Fauré
    Ed. Albin Michel, juin 2012

    • Après le suicide d'un proche
    Vivre le deuil et se reconstruire
    Dr Christophe Fauré
    Ed. Albin Michel, février 2007

    • Hommes et femmes face au deuil
    Nadine Beauthéac
    Ed. Albin Michel, octobre 2008

    • Vivre après la mort de son enfant
    Josette Gril
    Ed. Albin Michel, mars 2007


    ©http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/fin-de-vie/deuil/vivre-le-deuil-un-processus-long-et-complexe_10695.html#xtor=EPR-1000002224

  117. ATTENTATS A PARIS

    Hôpitaux militaires : comment ont-ils géré l'afflux de blessés ?

    Si aucun des hôpitaux parisiens n'ouvre pour l'instant ses portes aux caméras, une journaliste a pu se rendre dans deux établissements militaires : Bégin, à Saint-Mandé, et Percy, à Clamart. Elle a pu y rencontrer des médecins, des infirmiers et des psychiatres, qui, le soir des attentats, ont pris en charge 52 blessés, dont certains dans un état très grave.

    • Comment ces personnels soignants militaires ont-ils vécu la nuit des attentats ?
    "Tous nous ont dit la même chose. Dans la nuit de vendredi à samedi, ils ont du prendre en charge des blessés de guerre. Ils ont l’habitude de gérer des afflux de blessés - dans des zones conflits comme le Mali ou l'Afghanistan. Mais plusieurs ont reconnu le caractère exceptionnel de la situation de vendredi, à cause du nombre de personnes à prendre en charge dans un temps très réduit.
    "Et puis ce n’était pas une zone de conflit, mais la France, et des civils. Pour un infirmier qui était dans le sas de triage, personne ne peut s'attendre à cela."

    • Comment ont-ils fait face à l'afflux de blessés ?
    "Entre minuit et trois heures du matin, c’est une trentaine de blessés qui a été accueillie. A Percy, il y avait ce soir-là six fois plus de personnel qu'une nuit de garde classique. Tout doit aller très vite.

    "Aux urgences, un sas de triage est mis en place. Objectif : évaluer le degré des blessés pour identifier les urgences absolues - ils ont par exemple reçu plusieurs patients en arrêt circulatoire. Ils examinent le bilan fait par le SAMU, évaluent les lésions visibles, puis celles sous les vêtements, puis retournent le patient.

    "C'est capital de refaire ce bilan à l'arrivée aux Urgences, car la santé d'une personne évolue en permanence. Par exemple, vendredi soir, un patient est arrivé avec un pansement sur le visage. A priori, il ne s'agissait pas d'une urgence absolue. Sauf que les médecins de Percy se sont aperçus qu'il avait une lésion à l'oeil. C'est donc devenu une urgence puisqu'ils avaient six heures pour agir pour que le patient garde la vue."

    • Quelle est la particularité de la prise en charge et du suivi de ces blessures dites « de guerre » ?
    "Beaucoup de patients ont dû être opérés plusieurs fois. C'est l’une des particularités des blessures de guerre : elles s'infectent très souvent. Les plaies sont souillées, il y a des éclats de balle, d’os et de masse musculaire à l’intérieur. En plus d'un traitement antibiotique, il faut enlever les tissus non viables autour, car ils risquent de faire le lit de l'infection.

    "C’est un geste technique qui date des guerres napoléoniennes : cela s’appelle faire un parage. A Bégin, cinq blocs ont fonctionné simultanément. Dans les deux hôpitaux ce week-end, il y a eu plus de cinquante interventions."

    • Comment s'organisent aujourd'hui les services ?

    "A Percy, hier en fin de journée, le médecin-chef nous a dit que la phase de crise était passée. Ils ont fait ce qu’ils appellent un « reconditionnement » : tout le service est à nouveau prêt, les blocs sont à nouveau opérationnels, les stocks de matériel reconstitués. Les soignants ont repris les cycles de gardes normales.

    "C'est important aussi d'un point de vue psychologique, pour leur redonner des repères, car ils ont été soumis à un fort stress. L'un d'entre eux me disait que la blouse blanche ne les protège pas du stress. Des cellules psychologiques sont prévues pour les aider. Quid de leur fatigue ? Un autre m'a dit : nous ne sommes pas fatigués, nous sommes militaires.

    "Certains blessés légers sont sortis. D'autres vont devoir rester longtemps à l'hôpital, la rééducation risque d'être longue. Un autre temps commence aussi : celui de la reconstruction psychologique."

    ©http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/urgences/attentats/hopitaux-militaires-comment-ont-ils-gere-l-afflux-de-blesses_17886.html#xtor=EPR-1000002224

  118. SYNDROME DU COLON IRRITABLE

    Les traitements du syndrome du côlon irritable

    Quels sont les traitements du syndrome du côlon irritable ?

    Il n’existe pas de traitement spécifique du syndrome de l’intestin irritable. Sa prise en charge consiste à rectifier les habitudes alimentaires pour soulager les symptômes et pour éliminer les aliments qui déclenchent ou aggravent les poussées.

    Dans certains cas, un traitement médicamenteux est prescrit pour soulager les douleurs, la diarrhée ou la constipation. Ce type de traitement est destiné à aider le patient au moment des poussées et ne constitue par un traitement de fond.

    Enfin dans certains cas, le recours aux techniques de psychothérapie ou de relaxation peut contribuer à contrôler les effets du stress lorsque celui-ci semble être l’une des causes des poussées.

    La prise en charge diététique du syndrome du côlon irritable

    Lorsqu’un diagnostic de syndrome de l’intestin irritable est posé, le médecin donne des conseils diététiques adaptés à son patient :

    • Tenir un journal de son alimentation afin d’identifier les aliments qui contribuent à déclencher les symptômes de colopathie fonctionnelle. Le plus souvent, ces aliments font partie de la famille des légumes secs (pois, lentilles, haricots secs, etc.) ou de celle des choux (chou vert, brocoli, choux de Bruxelles, chou kalé, etc.). Certaines personnes sont particulièrement sensibles aux crudités, au pain, aux céréales complètes, voire aux aliments qui contiennent du lait ou du lactose, ou à ceux riches en matières grasses.

    • Lutter contre la constipation en veillant à consommer des fibres facilement digestibles (légumes et fruits cuits, par exemple), en buvant suffisamment d’eau tout au long de la journée et en pratiquant une activité physique régulière. Dans certains cas, il peut recommander la prise régulière de graines de psyllium (ispaghul) riches en fibres dites « solubles », ou un enrichissement progressif de l’alimentation en aliments diététiques riches en fibres.

    • En cas de diarrhée, il peut conseiller de limiter temporairement la consommation de fibres et de produits dérivés du lait, ainsi que celles des aliments et boissons contenant de la caféine (café, thé, chocolat, maté, colas, etc.). De plus, les sucreries contenant du sorbitol (un édulcorant de synthèse) doivent être évitées en période de diarrhée.

    • En cas de ballonnements, il est recommandé de réduire les crudités et les aliments favorisant la production de gaz intestinaux (lentilles, haricots blancs, légumes secs, farineux) et de limiter la consommation de boissons gazeuses et de chewing-gums.

    Certaines personnes qui souffrent de colopathie fonctionnelle décident de supprimer de leur alimentation, de manière totale et permanente, les aliments contenant du gluten ou du lactose. Attention, les restrictions alimentaires exagérées exposent à des carences dangereuses pour la santé. Ne prenez pas ce type de mesure sans en parler au préalable avec votre médecin.

    Les médicaments du syndrome du côlon irritable

    Lorsque le syndrome de l’intestin irritable se traduit par de la constipation résistante aux modifications alimentaires, le médecin peut prescrire des laxatifs de lest ou des laxatifs osmotiques, de manière temporaire. En cas de diarrhée non soulagée par des mesures diététiques et interférant avec la vie quotidienne, des ralentisseurs du transit intestinal peuvent être administrés pendant une courte période.

    Lorsque les maux de ventre persistent, le médecin prescrit des médicaments dits « antispasmodiques » qui agissent sur les muscles de l’intestin et soulagent la douleur. L’efficacité de ces médicaments varie fortement d’un patient à l’autre.
    Dans certains cas, le médecin peut également prescrire un traitement tranquillisant de courte durée (pour aider à traverser une période de stress) ou un traitement prolongé par des antidépresseurs (chez les personnes dont la qualité de vie est fortement impactée par les symptômes des troubles fonctionnels intestinaux).

    Les techniques psychothérapeutiques et de relaxation dans le syndrome du côlon irritable

    Les personnes chez qui les poussées de colopathie fonctionnelle sont liées à un excès de stress peuvent bénéficier de séances de relaxation ou de psychothérapie destinées à leur apprendre à mieux gérer les situations à l’origine du stress.

    Chez ces personnes, la pratique régulière d’une activité physique peut également apporter un bénéfice, à la fois face au stress mais également pour réguler l’activité de leur intestin.

    Les personnes qui souhaitent échanger avec d’autres patients souffrant de syndrome de l’intestin irritable peuvent s’adresser à l’association de patients consacrée à cette maladie, l’Association des patients souffrant du syndrome de l’intestin irritable (APSSII).

    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après :
    © http://www.eurekasante.fr/maladies/estomac-intestins/syndrome-colon-irritable.html?pb=traitements
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : eurekasante.fr


  119. ENFANT ET PSYCHANALYSE

    Les enjeux d’une psychanalyse avec un enfant

    Nazir HAMAD, Thierry NAJMAN

    Préface de Charles MELMAN

    Dans la collection : Psychanalyse et clinique érès poche - psychanalyse - psychanalyse et clinique

    Concrètement, qu’est-ce qu’une psychanalyse avec un enfant ? Existe-t-il une différence entre une psychothérapie et une psychanalyse ? Comment organiser les entretiens lorsqu’on doit travailler à la fois avec les parents et un enfant ? De l’enfant à l’adulte, s’agit-il de la même cure analytique ? Existe-t-il un âge limite pour entrer en analyse ? Faut-il dire la « vérité » aux enfants ? Le père doit-il obligatoirement venir en consultation ? Un analyste peut-il donner un conseil ?

    Loin des recettes toutes faites et des solutions clef en main, ce dialogue entre deux praticiens d’expérience différente est en permanence vectorisé par la place de l’inconscient, et donc de l’équivoque dont est porteuse la parole des enfants autant que celle des adultes. Dans un langage accessible à tous, mais avec la rigueur requise, ils répondent aux questions que se posent les parents, comme les professionnels, sur les modalités et les objectifs de la cure aux différents âges, depuis les tout-petits jusqu’aux adolescents.

    Nouvelle édition actualisée de Malaise dans la famille (érès, 2006)

    A propos des auteurs

    Nazir Hamad
    est psychanalyste, docteur ès lettre en psychologie clinique et membre de l’Association lacanienne internationale.

    Thierry Najman est psychanalyste et médecin, praticien hospitalier, chef de pôle en psychiatrie dans un hôpital de la région parisienne.



    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après : © http://www.editions-eres.com/ouvrage/3711/les-enjeux-d-une-psychanalyse-avec-un-enfant
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire :
    editions-eres.com


  120. ATTENTATS ET ASSISTANCE

    Attentats : à quoi servent les cellules d'urgence médico-psychologiques ?

    Coups de feu, explosions, déploiement d'un impressionnant dispositif policier : Saint-Denis a été le théâtre d'une opération antiterroriste (19/11/15). Dès les premières heures de l'assaut, une cellule d'urgence médico-psychologique s'est installée en plein centre-ville pour y recevoir les habitants sous le choc. À quoi sert ce type de prise en charge immédiate ? De quoi ont besoin, dans l'urgence, les témoins directs de tels événements ?



    Hier matin, Jennifer et sa fille de 10 ans, Carmen, ont vécu des heures particulièrement éprouvantes. Lorsqu'elles ont pu sortir de chez elles, elles se sont rapidement dirigées vers le centre de santé de la ville de Saint-Denis, où a été installée une cellule d'urgence médico-psychologique. "J'étais la première paniquée… Comment rassurer son enfant quand on est soi-même paniquée ?", raconte Jennifer.

    Dans le centre de santé, les témoins des événements sont accueillis par des bénévoles, avant d'être pris en charge par des psychiatres ou des psychologues de la cellule médico-psychologique du département. "Ici on reçoit des gens qui habitaient autour de l'appartement visé par l'assaut", explique le Dr Jean-Marc Agostinucci, médecin coordinateur de la Croix-Rouge 93. "Ils ont entendu des bruits, vu la police passer, voire rentrer chez eux en force. Ce sont des gens perturbés psychologiquement, et il y a même quelques blessés légers qui sont, dans la panique, partis rapidement de chez eux".

    Dès le tout début de la matinée, une partie des habitants évacués a été reçue par le personnel de la cellule d'urgence médico-psychologique. "Il faut, dans les premières heures, être disponible pour recevoir les gens qui le souhaitent", rappelle le Pr Didier Cremniter, psychiatre référent national des Cellules d’Urgence Médico-psychologiques. "Et dans l'immense majorité des cas, nous nous rendons compte que c'est ce que veulent les personnes extrêmement éprouvées par les événements. Elles ont besoin très vite de trouver un interlocuteur qui soit disponible pour les écouter, avec lequel elles se sentent en confiance, pour commencer à établir une relation thérapeutique".

    Dans les heures qui suivent un tel événement, certaines personnes, souvent les témoins directs, peuvent rester sidérées. Le personnel des cellules d'urgence va donc les entourer et les rassurer. La prise en charge psychologique d'urgence doit s'effectuer dans de bonnes conditions, avec un personnel formé à ces traumatismes spécifiques. Mais surtout, elle ne doit pas faire oublier l'importance d'un suivi sur le long terme pour toutes les personnes qui en ressentiront le besoin.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après : http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/urgences/attentats/attentats-a-quoi-servent-les-cellules-d-urgence-medico-psychologiques_17920.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : www.allodocteurs.fr

  121. SYNDROME DE STRESS POST TRAUMATIQUE

    Syndrome de stress post-traumatique : consulter dans les plus brefs délais

    Anne Xaillé, - Journal DesFemmes.com

    Toutes les personnes exposées aux attentats de vendredi soir sont susceptibles de développer des séquelles psychologiques durables, que l'on appelle troubles du stress post-traumatique. Quels sont les symptômes ? Comment les prendre en charge ?
    Le syndrôme de stress post-traumatique est fréquemment observé à la suite d'attentats mais aussi de catastrophes naturelles ou encore de prises d'otages. Les survivants, qui ont touché de près la mort, et qui ont vécu des événements d'une extrême violence peuvent rester marqués, parfois pendant plusieurs années.

    Qu'est-ce qu'une réaction post-traumatique ?

    Un syndrome de stress post-traumatique apparait à la suite d'un évènement particulièrement traumatisant qui affecte la santé mentale et physique d'un individu. Les symptômes d'un état de stress post-traumatique apparaissent habituellement dans les 3 premiers mois qui suivent un traumatisme. Cependant, il peut parfois se passer plusieurs semaines voire même plusieurs mois avant que les symptômes apparaissent. Les femmes sont deux fois plus exposées que les hommes.

    Quels sont les symptômes ?

    Le syndrome de stress post-traumatique désigne un trouble qui se manifeste par un sentiment de peur intense, accompagnée de manifestations physiques (palpitations, tremblements, transpiration excessive, etc.) et psychiques : une grande anxiété, des troubles dépressifs, des troubles du sommeil (insomnies), des troubles de la concentration ou encore de difficultés à ressentir des émotions. Cet état s'accompagne des flash-backs et de pensées négatives incontrôlables (nécessité de revivre la situation stressante), ainsi que d'émotions diverses (effroi, peur, sidération…). Enfin, cet état, s'il n'est pas pris en charge va déboucher sur la mise en place de stratégies visant à éviter tout ce qui pourrait rappeler le traumatisme.

    Quand consulter ?

    En présence des symptômes énumérés précédemment, il est important de consulter un professionnel de santé dans les plus brefs délais afin de pouvoir parler et se confier le plus vite possible. Cette démarche doit aider à surmonter les premiers symptômes du stress post-traumatique suscités par les attentats.

    Quelle prise en charge ?

    Le traitement de base du stress post-traumatique repose sur la psychothérapie. Il consiste surtout à apprendre à la victime à gérer les situations d'angoisses et tous les événements qui peuvent l'amener à penser ou à revivre l'événement traumatisant.

    Le syndrome de stress post-traumatique peut-il toucher les proches, les parisiens... ?
    Non, les personnes non présentes sur les lieux des attentats vendredi soir ne peuvent pas à proprement parler souffrir de syndrome de stress post-traumatique. En revanche, les personnes impliquées indirectement (témoins, proches, personnes présentes autour du stade ou qui dinaient à Paris vendredi soir dans le quartier du Bataclan…) peuvent présenter ce que l'on appelle médicalement une décompensation psychologique. Une sorte de contrecoup qu'il ne faut pas négliger. Là aussi, il ne faut pas attendre pour consulter un professionnel de santé. De plus, pour les témoins des attaques et les riverains, la cellule psychologique de la Mairie de Paris est disponible par téléphone au 3975.

    Enfin, même si le choc est moins violent et intense pour les autres personnes -celles qui ont suivi les événements derrière leur écran de télévision ou sur les réseaux sociaux-, reste que vivre normalement comme si de rien n'était demeure compliqué. Si chacun réagit à sa manière, l'angoisse demeure palpable. Avoir peur, être stressé à l'idée de prendre les transports... Toutes ces réactions ne sont pas anormales, bien au contraire. "Se demander comment reprendre, au 2e ou 3e jour, est parfaitement normal", souligne au Parisien, Louis Crocq, psychiatre des armées, fondateur des cellules d'urgence médico-psychologiques. Le spécialiste voit une différence avec les attentats de janvier, les attaques étant alors plus ciblées, "le monde se sentait touché dans son moi communautaire". Cette fois, les attaques frappant la foule des anonymes, "chacun se sent directement menacé", mais "d'ici huit-dix jours, la vie VA de toute façon reprendre". Instinct de vie oblige.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après : http://sante.journaldesfemmes.com/magazine/1437999-syndrome-stress-post-traumatique-consulter-rapidement/
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : sante.journaldesfemmes.com

  122. LES ACOUPHENES

    LES ACOUPHÈNES

    L'acouphène n'est pas une maladie mais un symptôme. C'est un souffle, un grésillement, un bourdonnement, un choc régulier ou une pulsation entendu sans cesse jour et nuit, dans l'oreille ou dans la tête, sans aucun stimulus sonore extérieur. En France, selon l'Institut méditerranéen de recherche et de traitement des acouphènes (IMERTA), plus de 8 millions de personnes souffrent d'acouphènes. Et il peut rendre la vie insupportable dans les cas les plus graves.

    Pour comprendre l'origine des acouphènes, il faut savoir comment fonctionne notre audition. Le son se propage dans l'air sous forme de vibrations. Ces vibrations sont captées par le pavillon de l'oreille, puis traversent le conduit auditif pour faire vibrer le tympan comme une peau de tambour. Une fois amplifiées, elles sont transmises à trois petits osselets puis à la cochlée. La cochlée renferme les cellules ciliées spécialisées dans l'audition. En ondulant, les cils envoient un signal au nerf auditif qui le transmettra au cerveau. Différentes zones interviennent alors pour déchiffrer et donner du sens aux différents sons captés par l'oreille.

    Contrairement à ce mécanisme classique de l'audition, les acouphènes ne sont pas des sons qui proviennent de l'extérieur, mais plutôt de l'intérieur. Certains acouphènes sont d'origine vasculaire, d'autres sont plutôt d'ordre mécanique, par exemple un problème de transmission des vibrations ou un traumatisme suite à une détonation ou à un accident de plongée.
    En réalité, il y a autant d'acouphènes qu'il y a de causes. L'acouphène est un symptôme qui cache souvent une maladie sous jacente, telle que la maladie de Menière ou l'otospongiose. Enfin l'origine peut être plus générale comme dans les cas d'hypertension artérielle. Cette difficulté de trouver la cause complique le traitement et son efficacité.

    Les acouphènes au quotidien

    L'acouphène est un bruit subjectif qui est perçu au niveau de l'oreille ou du crâne. On peut l'entendre d'un seul coté ou des deux. Il peut être temporaire, après un effort ou après un passage en boîte de nuit, mais peut aussi être perçu sans interruption, jour et nuit.

    Cette sensation sonore n'est pas liée à un bruit extérieur. La personne atteinte est la seule à entendre son acouphène, perçu essentiellement dans le silence. Ce que les malades entendent varie du simple tintement métallique ou sifflement à celui d'un bruit de tondeuse à gazon.

    Traiter les acouphènes

    Les acouphènes sont compliqués à traiter car on n'en connaît pas vraiment la cause. On sait qu'ils peuvent survenir suite un traumatisme ou lorsque la pression sanguine augmente au niveau de l'oreille (on entend un bruit, un sifflement). Mais l'acouphène n'est pas une maladie en soi, ce n'est qu'un symptôme. Il peut ainsi être la conséquence de plusieurs pathologies, comme une infection de l'oreille comme une otite, la maladie de Ménière ou même une hypertension artérielle.

    Sa prise en charge nécessite de faire intervenir différentes approches thérapeutiques. Des traitements médicamenteux qui soulagent en partie la douleur (vasodilatateurs qui dilatent les vaisseaux sanguins dans le cerveau et anxiolytiques). Un générateur de bruit blanc peut aussi être utilisé pour masquer l'acouphène et en cas de perte auditive sévère, il y a bien sûr des techniques chirurgicales. Une perte d'audition est souvent associée à l'acouphène et lorsque l'une des oreilles est complètement sourde, on peut alors faire une stimulation électrique. Une prothèse placée sur l'enclume produit un courant électrique et entraîne une sensation sonore qui masque l'acouphène.

    Les patients peuvent, dans certains cas, recourir à des thérapies comportementales et cognitives. Ils apprennent alors à ne plus focaliser sur le bruit de l'acouphène. Même si les résultats ne sont pas garantis, dans 70% des cas, ces soins diminuent la gêne provoquée par les acouphènes.
    Il existe un traitement expérimental des acouphènes : l'électrostimulation. Un traitement qui ne fonctionne cependant que dans certains cas bien particuliers. Il faut donc au préalable caractériser le type d'acouphène par un examen spécifique : l'acouphénométrie. L'électrostimulation est souvent associée à la sophrologie.

    Acouphènes : des causes traitées chirurgicalement
    Certains acouphènes sont provoqués par une maladie, l'otospongiose, qui abîme la chaîne de transmission des sons. Lorsque la perte d'audition générée justifie l'intervention chirurgicale, les acouphènes peuvent aussi être améliorés.

    Sophrologie : apprendre à oublier le bruit
    Quand ils surviennent, les acouphènes sont très angoissants pour les patients. Peur de devenir sourd, peur d'avoir une tumeur et surtout peur de ne pas pouvoir supporter ce bruit qui envahit leur tête. Pour essayer de réduire les acouphènes, les ORL proposent des séances de sophrologie.
    Les séances de sophrologie permettent aux patients d'apprendre à oublier leurs acouphènes, et ainsi à mieux les supporter.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après :
    http://www.allodocteurs.fr/emissions/allo-docteurs/allo-docteurs-du-15-10-2015_25539.html
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  123. DOULEUR ET MEDITATION

    LA MÉDITATION, PAS PLUS EFFICACE QUE LE PLACEBO CONTRE LA DOULEUR

    La médiation de pleine conscience est-elle un remède antalgique plus efficace que le placebo ? C'est l'hypothèse étudiée par une équipe du Wake Forest Baptist Medical Center. A en croire un communiqué enthousiaste rédigé par le service de communication de cet institut, les conclusions des recherches étaient très favorables à la médiation. Or, les données détaillées dans l'étude ont, tout au contraire, échoué à différencier les effets thérapeutiques de la méditation de pleine conscience de ceux d'un placebo équivalent. Explications.

    "La méditation de pleine conscience
    est plus efficace que le placebo sur la douleur" ! Sur la foi d'un communiqué émanant d'une institution sérieuse – le Wake Forest Baptist Medical Center - de nombreux médias ont résumé en ces termes une étude fraîchement publiée dans le Journal of Neuroscience"[1].
    Or ces travaux présentent des résultats fort différents
    ... ainsi que de nombreuses failles.
    Pour déterminer si cette forme de méditation provoquait plus qu'un effet placebo, les chercheurs ont utilisé une double approche : une évaluation des douleurs et l'imagerie cérébrale. La douleur était induite à l'aide d'une sonde thermique, chauffant une petite zone de peau à 49° C, un niveau de chaleur que la plupart des gens trouvent douloureux. Les participants quantifiaient l'intensité de la sensation physique et le désagrément provoqué. Une IRM cérébrale fut réalisée avant et après la douleur.
    Première faille, les chercheurs ont comparé des éléments incomparables puisque les modes d'administration étaient différents. Les 75 volontaires sains ont été divisés en quatre groupes, de façon randomisée : un groupe "méditation", un groupe "fausse méditation", un autre recevant une crème analgésique placebo et un groupe "contrôle". Or si la méditation peut être évaluée en la comparant à une méditation placebo, elle ne peut pas être comparée à une crème analgésique.
    Méditation versus méditation placebo

    Le principal intervenant, Faled Zeidan, avait mis au point en 2010 un procédé simulant une "méditation placebo "[2] ; il précise d'emblée que le processus est mal connu tant au niveau des comportements induits qu'à propos des mécanismes neurologiques provoqués. En pratique, les participants sont amenés à croire qu'ils suivent une méditation, mais sans les instructions axées sur la respiration : ils ne sont pas guidés pour focaliser leur attention sur la respiration. Est-ce suffisant pour être placebo ? Cela semble douteux. De plus, ils ont été prévenus qu'ils étaient assignés au groupe "méditation"...
    Résultats : en prenant les chiffres en pourcentage, la méditation semble plus efficace que la méditation placebo : la première diminuait de -24% la sensation douloureuse et de -44% l'émotion désagréable, tandis que la seconde entraînait des diminutions de -8 et -27%. Mais après analyse statistique, les auteurs concluent à une absence de différences d'efficacité
    entre les différentes méthodes.
    Des zones activées spécifiques

    L'étude n'est pas inintéressante pour autant. A défaut d'avoir établi l'existence d'une différence d'effet thérapeutique, elle a montré, grâce à l'IRM, que les zones activées dans le cerveau sont différentes entre les groupes "méditation placebo" et "méditation de pleine conscience".
    L'action de la méditation
    sur la douleur s'explique par l'activation de zones intervenant dans la maîtrise de la douleur (zone orbitofrontale et cortex singulaire antérieur), tandis que le placebo réduit l'activité des zones impliquées dans le traitement de la douleur (cortex somatosensory secondaire). De plus, le thalamus est désactivé durant la méditation alors qu'il est activé dans les autres groupes ; cette désactivation pourrait être responsable de l'estompement de la douleur, d'après Fadel Zeidan. Les effets de la méditation pourraient également s'expliquer par la relaxation, associée à une respiration plus lente.
    Il n'en fallait pas plus aux auteurs pour recommander la pratique de 20 minutes de méditation par jour, dans la prise en charge des douleurs. Un autre bémol existe : l'étude ne concernait que des volontaires sains, les données ne sont donc pas extrapolables aux douleurs chroniques.

    Source : Mindfulness Meditation-Based Pain Relief Employs Different Neural Mechanisms Than Placebo and Sham Mindfulness Meditation-Induced Analgesia. Fadel Zeidan?. J. Neurosci., November 18, 2015. doi: 35(46):15307–15325

    [1] Les données présentées dans le communiqué du Wake Forest Baptist Medical Center ont brièvement été relayées sur notre site.
    [2] Zeidan F, Johnson SK, Gordon NS, Goolkasian P (2010b) Effects of brief and sham mindfulness meditation on mood and cardiovascular variables. J Altern Complement Med 16:867– 873. CrossRef Medline


    Cet article a été téléchargé à partir du lien ci-après : http://www.allodocteurs.fr/bien-etre-psycho/relaxation/meditation/la-meditation-pas-plus-efficace-que-le-placebo-contre-la-douleur_17902.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  124. Autismes, les inquiétudes d’une psychanalyste


    Autismes, les inquiétudes d’une psychanalyste


    BIBLIO - Les dangers des approches standards

    l'auteure - Marie Dominique AMY - Préface de Pierre DELION

    Parution : 8 octobre 2015
    EAN : 9782749249025 - 11x18, 250 pages
    Dans la collection : érès poche - psychanalyse

    Marie Dominique Amy est psychologue clinicienne, psychanalyste, présidente de la CIPPA, coordination internationale de psychothérapeutes psychanalystes et membres associés s’occupant de personnes avec autisme.
    Elle suit des enfants et des adolescents autistes et leurs familles depuis quarante ans dont vingt-sept ans dans le cadre d’un CMP (suivis ambulatoires) et d’un hôpital de jour où elle a créé en 1997 une unité de soins à temps partiel pour très jeunes enfants autistes (à partir de deux ans) articulant la psychodynamique, le TEACCH, l’orthophonie et la psychomotricité.

    Son engagement auprès des familles et des enfants autistes la conduit à prendre la parole pour dénoncer la rigidité, l’autoritarisme et la standardisation des approches dictées par le « troisième plan autisme » qui mettent en danger la liberté de choix des parents, les approches individualisées et la créativité des professionnels.

    Elle revient sur la plupart des mauvais procès intentés en sorcellerie contre la psychopathologie d’inspiration psychanalytique en pointant les aspects idéologiques empêchant un vrai débat. Dans une logique d’ouverture, elle développe des propositions d’observation, d’évaluation et de suivis pluridisciplinaires et transdisciplinaires – incluant la psychanalyse, les approches éducatives, les recherches des neurosciences et les pratiques intégratives entreprises avec les enfants TED/TSA.



    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.editions-eres.com/ouvrage/3701/autismes-les-inquietudes-d-une-psychanalyste
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : editions-eres.com

  125. DEPRESSION HIVERNALE

    Dépression hivernale

    Définition


    Officiellement, on l'appelle « trouble affectif saisonnier ». Plus couramment, on parle du « blues de l'hiver » ou de la déprime hivernale. Il s'agit d'une affection psychologique fréquente : entre 3 et 5 % des individus en souffrent dans l'hémisphère Nord. Dans 75 à 80 % des cas, les victimes sont des femmes âgées de 18 à 45 ans.

    Âge

    Le trouble affectif saisonnier peut se déclarer dès l'âge de dix ou douze ans, même s'il tend à s'installer après la puberté. Les symptômes se manifestent d'octobre à avril.

    Saisons de l'humeur

    La dépression saisonnière doit être distinguée des simples chutes d'humeur dont souffre une personne sur deux en automne et en hiver. Nous avons tous tendance à dormir et manger plus au cours de ces deux saisons, tout en subissant une petite perte de tonus et un ralentissement de certaines activités.
    Mais le trouble affectif saisonnier est plus prononcé.

    Symptômes

    Pour le caractériser, il faut d'abord réunir les symptômes d'un épisode dépressif classique :
    • absence de motivation,
    • difficulté de concentration,
    • passivité,
    • mélancolie,
    • sentiment de fatigue,
    • pensées suicidaires dans les cas les plus prononcés.

    Ces symptômes doivent durer plusieurs jours par semaine pendant deux ou trois semaines pour que l'on puisse vraiment parler d'épisode dépressif.
    Sommeil, appétit, rythme
    La dépression saisonnière se reconnaît à plusieurs particularités. Les personnes atteintes ont tendance à trop dormir (hypersomnie) et à trop manger (hyperphagie), surtout des sucreries.

    Souvent aussi (mais pas systématiquement), la mélancolie atteint son pic en soirée, alors que la tristesse est surtout matinale dans les autres types de dépression.

    Enfin, les dépressifs saisonniers retrouvent une humeur stable à partir du printemps et durant tout l'été.

    Si les symptômes persistent au cours de cette période, nous sommes en présence d'un épisode dépressif majeur.
    Physiologie du trouble saisonnier
    On trouve probablement un facteur héréditaire dans ce désordre saisonnier, car le mal court souvent dans les familles.

    Du point de vue physiologique, les chercheurs ont repéré deux phénomènes associés à la dépression : des variations importantes dans la sécrétion de la mélatonine, une hormone dépendant de notre exposition à la lumière solaire ; une baisse d'activité du système sérotoninergique (un neurotransmetteur de notre cerveau).

    Le premier symptôme explique le caractère saisonnier du trouble : il dépendrait directement de la chute de luminosité de la période hivernale.
    Traitement
    Le trouble affectif saisonnier est une vraie maladie, qui peut se révéler pénalisante pour la vie familiale ou professionnelle. Comme dans toute dépression, le soutien de l'entourage est indispensable pour en sortir.

