De nouvelles fiches sont ajoutées régulièrement, n'hésitez pas à revenir souvent sur le site.






Pierre-Etienne GAUTIER,
Psychanalyste Jungien Indépendant


Fiches récentes

Lexique / Définitions
23 fiche(s) - pour la lettre G

Gaïa

Déesse grecque identifiée à la Terre-Mère. Dans la plupart des anciennes mythologies, il y a une déesse-mère au commencement des temps. Ou bien elle est la terre elle-même ou bien elle est celle qui enfante les planètes et les êtres. Pour ce qui est de la mythologie grecque, c'est dans le poème Théogonie d'Hésiode que les origines de l'Univers sont expliquées. Au commencement est le Chaos, une crevasse ténébreuse, vide, d'où émergent Gaia, la Terre, et Éros, l'Amour. ©psyvig


Accéder au site
psyvig.com/lexique.php?menu=18&car_dico=G&id_dico=118


Gain

Gain - Don - Généralement l'acceptation de la perte est liée à un gain. Cela permet d'accéder à une autre forme de gratification. Le don librement consenti permet à l'Enfant de renoncer à certains Objets ou formes de plaisir afin de les dépasser. ©psychiatriinfirmiere.free


Accéder au site
psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/formation/psychologie/lexique/adulte.htm


Gâtisme

Un individu gâteux est un individu atteint de gâtisme. Le gâtisme est le terme utilisé pour désigner les paralysés ou les infirmes ainsi que les patients atteints de maladies mentales qui émettent involontairement les urines et les selles.
Le terme de gâtisme ne doit pas être confondu avec celui de marasme correspondant à une maigreur très importante de l'ensemble de l'organisme due à une longue maladie.
- Le gâtisme s'explique par un amoindrissement des facultés mentales dû à l'âge ou à la maladie. Il se rencontre au cours de nombreuses maladies (liste non exhaustive) : Démence présénile (maladie de Pick) et sénile (Alzheimer). -Polyneuropathie amyloïde primitive avec la maladie de Corino Andrade qui débute entre 20 et 30 ans dont l'évolution est fatale et qui s'accompagne de cachexie en 2 ou 3 ans.
- Syndrome de Heidenhain (ensemble de symptômes s'accompagnant d'une dégénérescence du cerveau de nature sénile (due au vieillissement).©vulgaris-medical


Accéder au site
vulgaris-medical.com/encyclopedie/gatisme-6560.html


Gaucherie

La gaucherie (ou sinistralité) désigne l'usage préférentiel pour une personne de la main gauche dans les tâches courantes.©wikipedia


Accéder au site
fr.wikipedia.org/wiki/Gaucherie


Gear Acquisition Syndrome

Souvent écrit GAS ou G.A.S., vient de l'anglais Gear Acquisition Syndrome (syndrome d'acquisition de matériel) ou Guitar Acquisition Syndrome (syndrome d'acquisition de guitare). Il est parfois traduit en français par Guitariste Acheteur Spontané. Le GAS désigne une maladie imaginaire d'origine mentale, virale ou génétique qui pousse un musicien (bien souvent guitariste) à acheter de manière compulsive du matériel. Les crises de GAS peuvent porter sur tout type de matériel, pédales d'effet, amplis ou guitares en fonction des finances du malade. Les crises les plus aiguës peuvent porter sur du matériel dont le patient n'a même pas besoin, voire le forcer à acheter en dépit d'un situation financière déjà désastreuse.©http://fr.wikipedia.org/wiki/Gear_Acquisition_Syndrome


Accéder au site
fr.wikipedia.org/wiki/Gear_Acquisition_Syndrome


Généralisation

Voir l'article sur le Béhaviorisme de Wikipedia


Accéder au site
fr.wikipedia.org/wiki/Béhaviorisme


Généraliste (Le Cifp Comme École —)

Lacanien - Le Cifp est une école généraliste comme il y en a peu. Généraliste signifie qu’il forme à bien davantage qu’à une méthode, souvent par le passé appelée à sauver soit la psychothérapie soit le monde. Il ne forme pas des praticiens appelés à travailler comme représentants d’une marque, en franchising, mais introduit à la psychothérapie relationnelle à partir de quatre plus une disciplines de base : groupe psychothérapique, psychanalyse , psychocorporel, gestalt-thérapie existentielle + philosophie .

