De nouvelles fiches sont ajoutées régulièrement, n'hésitez pas à revenir souvent sur le site.






Pierre-Etienne GAUTIER,
Psychanalyste Jungien Indépendant


Fiches récentes

Lexique / Définitions
26 fiche(s) - pour la lettre V

Vaginisme

Le vaginisme est un dysfonctionnement sexuel assez fréquent, qui se traduit par des spasmes involontaires des releveurs de l'anus, ce qui rend la pénétration du pénis impossible ou très douloureuse.
Généralement, toute pénétration (doigt, tampon périodique) est difficile, douloureuse voire impossible


Le vaginisme est primaire s'il débute avec la vie sexuelle de la femme. C'est la forme la plus fréquente. Lorsqu'il survient après une période de vie sexuelle sans problème de pénétration, les causes organiques de dyspareunie doivent être particulièrement recherchées.

Par définition , les organes génitaux sont normaux et indemnes de toute pathologie mais à chaque tentative de pénétration, l'orifice vaginal se referme par un mécanisme réflexe totalement involontaire des muscles péri-vaginaux.
-Le vaginisme est à l'intromission du pénis ce qu'est le clignement de l'œil à la pénétration du moucheron-.

L'examen gynécologique est nécessaire pour éliminer une cause organique (dyspareunie, hymen) mais il est souvent impossible nécessitant une anesthésie générale.
La vaginisme peut faire partie d'un phénomène plus complet de refus voire de phobie de la sexualité, de frigidité mais souvent il n'empêche pas la réponse sexuelle normale, excitation, lubrification et orgasme produit par stimulation clitoridienne.

Les causes du vaginisme primaire

L'origine peut être de nature culturelle. En raison d'une éducation trop rigoureuse ou le sexe est réprimé et totalement banni, la femme rejette l'image de son sexe qu'elle associe à des sentiments de honte de dégout et de culpabilité.
L'origine est également fréquemment de nature traumatique. Une première expérience douloureuse ou mal vécue, des abus sexuels rencontrés dans l'enfance, ou des agressions sexuelles de toute nature.

Il exsite trés souvent une méconnaissance du schéma corporel.
La femme se représente un vagin petit, étroit ou pense avoir un hymen scléreux et épais qui obstrue complètement l'orifice vaginal. Elle n'a jamais regardé avec une glace sa vulve, jamais mis un doigt dans le vagin, et souvent elle n'utilise pas de tampons périodiques.
Ce trouble peut être superficiel : une information sexuelle et une sexothérapie permettront de le régler en quelques mois :

Il peut également être lié à des conflits inconscients, ou à l'ambivalence vis à vis de la venue d'un futur enfant etc. Dans ce cas, seule une psychothérapie analytique ou une psychanalyse permettront son traitement.

Mais la femme parfois connaît son corps et ses organes sexuels et pourtant le spasme des muscles se produit malgré elle à chaque tentative de pénétration par un pénis alors qu'elle est possible avec le doigts ou un substitut. Le trouble peut alors s'intégrer dans un trouble de la sexualité (homosexualité), une crainte de la douleur, une incompatibilité avec le partenaire, etc....
Le thérapeute décidera avec elle de la démarche à suivre : psychothérapie, sexothérapie, désensibilisation, relaxation .. ou rien !!!

Le traitement :

Une fois une cause organique éliminée et l'accord de la patiente clairement obtenu, la base du traitement repose au préalable sur la découverte par la femme de son corps.

Le thérapeute informe la femme sur son anatomie en lui décrivant les différentes parties de son anatomie sexuelle.
Ensuite à l'aide d'un miroir, la femme va l' explorer en le comparant aux planches anatomiques qui lui auront été présentées.
On informe la femme sur le mécanisme musculaire à l'origine de son trouble en insistant sur le coté reflexe-involontaire.
On amène ensuite la patiente à se faire un toucher vaginal tout en le banalisant afin de faciliter l'acceptation de ces exercices que la femme devra reproduire chez elle. Elle pourra ainsi vérifier que rien ne gêne la pénétration si les muscles sont décontractés et que les parois sont souples.
Ces exercices doivent suivre la règle de non-douleur : la moindre douleur déclenchant à nouveau le processus de défense du corps et donc la contraction des muscles péri-vaginaux.