    Les médecins prescrivent habituellement des antidépresseurs spécifiques, notamment des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (sertraline par exemple).

    Une autre méthode est efficace dans 50 % des cas : il s'agit de la photothérapie. Le patient s'expose au moins une heure par jour à une lampe spéciale dont l'intensité lumineuse est de 5000 lux. Les UV sont neutralisés pour éviter tout effet secondaire sur la peau.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/contents/681-depression-saisonniere-hivernale?een=f1ee69614ab03d637a90346d9863ada4&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml149_ladepressionhiv

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : sante-medecine.journaldesfemmes.com

  126. MALADES DU TRAVAIL

    MALADES DU TRAVAIL
    Stress, fatigue, accident...


    Souvent pour ne pas risquer de perdre son emploi, on accepte de mauvaises conditions de travail... Heureusement, certains employeurs réalisent le coût des séquelles physiques comme des dégâts psychiques provoqués par les cadences accélérées et les excès de stress.

    Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

    Travailler dans de bonnes conditions

    Ils travaillent souvent en hauteur, ils sont exposés aux rigueurs climatiques et ils portent des charges importantes... ils sont arboristes-élagueurs. Rencontre avec une équipe que son patron tente de préserver d'une usure prématurée malgré le caractère extrêmement physique de leur profession.

    Les douleurs du bureau
    Sans elles, il n'y aurait aucune consultation, aucun diagnostic et aucune opération... Mais comme leur profession semble moins difficile que celle de leurs collègues infirmières et aides-soignantes par exemple, les secrétaires médicales et les auxiliaires de puériculture osent rarement évoquer la pénibilité de leur profession. C'est pourtant une réalité.

    Une souffrance morale
    Le travail fait souffrir et parfois tue. Le stress et l'anxiété sont devenus la première cause de consultation dans les centres de pathologies professionnelles. Ces "risques psycho-sociaux", tels qu'on les appelle en langage administratif, sont passés devant les maladies respiratoires ou les troubles musculo-squelettiques dans le monde du travail.

    Une prise en charge bien déterminée
    Chaque année, en France, on recense de plus en plus de maladies liées à l'environnement professionnel. Les pathologies, comme celles dues à l'amiante, sont désormais reconnues par la l'Assurance-maladie. Cependant, pour être pris en charge, il faut répondre à trois types de critères figurant dans un des tableaux de maladies professionnelles...

    Burn out : l'épuisement professionnel
    Selon une étude récente, près d'un salarié sur deux estime que le travail nuit à sa santé. En première ligne : le stress dû aux cadences infernales, à l'accumulation des tâches à accomplir, à l'impossibilité de "décrocher" de son smartphone mais aussi parfois à la désorganisation même des entreprises. Quand le stress prend des proportions inquiétantes, devient ingérable et dure sur le long terme, on parle alors de "burn out" ou d'épuisement professionnel.
    Les personnes touchées ont souvent l'impression "d'exploser en plein vol", de perdre tout repère. Dans ce cas, une aide psychologique s'avère indispensable pour reprendre pied.
    L'association "Maison souffrance et travail" a ouvert ses portes à Poissy, en région parisienne en 2012. Elle accueille des salariés en burn out. Elle propose une prise en charge personnalisée et pluridisciplinaire.

    Maladie professionnelle : la visite de pré-reprise

    Quand le salarié atteint d'une maladie professionnelle approche de la fin de son arrêt de travail, se posent alors plusieurs choix : une éventuelle adaptation de son poste, une reconversion professionnelle ou la rupture du contrat. Pour discuter de ces possibilités, la visite de pré-reprise avec le médecin du travail est indispensable.
    La visite de pré-reprise sert à envisager le retour dans l'entreprise. Selon le Dr Ange Mezzadri, médecin du travail, "l'idée est donc d'anticiper sur cette éventualité soit en essayant si cela est possible d'adapter le poste de travail, soit éventuellement en anticipant la sortie de l'entreprise". À ce stade, le rôle du médecin est de bien expliquer au salarié la suite probable du dossier et faire une recommandation au médecin conseil de l'Assurance maladie.
    Si le reclassement du salarié s'avère impossible, l'employeur est en droit au regard du Code du travail de rompre le contrat de travail. Pour le salarié, cela peut signifier la perte de son emploi.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/droits-et-demarches/sante-et-travail/stress-fatigue-accident-hellip-malades-du-travail_1353.html#xtor=EPR-1000002224
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : www.allodocteurs.fr

  127. FREUD ET LA PSYCHANALYSE

    FREUD ET LA PSYCHANALYSE

    Petite bibliothèque de Sciences Humaines


    Sous la direction de Jean-François Marmion
    Jean-François Marmion est rédacteur en chef du magazine le Cercle Psy et rédacteur au magazine Sciences Humaines.

    Peut-on, en France, discuter de Sigmund Freud sans hausser le ton?? A-t-on le droit de le considérer comme une référence sans être taxé d’obscurantisme, de naïveté, de mauvaise foi?? Est-il au contraire possible de le critiquer sans être accusé d’ignorance ou de haine?? Un juste milieu est-il envisageable?? À ces questions, ce livre fait le pari de répondre oui.
    Les idées sur le psychisme, les pratiques thérapeutiques que Freud a instituées, la vision de l’humanité qu’il a proposée sont-elles toujours valables pour notre temps?? Qu’a-t-il réellement découvert?? A-t-il vraiment aidé ses patients?? Dans quelle mesure les psychanalystes ultérieurs, les psychologues, les scientifiques lui ont-ils donné raison?? Cet ouvrage convie des historiens de la psychanalyse, de la psychologie, de la médecine, des sciences, mais aussi des psychanalystes d’aujourd’hui, à dresser un bilan raisonné du parcours intellectuel de Freud, et de la diffusion de ses théories.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://editions.scienceshumaines.com/freud-et-la-psychanalyse_fr-587.htm
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : editions.scienceshumaines.com

  128. FAIRE DEUX CHOSES EN MÊME TEMPS

    FAIRE DEUX CHOSES EN MÊME TEMPS

    Je n'ai pas quatre bras ! Au-delà de 500 millisecondes, le cerveau peine à traiter simultanément deux tâches distinctes

    "Je ne suis pas multitâches !"

    Difficile de réaliser efficacement deux activités complexes, demandant de l'attention, sans s'emmêler les pinceaux ni bâcler son ouvrage. Mais que se passe-t-il exactement dans notre cerveau lorsque nous faisons plusieurs choses en même temps ?

    Par la rédaction d'Allodocteurs.fr

    Depuis près de 50 ans, l'incertitude règne sur la façon dont le cerveau assure la gestion de tâches simultanées. Deux mécanismes ont été imaginés : selon le premier modèle, lorsque plusieurs tâches sont effectuées, les ressources du cerveau seraient partagées entre ces tâches. Dans le second modèle, ces ressources seraient allouées de façon alternée et très rapide à chaque mission.

    Pour trancher le débat, il fallait pouvoir observer le cerveau avec suffisamment de précision. Une équipe française rattachée au CEA et à l'Inserm a essayé de relever le défi en utilisant l'imagerie magnétique (magnéto-encéphalographie), couplée à une analyse informatique des données recueillies.

    Les chercheurs ont invité quelques volontaires à réaliser simultanément deux tâches simples : d’une part désigner avec la main droite si un son perçu était aigu ou grave, d’autre part désigner avec la main gauche quelle lettre, parmi plusieurs, était identique à une lettre projetée.

    Premier constat réalisé par les neuroscientifiques : dans le cerveau, une tâche implique une séquence de processus cognitifs. En d'autres termes, pour une tâche donnée, plusieurs zones distinctes du cerveau vont être mobilisées successivement. La surprise n'est pas grande, mais "mais pour une fois, on a pu l’observer", explique Sébastien Marti, principal auteur de ces travaux, interrogé par Allodocteurs.fr.

    Chaque étape du processus dure un temps donné, une zone cérébrale étant rapidement activée, maintenant son activité, et passant enfin la main à une autre zone. Lorsqu’une seule tâche est réalisée, tout se passe très bien. Qu’allait-il se passer lorsque des tâches sollicitant des zones distinctes du cerveau seraient réalisées de concert ?

    Les mesures montrent que dans cette situation, le cerveau parvient à jouer les deux partitions… pendant "plusieurs centaines de millisecondes". Au-delà de 500 millisecondes, c’est le conflit. Sur les courbes analysées par les chercheurs, l’instant où tout bascule est toujours compris "entre "300 et 500 millisecondes". [1]

    Le cafouillage cérébral survient en défaveur des deux tâches

    "On constate que les processus mobilisés par la tâche initiale sont raccourcis", nous commente Sébastien Marti. "Chacune des étapes du processus dure un peu moins longtemps, mais cela n’a toutefois aucune conséquence significative sur le comportement ou la performance. La tâche n’est pas exécutée plus vite, le temps de réponse est identique."

    En revanche, les processus mobilisés par la seconde tâche sont "soit allongés, soit retardés" : dans le premier cas, l’activité cérébrale diminue en amplitude, et les étapes durent plus longtemps ; dans le second, le traitement de la tâche est décalée dans le temps. "Mais on constate que lorsqu’elle est mise en attente, l’information (le signal traité par le cerveau) se dégrade".

    Une nouvelle compréhension du traitement de l'information

    Au final, les résultats publiés dans la revue Neuron mettent à mal les deux modèles historiques du cerveau multitâches. Les ressources cognitives ne sont pas partagées, les tâches n'étant pas exécutées de concert dans des zones isolées. Mais le second modèle, selon lequel les tâches sont traitées de façon séquentielle est également incomplet, puisqu'il n’y a pas de réelle alternance entre l’exécution des tâches.

    Les chercheurs s’attèlent désormais à préciser leurs résultats, et à identifier les chemins pris par l’information pour être traitée dans les différentes zones du cerveau.

    A noter que ces expériences décrivent des processus cérébraux très distincts (associées à des tâches très différentes), sollicitant - tout du moins dans ses premières étapes - des régions différentes. Les chercheurs ignorent si des signaux analogues interfèreraient entre eux, "même s’il faut garder à l’esprit que ces régions cérébrales sont très vastes, et que des neurones voisins peuvent travailler sur des choses différentes en même temps", note Sébastien Marti.

    Source : Time-Resolved Decoding of Two Processing Chains during Dual-Task Interference. S. Marti, J-R. King et S. Dehaene. Neuron, publication avancée en ligne du 25 novembre 2015. doi:10.1016/j.neuron.2015.10.040
    ________________________________________

    [1] Le chercheur observe que le seuil de "300 à 500 millisecondes" mis en lumière dans cette étude renvoie à une durée "typique pour de très nombreux processus cérébraux, mis en lumière dans d’innombrables études". Par exemple, 300 ms correspondent à la durée minimale pour qu’une image soit consciemment perçue par le cerveau.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/maladies/cerveau-et-neurologie/faire-deux-choses-en-meme-temps-l-instant-precis-ou-le-cerveau-jette-l-eponge_18037.html#xtor=EPR-1000002224
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  129. CROIRE EN L’INCONSCIENT ?

    CROIRE EN L’INCONSCIENT ?

    Numéro 35 - Revue semestrielle ESSAIN
    ÈRES ÉDITIONS
    Les sciences humaines et les pratiques qui s’en inspirent

    Avec la participation de Paul ALERINI, Sidi ASKOFARE, Sandra BOEHRINGER, Arnold CASTELAIN, Franck CHAUMON, Vincent CLAVURIER, Thomas DALZELL, Françoise DELBOS, Nathalie JAUDEL, Daniel KOREN, Marie-Claude LAMBOTTE, Édit MAC CLAY, René MAJOR, Michel PLON, Érik PORGE, Moustapha SAFOUAN, Ferdinand SCHERRER, Dominique SIMONNEY, Colette SOLER

    La tentative kantienne de démarcation entre croyance et savoir n’a pas résolu les relations tumultueuses entre ces deux termes, qu’on ne cesse de rapprocher et d’opposer, que ce soit à un niveau individuel ou collectif et dans tous les domaines, sociaux, scientifiques, religieux… allant parfois jusqu’aux extrêmes de la violence. Même quand le savoir est établi (la terre tourne autour du soleil), il n’empêche pas des croyances contraires, et paradoxalement, il peut les susciter .
    La psychanalyse a révélé un certain nombre de déterminants inconscients de la croyance en tant que liée à la référence au désir : le fantasme (qui tisse la réalité comme mixte de symbolique et d’imaginaire), la pulsion (d’où sort la vérité des théories sexuelles infantiles), les signifiants (du nom du père, non représentable, ou du sujet supposé savoir pour le transfert)… En outre, elle a montré que la division du sujet a justement la structure de la division entre savoir et vérité.
    Qu’en résulte-t-il pour la psychanalyse, toujours menacée de psychologisation ? Peut-on croire en la psychanalyse ? À l’inconscient ? Sinon comment peut-il encore se faire entendre ?

    Parution : 15 octobre 2015 - EAN : 9782749248806



    Cet article a été téléchargé à partir du lien : : http://www.editions-eres.com/ouvrage/3695/croire-en-l-inconscient

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : : editions-eres.com

  130. La psychanalyse et les mondes contemporains

    La psychanalyse et les mondes contemporains

    Dans la revue semestrielle : Figures de la psychanalyse - Numéro 30

    Alain VANIER, Markos ZAFIROPOULOS

    Avec la participation de Paul-Laurent ASSOUN, Andre BURGUIERE, Gisèle CHABOUDEZ, Frédéric DE RIVOYRE, Olivier DOUVILLE, Isabelle GUILLAMET, Véronique LE GOAZIOU, Patricia LEYACK, Silvia LIPPI, Pierre MARIE, Vannina MICHELI-RECHTMAN, Elise PESTRE, Jean-Louis POITEVIN, Gérard POMMIER, Catherine SALADIN, René SARFATI, Jacques SEDAT, Bernard TOBOUL
    L’axe principal de ce numéro est constitué par l’examen critique de l’une des thèses centrales de l’évolutionnisme – aujourd’hui très puissant dans le champ psychanalytique –, à savoir celle du déclin de la fonction symbolique avec ses attentes anthropologiques et ses incidences cliniques. Appel sera fait au savoir des sciences sociales et à l’expérience des cliniciens pour convenablement resituer la psychanalyse au regard de cette thèse et plus largement face au monde contemporain.

    A propos des auteurs

    Psychanalyste, membre d'Espace analytique; Professeur de Universités, directeur du Centre de Recherches Psychanalyse et Médecine (CRPM) de l'Université Paris Diderot - Paris 7 (http://www.crpm.univ-paris-diderot.fr); Ancien Psychiatre des Hôpitaux
    Parution : 15 octobre 2015 - EAN : 9782749248134

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.editions-eres.com/ouvrage/3616/la-psychanalyse-et-les-mondes-contemporains

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : editions-eres.com

  131. PSYCHIATRIE - LE RETOUR EN GRÂCE DES ÉLECTROCHOCS

    PSYCHIATRIE - LE RETOUR EN GRÂCE DES ÉLECTROCHOCS

    Qualifiée de barbare ou d'acte de torture, la sismothérapie, aussi appelée électroconvulsivothérapie, a longtemps eu mauvaise réputation. Mais aujourd'hui, ce traitement par électrochocs est mieux maîtrisé et reste utilisé pour certaines maladies psychiatriques.


    Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

    En quoi consiste le traitement par électrochocs ?

    Tous ceux qui ont vu le film de Milos Forman, Vol au-dessus d'un nid de coucou se souviennent des séances d'électrochocs. Cette technique effraie, c'est incontestable. La sismothérapie ou électroconvulsivothérapie est pourtant utilisée quotidiennement en France. Elle traite avant tout certaines dépressions sévères et quelques cas de schizophrénie.

    Pourquoi le traitement par électrochocs fait-il peur ?
    La raison est simple. Il y a 70 ans, le traitement frôlait le film d'horreur. Il n'y avait aucune anesthésie. La quantité de courant déchargée n'était pas maîtrisée. La douleur était traumatisante, les effets sur la mémoire très graves. Les électrochocs ont très vite été assimilés à une sorte de chaise électrique réservée aux fous.
    Mais, bien évidemment, les conditions de pratique ne sont plus du tout les mêmes. On parle aujourd'hui d'électroconvulsivothérapie (ECT) ou de sismothérapie. Et les psychiatres souhaitent rétablir la vérité sur ce traitement qui est réservé à des cas particuliers.

    Le traitement par électrochocs, comment ça marche ?
    Les électrochocs envoient un courant électrique dans le corps du malade. Le but est de provoquer une crise d'épilepsie. Pour comprendre, il faut connaître le fonctionnement du cerveau.
    Les cellules du système nerveux sont les neurones. Elles fonctionnent grâce aux influx nerveux. Pour cela, elles sont connectées les unes aux autres. Elles codent les messages de manière électrique. Et les influx nerveux passent de neurone à neurone. L'intérêt de provoquer une décharge électrique est de stimuler les neurones. Ils établissent ainsi de nouvelles connexions entre eux.

    La sismothérapie, toute une histoire
    Les électrochocs ont été utilisés en psychiatrie dès la fin des années 30. Et on les utilise toujours aujourd'hui notamment pour traiter les patients atteints de dépression très sévère et résistante aux médicaments.
    L'histoire commence dans les années 30 avec l'étrange postulat d'un psychiatre hongrois. Selon Ladislas von Meduna, provoquer une crise d'épilepsie permettrait de guérir la schizophrénie. Deux psychiatres italiens se demandent alors si on peut déclencher une crise convulsive avec un courant électrique. "Ils se sont rendus aux abattoirs de Rome et ils ont vérifié sur des cochons qu'ils pouvaient, sans que l'animal meurt, provoquer un courant électrique au niveau cérébral et provoquer une crise d'épilepsie", explique le Pr Jean-Pierre Olié, psychiatre.

    En 1938, les deux psychiatres tentent l'expérience sur un premier patient schizophrène dans un état mutique et catatonique. "L'histoire dit que ce patient s'est immédiatement levé et est parti en courant en criant. Ce patient était guéri. Ce patient qui ne bougeait plus, marchait. Et ce patient qui ne parlait plus, parlait", raconte le Pr Olié.

    Dans les années 50, on découvre que la crise convulsive a un effet bénéfique sur les patients atteints de dépression très grave, appelée mélancolie dans le langage psychiatrique comme le confirme le Dr Marion Plaze, psychiatre : "Au moment de la crise convulsive, le cerveau va lutter pour stopper la crise. Et pour stopper la crise, il va produire des neurotransmetteurs, des neuromédiateurs mais il va aussi produire de la noradrénaline, de la sérotonine, de la dopamine… et tout ça va être pourvoyeur de l'amélioration clinique chez le patient".

    À partir des années 60, les électrochocs sont utilisés pour traiter les patients dépressifs sévères. Mais la pratique d'alors apparaît aujourd'hui quelque peu barbare : "Il n'y avait pas d'anesthésie générale. La personne est dans un état vigil, elle voit arriver l'appareil, elle voit arriver les soignants, et on applique deux électrodes au niveau temporal et on provoque à vif une crise d'épilepsie. On met quelque chose dans la bouche pour éviter la morsure de la langue qui se produit lors d'une crise d'épilepsie, une personne est préposée aux épaules pour qu'il n'y ait pas de luxation…", décrit le Pr Olié. À l'époque, les effets secondaires sont d'ailleurs désastreux : des troubles cognitifs graves, des maux de tête ou des fractures…
    Dans les années 70, l'usage aléatoire de cette technique entraînera la peur et la méfiance du grand public, renforcées en 1975 par le film de Milos Forman, Vol au-dessus d'un nid de coucou.

    La sismothérapie : un traitement aujourd'hui maîtrisé

    Depuis ses débuts, la pratique s'est peu à peu améliorée, essentiellement par une anesthésie générale brève et une curarisation du patient avant le choc. Malgré tout, certains psychiatres refusent toujours de pratiquer les électrochocs. Ce qui explique qu'en France, tous les services de psychiatrie ne proposent pas le traitement par électrochocs.
    En plus des dépressifs sévères, les électrochocs peuvent aussi être proposés à certains patients schizophrènes ou bipolaires. Parfois, quelques séances seulement suffisent pour améliorer l'état du patient. Mais il faut parfois plusieurs mois, voire des années pour stabiliser ces malades en détresse.

    Le déroulement d'une séance d'électrochocs. Le psychiatre place plusieurs électrodes sur la tête du patient pour mesurer l'activité cérébrale durant la crise. Du curare est ensuite injecté pour immobiliser les muscles. Le patient subit une anesthésie générale. Le médecin déclenche ensuite la charge électrique qui ne dure que quelques secondes. Le patient convulse alors pendant une à deux minutes. Par la suite, le patient est placé en salle de réveil. Il mettra environ une heure à émerger, avec souvent des effets indésirables comme des nausées ou des pertes de la mémoire à court terme.

    Si les malades peuvent être réticents au premier abord quand on leur propose le traitement par électrochocs, il faut savoir que la pratique est efficace à 80% chez les dépressifs, avec des effets positifs sur le sommeil des malades, leur appétit ou encore leur comportement… Sans toutefois la garantie d'une amélioration à long terme.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/maladies/cerveau-et-neurologie/psychiatrie-le-retour-en-grace-des-electrochocs_18031.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  132. DÉMENCE PRÉCOCE

    DÉMENCE PRÉCOCE
    Le chant, une solution contre la démence précoce


    Une étude démontre que la musique peut servir de thérapie alternative auprès des personnes atteintes de démence légère car elle stimule leurs capacités cognitives et émotionnelles mais permet également de leur apporter plus de bien-être que le traitement standard.

    Plusieurs études montrent les bienfaits de la musicothérapie auprès des personnes malades. Elle serait notamment utile chez les personnes âgées pour le fonctionnement du cerveau. Le chant, notamment, serait bénéfique au niveau cognitif et émotionnel au premier stade de la démence, selon une étude de l'université d'Helsinki publiée dans la revue Journal of Alzheimer's Disease. Les chercheurs affirment que ces résultats pourraient aider à améliorer les soins et à mieux cibler l'utilisation de la musique dans les différents stades de la démence.

    Les chercheurs ont suivi pendant neuf mois 89 paires de personnes souffrant de démence légère à modérée et de leurs aidants. Lors d'un essai clinique, certains d'entre eux ont reçu pendant 10 semaines une thérapie musicale à base de chants réguliers ou d'écoutes de chansons familières, tandis que d'autres recevaient des soins standards. Des tests neuropsychologiques et des questionnaires d'humeur ont montré que les activités musicales étaient en mesure d'améliorer diverses compétentes cognitives comme la mémoire, les fonctions exécutives, l'orientation et de mieux soulager la dépression que le traitement standard.

    "Ces loisirs pourraient être utilisés"

    Plus précisément, les analyses ont montré que le chant est bénéfique en particulier chez les personnes atteintes de démence légère et les plus jeunes patients (moins de 80 ans). L'écoute de la musique a quant à elle été associée à des avantages cognitifs uniquement chez les personnes ayant un niveau plus avancé de démence. Les deux thérapies combinées étaient efficaces contre la dépression chez les personnes à déficience cognitive légère ou atteintes de maladie d’Alzheimer. Surtout, ces bénéfices n'étaient pas influencés par l'expérience musicale des patients (s'ils avaient déjà chanté ou joué d'un instrument auparavant).

    "Compte tenu de la prévalence et la charge mondiale croissante de la démence et des ressources limitées en matière de soins de santé publique pour les personnes atteintes de démence et pour leurs aidants familiaux, il est important de trouver des moyens alternatifs pour maintenir et stimuler le bien-être cognitif, émotionnel, et social dans cette population. Nos résultats suggèrent que les loisirs musicaux pourraient être facilement appliqués et largement utilisés dans les soins de la démence et de la réadaptation", conclut le Dr. Teppo Särkämö, principal auteur de l'étude.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.medisite.fr/a-la-une-le-chant-une-solution-contre-la-demence-precoce.981869.2035.html?xtor=EPR-56-976115[Medisite-Info-Sante]-20151211

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : medisite.fr

  133. GROSSESSE ET ANTIDEPRESEURS

    Grossesse et antidépresseurs
    un risque accru d'autisme ?


    Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

    C'est au cours du deuxième et troisième trimestre de grossesse que la prise d'antidépresseurs serait la plus déterminante. A ce moment-là, le cerveau du bébé franchit une étape cruciale de développement. Selon le Pr Yehezkel Ben-Ari, neurobiologiste à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), "les antidépresseurs, souvent, agissent sur un système qu'on appelle le système sérotoninergique. Ce système est crucial pour la construction du cerveau. La formation des connexions entre certaines régions du cerveau et le cortex dépend énormément des systèmes à base de sérotonine. Et donc, quand on va les bloquer in utéro, on va affecter la formation de ces connexions. Le cerveau va naître en quelque sorte malformé".
    Ce n'est pas la première fois qu'une étude incrimine ainsi les antidépresseurs agissant sur la sérotonine. Au Canada, les chercheurs ont suivi près de 145.500 enfants jusqu'à leur dixième année. Parmi eux, un peu moins de 1% ont été diagnostiqués autistes avant leur cinquième anniversaire. Les chercheurs canadiens ont ensuite vérifié les dossiers médicaux des mères pour savoir si elles avaient pris des antidépresseurs. Ils ont ainsi pu établir un lien entre ces médicaments et l'autisme.

    Mieux prescrire les antidépresseurs

    Pour le Pr Yehezkel Ben-Ari, ces résultats doivent inciter à davantage de vigilance avant de prescrire des antidépresseurs : "la question ne se pose pas pour les femmes qui ont des tendances suicidaires ou qui sont gravement dépressives. Mais, j’ai l'impression qu'on les prescrit un peu facilement à une femme enceinte qui dit "je suis un petit peu anxieuse, est-ce qu’'on pourrait faire quelque chose". Une femme enceinte, ce sont deux cerveaux qui n'ont pas les mêmes façons de fonctionner, pas les mêmes protéines… Évidemment, la pharmacopée ne peut pas être la même."
    Près de 1% des enfants naissent aujourd'hui avec des troubles autistiques. En 50 ans, ce chiffre a été multiplié par 25. Une partie de l'augmentation s'explique par de meilleurs diagnostics. Mais, cette nouvelle étude, à paraître dans le Journal of the American Medical Association Pediatrics, tend à démontrer que les facteurs environnementaux sont eux aussi prépondérants.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/grossesse-enfant/grossesse/grossesse-et-antidepresseurs-un-risque-accru-d-autisme_18136.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  134. MEMOIRE ET DEMENCE

    Mémoire ce signe qui vous rend à risque de démence

    Une équipe de chercheurs canadiens a montré pour la première fois que les différents types de mémoires pour se rappeler le passé seraient associés à un fonctionnement différent du cerveau selon les personnes et à un risque plus important de souffrir de démence pour certaines d'entre elles.

    Votre type de mémoire pourrait bien vous jouer des tours plus tard. Des chercheurs du Rotman Research Institute (Canada) expliquent dans une étude parue dans la revue Cortex que la démence précoce guetterait davantage les personnes avec une mémoire aux souvenirs richement détaillés (mémoire épisodique) par rapport aux personnes à la mémoire des faits sans détails (mémoire sémantique). De fait, ces traits de mémoire qui varient selon les personnes correspondraient à un différent mode de fonctionnement du cerveau.

    Les chercheurs ont demandé à 66 adultes en bonne santé de remplir un questionnaire en ligne. On leur a demandé de décrire la façon dont ils se souviennent des évènements et des faits autobiographiques. Les réponses ont montré des extrêmes entre ceux possédant une mémoire autobiographique très supérieure, et ceux qui à l'inverse étaient déficients dans ce domaine. Une fois ce questionnaire rempli, les participants ont passé un IRM pour que les chercheurs puissent observer les lobes temporaux, connus pour être impliqués dans la fonction de la mémoire.

    Plus la mémoire est précise, plus elle est vulnérable

    Il s'est avéré que cette partie ne se connecte pas avec les mêmes régions du cerveau selon le profil des participants. Les lobes temporaux de ceux qui possédaient une très bonne mémoire autobiographique se connectaient aux régions arrière du cerveau, impliquées dans le processus visuel. A l'inverse, ceux qui tendent à se rappeler le passé de manière factuelle faisaient fonctionner leurs lobes temporaux avec les zones avant du cerveau, impliquées dans l'organisation et le raisonnement.
    Les résultats soulèvent des questions intéressantes quant au vieillissement et à la santé du cerveau : certains traits de mémoire pourraient-ils être protecteurs contre la manifestation du déclin cognitif ? "Avec le vieillissement et la démence précoce, l'une des premières choses que les gens remarquent est la difficulté de se souvenir des évènements en détail", a déclaré l'auteur principal de l'étude, le Dr Brian Levine. "Pourtant, personne n'a regardé comment cela se rapporte à des traits de mémoire".
    Ce dernier ajoute : "Les gens qui sont habitués à la récupération de souvenirs richement détaillés peuvent être très sensibles aux changements de mémoire subtils à mesure qu'ils vieillissent, tandis que ceux qui comptent sur une approche factuelle peuvent se révéler plus résistant à ces changements". Cette étude ouvre la porte sur une nouvelle hypothèse dans le traitement de la démence, basé principalement sur les traits de mémoire d'une personne mais aussi sur la performance du patient sur d'autres capacités cognitives.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.medisite.fr/a-la-une-memoire-ce-signe-qui-vous-rend-a-risque-de-demence.984033.2035.html?xtor=EPR-26-976159[Medisite-A-la-Une]-20151216

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : medisite.fr

  135. LA PSYCHANALYSE AUJOURD'HUI

    La psychanalyse est-elle encore dans (de) son temps ?

    Numéro 22 - Revue annuelle Analyse freudienne presse


    Entre l’inconscient freudien et l’unebévue lacanienne, il y a une continuité fondamentale : l’inconscient est structuré comme un langage et ignore le temps. Avec l’abandon par Freud de l’hypnose et de sa neurotica, le souvenir traumatique n’est plus à retrouver dans un moment historique précis mais s’inscrit dans la logique du discours lui-même, de manière intemporelle, grâce à l’association libre. Pourtant, c’est avec l’argument d’une temporalité démodée que nombre des détracteurs de la psychanalyse tente aujourd’hui de démontrer que ces vieilles lunes freudiennes sont obsolètes au regard d’une modernité qui, forte de ses assises enfin scientifiques, pourrait maintenant se passer de cet embarrassant appareil psychique. L’activation de certaines zones de notre système limbique, révélée par l’imagerie médicale du cerveau, serait-elle la preuve irréfutable et définitive de la vétusté de nos concepts de mots d’esprit, de lapsus ou encore d’actes manqués ? C’est toute la logique de l’inconscient qu’il est aujourd’hui nécessaire de faire entendre dans l’actualité que lui donnent ses détracteurs, tout autant que dans son inactualité structurale puisque, en effet, l’inconscient ignore bien le temps.

    Avec la participation de Laurent BALLERY, Mercedes BAUDES DE MORESCO, Robert BITOUN, Claude BREUILLOT, Chantal CAZZADORI, François CHRISTOPHE, Céline DEVALOIS, Alex DROPPELMANN PETRINOVIC, Gallo EIDELSTEIN, Françoise FABRE, Michel FERRAZZI, Serge GRANIER DE CASSAGNAC, Annick HUBERT BARTHELEMY, Anna KONRAD, Hélène LAKHESTANY, Robert LEVY, Charles MARCELLESI, Gilbert POLETTI, Marcel ROCKWELL, Michèle SKIERKOWSKI, Joëlle TOUBIANA-TONDOWSKI, Laura VACCAREZZA, Jean-Jacques VALENTIN, Philippe WOLOSKO

    Parution : 15 octobre 2015- EAN : 9782749246789 - Analyse freudienne presse - 1/2015 - Thème : Psychanalyse


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.editions-eres.com/ouvrage/3550/la-psychanalyse-est-elle-encore-dans-de-son-temps

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : editions-eres.com

  136. PSYCHIATRIE PRIVEE

    Nouvelles règles pour la psychiatrie privée

    Publié le 28 Décembre 2015

    Un décret du 21 décembre sur les conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé privés autorisés en psychiatrie est paru au Journal Officiel daté du 23 décembre 2015. Ce texte actualise et simplifie les conditions techniques de fonctionnement des établissements privés autorisés à exercer l'activité de soins de psychiatrie, afin de tenir compte des évolutions intervenues dans l'organisation du système de santé et de la diversification des prises en charge thérapeutiques. En application des nouvelles règles, ces établissements seront notamment tenus de garantir l'adéquation des conditions d'accueil et de prise en charge des patients avec la nature de leur activité et les impératifs de qualité et de sécurité des soins.
    Dans un communiqué commun, la Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne privés non lucratifs (FEHAP) et la Fédération nationale des association d'usagers en psychiatrie (FNAPSY) remercient le Ministère de la Santé et des Affaires Sociales de cette publication.