Il dispense un éventail disciplinaire et interdisciplinaire dont on peut monter les fils en torsade, dont pourra user le psychothérapeute multiréférentiel à sa guise dans sa pratique. Il conviendra de déterminer dans ce domaine la différence entre éclectisme, intégrativisme et multiréférentialisme.

Commençons par constater que chacune de ces disciplines psychothérapiques ou psychanalytique voit midi à sa porte, et qu’elles ne figurent pas sur le même méridien. Comment résoudre cette difficulté, et la transformer en ressource ? La première chose à faire est de ne pas refuser de considérer cette réalité, qui est celle de notre temps.

La seconde consiste à jouer de cette réalité. Cela permet d’interroger chaque discipline à l’heure de l’autre, sans avoir à remettre artificiellement à l’heure de Greenwitch l’ensemble des fuseaux horaires. Nous dirons pour prolonger la métaphore que s’il faut pour s’orienter un Greenwitch la psychanalyse, fondatrice de la dynamique subjectiviste dans le domaine du psychisme, fournira le méridien zéro, sans pour autant la déclarer étalon universel auquel rapporter le reste du monde. Un certain privilège mais surtout pas tous car le monde contemporain est multipolaire.

Le Cifp s’attache à interroger chaque discipline précisément en mettant pour un temps le curseur zéro sur une autre. La -géopolitique- de la psychothérapie relationnelle bascule alors du tout au tout dès qu’on opère un décentrement. La critique suscite l’interrogation, et nous considérons ce doute méthodique comme déstabilisant certes — et pourquoi pas ? mais surtout fertile.

La déstabilisation en cours d’apprentissage donnera, crise surmontée, une sécurité épistémologique de base suffisante au praticien formé dans notre École. Cela permettra des audaces, des tentatives, de la recherche, de l’ouverture, dans un climat d’incertitude ambiante qui continue de travailler le travail du psychothérapeute relationnel devenu multiréférentiel, à partir du socle suffisamment assuré qu’il se sera constitué.

La philosophie là-dedans joue un rôle particulier. Nous avons pris le parti de la considérer comme une matière, comme la psychopathologie, pour ne pas la confondre avec les disciplines psys. Elle peut procurer

tout d’abord les cadres conceptuels généraux auxquels il est impossible de ne pas référer le savoir psy (expression de Pierre Coret)

ensuite elle peut à son tour servir de référence et de lieu de remise en perspective — tout en devant accepter de se voir elle-même mise en question par les disciplines psychothérapiques.

Enfin ses concepts eux-mêmes interrogés produiront une liberté de naviguer transversalement entre elles.©cifpr


Accéder au site
cifpr.fr/+-Une-Ecole-generaliste-+


Génie

La psychologie du génie : un être entre folie et créativité - Lire l'article sur le site psychonet.fr


Accéder au site
psychonet.fr/2008/06/18/2407-la-psychologie-du-gnie-un-tre-entre-folie-et-crativit


Génital (stade)

Le stade génital est le quatrième et dernier stade d'évolution de la sexualité de l'enfant. Il fait suite au stade phallique et forme avec lui, la deuxième étape de l'organisation de la libido chez l'enfant, ce que Freud appelle la phase génitale.
Ce qu'il se passe

* A la suite du stade phallique, l'enfant se trouve dans une angoisse de castration, c'est à dire autant pour le garçon de perdre son zizi que pour la petite fille celui de ne pas en avoir. Cette période marque la fin de la -première poussée- sexuelle. Elle se situe entre l'âge de 2 et 5 ans. Par la suite, au cours d'une phase qu'on appelle la -phase de latence- et comprise entre 5 ans et 10-11 ans, la sexualité ne sera pas la préoccupation de l'enfant et parfois même sera vécue par lui comme quelque chose de sale ou de peu digne d'intérêt.
* La phase génitale correspond à un intérêt marqué par tout ce qui touche à la zone génitale. Elle est une zone érogène à part entière et une zone d'exploration et de plaisir. La zone génitale devient une zone érogène à part entière, mais elle l'est tout autant que d'autres zones comme la bouche et l'anus, elles aussi sources de plaisirs donc d'érotisme.
* Par la suite, il faudra attendre la deuxième poussée à l'adolescence pour que la sexualité se mette en place définitivement. ©docteurclic.com