Les rapports sexuels sont interdits au début du traitement pour éviter toute tension.
On recommande au couple de se livrer à des rapprochements tendres où toutes les caresses externes sont permises.
Ce type d'exercice doit amener au bout de deux à trois semaines une possible pénétration d'abord digitale puis pénienne.
Le point central du traitement, et souvent déterminant est la participation ainsi que la compréhension du conjoint dans la démarche thérapeutique.

Voir également http://www.aihus.org/pages/cours/mpl_vaginisme10_12_99.html

MISE EN GARDE

La profession de sexologue n'est pas réglementée, cela signifie que n'importe qui peut s'installer et porter ce titre sans le justifier auprès des pouvoirs publics.
Cela peut conduire à des dérives et il convient que les patients choisissent le thérapeute qui leur convient le mieux.

On peut distinguer cependant 3 groupes de sexologues :

* Les sexologues médicaux :
Ils sont obligatoirement médecins et traitent en priorité les troubles ayant une cause organique (par exemple certains problèmes d'érection pour lesquels des médicaments existent), pour cela ils auscultent : ils peuvent prendre en charge d'autres troubles quand ils disposent de compétences complémentaires.
Ce sont les seuls habilités à ausculter et à pouvoir vous demander de vous déshabiller totalement notamment.

* Les sexologues cliniciens :
Ils sont généralement psychologues et réalisent des sexothérapies pour les troubles dits psychogènes, c'est à dire sans cause organique. La nature psychogène d'un trouble n'indique pas que le patient ait un trouble mental, mais surtout que le problème n'est pas organique. Par exemple dans la majorité des troubles de l'éjaculation rapide, la nature psychogène est que la personne ne sait pas comment faire, il s'agit d'ignorance et de la nécessité d'apprendre un nouveau comportement.
Avec ces praticiens, on peut faire des exercices corporels, on peut parler, on peut avoir des exercices à faire à la maison, mais ils n'auscultent pas et ne font pas mettre nus.

* Les autres sexologues :
Ils peuvent être compétents mais contrairement aux deux premiers groupes ils n'appuient pas leur exercice sur les principes de leur profession d'origine, et parfois les - thérapies - qu'ils proposent sont discutables. Ils peuvent répondre aux souffrances des patients, mais il convient d'être vigilant. ©esculape.com


Accéder au site
esculape.com/sexualite/vaginisme.html


Vakog

En Programmation Neuro-Linguistique, la technique dite des - canaux sensoriels - (ou VAKOG, acronyme pour : - Visuel, Auditif, Kinesthésique, Olfactif, Gustatif -) pose que la relation au monde extérieur passe nécessairement par au moins l’un des cinq sens. ©Wikipedia


Accéder au site
fr.wikipedia.org/wiki/VAKOG


Valence

En psychologie, le terme valence est utilisé pour désigner la qualité intrinsèquement agréable ou désagréable d'un stimulus ou d'une situation. Dans le contexte de la psychologie des émotions, le concept de valence renvoie aussi au caractère plaisant de certains états émotionnels (comme la joie) auxquels on attribue une valence positive par opposition aux émotions à valence négative (comme la peur ou la tristesse) généralement associées à un mal-être, un désagrément ou une souffrance. Plus spécifiquement, dans le cadre des théories dites dimensionnelles, d'autres facteurs ont été adjoints à la valence afin de mieux rendre compte des effets psychophysiologiques des différentes émotions : ont ainsi été introduites les dimensions de degré d'activation physiologique (ou arousal) et, dans une moindre mesure, de dominance ou de contrôle.
Le fait, pour un stimulus donné, d'être de valence positive ou négative se superpose donc à la notion de stimulus appétitif et aversif des théories comportementalistes. D'un point de vue évolutionnaire, la valence peut être vue comme une réponse adaptative aux conséquence bénéfiques ou au contraires néfastes du stimulus pour la survie de l'individu, en déclenchant respectivement des comportement d'approche ou, au contraire, d'évitement vis-à-vis de ce stimulus. ©Wikipedia


Accéder au site
fr.wikipedia.org/wiki/Valence_(psychologie)


Vanité

La psychologie de la motivation
L'homme à la recherche de sa satisfaction, en conformité sur ce point avec toutes les formes de vie, a développé à travers son évolution un outil remarquable : l'esprit.