    La compétence des usagers

    La FEHAP et la FNAPSY soulignent que ce texte met un terme à des dispositions réglementaires datées « qui ne reflétaient plus les évolutions des projets thérapeutiques, notamment dans le domaine de la réadaptation psycho-sociale et de la réinsertion professionnelle des personnes souffrant de troubles psychiques. »
    Visant utilement la simplification, ce décret évite l’écueil de la dérégulation des activités de soins, ce que la FEHAP comme la FNAPSY ne souhaitaient en aucun cas. Enfin et dans une dynamique de concertation étroite entre les associations d’usagers et les gestionnaires responsables des structures, le décret prévoit très utilement la compétence pour avis de la Commission de représentants des usagers et de la qualité de la prise en charge (CRUQPC), demain la commission des usagers (CDU) aux termes de la Loi de modernisation de notre système de santé.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.santementale.fr/actualites/decret.html

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : santementale.fr

  137. FAUT-IL CROIRE LES NEUROSCIENCES ?

    FAUT-IL CROIRE LES NEUROSCIENCES ?

    Article issu du numéro anniversaire de « SCIENCES HUMAINES » 1990-2015 LE QUART DU SIÈCLE VU PAR…

    MENSUEL N° 277 - JANVIER 2016 NUMÉRO ANNIVERSAIRE 25 ANS

    Comment notre cerveau nous permet-il de penser ? Telle est la question posée par les neurosciences cognitives. Leurs recherches sont ambitieuses, mais impliquent des méthodes d’analyse si complexes et si spécialisées que les chercheurs doivent souvent se croire sur parole…

    Les neurosciences cognitives n’ont jamais été aussi ambitieuses qu’aujourd’hui, comme en attestent le pharaonique Human Brain Project à un milliard d’euros en Europe et les projets de même ampleur engagés aux États-Unis, en Chine et au Japon. On oublierait aisément à quel point ce domaine de recherche est jeune, et que par exemple, le grand congrès annuel sur le fonctionnement cérébral de l’homme (« Human Brain Mapping ») n’a fêté en 2015 que ses 20 ans.

    Faire confiance aux maths

    Jusqu’au début des années 1990, la compréhension des mécanismes de la cognition humaine était surtout l’affaire de la psychologie cognitive, une discipline attachée à identifier nos processus cognitifs élémentaires et leur agencement lors de comportements complexes...

    Auteur - Jean-Philippe Lachaux - Directeur de recherche à l’Inserm au Centre de recherche en neurosciences de l’université LyonIl, il a publié Le Cerveau attentif. Contrôle, maîtrise et lâcher-prise et Le Cerveau funambule. Comprendre et apprivoiser son attention grâce aux neurosciences (Odile Jacob, 2011 et 2015).

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.scienceshumaines.com/faut-il-croire-les-neurosciences_fr_35628.html

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : scienceshumaines.com

  138. ACOUPHÈNES CHEZ LES JEUNES

    ACOUPHÈNES : UN RISQUE AUDITIF MAJEUR CHEZ LES JEUNES

    Les jeunes écoutent la musique plus fort et plus longtemps : telles sont les conclusions d'une étude* menée en 2014 auprès de 2.200 jeunes âgés de 12 à 19 ans scolarisés dans la région Pays de la Loire. De nouvelles pratiques d'écoute musicale qui engendrent de plus en plus d'acouphènes ("bruits parasites" qui ne proviennent d'aucun son extérieur). Le chiffre est alarmant : 58% des jeunes interrogés déclarent avoir déjà ressenti des troubles de l'audition.

    Par Laurence Moisdon, avec l'AFP

    Selon les observations de cette enquête*, le pourcentage de jeunes écoutant beaucoup de musique, soit plus de 2h30 par jour, est passé de 25% en 2008 à 37% en 2014. 81% des jeunes interrogés écoutent plus d'une heure de musique par jour, notamment au moment de l'endormissement (53%), alors que l'oreille devrait bénéficier d'une phase de repos au coucher.
    L'écoute au casque, qui se généralise chez cette population, y apparaît comme un phénomène aggravant . De plus, le format compressé du MP3 favorise l'augmentation du volume sonore pour compenser la baisse de qualité. Enfin, 15% des jeunes interrogés déclarent apprécier la musique à un volume très fort contre 9% en 2008. Des habitudes qui ne sont pas sans danger...

    Des pratiques aux conséquences lourdes

    Dans le cas d'une audition normale, le son se propage dans l'air sous forme de vibrations qui passent ensuite dans le pavillon de l'oreille, puis dans l'oreille interne. Or, les acouphènes ne proviennent pas de l'extérieur, ils se manifestent directement à l'intérieur de l'oreille.
    Les acouphènes provoqués par une écoute musicale excessive font partie des acouphènes dits "subjectifs" (93% d'entre eux) c'est-à-dire que seule la personne concernée les entend. Le cerveau perçoit alors un son sans qu'il n'y ait de bruit. L'acouphène est un symptôme (il ne s'agit en aucun cas d'une hallucination auditive ni d'une maladie) qui par essence peut être causé par une grande variété de causes.

    Volume et durée d'exposition à la musique : un cocktail explosif

    En 2015, 1,1 milliard de jeunes risqueraient une déficience auditive liée à une exposition excessive à la musique, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). L'intensité du volume sonore et l'augmentation de la durée d'exposition favorisent la destruction des cellules internes (cellules ciliées) responsables de la transmission au cerveau des vibrations sonores. Si la douleur n'apparaît qu'à partir de 120 dB, une ambiance sonore de 85 dB est déjà dangereuse pour le système auditif**. Et une fois que les cellules ciliées sont détruites, le phénomène est irréversible, d'où l'importance de baisser le volume !

    *Étude réalisée par le Pôle de Coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire.
    **Le volume sonore maximum d'un baladeur se situe entre 90 et 100 dB, à condition d'utiliser les écouteurs fournis avec l'appareil


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/maladies/orl/acouphene/acouphenes-un-risque-auditif-majeur-chez-les-jeunes_17601.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  139. D'OU VIENT LE DESIR D'APPRENDRE ?

    D'où vient le désir d'apprendre ?

    par Jean-François Dortier


    Saint Augustin pensait, comme Aristote, que le goût d’apprendre est naturel. Les bébés, ces chercheurs en herbe, semblent le confirmer. Plus étonnant : ni la soif ni les capacités d’apprendre ne semblent s’éteindre avec l’âge.

    « Tous les hommes ont un désir naturel de savoir » : Aristote le dit dès la première phrase de sa Métaphysique. Pour le philosophe, le désir d’apprendre est naturel et commence par le simple fait de tourner les yeux pour s’intéresser à ce qui se passe. J’entends un cri, je vois un attroupement, je veux savoir. Telle est pour Aristote la base de la curiosité naturelle.

    Quelques siècles plus tard, saint Augustin fera aussi du désir de savoir (libido sciendi) l’une des pulsions fondamentales des humains aux côtés du désir sensuel (libido sentiendi) et du désir de dominer (libido dominandi).

    Qui pense libido pense à Sigmund Freud. Le fondateur de la psychanalyse nommait « épistémophilie » ce désir de connaître. Pour lui, ce serait l’expression sublimée de la pulsion sexuelle.
    Épistémophilie ?
    Cela sonne comme une perversion sexuelle, une manie de tout savoir et de vouloir fouiller partout…
    lire la suite... sur le site : scienceshumaines.com


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.scienceshumaines.com/d-ou-vient-le-desir-d-apprendre_fr_35410.html#achat_article

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : scienceshumaines.com

  140. BOURDIEU ET LES SCIENCES SOCIALES

    BOURDIEU ET LES SCIENCES SOCIALES

    Réceptions et usages,
    Catherine Leclercq, Wenceslas Lizé et Hélène Stevens (dir.),
    La Dispute, 2015, 346 p., 28 €.

    Maud Navarre

    Mensuel N° 278 - février 2016 - Les lois de la réputation - 5€50 - Disponible à partir du 15/01/16

    Pierre Bourdieu (1930-2002) a voulu faire de la sociologie une science autonome en la dotant d’une théorie et d’une méthode spécifiques. Bien des années après sa mort, sa pensée est présente dans l’ensemble des sciences sociales, à des degrés divers selon les disciplines. Cet ouvrage collectif en rend compte de manière inédite.

    Première discipline concernée : la sociologie, sur laquelle l’influence de Bourdieu a été, et reste, très importante. Trois contributions lui sont consacrées. Celle de Gérard Mauger met en évidence l’influence de l’histoire personnelle de Bourdieu, notamment son origine sociale modeste, sur son analyse de la domination sociale. Parmi les admirateurs, on trouve également des politistes convaincus par la théorie des « champs sociaux relativement autonomes ».

    En revanche, d’autres disciplines demeurent critiques à l’égard du sociologue, même si elles s’en inspirent parfois. Par exemple, les anthropologues, soucieux d’universalité, soulignent souvent les limites d’une théorie circonscrite à la France de la seconde moitié du 20e siècle. Ailleurs encore, la reconnaissance des travaux de Bourdieu a pu se révéler lente. Les explications sont multiples, tenant tant à la spécificité des disciplines qu’à l’influence limitée de la sociologie, science « dominée » en France. C’est seulement dans les années 1990, lorsque les travaux de Bourdieu acquièrent une reconnaissance internationale, qu’ils deviennent légitimes et s’imposent en France. Mais certaines disciplines émergentes comme l’information-communication s’y intéressent peu. Leur souci de développer des analyses autonomes les conduit à délaisser l’œuvre du sociologue. Par ailleurs, la dimension critique de la sociologie de Bourdieu dérange, notamment les juristes, que le chercheur considérait comme les gardiens de la doxa.

    Pour autant, de la simple allusion jusqu’à la reprise, voire à l’approfondissement de tout ou partie de son arsenal conceptuel, la pensée de Bourdieu reste, selon les auteurs de ce recueil, bien vivante.


    Cet article a été téléchargé ainsi qu’à lire sur le site : http://www.scienceshumaines.com/bourdieu-et-les-sciences-sociales_fr_35743.html

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : scienceshumaines.com

  141. JEUNES : DE L'AVENIR À LA DÉRIVE ?

    JEUNES : DE L'AVENIR À LA DÉRIVE ?

    Un défi pour la psychanalyse


    Numéro 19 - Revue semestrielle - Dans la revue : Savoirs et clinique
    Avec la participation de Isabelle BALDET, Sylvie BOUDAILLIEZ, Annie BOURGOIS, Laurent CHAINE, Fukuda DAISUKE, Emmanuel FLEURY, Daisuke FUKUDA, Romain HUET, Thérèse HULOT, Franz KALTENBECK, Vincent LE CORRE, Brigitte LEMONNIER, Sylvain MASSCHELIER, Geneviève MOREL, Kada OULDAMAR, Olivier SARROUY, Richard SOBEL, Monique VANNEUFVILLE, Bénédicte VIDAILLET

    L’horizon, qui apparaît aujourd’hui bouché à la jeunesse, peut amener à la résignation, voire pousser les plus fragiles vers les franges extrémistes de la société ; aider les jeunes à sortir de leurs impasses nécessite une réflexion théorique et clinique adaptée aux problèmes de notre temps. Solidaire depuis son origine avec la jeunesse, la psychanalyse s’oppose à sa dévalorisation par le discours capitaliste. Elle doit s’appliquer aujourd’hui à remobiliser l’objet du désir, les talents et la volonté d’innovation de jeunes gens qui ont toujours été ses alliés.

    Parution : 15 octobre 2015
    EAN : 9782749247656
    Savoirs et clinique
    2/2015
    Thème : Psychanalyse
    1 numéro - 20.00 €

    Cet article a été téléchargé ainsi qu’à lire sur le site : http://www.editions-eres.com/ouvrage/3604/jeunes-de-l-avenir-a-la-derive

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : editions-eres.com

  142. LES EFFETS POSITIFS DE LA MEDITATION

    Méditation effets positifs sur la tension artérielle et les maladies cardio-vasculaires

    La méditation permet de se relaxer et de déconnecter un moment de la vie réelle. De plus en plus d’ études révèlent chaque année les bienfaits de la méditation, notamment sur la dépréssion, l’obésité, le stress, et les insomnies.
    Certaines études ont également mis en évidence que les bienfaits de la méditation sur le système cardiovasculaire et la tension artérielle. Une étude parue en 2015 dans la revue Plos One et mise en avant sur Santé-Log, montre que la méditation transcendantale, combinée à un mode de vie sain, permet de stimuler les gènes qui produisent la télomérase, une enzyme associée à une diminution de la tension artérielle. En effet, le stress et notre mode de vie mais également le dysfonctionnement des télomères représenteraient des facteurs de risques important de développer une Hypertension artérielle.

    Télomères et télomérases
    Les télomères sont des structures naturellement présentes dans notre organisme situées à l'extrémité des chromosomes qui raccourcissent lors de la division cellulaire jusqu’à l’arrêt irréversible entraînant ainsi le vieillissement de nos cellules. La tolérase est une enzyme qui permet de réparer les télomères dont le raccourcissement entraîne le vieillissement de nos cellules. Des télomères plus longs sont associés à une longévité plus élevée tandis que ceux plus courts à une à une espérance de vie diminuée

    Hypertension artérielle
    10 millions de personnes environ en France présentent une hypertension artérielle, encore appelée HTA. L’hypertension artérielle est à l’origine de 7 millions de morts chaque année dans le monde et près d’un milliard d’individus présentent des effets liés à l’hypertension artérielle. Une hypertension artérielle insuffisamment contrôlée peut entrainer des complications cardio vasculaires, cérébrales ou rénales, à l’origine par exemple d’infarctus du myocarde ou d’AVC. En effet, au cours d’une Hypertension artérielle, la pression exercée par le sang sur la paroi des artères est trop élevée, augmentant ainsi le travail du cœur et le fragilisant.

    Diminution du stress et modification du mode de vie : effets positifs sur la tension artérielle
    Cette enquête fait le point sur les conséquences d’une diminution du stress et d’un changement de mode de vie sur la pression artérielle mais également sur l'expression du gène de la télomérase.

    Modalités
    L’ADN de 48 hommes et femmes, afro-américains, présentant une Hypertension artérielle a été examiné : 24 personnes ont adhéré à un groupe pratiquant la Méditation Transcendantale et ont suivi un programme d’éducation sanitaire, et les 24 autres personnes ont suivi un programme modifiant leur mode de vie en leur permettant de perdre du poids, d’effectuer une activité physique régulière, de diminuer les apports en sel et leur consommation d’alcool.
    Les 2 groupes montrent après 4 mois de suivi aucune différence notable entre la méditation et la modification du mode de vie : les 48 personnes des 2 groupes présentent tous une diminution de la tension artérielle.
    Mécanismes
    La méditation transcendantale et un changement de mode de vie permettent une augmentation de l'expression du gène de télomérase en réactivant les 2 gènes qui codent pour la télomérase, préservant ainsi les télomères et ralentissant le vieillissement cellulaire. L’augmentation des taux de télomérase entraîne ainsi une diminution de l'hypertension artérielle.

    Conclusion
    La diminution du stress ainsi que méditation transcendantale participeraient activement à la prévention des maladies cardio-vasculaires.


    Sources:
    • Santé Log
    • PLOS ONE, Novembre 2015: Effects of Lifestyle Modification on Telomerase Gene Expression in Hypertensive Patients,http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0142689:
    http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/55012-meditation-definition-et-principes


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/55219-meditation-effets-positifs-sur-la-tension-arterielle-et-les-maladies-cardio-vasculaires?een=f1ee69614ab03d637a90346d9863ada4&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml149_mangerequilibre

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : :sante-medecine.journaldesfemmes.com

  143. LE PERVERS NARCISSIQUE

    LE PERVERS NARCISSIQUE

    Le pervers narcissique est souvent un trouble de la personnalité qui est difficile à soigner, dans la mesure où le principal intéressé ne s'aperçoit pas toujours de son trouble.

    C'est souvent l'entourage qui voit que quelque chose ne va pas. S'il ne prend pas les mesures nécessaires, comme consulter un psychologue ou entamer une psychanalyse, le phénomène peut entraver lourdement ses relations.
    Le pervers narcissique a souvent une vie de couple instable et des rapports avec l'entourage familial ou social conflictuels. Il est donc important pour lui de se faire aide

    Quel est le portrait-type du pervers narcissique ?

    Entre perversion et narcissisme...
    Le pervers narcissique est une expression qui décrit un trouble de la personnalité chez un individu ayant érigé un mécanisme de défense par rapport à autrui.

    À l'origine de ce trouble, il y a un traumatisme lui a fait endosser une sorte de « carapace » qui est souvent très difficile à vivre pour l'entourage.

    Cette « carapace » ou perversion consiste souvent à faire passer ses propres besoins avant ceux des autres. Il retourne (d'où le mot « per-version ») chaque situation ou chaque dialogue à son propre avantage, ce qui peut souvent entraîner le mensonge dans son discours.
    Si l'on associe le narcissisme à la perversion dans ce cas précis, c'est parce qu'il est tourné vers lui-même de façon excessive. Le pervers narcissique est souvent dénué d'empathie, c'est-à-dire de compassion pour autrui.
    Tout ce qui le touche de près est primordial (travail, famille) mais il manque d'intérêt pour les autres.

    ...et la manipulation

    Le pervers narcissique arrive presque toujours à ses fins.
    Dans le cadre d'une relation, le conflit est souvent l'issue par laquelle la victime finit par s'enfuir !
    Il est par ailleurs difficile pour le conjoint, dans le cadre d'une relation amoureuse, de détecter dès le début d'une relation ce qui va se passer.
    Il est tout aussi difficile ensuite de déjouer la manipulation, le pervers narcissique jouant toujours la carte de la culpabilité, car le conjoint finit par culpabiliser et à se laisser manipuler jusqu'au prochain conflit.

    Que faire et quels sont les traitements possibles ?

    Au vu de ce qui précède, il est difficile de dire à une personne souffrant de ce type de personnalité qu'il s'avère utile de consulter un psychologue ou d'entamer une psychanalyse.
    L'aspect narcissique du personnage veut qu'il soit toujours apprécié et reconnu par l'entourage.
    Dans des cas rares, le pervers narcissique peut avoir une prise de conscience qui l'oblige à faire un travail sur lui-même ou une psychanalyse, par exemple, après plusieurs divorces ou plusieurs échecs relationnels.
    La psychanalyse va aider le patient à faire ressortir le mal-être qui a occasionné ce type de personnalité et à mettre au jour l'origine de ce mécanisme de défense en remontant souvent à la petite enfance.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://psychotherapie.comprendrechoisir.com/comprendre/pervers-narcissique

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : psychotherapie.comprendrechoisir.com

  144. TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS


    TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS : LES ENFANTS AUSSI


    Les troubles obsessionnels compulsifs (TOC), touchent aussi bien les adultes que les enfants. D'apparence inoffensifs, ces rituels répétés en permanence peuvent pourtant vite tourner au cauchemar pour l'enfant. Comment y faire face ? Peut-on en guérir ?

    Par La rédaction d'Allodocteurs.fr - Rédigé le 27/10/2008

    D'où viennent les TOC ?

    Se laver les mains plus de 100 fois par jour par peur d'être contaminé, vérifier sans cesse que sa porte est fermée... Des rituels qui peuvent devenir totalement envahissants, et qui sont présents pour conjurer des pensées angoissantes. Entre 2 et 3% des Français souffrent de troubles obsessionnels compulsifs (TOC) selon l'association AFTOC. Derrière ces trois lettres se cachent souvent des souffrances profondes qui réclament beaucoup d'énergie pour les dépasser.

    Aucune cause neurologique n'a réellement été identifiée pour expliquer cette maladie psychiatrique. Mais un dysfonctionnement au niveau d'un messager chimique du cerveau, la sérotonine, semble bien exister. Ce messager permet de transmettre l'influx nerveux entre les neurones de certains réseaux. Une fois libérée, la sérotonine est capturée par un récepteur (une pompe) du neurone suivant. Dans le cas de TOC, on note une hyperactivité de la sérotonine dans certaines zones du cerveau.

    Autre indice : quand on consomme des substances chimiques qui ont la même action que la sérotonine, les symptômes obsessionnels compulsifs tendent à augmenter. Si au contraire on administre des substances qui bloquent l'action de la sérotonine, les signes s'atténuent.

    Les TOC comportent deux types de perturbations psychologiques : les obsessions et les compulsions.
    Les obsessions regroupent des pensées ou des images qui font irruption dans l'imaginaire de l'enfant. Elles reviennent sans arrêt, persistent et, la plupart du temps, elles sont anxiogènes et douloureuses. L'enfant va par exemple avoir peur de se salir, des germes et de la contamination, peur des catastrophes ou que quelque chose de terrible arrive à ses parents.
    Les compulsions regroupent plutôt des actes répétitifs, comme toucher plusieurs fois le même objet ou se laver sans arrêt les mains ou encore compter et réciter la même phrase de façon précise et ritualisée. Ces compulsions ont pour but de diminuer l'angoisse générée par les obsessions. Le cerveau intègre cet effet bénéfique, mais comme il est de courte durée, l'enfant est "obligé" de répéter son rituel.

    Comment reconnaître un TOC ?

    L'origine des TOC n'est pas vraiment connue, mais les spécialistes soupçonnent des causes génétiques et familiales. Une perturbation biologique serait aussi en cause. Ces actes, qui peuvent parfois prêter à sourire, ne procurent aucun plaisir au malade, qui se sent contraint de les accomplir. Les premiers signes peuvent apparaître dès la plus jeune enfance, vers l'âge de 4-6 ans.

    Mais attention, il ne faut pas les confondre avec les petites manies qu'ont tous les enfants. Certains rituels font, eux, partie du développement psychique, intellectuel et affectif des enfants. Ils les aident à les protéger de l'extérieur.
    Quelques indices peuvent permettre de les différencier des TOC : si l'enfant peut arrêter son rituel sans crise, il ne s'agit sans doute pas d'un trouble obsessionnel. En revanche, s'il prend plus d'une heure pour effectuer ce rituel, cela peut être le cas.
    Ces rituels qui empoisonnent la vie de l'enfant

    Les rituels vont envahir progressivement la vie de l'enfant, jusqu'à empoisonner sa vie quotidienne avec sa famille, ses amis et même à l'école. Il peut se retrouver en échec scolaire.
    L'enfant se renferme, s'isole de plus en plus pour faire ses rituels. Les tout-petits ne se rendent pas comptent que leurs comportements ne sont pas normaux, ils leur trouvent une explication, mais les adolescents ont parfaitement conscience de l'absurdité du geste, et c'est justement ce qui va les rendre plus agressifs, plus renfermés. Ils ont peur d'en parler, peur d'être pris pour des fous. Ils donnent l'impression d'être tristes et fatigués.

    Comment faire face à ses TOC ?

    Ces obsessions, ces compulsions, ces rituels sont intérieurs ou extériorisés. Pour l'individu qui en souffre, ces pensées ou comportements répétitifs sont irrépressibles. Il est contraint de les faire même s'il en reconnaît le caractère absurde. Les TOC peuvent sérieusement altérer la vie des personnes qui en souffrent.

    Soigner les TOC est possible. La première chose à faire est de ne pas aider l'enfant à accomplir sans arrêt son TOC.
    Il faut surtout consulter un psychologue le plus tôt possible. L'enfant aura ainsi plus de chance de se débarrasser de ses TOC et de mener une vie plus tranquille.

    La thérapie comportementale et cognitive, associée à la prise de médicaments, reste le traitement le plus courant dans la prise en charge des troubles obsessionnels compulsifs. C'est une thérapie active pendant laquelle le thérapeute va demander à son patient d'effectuer des exercices afin de dépasser ses angoisses.

    Autre solution : quand les TOC sont très invalidants et résistants aux traitements psycho-comportementaux et médicamenteux classiques, la psychochirurgie peut être une bonne indication. Depuis 2008 une vingtaine de patients par an, souffrant de TOC très sévères, ont été opérés en France dans le cadre de protocoles thérapeutiques. Cette chirurgie consiste à introduire une électrode au niveau du noyau subthalamique. Pour se faire, le neurochirurgien fait un trou de quelques centimètres au niveau de la boîte crânienne. À l'aide d'un guide, il introduit une mini-électrode reliée à un câble. Une fois le crâne refermé, ce câble est relié à un petit boîtier placé sous la clavicule du patient. C'est à partir de ce boîtier que la stimulation s'effectue.

    Une thérapie comportementale chez les adultes

    Chez les adultes aussi, la thérapie comportementale est le pilier du traitement. Elle apprend à affronter progressivement ses angoisses sans compulsion. La thérapie donne des outils pour affronter ses angoisses. Là encore, un médicament antidépresseur est associé à la thérapie.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/bien-etre-psycho/psycho/tocs-et-phobies/troubles-obsessionnels-compulsifs-les-enfants-aussi_204.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  145. VIOLENCES SEXUELLES

    COMMENT PARLER DES VIOLENCES SEXUELLES AUX ADOS ?

    Les violences sexuelles sont un fléau qui touche une femme sur quatre et un homme sur six, au cours de leur vie. Dans l'enfance et l'adolescence, elles concernent autant les filles que les garçons. Les parents n'osent pas toujours en parler, alors que la prévention des violences sexuelles est impérative. Comment aborder ce thème difficile ? Quels mots choisir ?

    Par Dr Charlotte Tourmente, psycho-sexologue - Rédigé le 20/01/2016

    Qui parle de sexualité ?

    Paradoxalement, les parents ne sont pas forcément les mieux placés pour assurer l'éducation et la prévention. Tous ne s'en sentent pas les épaules : trop gênés d'en parler avec leur enfant, trop pudiques, ou trop imprégnés par l'éducation qu'ils ont reçue, véhiculant une image sale, "qui ne se fait pas", de la sexualité et de tout ce qui s'y rapporte.
    Les enseignants et les professionnels de santé sont bien évidemment des interlocuteurs de choix. "Un oncle ou une tante, le parrain ou la marraine, un ami adulte en qui l'enfant et l'adolescent a toute confiance, peuvent l'être également", confirme Stéphanie Mouclier.
    Certaines associations interviennent de façon adéquate : Stop aux violences sexuelles, le Cler (catholique), le Planning familial plus "technique" et parfois anxiogène,…

    Quand parler des violences sexuelles?

    La prévention des violences sexuelles chez l'adolescent commence bien plus tôt qu'à l'adolescence. Parler sexualité se fait le plus tôt possible : "dès la naissance ! s'exclame Stéphanie Mouclier, éducatrice et intervenante pour l'association Stop aux violences sexuelles. Dès que l'on touche le bébé pour sa toilette quand on lui parle de son corps pour lui en donner les limites… "

    Il est primordial de parler d'éducation avant d'aborder la prévention. Tout simplement pour ne pas associer la sexualité à quelque chose qui fait peur et qui est dangereux… "La sexualité est avant tout belle et bonne, c'est ça le message clé", estime-t-elle. Puis on enchaîne sur le fait que leur corps leur appartient et qu'il faut le respecter, c'est primordial.
    Chez les plus jeunes, l'éducation passera par nommer les organes génitaux, quand ils apprennent les noms des différents organes : le pénis, les testicules, la vulve et le vagin ne sont pas plus "honteux" que les yeux ou le nez.
    L'association Stop aux violences sexuelles a déterminé un programme de prévention intitulé "A chaque âge son message". A la maternelle, il s'agit de faire prendre conscience de leur corps aux plus petits : sentir leur corps, explorer ses limites, protéger son territoire. En classes élémentaires, le thème général sera de respecter son corps et le corps de l'autre. Au CP, ils apprendront que leur corps leur appartient, au CE2 de savoir dire stop (à la pression de groupe particulièrement), en CM1 à dire ce qui dérange, puis en CM2 à respecter le corps de l'autre.
    Au collège, l'objectif est de leur apprendre à s'affirmer et à savoir dire non. La sexualité, le sentiment amoureux, la violence sexuelle et l'emprise sont abordés. Et au lycée, l'objectif est de respecter et faire respecter les droits et les devoirs de chacun, avec des sous-thèmes portant sur : "Et si l'un veut, l'autre pas", la séduction et le désir. A ce propos, l'éducatrice a une jolie formule : "les ados se demandent souvent quand ils seront prêts à faire l'amour : c'est simple, c'est lorsque la tête, le cœur et le corps sont en phase."

    Violences sexuelles : comment en parler ?

    La prévention consiste à leur expliquer de se faire confiance : "Les enfants sentent quand quelque chose n'est pas normal (un proche qui ne se comporte pas normalement, par exemple), explique l'éducatrice. Il faut leur apprendre à se faire confiance".
    Car s'il sent que ça ne va, même s'il ne comprend pas pourquoi, il se fera confiance, s'écoutera et ne se forcera pas : "Si le cadre parental est sain, il sera capable de dire : non, ça ne me plaît, ne me touchez pas. Et il en parlera à ses parents". S'il ne l'est pas, il n'osera pas le dire…
    Elle rappelle que les prédateurs sexuels s'attaquent aux enfants qui ont une faille, une estime de soi basse et peu confiance en eux. L'éducation est donc très globale : la prévention des ados commence dès l'enfance, en leur apprenant à se faire confiance, en nourrissant leur estime d'eux et en les assurant de notre soutien indéfectible.
    Faut-il utiliser leur langage ? Oui et non… "Moi je reprends toujours les mots argotiques qu'ils utilisent, en précisant que l'on parlera durant la séance de pénis et de testicules, le vrai nom anatomique", s'amuse Stéphanie Mouclier.

    Comment en parler, en l'absence d'éducation sexuelle avant l'adolescence ?

    "On parle d'abord du corps, en nommant les parties génitales, en abordant la taille des pénis, des lèvres, de leur couleur, du clitoris,… conseille Stéphanie Mouclier. On fait un cours d'anatomie précis sans faire de porno !"
    Ensuite, les transformations à la puberté nécessitent d'être détaillées en les félicitant sur ces changements, qui marquent leur entrée dans le monde des adultes : les poils, la sueur, l'acné, les hanches qui s'élargissent, les seins et testicules qui prennent du volume, les cheveux qui deviennent gras, la mue dans les deux sexes,… "Une fois qu'ils comprennent leur corps, ils ne se laissent pas toucher parce qu'ils s'approprient leur corps", estime-t-elle.
    Il faut également leur parler de la crise d'adolescence et des changements psychologiques qu'elle implique : à cette période où l'on s'éloigne de ses parents pour se rapprocher de ses amis, il est difficile de raconter les situations critiques à ceux que l'on vient d'insulter. D'où l'importance de les rassurer sur le soutien inconditionnel : "en ce moment, c'est compliqué entre nous, mais nous sommes là pour toi, c'est un amour inconditionnel qui n'est pas lié à ton comportement. Et nous te croirons."
    La confiance en soi est vitale et il faut en parler avec l'adolescent, lui dire de se faire confiance avant tout s'il n'est pas à l'aise dans une situation, avec quelqu'un. Il est primordial de lui rappeler qu'il peut tout leur dire, même après une dispute ou dans un contexte conflictuel, que ses parents le croiront toujours …

    Que faire si l'ado ne veut pas en parler ?

    "S'il est bloqué, il ne faut pas forcer, évalue Stéphanie Mouclier. Mais il faut se poser la question de l'origine de ce blocage, sans le brusquer : a-t-il subi des violences sexuelles ? Ou est-il simplement très pudique ?"
    Les parents peuvent l'envoyer chez un pédiatre, un médecin, un éducateur, un conseiller conjugal (formé dans ce domaine) qui accepte d'en parler avec l'adolescent. "Je sors mes planches anatomiques, je lui explique concrètement les règles et l'érection,… détaille-t-elle. On parle d'eux, de leur corps et à partir de là, le dialogue est lancé. En une séance, c'est réglé !"

    La violence, psychologique avant tout

    Stéphanie Mouclier rappelle que les agressions se font dans 80% des cas par des personnes que l'on connaît et sans violences physiques.
    Une personne de confiance va prendre une emprise psychologique sur l'enfant : il l'emmène au cinéma ou au zoo, lui offre des bonbons, des cadeaux… et il le viole en douceur et en toute impunité.
    "Comme les parents lui font confiance, l'enfant ne dit rien puisque le cadre familial le donne en référent, détaille-t-elle. Les enfants pensent que les agressions sexuelles se font avec des violences physiques mais la plupart du temps, ce n'est pas ça !"
    L'éducatrice rappelle que les termes "agressions" et "violences sexuelles" ne parleront pas à l'enfant. En revanche, il comprendra si on lui demande s'il y a des choses qu'il n'aime pas, qu'il aimerait ne plus ne plus vivre… Tout le travail de prévention porte là-dessus, auprès des enfants et des adultes bien sûr.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/grossesse-enfant/ado/sexualite-des-ados/ados-comment-leur-parler-des-violences-sexuelles_18406.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  146. PHOBIE SOCIALE

    PHOBIE SOCIALE
    CAUSES, SYMPTÔMES ET TRAITEMENTS


    La phobie sociale désigne une hypersensibilité au jugement d’autrui. Contrairement à la timidité, elle altère considérablement la qualité de vie. Comment se manifeste-t-elle et comment la traiter ?