Accéder au site
docteurclic.com/encyclopedie/stade-genital.aspx


Génitalisation

Accession à la sexualité adulte. La relation Objectale va se focaliser sur des Objets successifs qui vont permettre à l'adolescent d'accéder à la sexualité adulte en trois étapes: une phase d'homosexualité de groupe par le phénomène de la bande, une phase d'homosexualité individuelle (l'ami intime), et une phase d'hétérosexualité (flirts, couple). ©psychiatriinfirmiere.free


Accéder au site
psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/formation/psychologie/lexique/adolescence.htm


Génitalité

Génitalité Caractère du comportement lié à la fonction génitale et à l'aptitude à la reproduction. Forme finale de la sexualité qui intègre les différentes pulsions partielles à titre de composantes. ©psychiatriinfirmiere.free - Génitalité - Forme la plus élaborée de la sexualité à laquelle l'Enfant accède par l'Oedipe et qui va intégrer les formes partielles de la sexualité infantile. psychiatriinfirmiere.free.fr


Accéder au site
psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/formation/psychologie/lexique/adulte.htm



Accéder au site
psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/formation/psychologie/lexique/stade-phallique.htm


Géophagie

La géophagie désigne le fait de manger de la terre. Il existe plusieurs types de géophagies.

La géophagie associée est l’ingestion de la terre présente sur les végétaux par les herbivores et omnivores (dont les grands singes et les humains).

La géophagie animale instinctive est la consommation d’argiles :

* régulière en plus de celle présente sur les végétaux :
* par temps de carence :
* en situation de maladie.

La géophagie thérapeutique humaine est issue de la rationalisation des pratiques instinctives de géophagie :

* étude des carences déclenchantes dans les cas où des animaux ou des êtres humains consomment instinctivement des quantités importantes d’argile (par exemple 5 g par jour par kg de poids du sujet malade) :
* étude des argiles pour en définir les propriétés curatives et préventives.
©wikipedia


Accéder au site
fr.wikipedia.org/wiki/Géophagie


Gérer

Les émotions - Le -droit- de les éprouver.
Comprendre ses émotions
Introduction:
Trouble borderline et émotions sont totalement liés.
Pour la CIM de l'OMS, le trouble borderline fait partie des troubles de la personnalité émotionnellement labile
Une personne souffrant d'état limite est à la fois hyperémotive mais est souvent pleine d'incompréhensions face à celles-ci.
Ses émotions sont souvent -binaires-, ce que l'on appelle la pensée noir et blanc
Elles voient souvent leurs émotions comme -génantes-
Mais tout d'abord, à quoi servent les émotions ?
Ce texte m'a semblé une introduction simple et interessante à la notion -d'émotions- et -d'interdits-

Gérer ses émotions est un leurre

-
...
Je dois bien me rendre à l’évidence, contrôler mes émotions est un leurre.
Cela fait des années que j’applique cette méthode sans véritable succès sur le long terme.

Plus je suis - efficace - pour contrôler mes émotions et plus les effets sont dévastateurs.
Plus le barrage émotionnel mis en place est solide et plus sa rupture engendre une réaction émotionnelle importante.
Cela veut dire que plus je fais d’efforts et plus ma situation semble empirer, ce qui est vraiment désespérant.

Mais que je le veuille ou pas, je n’ai pas le choix :

Mes émotions doivent trouver un chemin pour sortir.

Si je les retiens alors elles explosent ou utilisent une autre route.
A noter que je peux aussi utiliser des substances pour les - tuer - (médicaments, boulimie, etc.) ou me mettre à somatiser .

Pourquoi ne puis-je pas utiliser ma raison pour contrôler mes émotions ?
Tout simplement parce que ma raison est un circuit - lent -, qu’elle fait appel à la réflexion, à des souvenirs etc. et que cela consomme beaucoup de temps .
Alors que dans le même temps l’émotion est un circuit ultra rapide.
Il faudrait, pour arriver à les contrôler par cette méthode, que mon circuit lent soit plus rapide que mon circuit rapide… avouez donc que cela ne facilite pas les choses !

Et j’en suis à me dire - non tu ne devrais pas te mettre en colère dans cette situation - ou - tu serais ridicule si tu pleurais -, etc.