L'esprit est une forme évoluée de l'esprit animal préconscient, l'instinct. C'est par le travail de l'esprit sur les désirs matériels, sexuels et spirituels, sources de ses satisfactions et fondement de la vie psychique, que ces mêmes désirs sont élevés au rang de motifs d'action.

Un développement de la lucidité quant aux causes et aux effets des désirs envisagés devrait permettre de sélectionner les désirs valables : réalisables et sensés.

Mais les désirs, qu'ils soient d'ordre matériel (posséder des biens, du pouvoir, etc), d'ordre sexuel (incluant le lien d'âme avec partenaires et enfants), ou d'ordre spirituel (besoin de perfectionnement), échappent souvent à notre lucidité consciente. La souffrance psychique résulte d'un trop grand décalage entre nos désirs et la réalité. L'imagination nous propose des désirs irréalisables ou insensés, multipliables à l'infini. La pré-satisfaction imaginative élimine les obstacles réels, dévoyant ainsi la fonction positive de l'imagination.

C'est la vanité humaine qui est à l'origine de cet aveuglement sur les authentiques promesses de satisfaction des désirs. La vanité se manifeste de façon principielle par la survalorisation et la sous-valorisation de soi-même, des autres et de la vie. La disharmonie intérieure qui en résulte génère angoisse et souffrance, échecs et violences.

La vanité (dans le sens de "vain" et aussi de "vide"), faiblesse inhérente à la nature humaine revêt des formes extrêmement pernicieuses et changeantes, produisant les fausses motivations par lesquelles l'être humain cherche à nier sa responsabilité dans les maux qui l'accablent, soit en fuyant la réalité (évasions) soit en produisant des justifications rationalisantes de ses motifs erronés (fausses justifications). Les évasions concernent les trois pulsions, matérielle, sexuelle, et spirituelle. Les fausses justifications se manifestent selon des lignes de force appelées les quatre catégories de la fausse motivation : la vanité (surestime de soi) et la culpabilité excessive (sous estime de soi) qui en est la conséquence légale, sont projetées sur le monde extérieur en accusation (sous estime de l'autre), conduisant à la sentimentalité (surestime de l'autre). Evasions et fausses justifications sont ainsi décelables par la méthode introspective établie par Paul Diel. ©http://introspective.psychology.pagesperso-orange.fr/fr/b-motivation.htm


Accéder au site
introspective.psychology.pagesperso-orange.fr/fr/b-motivation.htm


Veda

L'?yurveda ou Ayurvéda ou encore - médecine ayurvédique - (en écriture devan?gar? : ????????, la science de la force vitale) est une sagesse et une médecine originaire de l’Inde et pratiquée dans d'autres parties du monde comme médecine non conventionnelle. En sanskrit, le mot ?yurveda est une association des mots : ?yur signifiant vie et veda qui signifie science. L'Ayurveda puise ses sources dans le Véda, ensemble de textes sacrés de l'Inde antique, et ses principes sont ceux de ce qu'on appelle aujourd'hui la - médecine naturelle -. En l'occurrence, il s'agit d'une approche dite holistique de la culture védique, dont l'hindouisme s'est librement inspiré.
L'?yurveda demeure une forme de médecine traditionnelle encore vivace en Asie du Sud. La littérature la plus ancienne sur l'?yurveda est apparue en Inde au cours de la période védique. Le Sushruta Samhita et le Charaka Samhita sont des ouvrages importants de la médecine traditionnelle rédigés au cours de cette période. Les praticiens ayurvédiques ont également mis au point un certain nombre de préparations médicinales et de procédures chirurgicales pour guérir diverses maladies et affections.
L'?yurveda est devenue une forme de médecine alternative en Occident, bien que les brevets concernant ses médicaments aient été contestés par des institutions officielles des pays occidentaux et de l’Inde. Lire l'article Wikipedia ©