    Définition

    Une peur intense de toutes les situations sociales et une attitude d'évitement pour ne pas avoir à les subir caractérisent la phobie sociale, ou anxiété sociale. Comme dans tous les troubles anxieux, la personne qui en souffre sait que ses peurs, en l'occurrence d'avoir un comportement embarrassant ou humiliant, sont irrationnelles. Elles provoquent pourtant de véritables crises de panique. La phobie sociale porte sur le regard des autres et est vraiment handicapante dans la vie quotidienne. Elle se traite avec des médicaments mais aussi et surtout avec une thérapie comportementale et cognitive (TCC).

    Causes et facteurs de risques

    La phobie sociale repose sur plusieurs types de facteurs. Elle peut être la conséquence d’une expérience sociale humiliante, ou d’un événement traumatisant : moqueries, agression, mise à l’écart. La phobie sociale peut également trouver son origine dans l’enfance, avec des parents isolés socialement ou surprotecteurs.

    Cette forme d’anxiété affecte le plus souvent les adolescents, et davantage les femmes que les hommes.

    Parmi les situations qui déclenchent l’apparition des symptômes : la nouveauté, la prise de parole en public, et l’exposition au regard des autres

    Symptômes

    Les symptômes caractéristiques de la phobie sociale sont des crises d’angoisse, un sentiment de honte, le repli sur soi, la peur d’être jugé, des pensées négatives et une mauvaise estime de soi. La phobie sociale se traduit également par des comportements d’évitement et de dissimulation : refus d’invitations voire de promotion professionnelle pour éviter la prise de parole, éviter de regarder les autres personnes dans les yeux, éviter de donner son avis.

    La phobie sociale peut aussi s’exprimer physiquement : tremblements, vertiges, augmentation du rythme cardiaque, transpiration, rougissement.

    La phobie sociale ne doit pas être confondue avec la timidité qui s’exprime par une simple gêne et qui évolue favorablement avec le temps. La phobie sociale est une situation extrême ayant de forts retentissements sur la scolarité, la vie professionnelle, et la vie sociale. Dans les situations où une personne timide parvient à surmonter ses peurs, la personne qui souffre de phobie sociale en est incapable.

    Traitements
    Les traitements habituellement préconisés pour soigner la phobie sociale sont la thérapie cognitive et comportementale (TCC) et les médicaments.

    En groupe ou individuelle, la thérapie consiste à confronter le patient à ses peurs et à l’entrainer progressivement à s’affirmer. Des techniques de relaxation et de méditation peuvent également être employées.

    Le traitement médicamenteux consiste en une prise d’antidépresseurs pour soulager les symptômes de la phobie sociale, notamment les manifestations physiques. Leur effet est rapide, mais l’efficacité ne se maintient généralement que sur le court terme.
    Les deux traitements peuvent être prescrits de manière distincte ou combinée, au cas par cas.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/22270-phobie-sociale-definition

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : sante-medecine.journaldesfemmes.com

  147. SYNDROME D'ASPERGER ET AUTISME

    SYNDROME D'ASPERGER ET AUTISME

    Le syndrome d'Asperger est un trouble envahissant du développement qui affecte plus particulièrement les garçons. Comment se manifeste-t-il ? Quels sont les traits typiques de ce trouble et comment est-il pris en charge ?

    Définition
    Le syndrome d'Asperger fait partie des troubles envahissants du développement (TED) apparentés à l'autisme, qui affecte plus fréquemment les garçons que les filles. Il se manifeste relativement précocement, et peut se diagnostiquer dès l'âge de trois ans.

    Symptômes
    Ce trouble affecte à différents niveaux les personnes qui en sont atteintes :
    • Vie sociale : manque de communication verbale, incompréhension des émotions et des intentions de l'autre,
    • perceptions sensorielles ,
    • motricité.

    Les enfants affectés par le syndrome d'Asperger ne souffrent généralement pas de retard de langage, contrairement aux enfants atteints par d'autres troubles du spectre autistique.

    Le trait le plus distinctif du syndrome d'Asperger est un intérêt démesuré, souvent exclusif, pour un domaine précis, comme l'informatique par exemple.

    Autres symptômes
    • Manque d'intérêt pour le contact humain,
    • difficultés à comprendre certaines expressions verbales (métaphores, jeux de mots),
    • difficulté à comprendre et décoder la communication non verbale (gestes, postures, contact visuel),
    • problèmes d'équilibre,
    • réactions anormales affectant les sens : sentiment d'oppression au toucher, réaction inappropriée à un environnement bruyant (ouïe).
    • activités répétitives (ex : fixation d'un objet en mouvement).

    Diagnostic
    Le diagnostic repose sur l'observation de ces différents signes, et sur la réalisation de différents bilans : tests de QI verbal et non verbal, bilan orthophonique, bilan psychomoteur, bilan pédopsychiatrique.

    Prise en charge thérapeutique du syndrome d'Asperger
    Les causes du syndrome d'Asperger n'étant pas encore parfaitement connues, il n'existe pas de traitement spécifique pour ce trouble. La prise en charge est pluridisciplinaire, et vise à favoriser le suivi de la scolarité et l'intégration sociale future du patient.

    Elle repose notamment sur :
    • Une thérapie cognitivo-comportementale (améliorer la gestion du stress),
    • des aménagements scolaires avec une aide individualisée,
    • le soutien et la formation des parents (techniques comportementales à utiliser à la maison),
    • la modification des habitudes de langage et de motricité.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/7580-syndrome-d-asperger-et-autisme?een=f1ee69614ab03d637a90346d9863ada4&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml149_lagrippeestlas

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : sante-medecine.journaldesfemmes.com

  148. ÉVITER LES PANNES SEXUELLES

    ÉVITER LES PANNES SEXUELLES

    Pour un homme, avoir des relations sexuelles le plus souvent possible serait le meilleur moyen de ne pas souffrir de troubles de l'érection.
    Une étude finlandaise, publiée en Juin 2008 dans la revue The American Journal of Medicine et Menée auprès de 989 hommes finlandais âgés de 55 à 75 ans par le Dr. Juha Koskimaki, de l'Université de Tampere, a démontré un lien direct entre fréquence des rapports sexuels et performances sexuelles.
    D'après les auteurs de l'étude, le fait de faire souvent l'amour "entretient" les fonctions érectiles d'un homme, en favorisant l'afflux de sang dans le pénis.

    Faire l'amour au moins une fois par semaine
    Les hommes qui déclaraient avoir moins d'une relation sexuelle par semaine avaient plus de deux fois plus de risques de développer des troubles de l'érection que ceux qui faisaient l'amour au moins une fois par semaine. Chez les hommes qui font l'amour moins d'une fois par semaine, le risque de dysfonction érectile est de 79 cas pour 1.000, contre 32 cas pour 1.000 chez ceux qui ont des relations sexuelles au mois une fois par semaine.

    Des relations sexuelles 3 à 4 fois par semaine
    Ceux qui ont des relations sexuelles trois à quatre fois par semaine ne sont plus que 16 pour 1.000 à souffrir de problèmes d'érection. L'étude ne portait que sur les relations sexuelles, les conséquences de la masturbation sur les performances sexuelles n'ont donc pas été évaluées.
    Sources: Relaxnews


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/562-eviter-les-pannes-sexuelles?een=f1ee69614ab03d637a90346d9863ada4&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml149_lagrippeestlas

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : sante-medecine.journaldesfemmes.com



    PROBLÈME D'ÉRECTION (DYSFONCTION ÉRECTILE)

    Les troubles de l'érection sont fréquents et augmentent avec l'âge. Ils concernent presque tous les hommes à un moment ou un autre de leur existence. Les dysfonctions érectiles touchent plus de 50% des hommes âgés de 40 à 70 ans et environ 70% des hommes âgés de 70 ans. Les érections spontanées sont moins fréquentes avec l'âge, l'érection met un peu plus de temps à venir et la rigidité de la verge est de moins bonne qualité. Le temps nécessaire entre deux érections est également plus long.
    Les termes dysfonctions érectiles et pannes sexuelles ont remplacé depuis quelques années le terme "impuissance", jugé trop négative et violent par une grande majorité de médecins et d'hommes concernés.

    Définition
    Une dysfonction érectile correspond à une difficulté (ou une impossibilité complète) d'avoir ou de maintenir une érection suffisante permettant d'obtenir des rapports sexuels satisfaisants et une pénétration durable avec sa partenaire. Il s'agit d'une anomalie pouvant survenir épisodiquement, ou bien devenir plus régulière voire même permanente dans certains cas. Les troubles de l'érection surviennent plus fréquemment avec l'âge, chez les fumeurs, les personnes consommant de l'alcool et/ou présentant un surpoids.
    Un homme atteint de pannes sexuelles doit dédramatiser et savoir que cette situation est fréquente. Il doit consulter rapidement afin d'éviter l'aggravation des symptômes. Une dysfonction érectile peut être minime, épisodique ou persister depuis plusieurs mois.

    Symptômes
    Une dysfonction érectile peut se manifester par une impossibilité d'obtenir une érection, une impossibilité de pénétrer la partenaire ou encore une difficulté à maintenir une érection rigide et stable au cours des rapports sexuels avec, pour certains hommes, une interruption rapide de l'érection après avoir pénétré sa partenaire et sans réussir à éjaculer.

    Répercussions
    Rappelons que l'OMS définit la sexualité faisant partie intégrante de notre santé. Vivre une sexualité harmonieuse permet de s'épanouir et de se sentir bien dans sa peau. Ce sujet reste encore tabou pour beaucoup d'hommes et parfois même encore pour les membres du corps médical. Les hommes qui ont honte, n'osant pas aborder la question et affronter la réalité, sont encore beaucoup trop nombreux. Ils perdent du temps, s'angoissent, culpabilisent et aggravent ainsi leurs difficultés.

    Ces pannes provoquent une mauvaise estime de soi, une culpabilité et une atteinte à la virilité. Les hommes atteints de ces pannes se sentent dévalorisés. Ils prennent le risque d'entraîner échecs sur échecs. Ils n'osent pas affronter la réalité en face, ignorent souvent qu'ils peuvent être traités et ne bénéficient pas des traitements qui peuvent les aider à surmonter cette situation.
    Les dysfonctions érectiles peuvent avoir des répercussions sur le plan personnel et privé, mais également sur le plan professionnel. Une dépression peut être à l'origine d'un trouble de l'érection
    Beaucoup d'hommes connaissent une impuissance passagère, une panne sexuelle qui survient par exemple en cas de stress, de surmenage ou de fatigue. Un cercle vicieux peut alors s'installer : la peur de voir apparaître une autre panne angoisse l'homme qui en est atteint, perturbant ainsi encore davantage l'érection suivante.
    L'angoisse de la performance et de ne pas arriver à obtenir une relation sexuelle satisfaisante et tout simplement de "ne pas y arriver", entretient l'anomalie, encore épisodique le plus généralement à cette étape. Les troubles de l'érection ont systématiquement des répercussions sur l'équilibre psychologique. Une bonne rigidité de l'érection confère une plus grande confiance en soi en permettant une sexualité épanouie. Beaucoup d'hommes éprouvent des difficultés à parler de leur sexualité et continuent à souffrit en silence. Ne perdez pas de temps et n'hésitez pas à consulter sans tarder : il existe des traitements qui peuvent soulager rapidement le problème. Oser en parler à son médecin, c'est déjà aller mieux. Si les symptômes persistent au delà de 3 mois, ne tardez pas à consulter

    Statistiques
    15% des hommes qui sont atteints d'hypertension artérielle présentent des problèmes de dysfonction érectile. 25% des hommes qui sont concernés consultent un médecin tandis que 60% le souhaiteraient. 20% des troubles de l'érection sont d'origine psychologique et 80% sont provoqués par une anomalie médicale
    Un faible pourcentage d'hommes souffrant de pannes sexuelles est pris en charge correctement: la grande majorité d'entre eux ne consultent pas car ils ont honte mais également car ils ne pensent pas qu'il existe des traitements efficaces ou, pour les hommes plus âgés, que l'apparition de cette gêne est normale et définitive.

    Pannes sexuelles
    Vérifier avant tout qu'il n'existe pas une absence de désir envers sa partenaire. Vérifier l'existence d'érection nocturne ou matinale : un autre élément important consiste à savoir si des érections involontaires et spontanées surviennent durant la nuit ou au petit matin. La survenue de ces érections signifie que l'homme est capable d'en avoir. Cette situation est plutôt en faveur d'une cause psychologique. Vérifier que la prise d'un médicament ne peut provoquer un trouble de l'érection

    Attitude de la partenaire
    L'attitude de la partenaire est importante. Certaines femmes se sentent coupables ou fautives. D'autres sont honteuses ou sont inquiètes. Certaines se résignent et n'abordent pas le problème. La plupart des partenaires adoptent une attitude positive et poussent leur partenaire à consulter le plus rapidement possible.

    Causes
    Les causes peuvent être d'origine médicale ou psychologique. Les deux sont souvent associées. Les causes médicales et les facteurs de risque les plus fréquentes d'un trouble de l'érection

    Causes hormonales
    L'hypoandrogénie, ou andropause, s'accompagne d'une baisse du désir et d'une diminution des érections nocturnes et matinales. Elle correspond à une baisse du taux de testostérone.

    Plaques d'athérome
    Les plaques d'athérome représentent la première cause de dysfonction érectile d'origine organique : le dépôt de plaques d'athérome sur les parois des artères irriguant le pénis peut provoquer un rétrécissement des artères et empêcher le sang de circuler normalement et de maintenir une érection. Le terme d'angor pénien ou angine du pénis, en relation avec celui de l'angine de poitrine pour le coeur, est souvent évoqué pour définir cette anomalie.
    Les principaux facteurs de risque de l'athérome sont : le tabagisme chronique, l'augmentation du cholestérol, l'hypertension artérielle et le diabète qui multiplie par 3 à âge égal le risque d'avoir une dysfonction érectile

    Insuffisance rénale
    L'insuffisance rénale est une cause très fréquente : plus de 40 % des hommes atteints d'insuffisance rénale chronique ont une dysfonction érectile.

    Médicaments
    Les médicaments : certains médicaments comme des antihypertenseurs, des psychotropes, des médicaments anti convulsivants ont des répercussions dans les dysfonctionnements érectiles.

    Anomalies neurologiques
    Un accident vasculaire central, un traumatisme de la moelle épinière, une atteinte des nerfs érecteurs après une intervention chirurgicale sur la prostate (prostatectomie),

    Maladies dégénératives
    Des maladies dégénératives: La sclérose en plaque, la maladie de Parkinson.

    Alcoolisme chronique
    L'alcoolisme chronique : l'alcoolisme peut être responsable de plus de 50 % des dysfonctions érectiles

    Autres causes
    Le tabagisme et l'âge, facteur dont il faut tenir compte car à partir de 50 ans, un homme a souvent besoin de plus de temps et de stimulations pour obtenir une érection satisfaisante. La fatigue et le surmenage peuvent également participer à cette anomalie.
    Un homme présentant une dysfonction érectile peut avoir les artères irriguant le pénis obstruées. Il est donc nécessaire de vérifier que d'autres artères ne soient pas obstruées : les artères qui irriguent le coeur, les membres inférieurs, le cerveau. Pouvant évoluer vers une situation d'urgence

    Score EHS, Erection Hardness Score
    Le HES est un outil permettant de mesurer la rigidité et la qualité d'une érection. Il permet également d'évaluer l'efficacité du traitement médicamenteux. Le score est ensuite évalué sur une échelle de 1 à 4 :
    • 1: Absence d'érection ;
    • 2: Le pénis est suffisamment rigide mais ne permet pas la pénétration ;
    • 3: Le pénis est rigide et permet d'obtenir une pénétration de qualité moyenne ;
    • 4: La rigidité du pénis est complète, signifiant l'absence de dysfonction érectile.

    Causes psychologiques
    La crainte de ne pas être performant, d'être moins efficace, voire même d'échouer et de décevoir sa partenaire: la pression sociale et médiatique imposent aux hommes , d'être de plus en plus performants dans tous les domaines, notamment dans celui de la sexualité. Une dépression, une grande timidité ou inhibition, une homosexualité refoulée ou une identité sexuelle différente, des antécédents de traumatisme ou violence sexuelle représentent d'autres causes.
    Un couple qui ne "fonctionne" plus avec une baisse du désir de l'un ou des deux partenaires, la routine et l'usure du couple, une maîtresse avec laquelle l'homme s'épanouit sexuellement peuvent rendre l'érection avec sa partenaire difficile ou impossible.
    Les dysfonctions érectiles d'origine psychologique permettent des érections nocturnes et matinales.

    En parler avec sa partenaire
    En parler avec sa partenaire peut permettre parfois de débloquer la situation. D'autre part, celle ci peut réussir à rassurer et convaincre son partenaire de consulter. Sa présence est d'ailleurs souvent conseillée au cours d'une consultation.

    Éjaculation précoce
    L'éjaculation survient en général quelques secondes après la pénétration : l'homme ne peut pas contrôler son excitation car l'éjaculation survient involontairement. En éjaculant précocement, un homme ne réussit pas à décider du moment de son éjaculation.

    L'homme se plaint uniquement de ne pas ou de mal maitriser le moment de l'éjaculation car il se laisse parfois submerger par un trop plein d'émotions. Un cercle vicieux s'installe comme dans de nombreuses anomalies de ce type : le stress favorise l'éjaculation précoce qui elle même provoque une angoisse qui aggrave davantage l'éjaculation précoce

    L'éjaculation peut être un problème relationnel. Certains hommes éjaculent précocement qu'avec certaines femmes seulement et ne présentent aucune anomalie avec d'autres partenaires. La motivation et la patience sont indispensables pour tenter de traiter un trouble de l'éjaculation précoce. Il ne faut pas laisser la gêne s'installer, ne pas perdre de temps, ne pas se refermer sur soi, et consulter un spécialiste.

    La consultation d'un sexologue peut être une aide importante pour l'homme atteint d'éjaculation précoce. Il est souvent conseillé de se rendre à la consultation avec sa partenaire. Des exercices de rééducation et un apprentissage de la sexualité peuvent aider les hommes atteints d'éjaculation précoce.

    La pratique de la masturbation en tentant de la prolonger le plus longtemps possible avant d'éjaculer peut contribuer à aider l'éjaculateur précoce.

    L'application d'une crème anesthésiante sur le gland peut permettre de retarder l'éjaculation.

    Il est nécessaire de réaliser qu'une éjaculation précoce peut avoir des origines ou des conséquences psychologiques. Certains médicaments antidépresseurs sont parfois prescrits à faibles doses, mais ils doivent être pris pendant de très longs mois. Leur efficacité , souvent modérée, en retardant en général de quelques minutes le moment de l'éjaculation, peut s'observer au bout de quelques mois de traitement.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/contents/406-probleme-d-erection-dysfonction-erectile

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : sante-medecine.journaldesfemmes.com

  149. CHARLATANS - LES SERPENTS DU CADUCÉE

    CHARLATANS - LES SERPENTS DU CADUCÉE

    Kinésiologie, magnétisme, radiesthésie, biologie totale… Autant de termes obscurs qui désignent des pratiques médicales non conventionnelles. C'est bien souvent dans cet univers des médecines parallèles que se cachent les charlatans. Grâce aux énergies, à des formules magiques ou des élixirs, ils promettent de vous guérir. Manipulateurs et beaux-parleurs, ils parviennent parfois à exercer une véritable emprise psychologique sur leurs victimes, les éloignant ainsi de leur famille et de la médecine traditionnelle… au détriment de leur santé.

    Par La rédaction d'Allodocteurs.fr - Rédigé le 22/01/2016

    Les dérives des thérapies non conventionnelles

    Iridologie, urinothérapie, magnétisme, médecine chinoise, acupuncture, géobiologie, kinésiologie, thymustérapie… Les thérapies non conventionnelles, selon le terme consacré, sont innombrables et très populaires : un Français sur deux y a recours aujourd'hui.

    Mais dans le flux des thérapies aux noms extravagants, se cachent beaucoup d'arnaques. Du simple "piège à fric" jusqu'aux dérives sectaires. Les charlatans menacent le portefeuille et d'autres, plus dangereux, condamnent la médecine scientifique au profit d'une autre vérité séduisante, mais mortifère.

    Ryke D. Hamer est un médecin allemand qui depuis les années 80, incite à tourner le dos à la médecine classique au profit de la "médecine germanique nouvelle", une théorie selon laquelle toutes les maladies, même les plus graves, viennent d'un traumatisme psychologique sur lequel il suffit de "travailler" pour tout régler. Le grand maître a été condamné en France, en Allemagne, en Autriche, mais ses élèves perpétuent son oeuvre sous les noms de "biologie totale" ou de "biopsychogénéalogie". Ses disciples ont été radiés de l'Ordre des médecins, parfois même condamnés à des peines de prison. Mais ils continuent de façon officieuse, parfois même juste de l'autre côté de la frontière à jurer aux patients qu'ils accueillent en "stages de guérison" que le cancer se soigne par la pensée et surtout, sans traitements…

    Résultat, depuis l'avènement de ces théories, les morts se comptent par centaines, et des procès intentés par les familles voient le jour. Mais les plaintes sont rares parce que les preuves sont difficiles à avancer, mais aussi et surtout, parce que l'emprise psychologique est grande. Loin des guérisseurs farfelus aux pouvoirs extravagants, les charlatans d'aujourd'hui sont dangereux, parfois organisés.

    En 2007, Jacqueline Stark est décédée d'un cancer du sein. Jusqu'au bout elle a refusé de se faire soigner, convaincue par des charlatans qu'elle allait mourir si elle se rendait à l'hôpital. Sa fille Nathalie raconte son histoire.

    Livre :

    On a tué ma mère !
    Face aux charlatans de la santé
    Nathalie De Reuck, Philippe Dutilleul
    Ed. Buchet Chastel, janvier 2010

    Internet, nid à charlatans
    Internet fourmille de prétendus thérapeutes aux méthodes parfois étonnantes. Une équipe du Magazine de la santé a pris contact avec l'un d'entre eux et l'a rencontré en caméra cachée. Il pratique ce qu'il appelle la morphopsychologie et le décodage biologique.

    Pour Catherine Picard, spécialiste des dérives thérapeutiques et sectaires, la morphopsychologie est clairement du charlatanisme : "On pense que l'on a affaire à un praticien. Or, on a affaire à quelqu'un qui n'a aucune compétence scientifique, ni médicale. Et il propose des soins qui ne sont ni homologués, ni validés, ni testés… et de fait, il y a une gigantesque escroquerie".

    Et les conséquences de ces pratiques peuvent être dramatiques comme le confie Catherine Picard : "Les personnes qui vont voir ces pseudo-praticiens qui sont de véritables charlatans, risquent si elles sont très vulnérables de rompre avec tous les soins. Et comme ces personnes consultent ces pseudo-thérapeutes pour des maladies comme le cancer, le sida, la sclérose en plaques… on peut aller jusqu'à une perte de chance pour l'individu".

    C'est très souvent derrière des formations en médecines parallèles que se cachent les sectes. Selon les associations de défense des victimes, 40% des dérives sectaires impliquent des charlatans de la santé.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/charlatans-les-serpents-du-caducee_18442.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  150. LE SUICIDE EN FRANCE


    27 DÉCÈS JOURNALIERS PAR SUICIDE EN FRANCE



    Malgré une tendance à la diminution depuis le début des années 2000, le suicide est encore à l'origine de près de 27 décès par jour en France, en majorité des hommes, loin devant la mortalité routière, selon un rapport remis le 2 février à la ministre de la Santé, Marisol Touraine.


    Par la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP - Rédigé le 03/02/2016

    En se basant sur les certificats de décès, 9.715 personnes se sont donné la mort en 2012, mais le chiffre réel pourrait être plus important, de l'ordre de 10.700 décès, en se basant sur une sous-estimation de 10%, précise l'Observatoire national du suicide (ONS) dans son deuxième rapport. "C'est un drame de santé publique" a déclaré la ministre lors de la remise du rapport, estimant qu'il était temps d'agir pour prévenir le passage à l'acte.

    Créé en 2013, cet Observatoire a été mis en place pour faire avancer la prévention du suicide, alors que la France se situe parmi les pays européens ayant des taux de suicide élevés, avec un taux de 16,7 pour 100.000 habitants en 2012, contre 11,7 pour 100.000 dans l'ensemble des 28 pays de l'Union européenne.

    Importantes disparités entre les sexes et les régions

    Depuis 2002, les taux de décès par suicide ont pourtant baissé globalement de 17% en France, tandis que d'importantes disparités subsistent entre les sexes, mais également au niveau régional.
    Comme dans la plupart des pays, le taux de décès par suicide est nettement plus élevé chez les hommes que chez les femmes (25,9 contre 7,4 décès pour 100.000 habitants) et augmente avec l'âge.
    Chez les hommes de plus de 85 ans, le taux dépasse même les 100 pour 100.000, alors qu'il n'augmente que légèrement chez les femmes âgées.
    La Bretagne reste la région où les gens se suicident proportionnellement le plus, devant la Basse-Normandie, le Nord-Pas-de-Calais, le Limousin et les Pays de la Loire, avec des taux supérieurs de plus de 25% au taux moyen de la France métropolitaine.
    Les régions Midi-Pyrénées, Corse, Rhône-Alpes et Alsace enregistrent les plus bas taux, tandis que la seule région où le taux de suicide a augmenté depuis 2002 est la Lorraine.

    La pendaison reste le mode de suicide le plus courant

    Les modes de suicides les plus fréquents sont la pendaison (54%), loin devant les armes à feu (15%), les prises de médicaments ou d'autres substances (11%) ou les sauts dans le vide (7%), avec là aussi des différences notables entre les hommes et les femmes. Ces dernières ont davantage recours aux médicaments (25%) alors que les hommes préfèrent la pendaison (59%) ou les armes à feu (19%).
    Les tentatives de suicides sont pour leur part estimées à environ 200.000 par an, soit vingt fois plus que le nombre de décès par suicide. Elles concernent surtout les jeunes filles entre 15 et 20 ans et dans une moindre mesure les femmes de 40 à 50 ans, mais donnent moins souvent lieu à des hospitalisations que par le passé (80.000 en 2013 contre 105.000 en 2010).
    Cette enquête conduite périodiquement auprès d'un échantillon représentatif de la population française, relève également que le fait d'être "maigre", de consommer régulièrement du tabac ou de l'alcool, ou encore de vivre seul, constituaient les principaux facteurs de risques associés aux comportements suicidaires.

    Les pensées suicidaires augmentent

    Quant aux pensées suicidaires au cours des douze derniers mois, qui ne conduisent pas forcément à une tentative de suicide, elles ont en revanche augmenté de 26% entre 2010 et 2014 chez les 15-75 ans, selon le Baromètre santé 2014 de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes).
    Parmi les motifs avancés par les personnes ayant des pensées suicidaires, 81% citent une raison personnelle et 27% une raison professionnelle.
    Des programmes de prévention du suicide ont été mis en place ces dernières années auprès de populations spécifiques comme les adolescents, les personnes en situation de précarité ou les agriculteurs.
    Certains comme ceux menés dans les prisons commencent à porter leurs fruits, avec une baisse sensible du nombre de décès par suicide en détention : en 2014, 94 détenus se sont suicidés en prison, soit un taux global de mortalité de 13,9 pour 10.000 contre 18,3 pour 10.000 en 2009 et 24,4 pour 10.000, le chiffre record atteint en 1996.


    Contacts utiles : Suicide Écoute - Tél. : 01.45.39.40.00 (7j/7 - 24h/24)
    Union nationale pour la prévention du suicide
    Vous retrouverez sur ce site tous les numéros d'aide.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/maladies/psychiatrie/suicide/suicide-27-deces-par-jour-en-france_18535.html#xtor=EPR-1000002224
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  151. DERNIÈRES NOUVELLES DU MOI

    DERNIÈRES NOUVELLES DU MOI : COMMENT ÊTRE ADULTE ?


    Pierre-Henri Tavoillot
    Maître de conférences en philosophie à l’université ParisIV, il a fait paraître, avec Éric Deschavanne, Philosophie des âges de la vie, Odile Jacob, 2015.

    Mis à jour le 05/01/2016


    Deux figures antithétiques dominent la pensée : d’un côté, l’individu fort, rationnel, performant, heureux ; de l’autre, le sujet faible, vulnérable, victime, minoritaire. Elles révèlent notre difficulté contemporaine à penser la vie adulte.

    L’individualisme contemporain est pris entre deux tentations qui sont pour lui comme Charybde et Scylla. La première est la plus connue. C’est celle du narcissisme : quand l’ego se gonfle au point d’oublier l’altérité, celle de l’entourage, du temps, de l’espace, du monde, de la mort… Tout alors se ramène à soi dans un délire mégalomaniaque et égocentrique. L’individu ne connaît plus de limites – transhumanisme –, il ne se reconnaît plus de racines – self-made man –, il aspire à ne se nourrir que de lui-même.

    Mais, à l’opposé de cette première tentation et devant sa démesure, en survient une autre, tout aussi séduisante et sans doute tout aussi « démesurée » : celle du vide, du néant et de la soumission. L’individu dépressif, fatigué d’être lui-même (comme dit Alain Ehrenberg), cherche à s’exténuer dans le rien, à s’effacer …


    lire la suite sur le site scienceshumaines.com

    Cet article a été téléchargé ainsi qu’à lire sur le site : http://www.scienceshumaines.com/dernieres-nouvelles-du-moi-comment-etre-adulte_fr_35624.html#achat_article

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : scienceshumaines.com

  152. SCHIZOPHRÉNIE

    SCHIZOPHRÉNIE

    UNE PISTE SÉRIEUSE POUR EXPLIQUER SON ÉMERGENCE


    Les causes biologiques de la schizophrénie, maladie mentale caractérisée par des hallucinations et des pensées délirantes, sont aujourd'hui très mal connues. Mais une importante étude publiée dans la revue Nature vient renforcer une hypothèse antérieur qui pourrait donner la clef du mystère pour une petite partie des cas.

    Par la rédaction d'Allodocteurs.fr - Rédigé le 28/01/2016

    La schizophrénie est une grave maladie mentale dont les premiers signes apparaissent le plus souvent à la fin de l'adolescence [i]. Depuis le début des années 1980, de très nombreuses recherches (études sur les jumeaux, sur les enfants adoptés, etc.) ont mis en évidence l’importance de facteurs génétiques dans le développement de cette pathologie [1].
    Etablir que la génétique est en jeu est une chose, mais identifier le processus biologique à l'œuvre en est une autre. Et aujourd'hui, les traitements de la schizophrénie portent plus sur des symptômes que sur ses causes physiques réelles - encore inconnues.
    Une étude publiée dans Nature ce 27 janvier 2016 [ii] pourrait avoir levé un coin du voile.

    L’analyse de profils génétiques de patients schizophrènes avait fait émerger de nombreux gènes "suspects". Parmi eux, ceux impliqués dans la production des protéines C4-A et C4-B, incontournables ouvrières de la croissance du cerveau.
    L'élagage synaptique, ou quand le cerveau fait le tri dans ses connexions
    De l’enfance à l’âge adulte, notre cerveau gagne en volume, le nombre de neurones allant croissant. Mais au cours de ce processus, les connexions entre les neurones sont fréquemment réarrangées. En particulier, certaines connexions redondantes sont éliminées, grâce à un processus baptisé élagage synaptique (la synapse est la zone de contact entre un neurone et une autre cellule). Cet élagage synaptique tourne à plein dans l'adolescence… période où, on l'a dit, apparaît couramment la schizophrénie. Simple coïncidence ? Probablement pas.

    Des expériences sur la souris, réalisées en 2007, ont montré que sans les gènes impliqués dans la production des protéines C4, l'élagage synaptique se déroule de façon anarchique. Les travaux publiés ce 27 janvier dans Nature confirment que les C4 jouent un rôle clef dans ce processus, et vont plus loin, en montrant une corrélation forte entre l'expression de C4-A et de C4-B dans le cerveau humain (au niveau de diverses structures neuronales) et le risque de schizophrénie.
    Les chercheurs postulent donc que la sur-expression des protéines C4, à un moment du développement cérébral, produise un élagage trop important, brisant des connexions indispensables qui auraient dû être maintenues, ou fragilisant des connexions nouvelles, ouvrant la voie à des désordres mentaux.
    Si ces travaux venaient à être confirmés, les chercheurs insistent sur le fait que seule une petite partie des cas de schizophrénie semble liée à une suractivité des protéines C4. Selon les données publiées, le fait de posséder ces gènes n'augmente "que" de 25% le risque de développer une schizophrénie.