J’ai mon cerveau limbique qui me fournit de nombreuses informations sur ma situation, sur mon bien être grâce à mes émotions et je me contente de lui répondre - tais-toi, tu ne vois pas que tu me pourris la vie -.
Quand je suis - forte -, quand l’émotion qui me parvient n’est pas d’une amplitude très importante alors je - gagne -, j’arrive à la faire taire.
Mais en revanche, lorsque je suis face à des émotions fortes, celles que je ressens comme - mortelle - alors je me retrouve balayée comme par un tsunami.
C’est comme si je ne voyais rien venir. Dans ces cas là je deviens simple spectatrice de moi-même et - victime de mes émotions -.

Certaines personnes me disent que c’est finalement mieux que rien, que j’ai pu échapper à certaines crises grâce à mon contrôle, que je peux ainsi plus facilement me fondre dans la masse…
Oui mais à quel prix ?

En toute honnêteté, si je fais le bilan de mon contrôle, je suis bien obligée de dire qu’il est loin d’être positif.
Je dois donc trouver une autre solution pour m’en sortir que le contrôle émotionnel qui est voué à l’échec.
-
Extrait du livre -Dans l'émotion du borderline, guide à l'usage des patients et des familles- Alain Tortosa - aux éditions Archisoft ©aapel.org


Accéder au site
aapel.org/bdp/BLgerer-ses-emotions.html


Gestalt

La Gestalt est une - thérapie du mouvement - ce qui est important en Gestalt c'est le processus, plutôt que le pourquoi. Cette focalisation sur le processus (mot qui signifie progrès, marche en avant, en latin), invite à une prise de conscience de ce qui se passe dans l'ici-et-maintenant de chaque situation. Lire l'article sur le site http://www.gestalt.fr


Accéder au site
gestalt.fr/lamethode/lamethode.html


Gestalt Therapie

La théorie de la forme, popularisée en France entre les deux guerres par Gustave Guillaume relève du courant philosophique axé sur la phénoménologie de la perception. On peut en tirer de petits tests amusants, comme celui de voir à volonté une sorcière ou une jolie femme dans un dessin savamment ambigu, ou de se demander si en 3-D ce qu’on regarde est un cube saillant ou rentrant. Tout est là, qui, sinon le sujet, organise sa perception, et comment il opère ses choix, alors qu’on croit naïvement qu’il ne s’agit pas d’une affaire de choix. Cela débouche sur une véritable méthodologie de la responsabilité. Un autre truisme qu’on entend régulièrement chez les gestaltistes c’est que le tout est supérieur à la somme de ses parties. C’est vrai, ça n’est pas davantage une découverte gestaltiste que le fait d’organiser les choses en polarités. Quant au champ, maître mot en gestalt, ce concept vient de Kurt Lewin l’ayant importé de la physique de son époque, et désigne l’orientation par rapport au contexte. Ajoutez-y la frontière-contact, une réflexion sur la relation dedans-dehors et l’interpénétrabilité interactive, et vous aurez la tête qui commence à devenir lourde. Et pourtant l’ensemble, avec une certaine élégance, tourne, et inspire de nombreux praticiens. Il me permet de faire toucher du doigt que j’organise ma perception du monde, et qu’en fait je suis responsable de la structuration de l’univers et du sens que je lui confère, contrairement à l’idée qu’il s’agit d’évidences également partagées par tous, qui s’imposeraient à nous de l’extérieur. Le verbe allemand gestalten signifie donner forme, configurer. C’est d’un coup (méthode -globale-) que j’aperçois la silhouette de l’être aimé, que l’enfant présenté au miroir (cf. Wallon puis Lacan) dit ça c’est moi, éprouvant son image comme totalisante de son unité psychique, et la soudaine découverte de cette perception de soi, cette organisation globalisante de sa silhouette psychocorporelle le fait jubiler. Le mixage d’une phénoménologie de la perception et de la psychanalyse, que Perls un moment voulut appeler psychanalyse existentielle, a fini par tourner le dos à cette dernière pour donner une psychothérapie du dialogue existentiel pétri d’influences parmi lesquelles on relève la bioénergie de Reich, le psychodrame de Moreno, la pensée de Kurt Lewin, la Rencontre de Bill Schutz, et, bien entendu la psychanalyse, déniée. La Gestalt-thérapie a connu un développement qui tient entre autre à sa maniabilité et grande praticabilité clinique (vous connaissez ce terme maintenant. Ici il est employé dans le sens de pratique concrète engagée sur le terrain de la relation), à sa relative simplicité, et à la possibilité d’en maîtriser l’outil dans un premier temps relativement facilement. De plus, elle présente l’avantage de permettre d’éviter le difficultueux cheminement psychanalytique (sans compter que certains y sont carrément allergiques et qu’il serait contre-indiqué de le leur conseiller). Elle présente aussi d’autres multiples avantages, dus au maniement du dialogue et de la catharsis (voir ce terme). ©cifpr.fr