Accéder au site
fr.wikipedia.org/wiki/Ayurveda


Végétothérapie

La végétothérapie est une psychothérapie qui prend en compte l’être humain dans sa globalité, et s’appuie sur l’imbrication fonctionnelle entre le corps et l’esprit.
C’est en agissant avec des exercices physiques simples que cette relation corps –esprit est médiatisée pour dépasser les blocages et aller vers des solutions bénéfiques.
Les émotions vécues depuis la vie fœtale sont engrangées dans le corps
C’est à partir du corps que l’on stimule le système neuro-végétatif, vecteur des émotions.
Par cette série d’action on permet au patient de dégager les émotions négatives enkystées depuis longtemps.
La végétothérapie est une psychothérapie scientifiquement mondialement reconnue.
©vegetotherapieparis.com


Accéder au site
vegetotherapieparis.com/


VERBALISME

Reproduction d'éléments du langage sans compréhension de leur sens véritable.

NB : le sens d'un mot n'est donné, en général, que dans un contexte psy. Les éventuels autres sens ne sont pas expliqués


Accéder au site


VERBIGERATION

Langage incohérent où les mêmes mots sont débités de façon incompréhensible.

NB : le sens d'un mot n'est donné, en général, que dans un contexte psy. Les éventuels autres sens ne sont pas expliqués


Accéder au site


Vergibération

Dévidage quasi automatique de mot et de phrases sans signification et sans organisation, formant un discours incompréhensible, observable dans des schizophrénies grave ou des démences avancées.
Elle s'observe également dans certaines aphasies, notamment les aphasies de compréhension pour lesquelles on parle de jargonophasie., mais aussi dans des épisodes maniaques ou l'intoxication aux substances stimulantes (rare). Le patient invente parfois des mots ou les juxtapose de manière grammaticalement incorrecte, son débit verbal est souvent accéléré. Le trait caractéristique de la vergibération est l'incompréhensibilité du discours produit. A cet égard, on peut considérer la verbigération comme une logorrhée produisant un discours totalement hermétique. ©definitions-de-psychologie.com


Accéder au site
definitions-de-psychologie.com/fr/definition/vergiberation.html


VERRE D'ALCOOL STANDARD

Verre standard : environ 10 g d'alcool, unité utilisée pour définir les dosages d'alcool servi dans les débits de boissons et les restaurants.

1 demi de bière = 1 verre de vin = 1 coupe de champagne = 1 dose d'alcool fort.

© http://www.mg-psy.org/lexique.php


Accéder au site
www.mg-psy.org/lexique.php


Verseau

(Ere du Verseau )

L’expression s’inscrit dans une lecture astrologique de l’histoire de l’humanité, une interprétation zodiacale de l’histoire des civilisations. A chaque signe du zodiaque correspondrait une ère de 2160 ans environ possédant - ses propres énergies cosmiques - (1). A l’ère du Taureau, qui se serait achevée en 2150 av. JC et correspondrait aux civilisations égyptiennes, chaldéennes, assyriennes, crétoises et babyloniennes notamment – avec le taureau pour emblème -, aurait succédé l’ère du Bélier, celle de la civilisation juive avec ses rituels d’offrandes et de sacrifices des béliers, à laquelle la venue du Christ aurait mis en terme, inaugurant l’ère des Poissons. L’ère du Verseau est appelée à succéder à la civilisation chrétienne, déjà morte selon les uns (depuis le siècle des Lumières), moribonde selon les autres, vivace jusqu’en 3560 d’après les adeptes de l’anthroposophie de Rudolph Steiner.