    Dans la presse anglo-saxonne [iii], les spécialistes de la schizophrénie se réjouissent toutefois de voir enfin proposer un scénario biologique plausible de l’émergence de cette maladie. Mais ni eux, ni les auteurs de l’article, n'hasardent de promesses thérapeutiques à court ou à moyen terme : jouer avec les taux de protéines C4 dans le cerveau semble plus que risqué en l'état actuel des connaissances scientifiques.

    Note
    [1] D’autres facteurs aggravants pourraient toutefois exister. L’exposition au parasite de la toxoplasmose est ainsi suspectée d’accroitre le risque de schizophrénie.
    Références
    [i] Schizophrenia. J. van Os, S. Kapur. The Lancet, 2009. doi:10.1016/S0140-6736(09)60995-8
    [ii] Schizophrenia risk from complex variation of complement component 4. A. Sekar et al. Nature, 2016. doi:10.1038/nature16549
    [iii] Lire notamment (en anglais) l’article très complet du New York Times : Scientists Move Closer to Understanding Schizophrenia’s Cause.



    Cet article a été téléchargé ainsi qu’à lire sur le site : http://www.allodocteurs.fr/maladies/psychiatrie/schizophrenie/une-piste-serieuse-pour-expliquer-l-emergence-de-la-schizophrenie_18498.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  153. L’HOMME DE NEANDERTAL CAUSE DE DÉPRESSION

    DES GÈNES HÉRITÉS DE L’HOMME DE NEANDERTAL ACCROITRAIENT LE RISQUE DE DÉPRESSION

    Nos ancêtres ont côtoyé l’homme de Neandertal sur le continent européen, et ont même un peu fricoté avec lui. Le patrimoine génétique de l’Homo Sapiens s’est enrichi de quelques gènes, pour le meilleur… et pour le pire. Selon une étude publiée ce 11 février dans la revue Science, une partie de cet héritage est responsable d’un risque accru de dépression et d’allergies. Merci du cadeau…


    Par la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP - Rédigé le 12/02/2016

    Depuis 2010 les scientifiques savent que les populations d'origine eurasienne ont de un à 4% de gènes hérités de l'homme de Neandertal disparu il y a environ 30.000 ans après avoir coexisté avec les humains modernes, venus d'Afrique plusieurs milliers d'années.

    En analysant le génome de 28.000 adultes de descendance européenne, des chercheurs ont identifié les gènes vraisemblablement issu des relations entre Homo sapiens et Homo neanderthalensis. En croisant ces données avec les informations contenues dans leurs dossiers médicaux, les scientifiques jugent que ces contributions ont encore des effets notables sur notre santé.

    "Notre conclusion c'est que l'ADN des Néandertaliens influence les traits cliniques des hommes d'aujourd'hui", explique dans un communiqué le biologiste John Capra, co-auteur de cette recherche. "Nous avons ainsi découvert une relation entre l'ADN de Néandertalien et un large éventail de traits immunologiques, dermatologiques, neurologiques, psychiatriques ainsi qu'avec des maladies du système reproductif", précise-t-il.

    Les travaux publiés établissent "avec un degré de certitude élevé" que l'ADN des humains modernes présente plus de 135.000 variants génétiques provenant des Néandertaliens.

    Certaines relations découvertes entre ces variantes génétiques héritées de l'homme de Neandertal confirment de précédentes hypothèses comme celle selon laquelle de l'ADN néandertalienne affecte les cellules kératinocytes qui recouvrent l'épiderme et aident à protéger la peau des rayons ultraviolets et des pathogènes.

    Les chercheurs ont été surpris de découvrir que certains de ces gènes des Néandertaliens accroissaient le risque d'accoutumance à la nicotine. D’autres variations sont liés à un risque accru de dépression et d’infarctus du myocarde.

    Des contributions avantageuses… il y a 40.000 ans

    Cette découverte suggère que ces traits génétiques transmis par les Néandertaliens aux humains pourraient avoir conféré à ces derniers une adaptation à leur nouvel environnement peu après leur arrivée d'Afrique en Eurasie il y a 40.000 ans. Mais un grand nombre de ces variants génétiques ne sont plus aujourd'hui un avantage dans un environnement moderne.

    Par exemple, une variation génétique néandertalienne, qui accroît la coagulation sanguine, aurait pu conférer quelques avantages en terme de survie d’Homo sapiens en arrivant en Eurasie (des plaies qui se referment plus vite limite l’infection contre les agents pathogènes). Mais ce trait augmente le risque de formation de caillot et d'accident vasculaire cérébral, d'embolie pulmonaire ou de complications à l'accouchement.

    Une précédente étude publiée en janvier 2016 dans la revue American Journal of Human Genetics, avait déjà mis en évidence des gènes venant des Néandertaliens qui sont responsables d'une sensibilité excessive du système immunitaire, ce qui provoque des allergies. Les porteurs sont ainsi plus sujets à l'asthme, au rhume des foins et à d'autres allergies.

    Les Néandertaliens avaient vécu en Europe et dans l'ouest de l'Asie pendant 200.000 ans avant l'arrivée des humains modernes. Ils étaient probablement bien adaptés au climat, à l'alimentation et aux pathogènes et en s'accouplant avec les humains modernes ces derniers ont hérité de ces différentes adaptations.

    Cet article a été téléchargé ainsi qu’à lire sur le site : http://www.allodocteurs.fr/maladies/genetique/des-genes-herites-de-l-homme-de-neandertal-accroitraient-le-risque-de-depression_18637.html#xtor=EPR-1000002224
    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  154. PREMIER "VILLAGE ALZHEIMER" A DAX

    LA VILLE DE DAX ACCUEILLERA LE PREMIER "VILLAGE ALZHEIMER" FRANÇAIS

    La ville de Dax a été choisie pour accueillir le premier "village Alzheimer" de France qui devrait recevoir, d'ici à l'été 2018, 120 résidents atteints de la maladie, a annoncé ce 12 février le département des Landes, à l'issue du comité de pilotage d'un projet soutenu par l’État.


    Par la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP - Rédigé le 12/02/2016

    Le concours d'architectes vient d'être lancé, l'équipe sera choisie au début de l'été 2016 et la première pierre posée début 2017, sous le haut patronage du président François Hollande, a indiqué à la presse Monique Lubin, vice-présidente du conseil départemental des Landes.

    L'idée de ce village pilote, inspiré du modèle néerlandais de Weesp, près d'Amsterdam, créé en 2009, est de maintenir aussi longtemps que possible les malades d'Alzheimer dans une vie sociale ordinaire, sans blouse blanche visible, dans une approche non-médicamenteuse, mais sous l'étroite surveillance de soignants et de bénévoles, au cœur d'un environnement sécurisé avec des murs extérieurs comme clôture, des petites unités d'habitation, des cafés-restaurants, un cinéma, un magasin d'alimentation ou encore un salon de coiffure.

    Pour 120 résidents, 120 bénévoles seront notamment nécessaires au bon fonctionnement de ce village. Le maire PS de Dax, Gabriel Bellocq, a souligné que le réseau associatif local de plus de 400 associations sera sollicité afin que le village, qui sera situé dans le sud-est de Dax, vers Narrosse, "s'ouvre à la vie et la ville".

    La présidente de la communauté d'agglomération du Grand Dax, Élisabeth Bonjean, a salué "un choix de pertinence" au cœur de la première agglomération thermale de France, récemment labellisée "silver economy". La ville de Mont-de-Marsan était également candidate, mais sa maire MoDem, Geneviève Darrieussecq, avait tweeté vendredi matin : "Fin du suspense [...] ce sera bien à Dax."

    L'idée cheminait déjà depuis de nombreux mois. En septembre dernier, à l'occasion de la journée mondiale d'Alzheimer, Laurence Rossignol, secrétaire d’État chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie, avait officialisé à Mont-de-Marsan ce "projet landais, également un projet national", qui "marquera un tournant dans la prise en charge de la maladie".

    Le coût global du projet est estimé à 24 ou 25 millions d'euros. L’État a prévu de débloquer 3 millions par an pour le budget de fonctionnement du village, évalué à 7 millions. Le détail du financement n'est pas encore connu, mais la Caisse des dépôts et consignations, des fondations et des partenaires privés sont notamment approchés.


    Cet article a été téléchargé ainsi qu’à lire sur le site : http://www.allodocteurs.fr/maladies/cerveau-et-neurologie/maladie-d-alzheimer/la-ville-de-dax-accueillera-le-premier-village-alzheimer-francais_18643.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  155. MOINS D'ANXIOLYTIQUES PLUS D'ANTIDÉPRESSEURS EN 2015

    EN 2015, MOINS D'ANXIOLYTIQUES ET DE SOMNIFÈRES, MAIS PLUS D'ANTIDÉPRESSEURS ?

    EN BREF - En dépit des évènements choquants et traumatisants qui ont émaillé l'année 2015, les Français auraient consommé moins d'anxiolytiques et de somnifères que l'année précédente, selon des statistiques de la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts) relayées mi-février 2016 par l'hebdomadaire Le Point.

    Par la rédaction d'Allodocteurs.fr - Rédigé le 15/02/2016

    L'hebdomadaire Le Point a présenté mi-février des statistiques couvrant "l'ensemble des assurés du régime général de la branche maladie de la Sécurité sociale" en France métropolitaine, à quelques exceptions [1]. Selon ces données, le nombre de benzodiazépines anxiolytiques vendues en 2015 a baissé de 1,42% par rapport à l’année précédente. Le nombre de benzodiazépines hypnotiques (somnifères) vendues a, lui, baissé de 3,26%. "Seuls les antidépresseurs inhibiteurs de recapture de la sérotonine" auraient été "plus prescrits et consommés", avec 0,67 % de boîtes vendues en plus qu’en 2014.
    Le magazine note que deux molécules (analogue des benzodiazépines) à visée somnifère ne sont pas intégrées dans le décompte publié, à savoir le zolpidem et le zopiclone.
    Aucune donnée concernant l’évolution du nombre de patients en psychothérapies ne permet d’identifier si cette diminution de la consommation des médicaments est compensée par d'autres formes de suivi.
    Début 2015, une société spécialisée dans le traitement informatisé des données d'officines avait annoncé que les prescriptions d'anxiolytiques et de somnifères auraient explosé depuis les attentats à Paris. Ces données avaient été contestées par l'Ordre national des pharmaciens, qui n'avait alors constaté aucune inflexion dans la tendance - en baisse - entamée l'année précédente.
    ________________________________________

    [1] Ces exceptions sont les sections locales mutualistes assurant les étudiants et les personnels hospitaliers, ainsi que les personnels de l'Éducation nationale et de la fonction publique.

    Cet article a été téléchargé ainsi qu’à lire sur le site : http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/medicaments/anxiolytiques/en-2015-moins-d-anxiolytiques-et-de-somniferes-mais-plus-d-antidepresseurs_18645.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  156. LE BURN OUT

    DÉFINIR LE BURN-OUT POUR MIEUX LE SOIGNER


    Pour pouvoir reconnaître le burn-out, encore faut-il savoir de quoi on parle. C'est la position de Marisol Touraine, la ministre de la Santé, qui a annoncé la mise en place d'un groupe d'experts chargé de définir médicalement le burn-out et la manière de le traiter. Elle répond ainsi à une proposition de loi qui veut en faire une maladie professionnelle. Les explications du Dr Patrick Légeron, psychiatre et co-auteur du rapport de l'Académie de médecine sur la question.


    Par la rédaction d'Allodocteurs.fr - Rédigé le 22/02/2016


    Le burn-out est un terme qu’on emploie beaucoup et pourtant il n’y a aucune définition précise d’un point de vue psychiatrique. Cela ne pose-t-il pas un problème de diagnostic et de prise en charge sans entité parfaitement définie ?


    Dr Patrick Légeron :


    "C'est un énorme problème. Le burn out est un concept qui n’appartient à aucune classification médicale actuelle. Pour autant, c’est une réalité professionnelle. Les médecins du travail, les généralistes et les psychiatres constatent quotidiennement que des personnes présentent des troubles mentaux sévères liés au travail. Elles s’effondrent au travail à travers des pathologies très variées. D’ailleurs, le concept de burn out n’est pas le meilleur concept pour la science médicale parce qu’on s’aperçoit qu’il s’agit parfois de dépression caractérisée liée au travail, des troubles anxieux avec des crises d’angoisse en allant au travail, ou encore de troubles post-traumatiques."

    Quel type de flou le concept de burn out introduit-il ?

    Dr Patrick Légeron :


    "Il ne fait pas la différence comme le fait l'OMS entre la pathologie et la détresse. C’est un peu comme si on baptisait « dépression » tout ce qui est tristesse. On sait bien qu’on peut être triste sans être déprimé.
    L’OMS définit la santé comme une absence de mal être et pas seulement une absence de maladies. Alors entre le bonheur parfait et les maladies, il y a une zone qu’on peut appeler détresse où il faut intervenir. Mais ce n’est pas une pathologie. Il apparaît quand même surréaliste aujourd’hui de vouloir reconnaître comme maladie professionnelle quelque chose qui n’est même pas reconnu comme une maladie. Ce qui ne veut pas dire que le travail ne peut pas détruire la santé mentale des salariés".

    Si on essaie de définir l’épuisement professionnel en tant que maladie, est-ce un premier pas vers la reconnaissance comme maladie professionnelle ?

    Dr Patrick Légeron :


    "C’est ce qui est dit par l’Académie de médecine qui travaille sur la question depuis plus d’un an. Ce qu’il faut aussi souligner, et c’est une spécificité française, c’est que ces concepts de burn out ont été exclusivement gérés par le ministère du Travail. Le ministère de la Santé a été complètement absent à l’inverse d’autres pays.
    "L’aspect purement médical et psychiatrique doit entrer en jeu même si bien sûr le ministère du Travail a beaucoup de choses à dire. Je crois qu’il faut délimiter le thème pour savoir de quoi on parle et donc il faut mener des études, c’est une des recommandations de l’Académie de médecine."

    Est-ce qu’on sait déjà combien de personnes sont concernées ?

    Dr Patrick Légeron :


    "C’est assez stupéfiant de voir les chiffres qui circulent, il n’y a jamais eu une étendue aussi forte. On parle de 3 millions et c’est un chiffre qui a fait sensation. Mais l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) a publié cet été un rapport indiquant qu’il y a 480.000 salariés touchés par une maladie mentale liée au travail. Et parmi ces 480.000 il n’y a que 7% de burn-out ce qui fait 30.000 personnes comparées à 3 millions. Il faut être honnête, nous n’avons aucune idée de l’ampleur du phénomène qui est une réalité".

    Cet article a été téléchargé ainsi qu’à lire sur le site : http://www.allodocteurs.fr/bien-etre-psycho/psycho/burn-out/burn-out-le-definir-pour-mieux-le-soigner_18720.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : www.allodocteurs.fr

  157. Des mains pour parler, des yeux pour entendre

    Des mains pour parler, des yeux pour entendre
    La voix et les enfants Sourds
    André MEYNARD

    Dans la collection : Psychanalyse et clinique

    Résumé

    Parler, entendre ne sont que par l'effet de la dimension désirante qui ouvre seule nos oreilles, mais aussi, comme le soutient l’auteur, qui insère les yeux et les mains dans le circuit langagier pour tout humain : en cela les enfants Sourds nous enseignent.

    Cet ouvrage s'inscrit en faux contre tout abord qui met l'accent indument sur le seul sonore pour accéder au parler et à l'entendre. Il démontre par son abord clinique comment la vocalisation n'est pas la seule voie pour recevoir le langage. Le geste humain comme les yeux font partie intégrante de la créativité langagière chez les « parlêtres » que nous sommes. Les enfants Sourds n'ont pas à être considérés comme des déficitaires à soigner par le son, il ne s'agit pas tant de médicaliser leur existence que de parvenir à les entendre en reconnaissant l'originalité de leurs modalités langagières.

    Les Sourds parlent avec leurs mains et entendent avec leurs yeux. Familiarisé avec la langue des signes française, André Meynard travaille comme psychanalyste, notamment avec des enfants, des adolescents et des adultes Sourds. À partir de cette clinique, il montre que la parole des Sourds qui signent s’articule à la dimension désirante. Il rend compte de leur créativité langagière et nous invite à découvrir comment l’inconscient s’y manifeste par exemple, à travers lapsus, traits d’esprit, récits de rêves...

    Contrairement aux discours officiels qui considèrent les enfants Sourds comme des handicapés de la parole et du langage, André Meynard nous engage à prendre la mesure de ce qu’ils nous enseignent par l’originalité de leur prise de parole. En effet, non seulement l’œil entend mais le geste nous inscrit en langage : en aucune manière ces modalités langagières ne font obstacle à l’acquisition d’une langue écrite ou vocale.

    Après avoir été longtemps interdite, la LSF se voit aujourd’hui écartée des lieux d’accueil et d’éducation des enfants Sourds, ce qui contribue à les faire taire. Pour l’auteur, la SPN (Surdité permanente néonatale) à détecter dès le 2e jour de vie fait partie des maladies inventées par les experts sanitaires qui soumettent déjà tous les dysfonctionnels, les hyperactifs, les futurs délinquants aux mêmes grilles d’évaluation si prisées par nos cultures de la norme, sourdes à l’altérité.

    A propos de l'auteur

    André Meynard est psychanalyste à Marseille. Il est membre de l'association de psychanalyse Encore et du Groupe régional de psychanalyse (GRP). Il anime mensuellement à Marseille un séminaire de recherche sur les questions du langage et de la parole avec traduction en langue des signes française (LSF).

    Détails

    Parution : 25 février 2016
    EAN : 9782749250137
    14x22, 360 pages
    Psychanalyse et clinique
    Thème : Psychanalyse

  158. FIBROMYALGIE - L'AIDE DE LA SOPHROLOGIE

    FIBROMYALGIE - L'AIDE DE LA SOPHROLOGIE


    La Fibromyalgie est une maladie qui se caractérise par des douleurs musculaires à différents endroits du corps, associées à des troubles du sommeil et à une sensation de grande fatigue. Cette maladie chronique qui toucherait près de 2% des Français impacte lourdement la vie quotidienne de ceux qui en souffrent. Généralement traitée par des équipes pluridisciplinaires, la fibromyalgie est une pathologie complexe qui nécessite l'expertise de rhumatologue, généralistes et psychologues. La sophrologie peut accompagner ces traitements et intervient fréquemment dans la gestion de la douleur pour retrouver un bien-être quotidien.

    Gestion de la douleur et des troubles du sommeil

    Les douleurs chroniques ont un impact sur la vie quotidienne : les personnes atteintes de fibromyalgie ont souvent tendance à réduire leurs activités par peur de décupler certaines douleurs. S'en suivent un sentiment d'isolement et une perte de confiance en soi. Le stress engendré par la peur de la mise en mouvement a tendance à décupler les points de tensions dans le corps. Ce cercle vicieux angoisse/douleur doit être enrayé pour permettre à la personne de retrouver une certaine qualité de vie. Il s'agit de remettre, en douceur, le corps en mouvement et de reprendre confiance en ses capacités. Le stress, facteur aggravant de la douleur, peut être enrayé par des exercices simples de relaxation et de détente. Si la sophrologie ne permet pas de guérir les douleurs, elle peut néanmoins en diminuer l'intensité. La fibromyalgie entraîne dans la plupart des cas des troubles de l'endormissement et du sommeil. Or l'on sait que le sommeil est un facteur déterminant de santé et de bien-être. La sophrologie travaille à développer un état de calme propice au sommeil et à retrouver ainsi énergie et vitalité.

    Les techniques de la sophrologie

    La sophrologie apprend à se détendre pour prendre de la distance avec ses émotions, ses tensions et à se concentrer sur l'écoute de ses ressentis. Les séances de sophrologie pour les personnes atteintes de fibromyalgie se fondent vont comme pour toute séance sur la relaxation dynamique et la suggestion mentale.
    Les exercices de relaxation dynamique s'appuient sur des contractions musculaires douces et une respiration contrôlée. Cette pratique permet de se relâcher, de renforcer sa concentration et de développer la représentation de soi. La personne, installée sur une chaise, peut, par exemple, tendre les bras au dessus de sa tête et allonger doucement les jambes en respirant par le nez, puis étirer lentement l'ensemble de son corps respiration bloquée avant de revenir en position initiale sur l'expiration. Cet exercice de l'ensemble du corps, à répéter trois fois, permet de se libérer des tensions et de prendre conscience de son corps assoupli et libéré.
    La suggestion mentale permet la visualisation d'images positives afin d'enrayer la sensation de douleur et de créer des images positives. La personne peut par exemple s'entraîner à visualiser les différents endroits douloureux de son corps comme autant de points rouges. Elle s'exerce ensuite mentalement à faire diminuer l'intensité de la couleur, pour que les points passent du rouge au rose avant de disparaître. Par la force du mental, on agit ainsi sur l'intensité de la douleur ressentie.
    Pratiquée quotidiennement, la sophrologie permet d'estomper le symptôme et peut ainsi jouer un rôle d'accompagnement important dans le traitement.

    Catherine Aliotta,
    sophrologue,
    Présidente de la Chambre Syndicale de la Sophrologie.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : ©http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/50797-fibromyalgie-l-aide-de-la-sophrologie?een=f1ee69614ab03d637a90346d9863ada4&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml149_toutesvosquestions

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : sante-medecine.journaldesfemmes.com

  159. DÉPRESSION DES ADOLESCENTS

    DÉPRESSION DES ADOLESCENTS : 3 QUESTIONS SIMPLES POUR ORIENTER RAPIDEMENT LE DIAGNOSTIC

    Par Claire LEWANDOWSKI - Date de publication : 09 Mars 2016


    Près d’un adolescent sur 5 présenterait des symptômes dépressifs (et 3 % environ une dépression caractérisée). Même si certains facteurs de risques sont connus, la dépression de l’adolescent, aux conséquences sanitaires, éducatives et sociales parfois lourdes, reste souvent sous-diagnostiquée.

    Les médecins généralistes jouent un rôle clé pour identifier les adolescents dépressifs ou à risques, même s’ils ne les consultent en général pas pour cette raison.

    Le challenge est donc, pour les médecins, de reconnaître une dépression derrière une plainte somatique ou fonctionnelle afin de proposer rapidement un accompagnement thérapeutique. Mais peu d’outils sont actuellement à leur disposition pour faciliter ce diagnostic.

    Pour les y aider, des chercheurs danois et suédois ont testé auprès de 294 adolescents l’efficacité diagnostique de 3 questions simples, dont le libellé ne surprendra pas les professionnels de santé mais qui ont le mérite d'avoir été validées, au préalable, auprès d'adultes.

    Les résultats montrent que ces 3 questions pourraient être utilisées régulièrement en consultation pour soupçonner (valeur prédictive positive : 31 %) ou éliminer (valeur prédictive négative : 97 %) une dépression.

    Trois questions courtes déjà validées pour le diagnostic de dépression chez l'adulte
    La sensibilité et la spécificité des deux questions "clés" et de la question "de soutien" ci-dessous ont été validées auprès de 1 000 adultes (Arroll et coll., BMJ 2005) :
    1. Au cours du dernier mois, vous êtes vous souvent senti triste, déprimé ou désespéré ? (réponses possibles "oui" ou "non")
    2. Au cours du dernier mois, avez-vous souvent été gêné par un manque d'intérêt ou de plaisir à faire les choses ? (réponses possibles "oui" ou "non")
    3. Est-ce que vous voudriez de l'aide sur quelque chose ? (réponses possibles "oui", "oui, mais pas aujourd'hui" ou "non")

    Tests de ces 3 questions auprès d'adolescents danois et norvégiens

    Pour l'étude menée par Wenche Haugen et ses collaborateurs, 43 médecins généralistes danois et norvégiens ont demandé aux adolescents qui les ont consultés s'ils souhaitaient participer, de manière anonyme, à un test. Une lettre d'invitation à participer à été envoyée à 2 370 adolescents de 14 à 16 ans.

    Environ 15 % ont répondu (145 Danois et 149 Norvégiens), par téléphone, aux 3 questions ainsi qu'aux interrogations d'un questionnaire recommandé par l'Organisation Mondiale de la Santé dans l'évaluation de la maladie mentale ("Composite International Diagnostic Interview", ou CIDI)

    La sensibilité, la spécificité et la valeur prédictive des trois questions ont été comparées à celles du CIDI.

    Une dépression modérée à sévère chez 4 % des participants
    Les résultats, publiés dans le British Journal of General Practice en février 2016, montrent tout d'abord qu'11 % des adolescents interrogés présentaient un "épisode dépressif caractérisé", selon les résultats du CIDI.

    Une "dépression modérée à sévère"a été diagnostiquée chez 4 % des répondants, chiffre conforme à la prévalence moyenne retrouvée dans d'autres études.

    Test des 3 questions : des résultats positifs
    Pour le test des trois questions, les résultats comparés à ceux du CIDI montrent une bonne sensibilité (82 % si les deux premières questions sont posées, 48 % si les trois questions sont posées) et une forte spécificité (77 % et 98 % respectivement) : 93 % des diagnostics étaient concordants avec ceux du CIDI lorsque les trois questions étaient posées.

    Par ailleurs, la valeur prédictive négative des 3 questions est élevée, à 97 % (l'absence de réponses "oui" signifie très probablement que l'adolescent interrogé n'a pas de dépression).

    La valeur prédictive positive (3 "oui" signifient qu'une dépression est présente) est plus faible (31 %), mais cela s'explique probablement par la fréquence des troubles de l'humeur à cet âge (comme à d'autres…). Un résultat positif aux trois questions nécessite donc, logiquement, confirmation par un entretien plus approfondi, voire une consultation spécialisée.

    Trois questions "à poser à tout moment en consultation de médecine générale"
    Certes, le taux de participation faible pourrait avoir causé un biais de sélection, mais les auteurs soulignent que les résultats de cette étude sont robustes, car leur but était de comparer la fiabilité de ces trois questions avec un test d'étalonnage pour chaque personne.

    De plus, ils constatent que la prévalence de la dépression retrouvée dans leur étude est similaire à celle retrouvée lors d'autres études.

    Ils en concluent que la validité statistique de ces 3 questions les rend attrayantes pour le dépistage de la dépression chez les adolescents.

    Ils suggèrent donc que les médecins généralistes posent ces 3 questions à tout moment lors d'une consultation à la recherche d'une évaluation clinique de la dépression (en précisant le caractère confidentiel de ces questions), ce qui pourrait permettre un diagnostic et une prise en charge précoces de ces troubles fréquents et à risques de complications.
    Sources : British Journal of General Practice

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : https://www.vidal.fr/actualites/19277/depression_des_adolescents_3_questions_simples_pour_orienter_rapidement_le_diagnostic

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : vidal.fr

  160. DYSFONCTIONNEMENT D'UN CENTRE PSYCHOTHÉRAPIQUE

    LE FONCTIONNEMENT D'UN CENTRE PSYCHOTHÉRAPIQUE DE L'AIN DÉNONCÉ PAR LES AUTORITÉS

    La contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) a publié mercredi 16 mars 2016 un rapport accablant sur le Centre psychothérapique de l'Ain, qui décrit un asile de fous à l'ancienne, avec ses patients attachés aux lits, punis à l'isolement.

    Par la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP- Rédigé le 16/03/2016

    Il s'agit de la sixième recommandation en urgence émanant d'un CGLPL, la première concernant la psychiatrie depuis la création de l'institution en 2008.

    "Il s'agit des violations les plus graves des droits fondamentaux constatées par les contrôleurs qui ont déjà visité 40% des établissements psychiatriques de France", a déclaré Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL), lors d'une conférence de presse consacrée à ce centre de Bourg-en-Bresse, le seul établissement de soins psychiatriques du département.
    "On a constaté le cas d'une jeune femme qui était depuis un an en chambre d'isolement, les quatre membres attachés, mais qui par contre était autorisée à rentrer chez elle tous les week-end où elle vivait normalement, allait chez le coiffeur", a relaté Mme Hazan, qui a fait du contrôle des établissements psychiatriques la priorité de son mandat (voir encadré).
    Le directeur du centre psychothérapique Pascal Vassalo a assuré à l'AFP qu'il travaillait avec l'Agence régionale de santé à "un plan d'action pour remédier à certains dysfonctionnements". "On trouve que le rapport est très sévère. On ne reconnaît pas le fonctionnement de notre établissement", a-t-il dit, ajoutant que le centre ne lui semblait "pas très différent des autres".
    "Du jamais vu"

    C'est au contraire l'effarement qui a saisi les contrôleurs venus visiter le centre, du 11 au 15 janvier, et qui dressent une longue liste de "restrictions disproportionnées" des libertés.

    Leur rapport constate un "accès limité à la cour intérieure pour la majorité des patients, à deux fois une demi-heure par jour" dans une des unités, "l'interdiction de fumer plus de quatre cigarettes par jour".

    Des "prescriptions d'enfermement et de contention" sont renouvelées dans certains cas, "sans examen systématique du patient".Parfois même utilisées "à des fins disciplinaires".

    Pour une capacité de 412 lits, le centre compte 46 chambres d'isolement, dont en moyenne 35 sont occupées quotidiennement. Certains patients y sont attachés à un fauteuil ou à leur lit "jusqu'à 23 heures par jour".

    "Cela peut durer plusieurs mois, c'est du jamais vu", a dit Adeline Hazan.

    Seules certaines de ces 46 chambres sont équipées d'un bouton d'appel, "dont beaucoup ne fonctionnent pas", et les malades n'ont d'autre recours que de crier ou taper sur les portes pour appeler, ou pour ceux qui sont attachés d'attendre le passage d'un infirmier pour boire ou accéder au bassin (toilettes).

    Fixer des délais et règles claires à la contention

    "On n'a pas l'impression d'être des barbares" mais "on reconnaît que nos pratiques médicales nécessitent des améliorations", a concédé Jean-Claude Michalon, président de l'association lyonnaise qui gère le centre de l'Ain.

    "On n'a jamais été alerté d'abus", s'est aussi défendu le directeur du centre, arguant que jusqu'à la loi santé de janvier dernier, qui encadre strictement le recours à l'isolement et à la contention, "il n'y avait pas de règlementation sur les pratiques de soins intensifs".
    La nouvelle loi oblige les établissements à tenir "un registre avec le nom du médecin qui a pris la décision, le motif, la durée avec un recensement par établissement du nombre de mesures prises chaque année", a précisé Mme Hazan.
    "Comment se fait-il que personne n'ait été au courant de cette situation ? Je n'ai pas de réponse. Mais si nous n'y étions pas allés, cette situation aurait perduré", a-t-elle affirmé, plaidant pour la création d'un "observatoire national".
    Dans ses recommandations au ministère de la Santé, qui s'est engagé à les suivre, la contrôleure demande en priorité d'"ériger en règle la libre-circulation dans l'établissement" et de fixer des délais et règles claires à la contention et à l'enfermement.
    Elle demande également un renforcement des activités thérapeutiques dans ce centre où les patients souffrent mais aussi "s'ennuient", et une formation du personnel aux situations de crise.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/maladies/psychiatrie/le-fonctionnement-d-un-centre-psychotherapique-de-l-ain-denonce-par-les-autorites_18949.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  161. SCHIZOPHRÉNIE

    SCHIZOPHRÉNIE : UN COLLECTIF NATIONAL POUR LUTTER CONTRE LES PRÉJUGÉS

    Parce que "la schizophrénie fait l’objet de nombreuses idées fausses ", un collectif national sur les schizophrénies vient de se créer pour faire avancer les pratiques et les mentalités sur cette maladie méconnue.

    Par La rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP - Rédigé le 23/03/2016


    Hallucinations, idées bizarres ou délirantes, impression de vivre dans un monde irréel : c’est ainsi que se manifestent, en phase aigüe, les symptômes de la schizophrénie. Mais cette maladie est, dans la plupart des cas, diagnostiquée tardivement : plus de 5 ans perdus en moyenne entre les premiers signes, souvent atypiques (repli sur soi, isolement, décrochage scolaire, troubles de l’attention…) et le diagnostic ou la première hospitalisation.