Accéder au site
cifpr.fr/+-Gestalt-therapie-+


Gestalt-Thérapie Existentielle

Variété de gestalt-thérapie. la gestalt-thérapie comporte plusieurs courants dont celui-ci, inspiré de Irving Yalom l’auteur de Existential Psychotherapy , est maintenant traduit, dont la pensée commence à se populariser en France plus de vingt ans après selon l’habitude française, depuis la publication du Bourreau de l’amour, Apprendre à mourir par la méthode Schoppenauer et Mensonges sur le divan (Lying on the couch) , éd. Galaad. Ces véritables romans cliniques, non dépourvus d’humour, passionnants à lire, pourraient en fait constituer de bonnes introductions à la culture de la psychothérapie relationnelle. Les deux champs théoriques et méthologiques se combinent pratiquement sans hiatus, et s’éclairent cliniquement mutuellement de façon parfois saisissante. Bel exemple de psychothérapie intégrée, encore plus qu’intégrative. Noël Salathé, qui a fondé il y a une vingtaine d’années l’Atelier de recherche en psychothérapie existentielle, ARTEX, auquel appartient l’auteur de ces lignes, eut le mérite d’introduire la pensée de Yalom dans la théorisation gestaltiste dès les années 80. Ses recherches sur l’application des contraintes existentielles, via une théorie des valeurs, font à présent autorité dans le domaine. ©cifpr.fr


Accéder au site
cifpr.fr/+-gestalt-therapie-existentielle-+


Geste

Les gestes sont le reflet de nos émotions ou de notre tempérament. Apprenez à les décrypter... ou à les maîtriser. Lire l'article sur le site http://www.linternaute.com


Accéder au site
linternaute.com/femmes/psychologie/0404gestes/index.shtml


Glandes

Les glandes sont constituées par l'association de cellules glandulaires spécialisées dans la sécrétion. Les glandes endocrines participent au bon fonctionnement de l'organisme: sécrétrices d'hormones, elles maintiennent, avec le système nerveux, l'équilibre du milieu intérieur via le système endocrinien. Les glandes exocrines sécrètent des produits très divers, qu'elles déversent dans des organes communiquant avec le milieu extérieur. Par ailleurs, il existe des glandes mixtes (pancréas notamment), qui ont la double fonction, endocrine et exocrine
Voir hypothyroïdie ©


Accéder au site
aapel.org/bdp/dico.html#glandes


Glossolalie

La glossolalie (du grec ancien ?????? / gl?ssa, - langue - et ????? / laléô, - parler -) est la faculté de parler ou de prier à haute voix dans une langue étrangère (xénolalie) totalement inconnue de la personne qui parle, ou dans une suite de syllabes incompréhensible mais revêtant l'aspect d'une langue véritable. Des phénomènes de glossolalie ont été rapportés entre autres dans le christianisme, le chamanisme et le spiritisme.

Du point de vue médical, la glossolalie est un trouble du langage qui se manifeste chez certains patients souffrant de maladies mentales. Elle consiste à prononcer des mots inventés ou à modifier des mots existants. ©wikipedia