D'après l'enseignement du New Age, le Verseau a pour vocation de - verser de l'eau - sur le monde, celle du nouvel esprit. Après les temps troublés par - l’énergie des Poissons - (longue période de guerres et de conflits), l’ère du Verseau serait un temps de paix, d’harmonie, de justice, d’unité, d’amour et de haute spiritualité. Elle correspondrait à un nouvel âge de l’humanité caractérisé par un gouvernement mondial, une religion unique, une nouvelle société, un homme nouveau initié par des entités divines, une nouvelle culture planétaire, une nouvelle alliance avec la nature et avec un univers totalement divinisé. Dans cette croyance, le - Christ cosmique - prédit par Alice Bailey serait le - Grand Instructeur Mondial - qui, en permettant à l’homme de développer toutes ses potentialités, ouvrirait un - nouveau cycle cosmique -, l’émergence de - l’équivalent moderne de l’homme de la Renaissance, en mélangeant sans préjugés des techniques chinoises du V° siècle aux acquis de la cybernétique - (Michael Mac Murphy, fondateur de l’Institut Esalen).

L’ère du Verseau c’est celle de l’intégralité de l’homme, d’un Nouvel Ordre Mondial. - Millenium d'amour et de lumière- (Marylyn Ferguson), elle aurait vraiment commencé avec l’entrée de l’humanité dans le troisième millénaire. Cet - âge d’or - serait ni plus ni moins le Nouvel Âge (New Age), inséparable de la notion de changement de paradigme et de conscience planétaire.



(1) Cette donnée chiffrée correspond à la découverte de la précession des équinoxes par l’astronome et mathématicien grec Hipparque, qui au IIème siècle avant Jésus-Christ a fondé l’astronomie de position et dressa le premier catalogue d’étoiles. D’après ses travaux, du fait d'une imperceptible rotation polaire de la planète, le soleil recule -virtuellement- tous les 72 ans, au point vernal (c'est-à-dire à l'équinoxe du printemps) d'un degré sur le cadran virtuel des douze signes du zodiaque, qui sont répartis sur les 360° de la voûte céleste. Chacun de ces signes comprenant donc 30 degrés (12 x 30 = 360), le soleil entre tous les 72 x 30 = 2.160 ans, à reculons, dans un nouveau signe astrologique. Cette -marche à reculons- du soleil est ce que les astronomes appellent la précession des équinoxes, qui s'étire donc au total sur 12 x 2.160 = 25.920 années.

Sur la durée des cycles et des âges imaginées par les astrologues, on lira avec profit la note 540 du - Guide critique de l’extraordinaire - de Renaud Marhic (Les Arts Libéraux, 2002).



cf. Nouvel Âge, conspiration du Verseau, changement de paradigme.

holisme, hypothèse Gaïa. ©


Accéder au site
psyvig.com/lexique.php?menu=18&car_dico=V&id_dico=151


Vertige

Signe clinique en neurologie - Vertiges


Les vrais vertiges, par opposition aux faux vertiges (simple sensation d'instabilité ou troubles de l'équilibre), se définissent comme une sensation fausse de déplacement dans les 3 plans de l'espace.

Les causes sont très nombreuses, certaines bénignes, d'autres plus sérieuses.
L'origine du trouble peut se trouver à différents étages de la régulation de l'équilibre : au niveau du cerveau et surtout du cervelet, on parle alors d'origine centrale, ou au niveau des organes d'analyse du mouvement (oreille interne constituée du labyrinthe et des canaux semi-circulaires) et des voies de transmission au cerveau (nerf vestibulaire essentiellement), on parle alors d'origine périphérique.

Les principales causes périphériques :


*Vertige positionnel paroxystique bénin : il survient dans une certaine position, en se retournant dans le lit par exemple, il dure 2 à 3 semaines et disparaît.

*Maladie de ménière : elle se manifeste par des crises de grands vertiges (souvent une quasi-impossibilité à se tenir debout) avec malaise, vomissements, surdité et acouphène (son grave dans l'oreille) d'un seul côté. Peu grave, elle devient très gênante si les crises sont rapprochées.

*Otospongiose : maladie héréditaire avec surdité de transmission.

*Otites aiguës et chroniques peuvent suffire à déclencher des vertiges. De même pour le banal bouchon de cérumen.

*Labyrinthite : atteinte du labyrinthe, organe de l'oreille interne, témoigne d'une propagation de l'infection après une otite aiguë ou chronique. Danger de méningite.

*Cholestéatome : suite à une otite chronique, développement d'une sorte de tumeur qui va progressivement détruire tympan et oreille interne.