    C’est une des raisons pour lesquelles un collectif national sur les schizophrénies vient de se créer. Rassemblant six associations françaises dédiées à cette maladie, ce collectif souligne, dans un communiqué, que "la schizophrénie fait l’objet de nombreuses idées fausses et la France est l’un des pays qui stigmatise le plus les personnes vivant avec ce trouble"

    Touchant 600.000 personnes en France, cette pathologie affecte le système nerveux central et altère les fonctions cognitives, la mémoire, la perception, l’expression et le raisonnement. Rappelant que la schizophrénie se déclenche le plus souvent à l’adolescence, le collectif national souligne : "il s’agit d’une pathologie organique comme une autre, une maladie du cerveau, neurobiologique […] elle n’est pas le produit de l’éducation ou d’un conflit familial, contrairement à ce que croit la majorité des Français".

    Plus de la moitié des personnes touchées n’ont pas conscience de leur maladie alors qu’elles nécessitent une prise en charge, selon le collectif. De plus, d’après une étude comparée des pays membres de l’OCDE, "la moitié au moins" des patients français atteints de schizophrénie n’auraient pas accès aux soins et aux traitements médicamenteux.

    Un accès aux soins trop centré sur l’hôpital

    D’après le collectif d’associations "pour les personnes atteintes, et notamment les jeunes, l’accès aux soins s’effectue souvent en urgence". Il réclame donc un "accès précoce aux soins" pour les moins de 16 ans. Quant aux prises en charge actuelles, il estime que celles-ci sont "erratiques et incomplètes " et ne sont pas assez ouvertes aux thérapies psychosociales. Ces thérapies sont pourtant hautement recommandées au niveau international, pour compléter les traitements médicamenteux.

    Par ailleurs, ce groupement d’associations estime que les conditions d’hospitalisations ne sont pas toujours "respectueuses" des droits des patients et que l’organisation des soins est "trop centrée sur l’hôpital". Selon lui, cela conduirait à des taux importants de rechute, avec des conséquences "dévastatrices", notamment en termes de suicide ou de désocialisation.


    La 13ème édition des Journées Francophones de la schizophrénie se tient du 18 au 27 mars dans différents pays francophones : France, Suisse, Belgique, Canada, Maroc, Bénin, République Centrafricaine et Cameroun. Ses objectifs :

    • Ouvrir le regard de la société sur la réalité de cette maladie.
    • Lutter contre la stigmatisation des malades.
    • Sensibiliser les décideurs de l’importance de cette maladie.
    • Sortir de leur isolement des familles confrontées à la maladie d’un de leur proche en apportant des informations, en montrant qu’elles ne sont pas seules, en favorisant leur contact avec des associations de familles.
    • Redonner aux malades une dignité.



    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/maladies/psychiatrie/schizophrenie/schizophrenie-un-collectif-national-pour-lutter-contre-les-prejuges_19015.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire :allodocteurs.fr

  162. THÉRAPIE PSYCHOMOTRICE À L'ADOLESCENCE

    THÉRAPIE PSYCHOMOTRICE À L'ADOLESCENCE

    Auteur: Mélisande Le Corre, Psychomotricienne

    Nombre de pages : 7 – acheter l’article 5,00 € Sur le site http://www.santementale.fr/boutique/acheter-article/therapie-psychomotrice-a-l-adolescence.html

    Sabri, 17 ans, incarcéré pour un viol commis à l’âge de 14 ans, a connu un parcours parsemé de violences, de rejets et de carences. Face à son immaturité affective et intellectuelle, à son impossibilité de verbaliser et d’élaborer, l’approche corporelle est privilégiée. Récit d’un travail en psychomotricité.

  163. USAGE DÉTOURNÉ DE MEDICAMENTS

    USAGE DÉTOURNÉ DE MERCALM, NAUSICALM ET NAUTAMINE

    les mesures préventives de l'ANSM

    Par David PAITRAUD - Date de publication : 22 Mars 2016


    Une enquête d'addictovigilance demandée par l'Agence du médicament (ANSM) en 2014 a mis en évidence un risque d'usage détourné à des fins récréatives des spécialités indiquées dans le mal des transports à base de diménhydrinate, MERCALM et NAUSICALM, et de diphénydramine, NAUTAMINE.

    Les adolescents et les jeunes adultes sont particulièrement exposés à ce mésusage pouvant entraîner des complications potentiellement graves.

    L'ANSM a pris des mesures visant à limiter l'accès à ces antihistaminiques H1 de 1re génération, à sensibiliser les professionnels de santé et à renforçer l'information générale sur le risque d'abus, de dépendance et d'usage détourné de ces spécialités de prescription médicale facultative.

    Un usage détourné à des fins récréatives
    L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) publie un point d'information sur le risque d'abus et d'usage détourné des antinaupathiques MERCALM comprimé pelliculé sécable (caféine et diménhydrinate), NAUSICALM gélule ou sirop (diménhydrinate) et NAUTAMINE comprimé sécable (diphénydramine).

    En effet, de récentes données d'addictovigilance ont mis en évidence une utilisation abusive de ces substances à des fins récréatives (à fortes doses : hallucinations, délires), principalement chez des adolescents ou des jeunes adultes, mais aussi chez des patients souffrant de troubles psychotiques ou ayant des antécédents d'abus et/ou de pharmacodépendance.

    Des données d'addictovigilance répertoriées sur une période de 11 ans
    En 2014, face à la notification de plusieurs cas d'usage abusif des antinaupathiques (contre le mal des transports) à base de diménhydrinate (MERCALM et NAUSICALM) ou de diphénydramine (NAUTAMINE), l'ANSM a ouvert une enquête d'addictovigilance sur ces médicaments.

    Ce travail a permis de répertorier l'ensemble des cas notifiés au réseau des Centres d'évaluation et d'information sur la pharmacodépendance (CEIP) entre janvier 2003 et mai 2014.

    Au total, 59 cas ont été recensés au cours de ces 11 années dont :
    • 25 cas de surconsommation possible ou probable,
    • 21 cas d'abus,
    • 11 cas de dépendance,
    • 4 cas de mésusage,
    • 1 cas de syndrome de sevrage.

    Selon la Commission des stupéfiants et des psychotropes (séance du 12 février 2015), "Dix cas graves ont été rapportés dont un décès de cause inconnue d'un homme ayant une consommation abusive de MERCALM. Quatre cas de soumission chimique dans un contexte d'agression sexuelle ont été signalés, dont 2 en 2014."

    L'usage détourné de ces substances est associé aux effets indésirables suivants :
    • syndromes de sevrage,
    • syndromes atropiniques (ou anticholinergique),
    • troubles neurologiques : troubles de la mémoire, hallucinations, agitation, tremblements,
    • troubles cardiaques (tachycardie, douleur thoracique), ayant parfois entraîné une hospitalisation.

    Selon les résultats de cette enquête, les sujets pratiquant un usage abusif des antinaupathiques sont "principalement des hommes et l'âge moyen est évalué à 33 ans".

    Des antinaupathiques de prescription médicale facultative
    La diphénhydramine (NAUTAMINE) et le diménhydrinate (MERCALM, NAUSICALM) sont des antihistaminiques H1 de première génération. Ces substances possèdent également des propriétés adrénolytiques et anticholinergiques.

    Elles sont indiquées dans la prévention et le traitement du mal des transports.
    NAUSICALM est également indiqué dans le traitement symptomatique de courte durée des nausées et des vomissements non accompagnés de fièvre, chez l'adulte et l'enfant.

    Ces spécialités sont disponibles en pharmacie sans prescription médicale obligatoire.
    Jusqu'en octobre 2015, deux d'entre elles, MERCALM et NAUSICALM, étaient inscrites sur la liste de médication officinale, et pouvaient être présentées en libre accès.

    Les mesures pour juguler le mésusage des antinaupathiques
    Suivant les recommandations de la Commission des stupéfiants et psychotropes de février 2015, l'ANSM a pris les mesures suivantes pour limiter l'usage détourné des antinaupathiques :
    • Fin du libre accès :
    o MERCALM et NAUSICALM ont été radiés de la liste des médicaments de médication officinale par décision du 13 octobre 2015.
    o Ces spécialités ne doivent donc plus être disposées en libre accès (devant ou à côté du comptoir, à la portée du patient) dans les pharmacies.
    • Renforcement de la vigilance :
    o Les professionnels de santé, notamment les pharmaciens d'officine, doivent renforcer leur vigilance en cas de demande d'un antinaupathique, notamment lorsque celle-ci semble suspecte ou émane d'adolescents ou de jeunes adultes.
    o Les cas douteux laissant envisager un usage détourné ou une pharmacodépendance doivent être déclarés aux CEIP.
    • Renforcement de l'information :
    o L'information sur les risques d'abus et de pharmacodépendance a été ajoutée et harmonisée dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) de ces spécialités.

    Risque d'abus et d'usage détourné : les antinaupathiques s'ajoutent aux spécialités de codéine
    Récemment, l'ANSM avait communiqué sur les risques de détournement des spécialités de codéine et de prométhazine, utilisées en mélange dans une boisson récréatives dénommée purple drank .
    Comme les spécialités antinaupathiques, ces médicaments sont en vente sans ordonnance dans les pharmacies et les adolescents et jeunes adultes représentent la population la plus exposée à ces pratiques.

    A cette occasion, l'ANSM avait rappelé aux pharmaciens d'officine leur droit à refuser de dispenser un médicament lorsque l'intérêt pour la santé du patient leur paraît l'exiger (article R.4235-61 du Code de la Santé publique).

    Sources : ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : https://www.vidal.fr/actualites/19376/usage_detourne_de_mercalm_nausicalm_et_nautamine_les_mesures_preventives_de_l_ansm

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : www.vidal.fr

  164. TROUBLE BIPOLAIRE

    TROUBLE BIPOLAIRE
    DÉLAI DU DIAGNOSTIC POUR LES PERSONNES DÉPENDANTES

    L’errance thérapeutique fait souvent partie du parcours de soin des patients bipolaires. Pourtant, un délai dans la pose du diagnostic, et du traitement, est associé à une aggravation des symptômes bipolaires, à une augmentation des troubles cognitifs (troubles de l’attention, de la mémoire), à un risque morbide élevé et d’autres pathologies associées comme des maladies cardio-vasculaires. Il est donc absolument nécessaire de réduire le délai de prise en charge.

    Comment expliquer ce délai ?

    Une équipe de l’Institut de Psychiatrie du King’s College à Londres s’est intéressée à différents facteurs pouvant influencer le délai entre la première visite chez un spécialiste et la prise en charge des symptômes bipolaires. Pour cela, ils ont réalisé une étude observationnelle rétrospective sur les dossiers de 1364 patients bipolaires, et ont mesuré l’impact de différents facteurs sur le temps écoulé entre la première visite chez un médecin psychiatre et la pose du diagnostic de troubles bipolaires.
    Ils se sont notamment attachés à évaluer l’impact de l’âge, du genre, du groupe ethnique, du statut marital, d’une hospitalisation à la demande d’un tiers, d’un diagnostic antérieur de maladies psychiatriques, de la consommation d’alcool ou de substance psycho actives.

    Le délai du diagnostic se rallonge pour les personnes dépendantes

    Les résultats de l’étude suggèrent que les patients reçoivent le diagnostic de leur bipolarité dans les deux mois suivant la première visite chez un médecin psychiatre. Le délai augmente considérablement pour les patients consommateurs d’alcool ou de drogues, et en moyenne, chez ces patients, la prise en charge intervient dans les 2 ans suivant la première visite chez un psychiatre. Selon les auteurs de l’étude, les symptômes du trouble bipolaire pourraient être, à tort, attribuer, aux effets de la consommation d’alcool ou de drogues, retardant ainsi la prise en charge.

    « Les patients ont besoin d’un diagnostic rapide »

    Les résultats de cette étude sont à mettre en parallèle avec l’observation que près de la moitié des patients bipolaires présentent une addiction à l’alcool, au cannabis ou à d’autres drogues. En plus d’aggraver les symptômes de la maladie, cette dépendance affecte directement le diagnostic. Les cliniciens de l’étude insistent sur la nécessité d’obtenir un diagnostic rapide, et appellent à établir un nouvel arbre décisionnel pour diagnostiquer les troubles bipolaires chez les patients à risque.

    Source : Delays before Diagnosis and Initiation of Treatment in Patients Presenting to Mental Health Services with Bipolar Disorder, R. Patel , H. Shetty, R. Jackson, M. Broadbent, R. Stewart, J. Boydell, P. McGuire, M.Taylor . Plos one, 2015


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.troubles-bipolaires.com/

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : troubles-bipolaires.com


  165. CROIRE EN L'INCONSCIENT ?

    CROIRE EN L'INCONSCIENT ?

    Dans la Revue semestrielle : Essaim - Numéro 35

    Avec la participation de Paul ALERINI, Sidi ASKOFARE, Sandra BOEHRINGER, Arnold CASTELAIN

    La tentative kantienne de démarcation entre croyance et savoir n’a pas résolu les relations tumultueuses entre ces deux termes, qu’on ne cesse de rapprocher et d’opposer, que ce soit à un niveau individuel ou collectif et dans tous les domaines, sociaux, scientifiques, religieux… allant parfois jusqu’aux extrêmes de la violence. Même quand le savoir est établi (la terre tourne autour du soleil), il n’empêche pas des croyances contraires, et paradoxalement, il peut les susciter .

    La psychanalyse a révélé un certain nombre de déterminants inconscients de la croyance en tant que liée à la référence au désir : le fantasme (qui tisse la réalité comme mixte de symbolique et d’imaginaire), la pulsion (d’où sort la vérité des théories sexuelles infantiles), les signifiants (du nom du père, non représentable, ou du sujet supposé savoir pour le transfert)… En outre, elle a montré que la division du sujet a justement la structure de la division entre savoir et vérité.

    Qu’en résulte-t-il pour la psychanalyse, toujours menacée de psychologisation ?
    Peut-on croire en la psychanalyse ?
    À l’inconscient ?
    Sinon comment peut-il encore se faire entendre ?

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.editions-eres.com/ouvrage/3695/croire-en-l-inconscient

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : www.editions-eres.com

  166. LES BENZODIAZÉPINES

    LES BENZODIAZÉPINES
    CES MÉDICAMENTS QUI NOUS RENDENT DÉPENDANTS


    Un Français sur cinq consomme des benzodiazépines au moins une fois par an. Des crises d'angoisse à la dépression, en passant par les insomnies ou certaines maladies neurologiques, les occasions de prendre ces médicaments sont nombreuses. Pourtant ces molécules ne sont pas anodines. Les benzodiazépines peuvent avoir des effets secondaires sur la mémoire ou l'état psychomoteur... sans oublier le risque fort de dépendance.
    Par La rédaction d'Allodocteurs.fr

    Un Français sur cinq a consommé au moins une fois dans sa vie des benzodiazépines, la famille d'anxiolytiques la plus couramment utilisée mais qui n'est pas sans effets secondaires. À commencer par une dépendance quand le traitement dépasse douze semaines. Or, en 2010, une étude a montré que la moitié des patients qui prenait ce médicament en consommaient depuis plus de deux ans. Le syndrome de sevrage est alors fréquent, avec des symptômes qui empêchent les malades de pouvoir s'arrêter facilement.

    Comment fonctionnent les anxiolytiques ? Un réseau de neurones constitue notre cerveau. L'information nerveuse passe d'un neurone à l'autre, au niveau de la synapse, grâce à des messagers chimiques que l'on appelle les neurotransmetteurs. Le neuromédiateur qui nous intéresse est le GABA : l'acide gamma-aminobutyrique.

    Le GABA est inhibiteur, c'est-à-dire qu'il empêche l'excitation prolongée des neurones. C'est un véritable frein à la transmission nerveuse : il sert donc, notamment, à contrôler les sensations de peur et d'anxiété. Pour agir, le GABA se fixe sur son récepteur et provoque son ouverture : le message calmant peut être transmis au neurone suivant par l'intermédiaire de cette "porte d'entrée".

    Les anxiolytiques se fixent sur le même récepteur que le GABA et "boostent" son action en favorisant l'ouverture du récepteur. Résultat : l'effet relaxant est augmenté, les symptômes anxieux diminuent. Le patient est soulagé.
    Les anxiolytiques sont des médicaments efficaces. Mais ils peuvent entraîner une dépendance.

    Benzodiazépines : mode d'emploi

    Petit tour d'horizon de ces médicaments aux indications variées et aux effets secondaires nombreux.

    Au total, 22 benzodiazépines sont commercialisées en FRANCE, réparties au sein de 4 groupes selon leurs indications :

    • Les plus consommées sont les anxiolytiques. En 2010, selon l'Afssaps, les anxiolytiques représentaient plus de la moitié des boîtes vendues. Indication principale : le traitement des manifestations anxieuses sévères.

    • Les hypnotiques prescrits dans le cadre de troubles importants du sommeil.

    • Les myorelaxants indiqués pour le traitement des contractions musculaires.

    • Les antiépileptiques représentent moins de 5 % du marché.

    En 2010, 20% des Français ont consommé au moins une fois une benzodiazépine. Pourtant l'usage de ces médicaments n'est pas anodin et peut comporter des risques : troubles de la mémoire et du comportement, altération des fonctions psychomotrices, altération de l'état de conscience qui peut entraîner insomnie, cauchemar, idées délirantes ou hallucinations… Plus les doses et la durée du traitement sont importantes, plus les risques de développer ces effets secondaires augmentent.

    Pour limiter ces risques, ces médicaments sont délivrés uniquement sur ordonnance et la durée de prescription est pour la plupart d'entre eux, strictement encadrée : 12 semaines pour les anxiolytiques et 4 semaines pour les hypnotiques. Pourtant selon un rapport de l'Agence du médicament, la durée moyenne de traitement des anxiolytiques et hypnotiques est de 7 mois.

    Le principal problème lié à ce mauvais usage, c'est la dépendance. Quand on prend ces médicaments pendant plusieurs mois, il ne faut jamais les arrêter du jour au lendemain sans avis médical.

    Benzodiazépines : un sevrage pour mettre fin à la dépendance

    Quand on veut arrêter de prendre des anxiolytiques, il est conseillé de se faire aider. Et si plusieurs tentatives de sevrage ont échoué, il est même possible de se faire hospitaliser.
    Pour aider les patients dépendants, des services reçoivent des patients en consultation et leur proposent un protocole de sevrage lorsque cela s'avère nécessaire.

    Sevrage des anxiolytiques : les bienfaits des cures thermales

    Choisir la cure thermale pour se passer d'anxiolytiques, c'est ce que propose les Thermes de Saujon, en Charente-Maritime depuis 2010. La cure est une solution originale qui permet de réduire sa consommation de benzodiazépines avec un suivi très particulier.

    Selon le Dr Olivier Dubois, psychiatre et médecin thermal, "les personnes qui veulent se sevrer sont généralement des personnes qui consomment des anxiolytiques depuis un certain temps. Ils ont conscience que leur état est compatible avec l'arrêt du médicament mais qui pour différentes raisons, échec ultérieur, peur des effets secondaires à l'arrêt ou de la rechute, n'arrivent pas à le faire seuls. Ils ont alors besoin d'être accompagnés par des professionnels". S'arrêter seul sans un soutien médical est en effet très délicat car les benzodiazépines sont des médicaments dont il est difficile de se défaire.

    Durant leur séjour, les curistes sont suivis par un psychologue comportementaliste, qui leur propose des ateliers éducatifs. Il s'agit de comprendre ce qui a poussé ces personnes à consommer autant de calmants et leur expliquer les étapes du sevrage comme l'explique Anne Vincent, psychologue : "On leur donne les outils à mettre en place pour ne pas tomber d'une dépendance à une autre, ce qui est souvent le cas si on remplace un médicament par un autre médicament. Ce sont des outils à la fois corporels (détente avec tout ce que cela peut comprendre), et un questionnement mental qui est de savoir comment s'autonomiser, se responsabiliser pour ne plus tomber dans cette dépendance. Il faut que les personnes apprennent à se faire confiance, et du coup ne plus avoir besoin de médicaments pour fonctionner dans leur vie".
    Les ateliers se répètent durant le séjour. L'objectif étant de permettre aux patients de mettre en place des stratégies pour accepter le sevrage et mieux réagir aux symptômes du manque. Pour le Dr Dubois, la cure est efficace grâce à l'association de trois formules : tout d'abord l'eau qui permet de compenser l'effet thérapeutique, l'environnement médicalisé qui permet au patient d'être sécurisé et enfin la thérapie cognitivo-comportementalequi permet au patient d'apprendre des outils pour mieux gérer son anxiété.

    Depuis la mise en place de cette prise en charge originale de la dépendance, les résultats sont positifs. Une étude a montré que la moitié des curistes arrête leur consommation d'anxiolytiques dans les trois mois qui suivent la cure.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/medicaments/benzodiazepine/les-benzodiazepines-ces-medicaments-qui-nous-rendent-dependants_9807.html

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : www.allodocteurs.fr

  167. TROUBLES BIPOLAIRES

    TROUBLES BIPOLAIRES

    LE DIAGNOSTIC PREND EN MOYENNE DIX ANS

    Cette maladie grave est classée parmi les 10 pathologies les plus invalidantes par l'Organisation mondiale de la santé.

    Pour obtenir un diagnostic des troubles bipolaires, les patients doivent souvent parcourir un long chemin semé d'embuches. A l'occasion de la journée mondiale des troubles bipolaires ce 30 mars, l'association Argos souhaite sensibiliser le grand public à cette maladie "pour qu'on cesse de stigmatiser les malades".

    Par la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP - Rédigé le 30/03/2016

    Autrefois appelés "psychose maniaco-dépressive", ces troubles mentaux se caractérisent par une alternance de phases dépressives et de phases d'exaltation dites "maniaques" où le malade ressent une énergie excessive au point de se priver parfois de sommeil ou de mener des projets titanesques jusqu'à épuisement.

    "J'ai traversé des dizaines d'années de souffrance", explique Annie Labbé, fondatrice de l'association Argos, elle-même atteinte de troubles bipolaires. "J'ai consulté dix, peut-être même quinze psychiatres. On me soignait pour dépression sévère mais les antidépresseurs étaient totalement inutiles." Elle pointe du doigt l'errance diagnostique des malades : "j'ai 63 ans et je suis probablement bipolaire depuis l'âge de 9 ans", poursuit-elle. "Cela m'a empêché de faire de grandes études alors que j'étais une très bonne élève. J'avais un problème d'attention, je paniquais au moment des examens".

    "L'exaltation, c'est le feu qui inexorablement amène aux cendres, la dépression", résume-t-elle.

    UNE MALADIE COMPLEXE ET MULTIFACTORIELLE

    Environ 2% de la population sont touchés par les troubles bipolaires en Europe. En France, sur les quelque 1,3 million de personnes atteintes, 25% ont fait des tentatives de suicides (fatales dans 15% des cas), selon la Fondation scientifique FondaMental.

    "Ils affectent autant les femmes que les hommes et apparaissent à un moment crucial de la vie, en majorité entre 15 et 25 ans", explique Marion Leboyer, présidente de FondaMental, qui a ouvert des "centres experts" pour favoriser le diagnostic précoce. "Il faut en moyenne dix ans pour que le diagnostic soit posé", déplore-t-elle. Car la maladie est complexe.
    "Les troubles bipolaires sont dus à un terrain génétique en interaction avec des facteurs environnementaux", résume Mme Leboyer. "La difficulté est qu'il n'y a pas un seul facteur majeur mais il y plein de petits facteurs génétiques qui interagissent avec une série de facteurs environnementaux qui surviennent à différentes périodes de la vie: prénatale, enfance, âge adulte".

    Parmi les facteurs environnementaux, les stress sévères comme les traumatismes graves pendant l'enfance (mort d'un parent, abandon, viol, inceste, etc.), certaines carences alimentaires, des troubles du sommeil ou des infections précoces (grippe pendant la période prénatale).

    Autre difficulté: les phases maniaques se manifestent parfois bien longtemps après des phases dépressives. "Petite, je manifestais beaucoup de mélancolie, beaucoup moins d'exaltation", confirme Anne Labbé.

    LA DIFFICULTÉ DE POSER LE DIAGNOSTIC

    "En l'absence d'antécédents familiaux, tant qu'il n'y a pas eu de phase maniaque, il est difficile pour un médecin de poser le diagnostic d'autant que cette maladie est encore mal connue de beaucoup de soignants", note Sébastien Guillaume, professeur psychiatre à l'hôpital de Montpellier. Dans le cas de troubles où les phases d'excitation sont atténuées, le médecin "peut facilement passer à côté", poursuit-il.

    Au centre expert de Montpellier, les malades potentiels sont ainsi soumis à une batterie de tests pendant 48 heures pour établir un diagnostic. Dans un cabinet de médecine générale où les patients défilent toutes les 20 minutes, il est impossible de procéder à un examen approfondi, observe le psychiatre.

    Pourtant, une fois diagnostiqués, les troubles bipolaires peuvent être soignés. "On ne guérit pas, mais on se soigne. C'est une maladie avec laquelle on peut vivre, travailler, fonder une famille", insiste le Pr Guillaume. "Être diagnostiqué bipolaire n'est pas une condamnation à mort, surtout si la prise en charge est précoce, avant que les épisodes dépressifs ou maniaques ruinent la vie quotidienne."

    Le traitement repose sur trois piliers: des thymorégulateurs (médicaments régulant l'humeur) à vie, une psychothérapie adaptée et une bonne hygiène de vie pour pallier les risques associés à cette maladie comme l'obésité, le diabète ou l'hypertension. Car "la première cause de mortalité d'un bipolaire n'est pas le suicide mais les maladies cardio-vasculaires", conclut le professeur Guillaume.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/maladies/psychiatrie/troubles-bipolaires-le-diagnostic-prend-en-moyenne-10-ans_19042.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : www.allodocteurs.fr

  168. BIPOLARITÉ

    BIPOLARITÉ

    LES PRÉMICES D'UNE DÉRIVE

    Au rythme d'évolution actuelle de la notion de bipolarité, il y aura bientôt autant de bipolaires que de dépressifs, et de nouvelles classes de médicaments vont prendre le relai des antidépresseurs, qui sont de plus en plus discrédités. Une dérive inquiétante, sur un modèle déjà éprouvé, qui conduit à la consommation massive de médicaments psychotropes pour un problème initial qui ne la justifie pas.

    L’ÈRE DES MÉDICAMENTS PSYCHOTROPES

    Au cours des années 1950, les essais concluants effectués par Henri Laborit ont conduit à la mise sur le marché de la Clorpromazine, neuroleptique destiné à traiter les crises maniaques et chef de file d’une longue série de médicaments destinés à soigner les pathologies neuro-psychiques.

    Au départ, traiter les maladies mentales ou l’épilepsie en mal de solutions, répondait à un vrai besoin. Puis, sont arrivées les benzodiazépines anxiolytiques (Valium® Tranxène©…) qui dans certains cas se sont révélés précieux, mais ont vite étendu leur champ d’application à la prise en charge médicale des inconforts psychiques de la vie. Un boulevard pour les débouchés économiques…


    GRANDEUR ET DÉCADENCE DES ANTIDÉPRESSEURS

    La dépression, dans le sens d’un effondrement de la vitalité psychique, accompagné d’une grande souffrance, est connue depuis longtemps, et nécessite un traitement adapté. Les premiers antidépresseurs ont bien répondu à ce besoin. Ces grandes dépressions ne sont cependant pas si fréquentes. Les états dépressifs, lors une période difficile ou après un choc de séparation (mort d’un proche, rupture relationnelle, licenciement, vol…) sont plus courants. Ils sont nécessaires pour nous aider à passer un cap vers autre chose. Ils demandent avant tout de prendre du temps, du repos, et de bénéficier d’un soutien de son entourage. Pendant longtemps, cela était géré, pas si mal, sans médicaments.

    Pour ouvrir un marché à de nouvelles générations de produits, une stratégie bien orchestrée avec un lobbying appuyé, a créé le besoin auprès des médecins et du public. À l’appui de travaux librement interprétés des Neurosciences, la dépression devient une maladie liée à la perturbation des neuromédiateurs. Et cette maladie devient bien plus fréquente qu’on ne le pensait ! En caricaturant un peu, on pourrait dire que ce qui était appelé fatigue nerveuse ou tristesse auparavant est progressivement devenu dépression. Résultat : des millions d’utilisateurs dans le monde, avec un record France où environ 8% de la population consomme des antidépresseurs. Avec un bilan désastreux : la nouvelle dépendance créée par cet usage étant bien plus marquante que la résolution au problème de mal-être psychique qu'il étaient sensé résoudre !
    Et puis, les dernières publications faisant la synthèse des études cliniques sur les produits utilisés (Prozac® et ses successeurs) ont révélé qu’ils n’avaient finalement aucune action significative sur les états dépressifs mineurs. Ce qui montre que comment une habileté stratégique a fait le succès de médicaments pour lesquels il n'y avait pas de réel besoin. Un scénario qui pourrait se répéter…


    DE LA DÉPRESSION À LA BIPOLARITÉ

    On connaît, depuis longtemps également, la psychose maniaco-dépressive, dans laquelle les états dépressifs profonds sont précédés d’états d’excitation incontrôlables (crises maniaques), pouvant conduire aux comportements les plus fous. Une statistique à partir de dossiers d’admissions en asile psychiatrique sur 50 ans au début du XXe siècle au Pays de Galles indique que 0,001% de la population galloise était concernée. En 1994, une étude américaine concluant à une fréquence de 1,3% dans la population américaine, et aujourd’hui, certains auteurs avancent le chiffre de 5% !

    La maladie a-t-elle progressé à ce point ? L’évolution réelle est difficile à évaluer, parce que cette affection a aussi changé de critères en se dénommant désormais trouble bipolaire. Pour être considéré comme bipolaire, il suffit d’être parfois dépressif, en passant par des phases d’excitation (hypomaniaques), ou d’avoir des antécédents de maniaco-dépression dans la famille. En fait, les alternances d’humeur, que l’on appelait avant cyclothymie ou dysthymies, sont devenues de vraies maladies.

    Pour traiter les crises maniaques, les neuroleptiques ont fait leur preuve, et pour les prévenir, des anticonvulsivants dérivés d’antiépileptiques comme le Depakote® sont aujourd’hui reconnus et utilisés comme thymorégulateurs. Dans cette continuité, ils sont désormais utilisés dès lors qu’un diagnostic de bipolarité est posé.

    Aux États-Unis, sous l'effet d'une campagne médiatique sensibilisant à la présence sournoise de bipolarité chez des personnes dépressives, les thymorégulateurs sont aujourd’hui largement prescrits, sans avoir fait la preuve d’un rapport bénéfice/risque favorable à long terme.. En Europe, la notion de bipolarité commence à se banaliser. Une histoire déjà connue est en train de se reproduire…

    En 2006, près de Boston, une enfant de 2 ans est morte des conséquences d’un traitement associant Seroquel® (antipsychotique), Depakote® (« thymorégulateur ») et Catapressan ® (anti-hypertenseur central utilisé comme sédatif), suite à un diagnostic de bipolarité. Ce traitement a été ensuite reconnu comme « approprié et conforme aux standards professionnels responsables », ce qui a évité toute poursuite au médecin prescripteur.

    Voilà comment la norme a changé, et comment les instabilités d’humeur sont désormais une maladie justifiant des traitements lourds !


    NE PAS METTRE LES PIEDS DANS L’ENGRENAGE

    Il n’y a pas de doute aujourd’hui que l’abus de médicaments psychotropes est une catastrophe, autant pour les comptes de l’assurance maladie que pour la santé de la population. La plupart du temps, ils ne résolvent pas vraiment le problème, tout en apportant des effets secondaires gênants et en créant une dépendance qui rend difficile le sevrage.

    Les états dépressifs et les variations d’humeur, fréquemment, ne sont pas des maladies organiques, mais la traduction d’une situation de vie dans laquelle des facteurs alimentaires et relationnels ont un rôle souvent majeur, ce qui ouvre la porte à des solutions non toxiques, non addictives et avec des effets durables.

    Les médicaments psychotropes ont leur utilité lors de troubles graves (dépression majeure, épilepsie, psychose maniaco-dépressive, schizophrénie…), mais il est rare qu’ils soient bénéfiques en dehors de ces contextes. C’est pourquoi il est nécessaire, avant de commencer un tel traitement, de bien évaluer ce qu’ils apportent vraiment, et de savoir, dès le début s’il est prévu pour durée courte limitée ou si c’est insidieusement un pied dans le traitement longue durée qui est en train de se poser.

    Et ne pas tomber dans le piège du diagnostic de bipolarité s’il ne s’agit pas d’une véritable maladie maniaco-dépressive !

    Cet article a été rédigé le 14/06/2011 par Jean Benjamin Boislève.