Accéder au site
fr.wikipedia.org/wiki/Glossolalie


Gnose

Du grec gnosis (- connaissance - -). Connaissance ésotérique accessible aux seuls initiés grâce à une illumination venue d’En haut. C’est un savoir supérieur à la foi. Un grand nombre de groupes et d’écoles s’y réfèrent aujourd’hui. Les Maîtres à penser ayant plus particulièrement remis en honneur cette Weltanschauung (vision du monde) au 19ème siècle sous forme d’ésotéro-occultisme sont : Allan Kardec (1804 – 1869) et le spiritisme , Eliphas Lévi (1810 – 1875) et l’occultisme, Helena P. Blavatsky (1831 – 1891) et la société théosophique. Les groupes quasi religieux nés de cette mouvance se réfèrent aussi aujourd’hui, en perspective Nouvel Âge, à des psychotechniques, des écoles de méditation et des mouvements de Développement du potentiel humain. Ils sont très divers mais animés d’un certain nombre de convictions communes : accession de l’homme à un niveau supérieur d’existence et de connaissance au terme d’un cheminement initiatique faisant de lui un - être réalisé -, libération du fragment de divin caché en chaque homme, à l’aide de diverses techniques psychologiques, méditatives et corporelles, expérience directe et immédiate de la Conscience divine et cosmique, référence aux Lois universelles et en particulier à la Loi de la réincarnation et du karma, proposition d’une nouvelle religion mondiale pour l’Ere qui vient * , ou à tout le moins d’une sagesse pour l’Occident se rattachant à la Sagesse primordiale source des religions particulières. Ces groupes offrent des amalgames syncrétistes puisant à la fois aux religions d’Orient, à la Tradition parallèle et aux recherches contemporaines sur l’élargissement de la conscience. Le fonds judéo-chrétien y est réinterprété pour entrer dans des synthèses multiples, comme des résurgences de l’ancien gnosticisme : la Théosophie, l’Antroposophie, les Rose-Croix, la Fraternité blanche universelle, le mouvement du Graal, Atlantis, Métanoïa, l’Ordre martiniste traditionnel, la Nouvelle Acropole, Est, le Penser Nouveau, Eckankar.

Définition de Jean Vernette (in Dictionnaire des groupes religieux d’aujourd’hui. PUF-Quadrige, 2001)
* L’Ere qui vient… Comprendre l’Ere du Verseau (NDLR). ©psyvig


Accéder au site
psyvig.com/lexique.php?menu=18&car_dico=G&id_dico=200


Gnosie

Voir également agnosie, somatognosie.
Terme issu du grec gnôsis : connaissance.
Possibilité, capacité permettant de reconnaître, de percevoir, grâce à l'utilisation de l'un des sens (toucher, vue etc.) la forme d'un objet. La gnosie permet également de discerner un fait.

L'agnosie est l'impossibilité de reconnaître des objets, alors que les fonctions sensorielles (vision, audition, toucher, etc...) sont normales. La reconnaissance d'un objet nécessite une interprétation par le cerveau et donc la possibilité de réception et de mémorisation des informations. L'atteinte d'une zone du cerveau est susceptible d'entraîner l'apparition d'agnosie.

La somatognosie est la connaissance que nous tirons de notre corps. Ce terme doit pas être confondu avec l'asomatognosie, en quelque sorte à l'opposé de la somatognosie appelée également somato-agnosie (en anglais asomatognosia) qui est la perte de la conscience d'une partie ou de la totalité de notre corps. Cette pathologie rencontrée au cours du syndrome appelé pariétal, s'observe dans certaine lésion du cerveau en particulier dans celle du lobe pariétal (située au dessus). Il s' agit d'une incapacité rencontrée par un patient qui est due à la lésion de l'hémisphère mineur (hémisphère droit chez le droitier). Ceci a pour conséquence des troubles unilatéraux (d'un seul côté) du corps, ce qui dans l'exemple choisi, se traduit par une atteinte du côté gauche. ©vulgaris-medical


Accéder au site
vulgaris-medical.com/encyclopedie/gnosie-2112.html


Gratification / Frustration

Gratification / Frustration - C'est au travers de la frustration et de l'attente que naît un Objet extérieur d'où vient la gratification. Sans cette frustration et cette attente, il n'y a pas de limites entre le Moi et le non-Moi. La gratification se fait à travers les comportements de maternage, de nourrissage et de présence maternelle, qui devient source de plaisir pour le nourrisson. ©psychiatriinfirmiere.free.fr


Accéder au site
psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/formation/psychologie/lexique/stade-oral.htm


Groupe

Groupe C'est un ensemble de personnes qui ont un objectif commun. ©psychiatriinfirmiere.free


Accéder au site
psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/formation/psychologie/lexique/adulte.htm


Psychaanalyse - 2011 Tous droits réservés - © Psychaanalyse.com -
AvertissementDéontologiePolitique éditorialementions légales