*Névrite vestibulaire : atteinte du nerf vestibulaire par un virus, le vertige va durer de quelques jours à 3 semaines.

*Fracture du rocher : le rocher est un os du crâne situé derrière le pavillon de l'oreille. Sa fracture peut entraîner celle du labyrinthe.

*Neurinome de l'acoustique : tumeur bénigne d'évolution progressive, outre les vertiges il se développe progressivement une surdité d'un seul côté


Les causes centrales :


*Le syndrome vertébro-basilaire : il est dû à la compression des artères vertébrales (qui nourrissent le cervelet, centre de l'équilibre) par l'arthrose vertébrale cervicale. Le vertige dure quelques secondes lors de certains mouvements (rotation ou flexion de la tête en arrière).

*La migraine accompagnée : un vertige précède le mal de tête en particulier chez l'enfant.

*L'accident vasculaire cérébral au niveau du tronc cérébral ou du cervelet

*L'athérosclérose des artères cérébrales, carotidiennes, vertébrales.
*La sclérose en plaques : souvent associé à d'autres atteintes neurologiques antérieures.

*Les tumeurs cérébrales bénignes ou malignes.


Citons aussi d'autres causes :



*Le syndrome subjectif des traumatisés crâniens : vertiges apparaissant après un accident antérieur, les examens sont négatifs. Il existe souvent des revendications médico-légales associées.

*Les vertiges toxiques : alcool, antibiotiques (aminosides, tétracyclines), aspirine, anti-inflammatoires, etc...

*Les barotraumatismes (différence de pression) : accident de plongée, avions.

*Les traumatismes acoustiques (bruit fort et violent)

*Le vertige fonctionnel : on ne retrouve aucune cause, le patient rattrape son équilibre en croisant les pieds. Cela rentre dans le cadre de troubles de la personnalité de type hypocondriaque. ©medecine-et-santé


Accéder au site
medecine-et-sante.com/maladiesexplications/Vertiges.html


Vicariance

En médecine - Fait, pour un organe, de suppléer à un autre qui est déficient. ©


Accéder au site
mediadico.com/dictionnaire/definition/vicariance/1


Vide

Ce que l’ego ressent comme un vide, est en fait l’absence d’expérience de son identité réelle. Cette sensation de vide est causée par le fait que l’ego ne polarise plus parce qu’il est en mesure de voir le jeu de la polarité créé par sa programmation.

N’étant pas familiarisé avec ce ressenti et habitué à toujours vivre ses expériences à travers l’amplification émotive (à vibrer pour tout et pour un rien), il cherche toujours à priori à remplir cette sensation de vide, car il se sent inconfortable dans ce senti et finit par retomber dans ses bonnes vieilles habitudes psychologiques.

Jusqu’au jour où, épuisé à courir après sa queue, il réalise enfin, de façon plus précise, le jeu de la programmation qui l’habite et il est en mesure d’intervenir à sa moindre manifestation.

Ce n’est pas tout pour lui, de savoir, avant ou après le fait, ce qui se passe, il s’agit pour lui de le réaliser et d’être en mesure d’agir quand ça se passe!

L’ego a beau désirer évoluer, changer la donne, etc. Il est toujours ramené à l’ordre par cette conscience élastique qui ne veut pas lui céder un millimètre d’espace. L’ego avance d’un pas et cette conscience, archaïque, essaie de le faire reculer de deux.

L’ego doit développer des muscles psychiques particuliers pour être en mesure d’évoluer. Ses muscles doivent réapprendre à travailler dans une autre direction; celle du réel.

La seule façon pour lui de créer, de façonner, enfin, de se reconnaître à son identité réelle, c’est d’en arriver à réaliser qu’il n’est qu’énergie matérialisée en évolution. Il doit en arriver à manifester une volonté réelle pour être en mesure de finalement évoluer dans cette métaconscience, qui le libérera finalement de l’emprise de la survie matérielle à travers la dépolarisation de son mental.