    Références : David Healy : Mania, A Short History of Bipolar Disorder, Johns Hopkins Biographies of Disease, 2008 – Mikkel Borch-Jacobsen : Which came first, the condition or the drug, London review of Books 7/10/2010

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.sante-vivante.fr/blog/index.php?post/Bipolarite-premices-de-derive

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : www.sante-vivante.fr

  169. SITUATION PSYCHIQUE EN PRISON

    « UN RAPPORT DÉNONCE LA SITUATION DES DÉTENUS ATTEINTS DE TROUBLES PSYCHIQUES

    LE MONDE du 05.04.2016 - Par Jean-Baptiste Jacquin

    Quelle est la proportion de détenus atteints de troubles psychiques ou de maladies mentales dans les prisons françaises ? Nul ne le sait précisément. Commander une étude indépendante sur le sujet est la première recommandation formulée par l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch (HRW), à l’issue d’un rapport d’enquête publié mardi 5 avril. Intitulé « Double peine, conditions de détentions inappropriées pour les personnes présentant des troubles psychiatriques dans les prisons en France », ce rapport dresse un constat accablant sur la prise en charge des personnes malades, alors que quelque 30 % des détenus souffraient de troubles psychotiques (schizophrènes, maniaco-dépressifs, paranoïaques, bipolaires, etc.), selon une étude du ministère de la santé réalisée il a plus de douze ans.

    Le sujet, déjà abordé par le contrôleur général des lieux de privation de liberté, a été étudié dans deux principales directions. La souffrance supplémentaire et discriminatoire infligée à ces personnes alors que les conditions de détention ne sont pas adaptées à leur maladie ou handicap ; la difficulté d’accès des détenus aux soins en matière de santé mentale. « Les ministères de la santé et de la justice doivent faire des efforts considérables pour remédier à ces situations qui sont inacceptables pour un pays comme la France », avertit Izza Leightas, la chercheuse qui a piloté l’étude de HRW.

    Alors qu’il y a une surreprésentation des personnes atteintes de troubles psychiatriques en prison, l’ONG note que, « dans la plupart des cas », les conditions de détention aboutissent « à une nouvelle détérioration de leur santé mentale ». HRW dénonce d’abord la souffrance infligée aux détenus les plus fragiles ou atteints de troubles mentaux par le choc du monde carcéral (surpopulation, violence, promiscuité, solitude affective, etc.). Sans compter les brimades supplémentaires que leur état occasionne de la part d’autres détenus. Une spirale infernale alors que l’altération du discernement est souvent perçue comme un facteur de risque supplémentaire en matière de récidive. Ces personnes jouissent ainsi de moins de possibilités d’aménagement de peine alors que leur santé exigerait le contraire. De plus, jusqu’à la loi Taubira de 2014, la prise en compte du trouble mental dans les jugements correctionnels ou criminels justifiait souvent des peines plus sévères, contrairement à l’idée admise en droit pénal d’une altération de la responsabilité. HRW demande ainsi « aux juges et aux procureurs de réduire la durée d’incarcération des personnes présentant des troubles psychiatriques graves ».

    « Conditions choquantes, contraires au droit »

    Rien n’est plus faux que de croire que ces personnes seraient mieux soignées en prison qu’en dehors. Certes, elles ont, comme les autres, accès à des psychologues (qui dépendent de l’administration pénitentiaire) et des psychiatres souvent rattachés à des hôpitaux voisins. Mais le rapport de HRW relève que faute de psychiatres volontaires en nombre suffisant, les listes d’attentes pour obtenir un rendez-vous s’allongent, tandis que les consultations seraient expéditives et limitées à la prescription de médicaments.

    Lorsque l’état médical d’un détenu s’est trop dégradé, il est alors hospitalisé, même sans son consentement. Mais les hôpitaux psychiatriques n’étant pas sécurisés pour accueillir des prisonniers, certains y sont maintenus à l’isolement, sans visite, ni promenade. L’un des professionnels de santé interrogé par Mme Leightas explique qu’« en général, les détenus préfèrent aller en quartier disciplinaire ». La chercheuse parle « de conditions d’hospitalisation choquantes, contraires au droit et à la dignité humaine ».

    La France dispose néanmoins de sept unités hospitalières spécialement aménagées (UHSA). Implantées au sein d’hôpitaux, ces unités sont sécurisées par le personnel pénitentiaire. Deux autres unités sont en cours de construction, mais les places restent encore insuffisantes.

    Pour l’administration pénitentiaire, le sujet n’est pas simple alors que le secret médical vaut pour les détenus comme pour tous les citoyens. Sans enfreindre cette règle, HRW recommande de renforcer le dialogue entre personnels de santé et personnels pénitentiaires. L’association plaide également pour que des médecins puissent participer aux commissions de discipline en détention. Et souligne la surpopulation des prisons comme facteur aggravant la situation des personnes atteintes de troubles psychiatriques. Mais il s’agit là d’un autre sujet.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/04/05/un-rapport-denonce-la-situation-des-detenus-atteints-de-troubles-psychiques_4895690_3224.html#xtor=RSS-3208

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : www.lemonde.fr

  170. FATIGUE ET FIBROMYALGIE

    LA FATIGUE EST-ELLE INHÉRENTE À LA FIBROMYALGIE ?

    Comment savoir si on a une fibromyalgie ou si on est en état d'épuisement général ? J'ai deux diagnostics différents et je suis perdue…

    Par La rédaction d'Allodocteurs.fr - Rédigé le 11/03/2016

    Les réponses avec le Pr Françoise Laroche, rhumatologue :

    "Quand on parle de fibromyalgie, on pense tout le temps aux douleurs et on oublie de penser à la fatigue. En fait, il y a des chevauchements. La fibromyalgie est un ensemble de symptômes qu'il faut essayer de regrouper de façon homogène expliquant ces problèmes de modulation de la douleur. Et les syndromes de fatigue chronique font partie de ces chevauchements. La plupart de mes patients sont plus fatigués que douloureux si on l'évalue sur une échelle. Il y a probablement une association des deux chez cette patiente. Ensuite, certains comportements qui aggravent les symptômes favorisent l'épuisement dans la fibromyalgie, c'est le cas quand on veut toujours forcer, toujours faire plus et ne pas prendre le temps de se reposer ou de fractionner ses activités…
    "Heureusement qu'il y a des émissions, des lieux… où on parle de plus en plus de la fibromyalgie. Par rapport à il y a 15-20 ans, la fibromyalgie est beaucoup mieux connue et d'ailleurs la plupart des patients se reconnaissent en regardant sur Internet et du coup, ils se renseignent auprès de leur médecin pour savoir s'il s'agit bien de la fibromyalgie. La prise de conscience est tout de même maintenant beaucoup plus efficace."

    En savoir plus sur la fibromyalgie - Dossiers à lire sur le site allodocteurs.fr

    Liens ci-dessous à copier


    http://www.allodocteurs.fr/j-ai-mal/aux-muscles/fibromyalgie/le-mystere-de-la-fibromyalgie_95.html
    http://www.allodocteurs.fr/j-ai-mal/aux-muscles/fibromyalgie/la-fibromyalgie-qu-039-est-ce-que-c-039-est_10081.html
    http://www.allodocteurs.fr/j-ai-mal/douleur-vers-une-meilleure-prise-en-charge_1320.html
    http://www.allodocteurs.fr/j-ai-mal/la-douleur-une-histoire-de-femme_212.html
    http://www.allodocteurs.fr/j-ai-mal/en-finir-avec-les-douleurs-chroniques_5987.html


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/j-ai-mal/aux-muscles/fibromyalgie/la-fatigue-est-elle-inherente-a-la-fibromyalgie_18914.html

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : www.allodocteurs.fr

  171. SYNDROME D'ASPERGER ET AUTISME

    SYNDROME D'ASPERGER ET AUTISME

    Le syndrome d'Asperger est un trouble envahissant du développement qui affecte plus particulièrement les garçons. Comment se manifeste-t-il ? Quels sont les traits typiques de ce trouble et comment est-il pris en charge ?

    Définition

    Le syndrome d'Asperger fait partie des troubles envahissants du développement (TED) apparentés à l'autisme, qui affecte plus fréquemment les garçons que les filles. Il se manifeste relativement précocement, et peut se diagnostiquer dès l'âge de trois ans.

    Symptômes

    Ce trouble affecte à différents niveaux les personnes qui en sont atteintes :
    • Vie sociale : manque de communication verbale, incompréhension des émotions et des intentions de l'autre,
    • perceptions sensorielles,
    • motricité.

    Les enfants affectés par le syndrome d'Asperger ne souffrent généralement pas de retard de langage, contrairement aux enfants atteints par d'autres troubles du spectre autistique.

    Le trait le plus distinctif du syndrome d'Asperger est un intérêt démesuré, souvent exclusif, pour un domaine précis. (ex : l'informatique )

    Autres symptômes
    • Manque d'intérêt pour le contact humain,
    • difficultés à comprendre certaines expressions verbales (métaphores, jeux de mots),
    • difficulté à comprendre et décoder la communication non verbale (gestes, postures, contact visuel),
    • problèmes d'équilibre,
    • réactions anormales affectant les sens : sentiment d'oppression au toucher, réaction inappropriée à un environnement bruyant (ouïe).
    • activités répétitives (ex : fixation d'un objet en mouvement).

    Diagnostic
    Le diagnostic repose sur l'observation de ces différents signes, et sur la réalisation de différents bilans : tests de QI verbal et non verbal, bilan orthophonique, bilan psychomoteur, bilan pédopsychiatrique.

    Prise en charge thérapeutique du syndrome d'Asperger

    Les causes du syndrome d'Asperger n'étant pas encore parfaitement connues, il n'existe pas de traitement spécifique pour ce trouble. La prise en charge est pluridisciplinaire, et vise à favoriser le suivi de la scolarité et l'intégration sociale future du patient.

    Elle repose notamment sur :

    Une thérapie cognitivo-comportementale (améliorer la gestion du stress),
    • des aménagements scolaires avec une aide individualisée,
    • le soutien et la formation des parents (techniques comportementales à utiliser à la maison),
    • la modification des habitudes de langage et de motricité.

    Pour aller plus loin
    • Le syndrome d'Asperger (PDF), Fédération québécoise de l'autisme..

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/7580-syndrome-d-asperger-et-autisme?een=f1ee69614ab03d637a90346d9863ada4&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml149_unecuredemagnes

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : sante-medecine.journaldesfemmes.com

  172. SEVRAGE TABAGIQUE

    SEVRAGE TABAGIQUE

    comparaison randomisée de 3 approches (patchs, patchs + gommes, varénicline)

    Les moyens médicaux pour aider au sevrage tabagique reposent sur l’aide à la motivation, le soutien psychothérapeutique, la substitution nicotinique et les médicaments (bupropion ou varénicline).


    En France, la substitution nicotinique est recommandée en première intention

    Afin de comparer l’efficacité d’une substitution nicotinique simple (patchs) ou combinée (patchs et gommes) à celle de la varénicline (CHAMPIX), des chercheurs américains ont effectué une étude auprès de 1 000 fumeurs randomisés en 3 groupes et suivis pendant 1 an.

    Les résultats de cette étude, financée par des institutions publiques américaines et publiée début 2016 dans le JAMA, montrent que ces 3 approches thérapeutiques différentes ont à peu près la même efficacité, alors que d’autres travaux non randomisés suggéraient une efficacité supérieure de la varénicline et la substitution combinée par rapport au patch seul.

    La tolérance de la varénicline est par contre moins bonne, confirmant la nécessité d'une utilisation en seconde intention, comme le recommandent d'ailleurs les autorités sanitaires françaises.

    Première étude randomisée comparant 3 approches thérapeutiques dans le sevrage tabagique

    Quelle stratégie choisir pour le sevrage tabagique ? Substituts nicotiniques ou varénicline ? Un ou plusieurs subsituts nicotiniques ? L’équipe de chercheurs américains dirigée par Timothy Baker, du Centre de recherche sur le tabac de l'Université du Wisconsin a donc voulu répondre à cette question.

    Leur étude, résumée ci-dessous, n'est pas la première étude du genre, ont souligné les auteurs, rappelant que de précédentes méta-analyses ont déjà suggéré une supériorité de l'association de substituts nicotiniques oraux et sous forme de patchs et de la varénicline (traitement "intensif") par rapport à un sevrage par monothérapie nicotinique.

    Mais jamais ces résultats n'avaient auparavant fait l'objet d'un essai randomisé de large ampleur comparant directement les différentes stratégies. De plus, connaître la hiérarchisation du rapport bénéfices – risques des différentes approches est important, en raison de l'écart de prix entre la varénicline et la thérapie nicotinique et de la nécessité d'obtenir une ordonnance pour se procurer de la varénicline. D'où l'intérêt de l'étude de Timothy Baker et coll.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://eurekasante.vidal.fr/actualites/19472-sevrage-tabagique-comparaison-randomisee-de-3-approches-patchs-patchs-gommes-varenicline.html

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : eurekasante.vidal.fr

  173. USAGE DÉTOURNÉ DE MÉDICAMENTS PSYCHOTROPES

    USAGE DÉTOURNÉ DE MÉDICAMENTS PSYCHOTROPES PAR LES JEUNES

    l'OFDT analyse les facteurs de risque et motivations

    Par Stéphane KORSIA-MEFFRE - Date de publication : 14 Avril 2016

    L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) vient de publier une revue de littérature sur les usages détournés de médicaments psychotropes par les moins de 25 ans.

    Cette revue, essentiellement constituée d’études françaises et nord-américaines, fait le point sur le nombre d'adolescents concernés en France, les facteurs de risque, motivations, perceptions et sources d’accès à ces médicaments. Elle rappelle les liens entre usage détourné et usage d’autres substances psychotropes licites (alcool et tabac) et illicites.

    Par ailleurs, elle replace ces usages détournés dans le contexte plus large de la médicalisation du bien-être psychique et des niveaux élevés de prescription de ces médicaments en France.

    Malgré les études disponibles, les données manquent encore sur le parcours qui amène à ce mésusage, ainsi que sur les modes d’utilisation des médicaments détournés, en particulier en France.

    En France, plusieurs enquêtes montrent des niveaux élevés de consommation de médicaments psychotropes en population générale, y compris chez les plus jeunes (INPES, mars 2014). Ce phénomène, surtout sensible pour les anxiolytiques et les hypnotiques, interroge sur une banalisation possible, chez les jeunes patients, des prescriptions de médicaments psychotropes ainsi que sur l'existence d'usages détournés.

    En 2014, près d'un jeune Français sur 4 a déjà pris un médicament psychotrope

    En France, la diffusion des médicaments psychotropes parmi les jeunes de 17 ans s'est accentuée entre 2011 et 2014, alors qu'elle avait diminué entre 2008 et 2011 (enquête ESCAPADE - OFDT 2014). Environ 25 % des jeunes interrogés en ont déjà pris au moins une fois.

    Cette reprise de la hausse de l'expérimentation concerne notamment les anxiolytiques et les hypnotiques : leur expérimentation est passé en 4 ans de 15,0 % à 15,8 % pour les anxiolytiques et de 10,7 % à 12,6 % pour les hypnotiques : (tableau à consulter sur le site VIDAL)

    Comme en population adulte, l'usage de médicaments psychotropes se trouve être presque 2 fois plus fréquent parmi les jeunes filles, quelle que soit la catégorie de psychotropes.

    De plus, les anxiolytiques sont les médicaments dont la consommation est le plus souvent renouvelée : 4,2 % des adolescentes déclarent en avoir pris plus de dix fois au cours de leur vie, contre 2,0 % pour les somnifères et 1,5 % pour les antidépresseurs.

    L'OFDT publie une revue des études sur les usages détournés des médicaments psychotropes par les moins de 25 ans

    En décembre 2015, l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies a publié, sous la plume de Maïtena Milhet, une revue de littérature sur les usages détournés des médicaments psychotropes par les moins de 25 ans. Cette revue reprend non seulement les résultats des enquêtes épidémiologiques, mais également ceux d'études qualitatives. La majorité des données ont été collectées et analysées en Amérique du Nord.

    Les auteurs ont tout d'abord constaté que 2,6 % des 12-25 ans américains en 2014 ont détourné des médicaments psychotropes de leur usage : (tableau à consulter sur le site VIDAL)

    Cette revue fait également, entre autres sujets, le point sur les facteurs de risque et les motivations des adolescents et des jeunes adultes qui ont un usage détourné de ces médicaments.

    Les facteurs de risque d'usages détournés de médicaments psychotropes chez les jeunes

    Selon cette revue de littérature, les études sur les usages détournés de médicaments psychotropes par les jeunes de moins de 25 ans ont mis en évidence les facteurs de risque suivants :
    • l'âge (l'usage détourné augmente avec l'âge pour tous les médicaments étudiés, à l'exception des sédatifs) ;
    • l'usage passé ou concomitant d'autres substances psychotropes licites (alcool et tabac) ou illicites (cannabis, ecstasy, cocaïne, etc.) ;
    • l'attitude des parents (lorsque les parents désapprouvent l'usage de substances psychotropes et s'impliquent "fortement" dans le parcours de leur enfant, l'usage détourné est moindre) et celle des amis proches ;
    • une recherche de sensations fortes ;
    • la perception d'un faible danger lié à la prise de ces médicaments.
    Néanmoins, ces études ne permettent pas de dire à quel moment du parcours d'un jeune adulte ces différents facteurs jouent un rôle, ni quelle est leur influence respective.

    Les motivations des adolescents et jeunes adultes pour détourner l'usage de psychotropes

    Selon la revue de l'OFDT, les motivations qui poussent les jeunes à consommer des médicaments psychotropes en dehors du cadre médical sont de 4 ordres :

    • la curiosité,
    • l'automédication vis-à-vis d'une douleur physique ou morale,
    • la fête,
    • la réussite scolaire ou académique, ou réussite tout court ("moyen logique de répondre aux exigences de réalisation qui pèsent sur eux bien au-delà de la sphère académique").

    Les usages détournés sont généralement guidés par plusieurs motifs concomitants et les jeunes ont généralement recours à plusieurs classes de médicaments.

    Même s'il s'agit d'un usage détourné, les jeunes ont tendance à considérer qu'ils ne s'exposent à aucun danger compte tenu du fait qu'ils consomment des médicaments largement présents dans leur environnement : ni risque pour leur santé, ni culpabilité vis-à-vis de leur consommation.

    De plus, ils considèrent que ces médicaments sont une alternative moins risquée à la prise de drogues illicites : pas de dommage sanitaire perçu, malgré les risques addictifs, et pas de réprobation sociale.

    Plusieurs sources d'approvisionnement de ces médicaments, mais les données manquent

    Moins étudiée que les facteurs de vulnérabilité ou les motivations, la source d'accès à ces médicaments la plus fréquente semble se situer plutôt dans l'entourage proche : la famille ou les amis.

    L'OFDT note que la société se médicalise, de multiples médicaments contenant des substances psychotropes sont en vente, dont certains sans ordonnance (contenant de la codéine par exemple). De plus, l'achat de médicaments sur internet se développe.

    Mais l'absence de données sur ces achats en ligne ou par le biais d'un professionnel de santé (médecin, pharmacien) manquent, rendant difficile l'analyse des stratégies mises en oeuvre par les jeunes pour se procurer de tels médicaments. .

    D'autres zones d'ombre restent à explorer

    Outre l'analyse des sources d'approvisionnement, un certain nombre d'aspects relatifs à ces usages détournés ont été peu étudiés et restent obscurs. Ainsi, les modalités d'usage de ces médicaments, les contextes de sociabilité et d'échanges dans lesquels ils sont consommés, ainsi que les trajectoires individuelles, sont très peu explorés par les chercheurs.

    Tout au plus certains auteurs replacent les usages détournés de médicaments psychotropes par les jeunes adultes dans le contexte global d'une société qui médicalise la santé et le bien-être psychique.

    En conclusion : un effet collatéral de la médicalisation de la société ?

    L'OFDT constate donc une expérimentation importante des psychotropes par les jeunes en France. L'analyse de la littérature, en particulier américaine, montre un usage détourné par une minorité s'apparentant à une conduite addictive aux dangers sous-estimés, mais plus acceptée socialement que l'addiction à des substances illégales.

    L'OFDT souligne que plusieurs études "replacent les usages détournés de médicaments par les jeunes dans le contexte global d'une socité qui se médicalise". D'autres s'appuient davantage sur les mécanismes de l'addiction "classiques" pour expliquer cet usage détourné.

    Les auteurs estiment donc que davantage d'études sont nécessaires, en particulier en France, car si les travaux examinés fournissent des éclairages très utiles, ils ne sont pas directement transposables à la situation et aux pratiques des jeunes Français.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : https://www.vidal.fr/actualites/19517/usage_detourne_de_medicaments_psychotropes_par_les_jeunes_l_ofdt_analyse_les_facteurs_de_risque_et_motivations

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : vidal.fr

  174. DÉPÉNALISATION DU CANNABIS

    DÉPÉNALISATION DU CANNABIS

    L'AVIS D'UN PSYCHOLOGUE


    Faut-il dépénaliser le cannabis ?

    La question soulevée par Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'État aux relations avec le Parlement, médecin de profession, lui-même favorable à la dépénalisation, a enflammé toute la classe politique.
    En France, un jeune de 17 ans sur deux a déjà fumé au cours de sa vie.
    Quels sont les dangers du cannabis ?
    Faut-il faire évoluer la législation pour améliorer la prévention ?

    Les réponses de Jean-Pierre Couteron, psychologue et président de la Fédération Addiction.

    Par la rédaction d'Allodocteurs.fr - Rédigé le 13/04/2016

    "Le cannabis entraîne une dépendance, un trouble des fonctions exécutives chez les adolescents.
    Il altère la concentration, la mémoire, la prise de décisions, l'analyse des situations.
    Chez des personnalités prédisposées, il peut avoir un impact sur le déclenchement d'une maladie psychiatrique.
    Enfin, comme pour toute substance psychotrope, il peut favoriser la survenue d'accidents de la circulation, une perte de contrôle", explique le psychologue.

    Sur la question de la dépénalisation, Jean-Pierre Couteron estime qu'il faut trouver un "système intermédiaire" car "la prohibition qu'on voudrait nous imposer, coûte très cher et n'a pas apporté de résultats [...] quant à la libéralisation absolue, ce serait une catastrophe assez évidente pour tout le monde".

    Le spécialiste évoque trois approches très différentes de la consommation de cannabis. L'exemple "libéral" du Colorado aux États-Unis où le cannabis est devenu un produit de consommation courante.
    Le cas de l'Uruguay où l'on a un "monopole d'État". Les consommateurs se déclarent auprès de l'État et doivent respecter des règles d'usage en échange de cet accès.
    Enfin, le système portugais basé sur une "dépénalisation" dans le sens où l'usager simple n'est pas sanctionné.
    En revanche, les mineurs, eux, sont orientés vers des dispositifs de soins pour limiter les risques de dérives.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/maladies/drogues-et-addictions/cannabis/depenalisation-du-cannabis-l-avis-d-un-psychologue_19181.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  175. CANCER - QUEL PSY CHOISIR ?

    CANCER - QUEL PSY CHOISIR ?

    Psychologues ou psychiatres ? Qui choisir ?

    L’Association Francophone pour les Soins Oncologiques de Support et la Société Française de Psycho-Oncologie publient un référentiel pour guider les professionnels dans l’orientation d’un patient vers un psychologue ou un psychiatre. Ce référentiel s’adresse aux professionnels en oncologie et à tous les professionnels de santé impliqués dans la prise en charge du patient.

    Afin de proposer une orientation adaptée, il est nécessaire pour l’équipe de soins de connaître les situations à risque pour le patient et son entourage, de savoir évaluer le degré de souffrance psychique et d’appréhender les critères d’alerte.

    Connaître et déchiffrer les réactions possibles du patient et son mode de vie

    Les équipes de soins doivent être en mesure d’identifier les réactions psychiques du patient et de les mettre en lien avec son contexte. Il est également recommandé de faire un bilan des ressources du patient et de son entourage.

    Établir une distinction entre réaction adaptée et trouble psychopathologique

    L’AFSOS et la SFPO rappellent que les symptômes psychiques résultent souvent d’un processus d’adaptation nécessaire. L’orientation vers le psychologue et/ou le psychiatre devient indispensable lorsque le patient est mis en difficulté de façon prolongée dans ses capacités d’adaptation.

    Situations à risque faisant discuter une orientation vers un professionnel du soin psychique

    Ces situations dépendent du contexte démographique (âge), socio-économique (précarité, isolement), médical (symptômes invalidants, risque génétique, tumeur, iatrogénie), psychologique ou psychiatrique (antécédents, propos suicidaires) et du parcours de soins (refus de traitement, rechute). L’AFSOS et la SFPO pointent également les moments à risque de décompensation psychique : les phases d’annonce, les événements pouvant survenir pendant le parcours de soins (adaptation au traitement, symptômes physiques mal contrôlés, décision thérapeutique), et la phase d’après traitement.

    Pourquoi orienter le patient vers un professionnel du soin psychique ?

    L’orientation vers un professionnel du soin psychique peut répondre à une demande du patient ou de ses proches, ou permettre d’obtenir une expertise dans le cadre d’une demande d’évaluation.

    Dépister : pourquoi ? Pour qui ?

    Selon l’AFSOS et la SFPO, l’attention portée à la souffrance psychique doit être constante et son évaluation systématique, et ce pour ne pas passer à côté de patients qui ne demandent pas d’aide.Le dépistage peut s’appuyer sur un entretien clinique et sur des outils standardisés, comme pour la douleur physique.

    Intérêts des outils de dépistage ?

    L’organisation d‘un dépistage de la détresse d’un patient permet d’améliorer la communication avec le soignant, et de l’orienter de manière adéquate vers un professionnel du soin psychique. L’intérêt du dépistage est de pouvoir évoquer des difficultés psychologiques en consultations ans crainte d’être jugé. Sauf situation d’urgence, le patient reste libre d’accepter ou de refuser la rencontre.

    Dépistage de la détresse psychique

    L’AFSOS et la SFPO recommandent de procéder en deux étapes successives : le recours à un outil standardisé d’auto-évaluation rempli par le patient (échelle visuelle analogique de détresse psychologique ou HADS) puis un entretien clinique avec le soignant. La Documentation de Base Psycho-Oncologique (PO-Bado) peut également être utilisée : entretien semi-directif avec questions ouvertes et cotation de la souffrance.

    Critères d’alerte
    Certains critères rendent nécessaire l’orientation vers un psychologue ou un psychiatre : troubles d comportement, propos délirants, désorientation, risques suicidaires, antécédents de troubles psychiatriques avérés, trouble de la personnalité pouvant entraver la prise en charge, demande d’euthanasie. La difficulté d’adhésion aux soins et une situation familiale avec risque d’impact sur des personnes vulnérables peuvent également conduire à une orientation vers un professionnel du soin psychique.

    Pourquoi orienter vers un psychologue ?

    L’orientation vers un psychologue doit se faire avec l’accord du patient. L’AFSOS et la SFPO la recommandent en cas de souffrance psychique exprimée, de repérage d’une vulnérabilité, de difficultés à vivre la maladie, de demande de soutien ou d’accompagnement, de retentissement familial, de difficultés d’adhésion aux soins, et devant la présence d’un critère d’alerte.

    Pourquoi orienter vers un psychiatre ?

    Selon l’AFSOS et la SFPO, l’orientation vers un psychiatre est à privilégier en cas de risque de décompensation psychopathologique et devant une situation nécessitant une attention particulière des équipes de soins. Le patient doit être orienté vers un psychiatre en première intention en vue d’une évaluation psychiatrique, ou en présence de critères d’alerte : troubles du comportement et/ou d’allure neuropsychologique, état de décompensation aiguë, risque suicidaire, antécédents de troubles psychiatriques avérés, entrave à la prise en charge.L’orientation vers un psychiatre est recommandée en deuxième intention pour affirmer ou non le diagnostic psychiatrique suspecté, si le patient ne répond pas à un premier traitement anxiolytique et/ou antidépresseur ou pour initier un traitement psychotrope.

    Conclusion

    L’AFSOS et la SFPO concluent leur référentiel en rappelant que l’orientation vers un psychologue ou un psychiatre doit être proposée aux patients et/ou proches en situation de souffrance exprimée ou non, et à ceux dont le comportement peut entraîner un danger pour eux-mêmes ou pour autrui. Il est recommandé de faire preuve d’une attention constante y compris après la fin du traitement. L’orientation doit pouvoir être proposée à tout moment afin d’optimiser la prise en charge du patient.Un arbre décisionnel détaillé en page 24 du référentiel complète cette conclusion.

    Source
    Qui, quand et pourquoi orienter vers les psychologues et psychiatres ? AFSOS et SFPO (PDF)


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/56721-psychologues-ou-psychiatres-qui-choisir?een=f1ee69614ab03d637a90346d9863ada4&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml149_lerhumedesfoins

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : sante-medecine.journaldesfemmes.com

  176. SCIENTOLOGIE ET PSYCHIATRIE

    QUAND LA SCIENTOLOGIE ESSAIE D'INFILTRER LA PSYCHIATRIE

    Une association baptisée "Commission des citoyens pour les droits de l’homme" (CCDH) tente d'alerter l'opinion sur les abus en psychiatrie. Derrière ce noble combat se cache une émanation de l'Église de scientologie, considérée comme une secte en France.

    Par La rédaction d'Allodocteurs.fr - Rédigé le 20/04/2016

    Un nom qui inspire confiance : Commission des citoyens pour les droits de l'homme (CCDH). Un logo qui arbore la balance de la justice. Une noble cause : lutter contre les abus en psychiatrie… Mais la CCDH n'a rien d'une association de défense des patients. Il s'agit d'un appendice de l'Église de scientologie.

    Cet organisme entend dénoncer les dérives médicales de la psychiatrie. Entre films et tracts, elle se livre à un réquisitoire contre les psychothérapies et les traitements médicamenteux des troubles psychiques. Neuroleptiques et antidépresseurs causeraient des milliers de suicides dans le monde. La CCDH dénonce également les internements qui selon elle seraient "trois à quatre fois plus nombreux en France que dans d'autres pays européens". Elle fustige la prescription de médicaments aux enfants souffrant d'hyperactivité. La CCDH va jusqu'à remettre en cause l'existence même des pathologies mentales : "Les troubles psychiatriques ne sont pas de véritables maladies. Il n'y a pas de tests de laboratoire, de scanners du cerveau, de rayons X ou de tests de déséquilibre chimique qui peuvent confirmer qu'un trouble mental quel qu'il soit vient d'un problème physique", peut-on lire en page d'accueil de son site Internet.

    Cette association a été cofondée en 1969 par le psychiatre américain Thomas Szasz et l'Église de scientologie qui est considérée comme une secte en France. Ses deux principales structures françaises – la librairie SEL et le Celebrity Centre – ont été définitivement condamnées, en octobre 2013, à des amendes de 200.000 euros à 400.000 euros pour escroquerie en bande organisée.

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : © http://www.allodocteurs.fr/maladies/psychiatrie/quand-la-scientologie-essaie-d-infiltrer-la-psychiatrie_19245.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : © www.allodocteurs.fr

  177. TDAH DE L'ADULTE

    TDAH DE L'ADULTE : EN COMPLÉMENT D'UNE PSYCHOTHÉRAPIE, LE MÉTHYLPHÉNIDATE EST-IL UTILE ?

    Le TDAH (Trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité), qui se caractérise par une association de symptômes, inattention et hyperactivité/impulsivité évoluant depuis plus de 6 mois, n’est pas rare chez l’adulte, bien que son traitement médicamenteux ne soit pas encore reconnu en France (à l’inverse des pays anglo-saxons).

    Pour la première fois, des chercheurs allemands ont organisé un essai clinique randomisé multicentrique incluant 419 patients avec un TDAH, âgés de 18 à 57 ans et comparant différentes approches thérapeutiques du TDAH avec un suivi sur 1 an.

    Les résultats, publiés dans JAMA Psychiatry, confirment l’utilité de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et ne constatent pas de différence en fonction de ses modalités (entretien individuel non spécifique ou en groupe très structuré).

    Les auteurs ont également mis en évidence que l’ajout de méthylphénidate (Ritaline et dérivés) améliore significativement, versus placebo, les résultats de la TCC (individuelle ou en groupe), à 3 mois et à 1 an.

    Une recherche intéressante dans la perspective de l'amélioration de la prise en charge de ce trouble, mais rappellons que la prescription de méthylphénidate chez l’adulte avec un TDAH n’est pas recommandée en France (prescription hors AMM).

    Le TDAH de l'adulte, mal connu en France
    Le TDAH (Trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité) toucherait environ 2,5 % de la population adulte (Br J Psychiatry 2007 ; NEJM 2013 ), même si l'estimation est difficile étant donné qu'il s'agit d'un ensemble de symptômes encore relativement mal défini (inattention, hyperactivité, impulsivité, perte de la notion du temps, conduites à risques, etc.) et pas toujours reconnu, en fonction des pays (ce trouble chez l'adulte est reconnu aux Etats-Unis, Angleterre, Allemagne ou Canada, mais pas encore en France, contrairement au TDAH de l'enfant).

    Chez l'adulte, comme chez l'adolescent, l'évolution du TDAH peut se compliquer de difficultés sociales et troubles psychiatriques plus ou moins sévères (anxiété, dépression, addictions).

    Le méthylphénidate, traitement de 1ère intention en Allemagne et dans les pays anglo-saxons. Pas d'AMM chez l'adulte en France
    Dans les pays anglo-saxons ou en Allemagne, suite à plusieurs méta-analyses montrant un effet significatif mais modéré du méthylphénidate (CONCERTA, MEDIKINET, QUAZYM et RITALINE), ce médicament est autorisé comme traitement de première intention chez l'adulte avec TDAH.

    Mais en France, il n'existe pas de recommandations officielles guidant le traitement, médicamenteux ou non ,du TDAH de l'adulte (contrairement à celui de l'enfant, cf. HAS décembre 2014).

    Plusieurs études pilotes montrent également un intérêt des thérapies cognitivo-comportementales
    Les TCC ont montré un effet favorable autonome dans plusieurs études pilotes ou non randomisées (comme Hirvikovski et coll. Behaviour Research & Therapy 2011), et des effets supérieurs aux autres stratégies psychothérapiques dans d'autres études (comme Safren et coll. JAMA 2010).

    Un essai randomisé multicentrique avec 4 groupes d'adultes diagnostiqués TDAH
    Afin d'affiner la stratégie thérapeutique, Alexandra Philipsen et ses collaborateurs ont décidé d'effectuer un essai randomisé pour déterminer si les TCC était plus efficaces seules (entretien individuel) ou en groupe (TCC de groupe structurée spécifiquement pour lutter contre le TDAH), et si l'adjonction de méthylphénidate était utile.

    Cette étude a été réalisée grâce à la participation de 419 patients présentant un TDAH, âgés de 18 à 58 ans et recrutés dans 7 centres d'études.

    Pour effectuer les comparaisons nécessaires, les auteurs ont constitué 4 groupes de patients :
    1. TCC en groupe + méthylphénidate,
    2. TCC en groupe + placebo,
    3. TCC individuelle + méthylphénidate,
    4. TCC individuelle + placebo.

    Des entretiens réguliers et un traitement médicamenteux pendant 1 an
    Les TCC, en individuel ou en groupe, ont été effectuées 1 fois par semaine pendant 12 semaines, puis 1 fois par mois pendant 9 mois. L'aveugle n'était par définition pas possible.

    Les patients affectés au méthylphénidate ont débuté la posologie à 10 mg/j avec une augmentation progressive de T0 à 6 semaines jusqu'à 60 mg/j, sans dépasser une posologie de 1,3 mg/kg/j. Ce traitement a été poursuivi sur une année. La randomisation médicamenteuse s'est faite en double aveugle.

    Une grille spécifique d'évaluation du TDAH de l'adulte pour évaluer l'impact des différents traitements
    Le critère principal de l'étude était l'évolution du "CAARS TDAH" ("Conners Adult ADHD Rating Scale"), échelle évaluant différents aspects du TDAH de l'adulte (attention/mémoire, hyperactivité/agitation, impulsivité/labilité émotionnelle, estime de soi) : plus le score est élevé, plus la symptomatologie est présente aux yeux de l'observateur.

    Une amélioration constatée dans les 4 groupes au bout de 3 mois de traitement
    A la 13e semaine, l'évaluation par le "CAARS TDAH" montre une amélioration dans tous les groupes.

    Cette amélioration est significativement renforcée dans les 2 groupes sous méthylphénidate vs placebo (différence moyenne de scores : -1,7 ; IC 97,5% -3 à -0,4; p = 0,003). A un an, cette différence persiste, que la TCC soit faite en groupe (p = 0,04) ou en individuel (p = 0,03)

    Pas de différence liée aux modalités de la TCC, pas d'influence sur les éventuels symptômes dépressifs
    La TCC spécifique en groupe n'apparaît pas supérieure à l'approche psycho thérapeutique individuelle "classique " (IC 95% 0,0 - 2,2, p = 0,06), absence de différence confirmée à 1 an.

    Enfin, l'éventuelle dépression, mesurée par une autre échelle (un des critères secondaires de l'étude), n'a pas varié dans les 4 groupes, soulignant l'absence d'efficacité spécifique du méthylphénidate sur les troubles de l'humeur.

    En conclusion
    Cette étude, la première du genre avec 4 groupes et un suivi supérieur 6 mois, montre donc que les interventions psychologiques sont plus efficaces lorsqu'elles sont combinées au méthylphénidate (comme chez l'enfant).

    De plus, ces interventions psychothérapeutiques n'ont pas besoin d'être effectuées en groupe : la psychothérapie individuelle, beaucoup plus facile à mettre en œuvre, apparaît comme aussi efficace.

    Rappelons cependant, à nouveau, que cette étude est relayée ici à titre d'information sur la recherche en cours : le méthylphénidate n'a pas l'AMM en France pour le TDAH de l'adulte.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://eurekasante.vidal.fr/actualites/19427-tdah-de-l-adulte-en-complement-d-une-psychotherapie-le-methylphenidate-est-il-utile.html

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : eurekasante.vidal.fr/

  178. TROUBLE BIPOLAIRE SEVERE

    BIPOLAIRE 13 INDICES DE LA MALADIE IDENTIFIÉS

    Des chercheurs américains ont pour la première fois identifié des traits génétiques permettant de diagnostiquer un trouble bipolaire sévère. Liés au cycle de sommeil et d'éveil, ils fournissant des indices importants sur la nature génétique de la maladie et permettent d'apporter de nouvelles voies pour prévenir son apparition.
    Le trouble bipolaire est un trouble de l’humeur encore trop souvent sous-diagnostiqué car il faut parfois plusieurs années avant qu'il ne soit établi. Dans une première étude du genre, une équipe de scientifiques menée par des chercheurs de l'université du Texas et de UCLA ont identifié une douzaine de traits liés aux cycles de sommeil et à des activités qui sont associées à un trouble bipolaire grave. "En outre, nous avons été en mesure de retracer certains de ces traits à un chromosome spécifique", a déclaré le Dr Joseph Takahashi, principal auteur de l'étude.
    "Cette étude représente une étape clé dans l'identification des causes génétiques de ce trouble et fournit des cibles pour de nouvelles approches de prévention et de traitement", ajoute le Dr Nelson Freimer de UCLA. Le trouble bipolaire provoque des changements d'humeur drastiques- appelés épisodes - pendant lesquelles la personne est soit trop excitée, soit triste ou irritable. Entre les deux pôles, la personne qui en souffre retrouve un état normal. Ses causes sont suspectées d'être à la fois génétiques et environnementales.

    Des comportements qui précèdent une saute d'humeur

    Ainsi, les chercheurs soupçonnent que la perturbation des rythmes circadiens, notamment les cycles de sommeil et de réveil, peut précéder ces sautes d'humeur. Les malades se réveillent plus tard et dorment plus en moyenne, sont actifs pendant des périodes plus courtes que les autres personnes et ont un niveau plus faible d'activité. Pour leur étude, ils ont fait appel à plus de 500 membres de 26 familles en provenance du Costa Rica et de la Colombie, qui comprennent chacune de nombreuses personnes atteintes de troubles bipolaires graves.
    Les chercheurs ont analysé de près les rythmes circadiens de toutes ces personnes pour identifier les traits génétiques liés à la maladie. Ils ont ainsi pu établir 13 marqueurs biologiques ou comportementaux que l'on retrouve le plus souvent chez les malades bipolaires. Il s'agit notamment de la moyenne de la durée d’éveil, l’amplitude réveil-sommeil, le pic d’activité, la durée des phases de sommeil durant la période de sommeil, le temps de sommeil décalé ou encore le délai d’endormissement.

    Comment reconnaître une personne bipolaire ?

    Phase d'exaltation puis de dépression... Comment identifier une personne bipolaire ? Medisite a interrogé le Dr Rapahël Giachetti, psychiatre à Toulouse et auteur de La maladie bipolaire expliquée aux souffrants et aux proches.

    Deux phases bien distinctes

    La maladie bipolaire se caractérise par deux phases distinctes : la phase maniaque et la phase de dépression . Parfois elles peuvent être séparées par des périodes de calme, où la personne est capable de vivre, de travailler, de mener sa vie sans trouble apparent. "Certaines circonstances peuvent déclencher une « crise » : un changement professionnel, qu’il s’agisse de chômage ou de promotion, un deuil, une séparation, mais aussi, chez les femmes, la période de post-partum. Elles sont aussi plus sensibles au syndrome prémenstruel" note le Dr Rapahël Giachetti, psychiatre.

    L’exaltation : un signe de la phase maniaque

    "L’exaltation est la caractéristique de la phase maniaque, ou « chaude »", explique le Dr Rapahël Giachetti. Les signes : "La personne éprouve un sentiment de toute-puissance, l’impression d’une extrême fluidité, plus rien n’est compliqué. Elle multiplie également les contacts sociaux, engageant la conversation facilement, avec tout type de personnes, de façon désinhibée. Un autre symptôme caractéristique est le réveil nocturne en mode « on-off » : la personne se lève d’un coup vers 4 h ou 5 h du matin et se sent immédiatement opérationnelle : elle peut se mettre à travailler ou à faire le ménage, par exemple."

    Une alternance rapide entre la dépression et l'exaltation

    La phase dépressive passe souvent pour une dépression "classique", alors qu’elle est le versant "froid" de la maladie bipolaire. Les signes : "La dépression bipolaire s’installe plus rapidement qu’une dépression classique et bien souvent elle fait suite à une phase d’exaltation" explique le Dr Rapahël Giachetti, psychiatre. "Parfois en 48 heures, la personne va se sentir ralentie, triste, vidée de toute son énergie. On observe également, plus souvent, de la culpabilité, des idées d’indignité. Mais bien sûr, le médecin devra également rechercher des antécédents d’épisodes maniaques ou hypomaniaques en interrogeant les proches." Ce dépistage est important car le traitement médicamenteux est différent : les antidépresseurs fonctionnent rarement ou provoquent des réponses indésirables.

    Hypomanie ou simple joie de vivre ?

    L’hypomanie est la forme légère de la phase maniaque, pour autant peut-on la confondre avec un banal sentiment de bien-être et de plénitude ? "C’est une question difficile, car la frontière peut sembler fine en effet entre les deux. C’est pourquoi l’aide des proches est précieuse" explique le psychiatre. Les signes : "Ce qu’il faut repérer c’est une rupture avec le fonctionnement habituel : en effet, la personne va présenter de plus en plus d’énergie, d’envies, d’idées, de projets, elle va parler sans cesse, passer du coq à l’ane. Le patient n’a pas conscience de la dimension pathologique de cet état, l’inquiétude du proche est précieuse pour poser le diagnostic dans ces cas là."

    Des comportements à risque

    La phase maniaque est caractérisée par des comportements à risque. Les signes : "On observe une augmentation des consommations de stupéfiants, d’alcool ou de tabac, une multiplication des partenaires sexuels avec rapports non protégés, des dépenses compulsives mais aussi parfois, dans les phases délirantes, des conduites aberrantes : comme par exemple ce patient qui d’un seul coup a senti son épouse comme une menace, a pris ses enfants sous le bras et est parti à 200 km /h sur la route", illustre le Dr Rapahël Giachetti.
    Rappel : La maladie bipolaire touche entre 1 et 3% de la population et multiplie par 10 le risque de suicide.

    Psychose maniaco dépressive, trouble bipolaire ou maladie bipolaire ?

    On a longtemps nommé "psychose maniaco dépressive" pour décrire cette maladie où une même personne présentait une alternance de dépression sévère et de période d’exaltation intense. Pourtant comme le souligne le Dr Rapahël Giachetti, psychiatre "d’un point de vue psychiatrique, le terme psychose suppose l’existence de symptômes psychotiques c’est-à-dire de délire. C’est le cas pour certaines personnes qui en crise maniaque par exemple, pensent même avoir le pouvoir de voler. Beaucoup de patients ne présentent pas de délire mais ont néanmoins une authentique maladie maniaco-dépressive, c’est pourquoi l’on parle aujourd’hui de trouble bipolaire ou de maladie bipolaire et non plus de psychose. Généralement, on retrouve des symptômes psychotiques dans le trouble bipolaire de type 1 qui alterne manie et dépression, mais pas dans le trouble bipolaire de type 2 qui alterne hypomanie (petite manie) et dépression.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://sasi101.blogspot.fr/2016/01/bipolaire-13-indices-de-la-maladie_19.html

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : sasi101.blogspot.fr


  179. TROIS THÉRAPIES POUR S’APAISER

    TROIS THÉRAPIES POUR S’APAISER

    Bien se connaître, identifier ses forces et ses faiblesses, sont les conditions indispensables pour vivre sereinement avec soi et les autres. Psychanalyse, dialogue intérieur et processus Hoffman : à chacun de choisir sa méthode pour y parvenir.

    « Je me sens mal dans ma peau », « J’en ai assez de me disputer avec mon partenaire », « Je veux que ma mère me laisse tranquille », « Je ne supporte plus mon boulot »… Quel que soit le symptôme qui les incite à consulter et quelle que soit la thérapie qu’ils choisissent, les patients n’ont jamais qu’un désir : être apaisé, enfin. Définitivement ? Totalement ?

    La demande est plus subtile : personne ne recherche un état de tension « zéro », et c’est dans l’alternance de périodes de calme et d’autres plus tumultueuses que nos existences avancent. Le rôle des thérapies n’est donc jamais d’anéantir en nous les forces en opposition. Elles proposent plutôt de les identifier, de les reconnaître, avant d’apprendre à vivre autrement avec elles. Pour cela, chaque thérapie a sa méthode. Nous en avons choisi trois. De la plus classique et universelle, la psychanalyse, à la plus brève et originale, le processus Hoffman, en passant par le dialogue intérieur inspiré de la psychanalyse jungienne, chacune a sa propre façon de tenir sa promesse d’apaisement. Mais attention, ces méthodes, telles que nous les décrivons, ne s’adressent pas aux personnes souffrant d’un trouble psychotique.

    La psychanalyse

    Comprendre ses symptômes, par Dominique Miller, psychanalyste

    Psychologies : Pourquoi la psychanalyse peut-elle aider à se réconcilier avec soi-même ?

    Dominique Miller : La psychanalyse n’est rien d’autre qu’une pratique de la parole. Or, dire ce dont on souffre apporte déjà un apaisement. Mais cela n’est pas si simple, la psychanalyse pose ses exigences : elle attend du patient – le « sujet » – qu’il travaille pour identifier et comprendre ce qui le fait souffrir. C’est cette connaissance de son symptôme qui est source d’apaisement.

    Quelles sont les étapes d’une analyse ?

    Le paradoxe, c’est que nous aspirons à la paix et que, en même temps, nous aimons le tumulte. La première étape consiste donc à savoir si le sujet est vraiment prêt à lâcher ce qui le fait souffrir dans son symptôme. Dès qu’il y consent, nous commençons à travailler sur ce qui l’aliène. Soit, d’abord, ses types d’identification. A qui le sujet s’est-il identifié ? Pourquoi, comment ? La dire et la répéter finit par faire tomber l’identification. Ensuite, nous travaillons sur le plan des satisfactions.

    Quel plaisir tire-t-il de l’attachement à tel ou tel symptôme, qui pourtant lui gâche la vie ?

    Le travail analytique consistera à s’interposer entre le sujet et le symptôme, pour l’aider à dire qui il est dans cette jouissance-souffrance. L’issue de la psychanalyse n’est pas d’aider le sujet à lâcher son symptôme – car celui-ci donne du sens à son existence – mais de troquer la jouissance mortifère qu’il en tire pour une force désirante. Par exemple, sortir de la boulimie pour satisfaire autrement son plaisir oral, en devenant comédien ou journaliste, ou simplement en chantant régulièrement…

    Quel exercice pourriez-vous proposer pour aider à cet apaisement ?

    La psychanalyse n’est pas très portée sur les « exercices » ! Mais si elle devait en prescrire, en tant que thérapie de la formulation, de la mise en mots, elle proposerait sans doute d’écrire ses rêves, ses pensées, ses impressions… Cela peut permettre d’apporter un peu de répit quand on a affaire à une angoisse.

    Comment ça marche ?

    Faut-il encore présenter la mère de toutes les thérapies ? Mise au point par Sigmund Freud à la fin du XIXe siècle, elle est l’aboutissement de ses années de recherche sur l’inconscient. Sur le divan, cette cure par la parole permet de découvrir les origines profondes et refoulées de nos souffrances psychiques, afin de nous aider à les dépasser.

    La fréquence

    Des séances une à trois fois par semaine, de vingt à quarante-cinq minutes, et pour une durée thérapeutique de plusieurs années.

    Le dialogue intérieur

    Harmoniser tous les aspects de soi, par Pierre Cauvin, consultant en management et formateur en thérapie du dialogue intérieur

    Psychologies : Pourquoi le dialogue intérieur peut-il aider à se réconcilier avec soi-même ?

    Pierre Cauvin : Parce que nous ne sommes pas une entité unique, mais faits d’un certain nombre de sous-personnalités que nous avons mises en place, afin de nous adapter à l’environnement. Or, celles-ci ne sont pas forcément en accord les unes avec les autres et provoquent en nous une sensation de tiraillement. La méthode du dialogue intérieur propose de créer et de développer un processus régulateur entre ces différentes parties de nous-même. Cet arbitre, nous l’appelons le « moi conscient ».

    Comment se passe une séance type ?

    Le patient – le « facilité » – explique ce qui lui pose problème à son thérapeute – le « faciliteur ». Ensuite, celui-ci l’invite à donner la parole aux sous-personnalités auxquelles ce problème renvoie. L’objectif est de laisser chacune de ces voix aller au bout de son raisonnement, alors que nous avons tendance, naturellement, à en étouffer une ou plusieurs qui, du coup, ne nous laissent jamais en paix. Mais la sensation d’apaisement n’est pas acquise pour toujours : il faut l’entretenir, en étant attentif à ce qui parle, agit et décide en nous au quotidien.

    Quel exercice pourriez-vous proposer pour repérer une de ses sous-personnalités?

    Les sous-personnalités fonctionnent par paires, une « dominante » et une « étouffée ». Pour les repérer, je suggère de répondre au questionnaire suivant : « Qu’est-ce qui m’irrite particulièrement chez les autres ? » Par exemple, la paresse. « Quelle est la qualité qui, chez moi, fait que je suis irrité par ce trait ? » Mon énergie. « Comment ceux que je traite de paresseux se définiraient-ils ? » Ils diraient qu’ils savent vivre l’instant présent.

    « Comment qualifieraient-ils ce que j’estime être ma qualité ? » Du surmenage, du stress… Vous venez de mettre en relief une sous-personnalité dominante, votre côté travailleur, et une étouffée, son opposée, votre côté calme. Pour vous sentir plus en paix, l’objectif sera d’être plus attentif à cette seconde partie de vous, que vous refusez chez les autres autant qu’en vous-même.

    Comment ça marche ?

    Cette méthode a été mise au point au début des années 1980 par Hal et Sidra Stone, analystes californiens d’inspiration jungienne. Elle s’adresse aux personnes qui souhaitent régler un problème ponctuel (relationnel ou personnel) rapidement.

    La fréquence

    Huit séances d’environ une heure et demie peuvent suffire. Dans le cadre d’une thérapie brève, il faut compter un à deux ans, à raison d’une séance tous les quinze jours.

    Le processus Hoffman

    Restaurer l’amour-propre, par Karin Reuter, psychologue clinicienne, psychothérapeute et codirectrice de l’Institut Hoffman France, avec sa fille Katrin Reuter

    Psychologies : Comment le processus Hoffman peut-il aider à se réconcilier avec soi-même ?

    Karin Reuter : La paix intérieure ne peut venir qu’avec la certitude d’être digne d’être aimé. Si celle-ci fait défaut, le processus Hoffman propose de la rétablir. Comment ? En redevenant l’enfant que l’on a été, en revivant les peurs ou les colères ressenties alors contre nos père et mère, en vue de trouver enfin une harmonie entre notre intellect adulte et notre part émotionnelle, inscrite dans l’enfance.

    Quelles sont les étapes du processus ?

    Il y en a quatre, organisées autour d’un stage. La première est la phase préparatoire : quelques semaines avant le séminaire, le participant entame un travail d’introspection, en répondant à un questionnaire proposé par le thérapeute. Il apprend à identifier et à exprimer ses problèmes, et il commence à plonger dans le bain de son enfance. Ensuite, c’est la phase active : au cours d’exercices en petits groupes, le participant s’immerge dans ses souvenirs d’enfance et extériorise les émotions liées à cette période. Cette étape, très physique, est à vertu cathartique.
    Suit la phase de compréhension. En grand groupe, grâce à une technique de visualisation, le participant redevient son propre enfant intérieur de 12-13 ans et rencontre ses parents à l’âge correspondant. Un dialogue s’instaure où, dans un va-et-vient entre passé et futur, il demande à ses parents pourquoi ils vont agir de telle ou telle façon avec lui. Cet exercice mène au pardon et à la compassion avec soi-même, et avec ses parents. Enfin, à partir de ces nouvelles bases, nous proposons de réapprendre à agir.

    Quel exercice pourriez-vous proposer ?

    Celui du recyclage, par exemple. Imaginons une situation : aujourd’hui, alors que j’ai rendez-vous avec mon patron, je me sens déprimé, je n’ai envie de rien… J’en prends conscience, puis j’en reconnais l’origine : c’est ce trait de caractère que mon père développait face à une situation difficile. Je réagis : quel autre mécanisme puis-je utiliser dans cette situation ? Me réjouir de ce rendez-vous comme d’un défi à relever : je l’expérimente d’abord par visualisation – je m’imagine, confiant et jovial, face à mon patron – avant de le vivre dans la réalité. Ainsi, j’ai retrouvé une harmonie entre l’intellect (je dois réussir ce rendez-vous) et l’émotionnel (la joie, la confiance…).

    Comment ça marche ?

    La technique Le processus Hoffman a été élaboré dans les années 1960 par Bob Hoffman, psychologue américain, en collaboration avec des psychanalystes et des psychologues humanistes, dont Claudio Naranjo, psychiatre.

    Principe

    Il s’adresse à toute personne ressentant la nécessité de sortir de situations de répétition, de relations toxiques ou d’émotions négatives. Elle est déconseillée aux personnes en état de dépendance alcoolique ou médicamenteuse.

    Fréquence

    Cette thérapie de groupe, proposée dans quatorze pays, se déroule autour d’un stage intensif de neuf jours.

    Anne-Laure Gannac pour Psychologies.com

    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.psychologies.com/Therapies/Developpement-personnel/Epanouissement/Articles-et-Dossiers/Faire-la-paix-avec-soi-et-avec-les-autres/Trois-therapies-pour-s-apaiser

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : psychologies.com

  180. DROGUE CHEZ LES JEUNES

    DROGUE CHEZ LES JEUNES

    Quels que soient les contextes socio-culturels, l'adolescence est une période privilégiée de quête et d'expérimentations nouvelles propices à l'adoption de comportements à risque. La consommation de drogue appartient à cette panoplie de comportements dont les adolescents sont particulièrement friands.

    Dangers de la drogue
    Ritualisation de la prise de risque, transgression de l'interdit à caractère initiatique, la drogue véhicule une double dimension : négative, par le risque et les conséquences graves que peut entraîner sa consommation ; mais aussi positive, en raison de la puissance symbolique de l'interdit qu'elle peut exercer chez certains jeunes. Deux questions sont cependant centrales et obsèdent les parents confrontés à ce fléau : pourquoi mon enfant se drogue-t-il ? Que dois-je faire pour le sortir de là ?

    Causes
    Les trois principales causes socio-affectives qui peuvent en partie expliquer la consommation de drogue par l'adolescent sont : le sentiment d'abandon consécutif au divorce des parents, ou associé à un délitement familial ; la difficulté de trouver un sens à sa vie et à la vie en général ; une volonté de transgression plus forte que l'interdit, parfois encouragée par un entourage trop systématiquement hostile à l'adolescent. Souhaiter s'intégrer à un groupe, réduire les tensions psychiques, attirer l'attention des parents, sont également des motivations fréquentes de l'adolescent qui passera à l'acte d'autant plus facilement que la recherche de repères et d'identité est difficile. Moins le jeune dispose en effet de moyen de construire ses propres repères, plus les risques de consommation de drogues sont grands.

    Type de consommateur
    Il convient avant tout de distinguer entre le consommateur occasionnel et le consommateur chronique.

    Consommateur occasionnel
    Le consommateur occasionnel est de loin le plus fréquent et ne doit pas inquiéter outre mesure. Sa motivation est souvent liée à un besoin d'affirmation de soi, de provocation du monde des adultes, de besoin très classique de transgression. Après une évaluation précise de la consommation (type de produit, fréquence des prises...), l'instauration ou la réinstallation d'un dialogue avec les parents et les enseignants, la prise en compte de l'« appel » symbolique lancé par l'ado suffisent généralement à accompagner ce type de consommateur vers une prise de conscience aux effets le plus souvent bénéfiques.

    Consommateur chronique
    Le consommateur chronique, lui, a franchi le stade de la « rébellion symbolique » pour entrer dans celui de la toxicomanie. Ce type d'adolescent est en rupture avec son milieu familial et presque toujours immergé dans des milieux où la consommation de drogue est importante. Pour ces profils de consommateurs, si le rétablissement du dialogue avec le milieu familial est essentiel, il ne suffit plus. Le recours à des thérapeutes psy. spécialisés intervenants dans le champ de la prévention et de la médicalisation de la toxicomanie) est indispensable.

    5 conseils pour mieux intervenir

    Le premier conseil est de commencer par envisager la consommation de drogue sous un regard clinique et non pas moral. La toxicomanie est une maladie, pas une déviance !
    Le deuxième est d'éviter de dramatiser sans toutefois tomber dans la banalisation. Un ado qui a consommé, ou consomme sporadiquement des drogues, appelle une prise en charge sérieuse et efficace, mais pas de débordements émotionnels...
    Troisième conseil : Il est également impératif de connaître avec la plus grande précision possible la nature de la consommation : quels types de drogues, à quelle fréquence, dans quel contexte, avec quels effets recherchés...
    Quatrième conseil: admettre que la consommation de drogues chez un ado est avant tout un signe de détresse et qu'il convient donc de ne pas le culpabiliser. C'est au contraire le moment pour les parents de rétablir le contact quand celui-ci a été interrompu, de proposer des projets et de fixer de nouvelles règles qui confirment l'autorité parentale autant qu'elle apporte des repères à l'adolescent.
    Enfin, cinquième conseil: en cas de dépendance avérée à un produit, consulter sans délai médecins et spécialistes de la toxicomanie.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/contents/948-drogue-chez-les-jeunes?een=f1ee69614ab03d637a90346d9863ada4&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml149_lestraitementsd

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : sante-medecine.journaldesfemmes

  181. UN MUSÉE À L'INTÉRIEUR DE L'HÔPITAL SAINTE-ANNE

    UN MUSÉE À L'INTÉRIEUR DE L'HÔPITAL SAINTE-ANNE

    Pour la première fois cette année, le Musée d'Art et d'Histoire de l'Hôpital Sainte-Anne, qui a obtenu récemment l'appellation "Musée de France", participera à la 12ème édition de la Nuit européenne des musées, le samedi 21 mai 2016. L'exposition Les Unes et les Autres a pour objectif de montrer la diversité de la Collection Sainte-Anne qui a débuté à la fin du 19ème siècle et dont une partie des œuvres a été créé par les malades de l'hôpital psychiatrique.

    Par Laurence Moisdon - Rédigé le 13/05/2016

    La première salle de l'exposition est exclusivement consacrée à l'œuvre de Caroline Mac Donald, une artiste qui a travaillé dans les ateliers de l'hôpital Sainte-Anne dans un premier temps, puis ensuite de chez elle pour continuer son parcours créatif. Deux périodes de l'artiste se dégagent : l'une dans les années 80, dominée par de gigantesques portraits très colorés et pleins de vie, l'autre plus récente, avec des œuvres abstraites dignes de Mondrian. Dans la suite de la visite, des productions d'un tout autre genre se dressent devant nous. De nombreux artistes contemporains de style très différents exposent leurs créations. Collage, peinture, dessin : autant de façons de s'associer à la collection Sainte-Anne.

    Depuis 70 ans, la collection Sainte-Anne s'est considérablement enrichie grâce à des dons de psychiatres, d'institutions, de patients et d'artistes. L'ensemble de ses œuvres artistiques épouse l'histoire moderne de la psychiatrie. Avec l'aide de la Direction des affaires culturelles (DRAC), l'ex Musée Singer-Polignac est devenu le Musée d'Art et d'Histoire de l'Hôpital Sainte-Anne. "L'appellation Musée de France est le fruit d'un travail d'une vingtaine d'années", indique Anne-Marie Dubois, psychiatre, psychanalyste et commissaire de l'exposition.

    Également responsable scientifique des collections du musée, le docteur Dubois était fière et émue de présenter l'exposition Les Unes et les Autres qui participera pour la première fois cette années à la Nuit européennes des musées. Les Unes sont des peintures de Caroline Mac Donald. Selon la psychiatre, "il est très rare qu'une artiste se révèle et s'affirme en tant que telle à partir d'un atelier thérapeutique". Elle ajoute que "tout malade créatif n’a pas particulièrement de propension à devenir un artiste".

    Les Autres sont des œuvres commandées par le musée à des artistes qui n'avaient pas de lien direct avec l'hôpital. De nombreux peintres, dessinateurs et plasticiens ont choisi d'utiliser des thèmes de la Collection Sainte-Anne pour créer leur production, puis de les y laisser comme témoignage d'un engagement. Pour cette raison, l'ensemble des œuvres de l'exposition et cohérent et peut être qualifié d'art brut, art naïf ou encore art des fous.

    Selon la commissaire de l'exposition : "L'hôpital psychiatrique n'est pas un lieu fermé et est apte à avoir un musée, un discours sur son musée ainsi que des œuvres réalisées parfois par des malades parfois par des artistes. On peut mélanger les deux pour montrer l'universalité de l'homme qui dépasse largement le fait d'être malades ou non."

    Les organisateurs souhaitent à travers cette exposition que la maladie psychique soit déstigmatisée en montrant simplement des créations qui, si elles épousent l'histoire de la psychiatrie, sont des œuvres avant tout.

    Dès 1946, de véritables expositions d'art ouvertes au grand public, ont été organisées au sein de l'Hôpital Sainte-Anne. En 1950, l'Exposition internationale d'art psychopathologique a été visitée par un public très nombreux et elle a fait l'objet de multiples réactions dans la presse. Il s'agissait de présenter les œuvres de "patients-artistes" de différents pays du monde. Cette exposition fût fondatrice de l'histoire de la constitution de la collection Sainte-Anne.


    Cet article a été téléchargé à partir du lien : http://www.allodocteurs.fr/bien-etre-psycho/arts-et-sante/un-musee-a-l-interieur-de-l-hopital-sainte-anne_19434.html#xtor=EPR-1000002224

    L’utilisation de cet article reste sous l’autorisation de son auteur et propriétaire : allodocteurs.fr

  182. COMMENT EXPLIQUER L'ENTRÉE DANS LA PSYCHOSE ?

    COMMENT EXPLIQUER L'ENTRÉE DANS LA PSYCHOSE ?

    Une équipe de recherche de l’Université Paris Descartes, de l'Inserm et du Centre Hospitalier Sainte-Anne, sous la direction du Professeur Marie-Odile Krebs, a mis en évidence que des modifications épigénétiques accompagnent l’émergence d’un épisode psychotique dans une cohorte de jeunes personnes à risque âgées de 15 à 25 ans. Ces modifications compromettent des systèmes de réponse au stress oxydatif et à l’inflammation. Grâce à ce nouveau travail, les chercheurs apportent un nouvel éclairage à cette maladie dont la principale explication biologique reposait jusqu'alors sur des perturbations de la sécrétion de la dopamine au niveau cérébral.

    Les troubles psychotiques touchent préférentiellement une population jeune avec un retentissement social majeur. Plusieurs années avant le déclenchement d’un véritable épisode psychotique, certaines modifications du comportement (isolement, agressivité) ou certains symptômes non spécifiques (anxiété, troubles de la concentration ou du sommeil), puis plus spécifiques (distorsions perceptuelles, idées fi