La réalité est une résultante. Le contraire d’une prédisposition psychologique à être quelque chose ou à penser quelque chose, qui est actionné par une quelconque volonté, qui provient toujours d’ailleurs, d’une pulsion polarisée de l’ego. L’ego doit être sur d’être certain. En ce sens que s’il ne peut se fier à sa pensée, il doit savoir pourquoi il ne peut pas s’y fier. Il ne peut alors se fier qu’à une chose : la résultante de son action. C’est à travers ce réapprentissage qu’il en arrive un jour à avoir une réalisation continue, c’est-à-dire qu’il pourra constater dans la matière la résultante de sa conscience actuelle et c’est la seule et unique façon dont il a de se situer et de savoir à quel point il est ajusté au réel, ou s’il est encore assujetti à cette programmation, c’est-à-dire, assujetti à la vibration de cette réalité polarisée.

Sentir la vibration, oui, mais l’ego doit au préalable la définir, la distinguer de la vibration polarisée qu’il est habitué à véhiculer pour être en mesure de l’utiliser au lieu d’en être constamment la victime.

Charles Sabourin ---- Copyright © 1998/2008 ---- ©http://www.psychologie-alternative.com/Le%20vide.htm


Accéder au site
psychologie-alternative.com/Le%20vide.htm


VIGILAMBULISME

Automatisme ambulatoire se produisant à l'état de veille.

NB : le sens d'un mot n'est donné, en général, que dans un contexte psy.
Les éventuels autres sens ne sont pas expliqués.


Accéder au site


VIGILANCE

Degré d'éveil dans lequel se trouve le sujet. Elle est à son maximum à l'état de veille.

NB : le sens d'un mot n'est donné, en général, que dans un contexte psy. Les éventuels autres sens ne sont pas expliqués


Accéder au site


Violence morale

Définition du mot Violence morale : Maltraitance psychologique
Rejet, isolement ou encore dégradation de la personne sont des actes de violence morale. Tout comme les différentes formes de harcèlement, la violence morale conduit l’individu à une dévalorisation de soi, et à une plus grande vulnérabilité. Les enfants victimes de violence morale présentent pour la plupart des troubles dans le développement de l’intelligence et du comportement. Une victime de violence morale peut avoir des recours judiciaires. La personne qui exerce cette violence est souvent assimilée à la figure du manipulateur ou pervers narcissique. ©psychologies.com


Accéder au site
psychologies.com/Dico-Psycho/Violence-morale


Virilisme

Apparition de caractères sexuels secondaires masculins chez la femme. ©


Accéder au site
mediadico.com/dictionnaire/definition/virilisme/1


VISCOSITE MENTALE

Ralentissement du débit idéique, du rythme des associations idéiques, de l'expression, de la réponse cohérente à une question.

NB : le sens d'un mot n'est donné, en général, que dans un contexte psy.
Les éventuels autres sens ne sont pas expliqués


Accéder au site


Vocalisations préverbales

Activités vocales du bébé, incluant : cris, babillage, gazouillement, ... qui précédent l'acquisition du langage.


Accéder au site
dastierinmir.weebly.com/1/post/2010/8/premier-message.html


Vol chamanique

Le - vol chamanique - permet à l'âme du chamane de voyager à travers d'autres mondes grâce à des transes qu'il contrôle mais qui lui demandent beaucoup …


Accéder au site
magie-et-fantasy.com/chamanisme.html


Volonté

En psychologie, la volonté est définie négativement: est volontaire ce qui n'est pas réflexe. L'aboulie est le déficit psychopathologique de la volonté.
La volonté a le caractère irréductible d'une intuition corrélative de toute action, voire de toute tentative d'action, dont on est l'auteur. Et comme on peut dire de quelque chose qu'on a fait qu'on ne l'a pas voulu, on suppose en outre qu'il s'agit d'un événement mental distinct de l'action. En même temps, si je lève le bras (action totale) volontairement, chaque segment réel du geste (action se déployant) est lié au précédent par une chaîne d'activations nerveuses. Qu'on soit donc amené logiquement à supposer un tel événement est-il un artefact trompeur de la grammaire de l'agir, ou bien l'intuition de vouloir est-elle, à titre de fait mental, même s'il est mal défini, un ingrédient primitif de l'acte? Peut-on alors superposer une chaîne de -volitions- concrètes au déploiement, étape par étape, de l'acte? C'est dans cette direction que s'esquisserait une psychologie de la volonté s'approchant aussi près que possible d'un seuil de positivité.
L'aboulie, accompagnée d'épuisement, voire de dépersonnalisation, suggère au moins que disposer d'une intuition de sa volonté (fut-elle une illusion métaphysique) joue un rôle-clé dans l'équilibre vécu du moi.
Akrasie, psychasthénie
Ribot T., Les maladies de la volonté, Paris, 1883.
O'Shaughnessy, B., The Will, Cambridge University Press, 1980.
Grand dictionnaire de la philosophie, publié par Larousse et le CNRS (Paris, 2003)


Accéder au site
pierrehenri.castel.free.fr/


Volonté de puissance

Le terme Volonté de puissance (Wille zur Macht) désigne :
* un concept inventé par Friedrich Nietzsche.
* un projet de livre de ce même philosophe (voir La Volonté de puissance), projet abandonné à la fin de l'année 1888.
* plusieurs compilations de ses fragments publiées et présentées comme son œuvre principale, et considérées aujourd'hui comme des falsifications (voir également La Volonté de puissance).©wikipedia


Accéder au site
fr.wikipedia.org/wiki/Volont%C3%A9_de_puissance


Voyage chamanique

Le chamane est un lien entre l'homme et les forces astrales de lumière. Il sert de trait d'union entre les réalités physiques et spirituelles car il peut changer de perspective à volonté et il peut, si besoin est, fréquenter l'une et l'autre simultanément. Pour le chamane, tout est une question de perception car sa façon de voir est différente. Pour trouver une réponse à une question ou à une solution donnée, il utilise sa capacité à changer de perspective et à pénétrer, de façon délibérée, dans un monde visible seulement lorsqu'il libère son esprit.
Le but du voyage chamanique
Le voyage chamanique est une aide précieuse qui permet non seulement de rencontrer ses animaux totems mais également de recevoir des réponses à nos questions et des messages de nos guides. Toutefois, je déconseille de le pratiquer sans accompagnement car aller et venir d'un niveau de conscience à l'autre sans préparation et sans guide n'est pas une démarche anodine.©coeur-de-chamane.org


Accéder au site
coeur-de-chamane.org/chamanisme/voyage-chamaniques.html


VOYAGE PATHOLOGIQUE

Voyage sans but ou aux motivations délirantes.

© http://www.mg-psy.org/lexique.php


Accéder au site
www.mg-psy.org/lexique.php


VOYEURISME

Le voyeurisme est un terme à connotation morale, qui décrit un comportement ou une tendance - voyeuriste -, c’est-à-dire basé sur l'attirance à observer l'intimité ou la nudité d'une personne ou d'un groupe de personnes dans des conditions particulières en cherchant à y éprouver une jouissance et/ou une excitation (délectation voyeuriste).
Les pratiques voyeuristes peuvent prendre plusieurs formes, mais leur caractéristique principale est que le voyeur n'interagit pas directement avec son sujet, celui-ci ignorant souvent qu'il est observé. Le - voyeur - est souvent représenté observant la situation de loin, en regardant par une ouverture, un trou de serrure ou en utilisant des moyens techniques comme des jumelles, un miroir, une caméra, etc.
Le comportement qui consiste à être attiré par le fait de voir son/sa partenaire avoir des relations sexuelles, avec une autre personne, s'appelle candaulisme.

À la tendance voyeuriste répond la tendance exhibitionniste, avoir plaisir à se montrer, à exhiber plus ou moins ouvertement une part de son intimité.

Par extension le terme est également utilisé dans un contexte élargi : par exemple on parle de voyeurisme du téléspectateur face à des images ou événements touchant des personnes humaines dans leur intimité ou dans leur chair.

On remarquera que dans un très grand nombre de langues le mot français - Voyeur - a été adopté pour désigner cette pratique.


Accéder au site
fr.wikipedia.org/wiki/Voyeurisme


Psychaanalyse - 2011 Tous droits réservés - © Psychaanalyse.com -
AvertissementDéontologiePolitique éditorialementions légales